Florence Raymond, attachée de conservation en charge du Département XVIIIe siècle et des Nouveaux Médias, et l’équipe du musée nous présentent le Palais des Beaux-Arts de Lille, ses développements récents en matière d’audioguides et d’applications mobiles et ses nouveaux projets autour de la 3D et de la réalité augmentée.

Quand est né le Palais des Beaux Arts de Lille ?

Le Palais des Beaux-Arts existe depuis 1892, date de son inauguration officielle. Les collections sont bien évidemment antérieures ; elles étaient auparavant dispersées sur plusieurs sites de la ville (musée des dessins, musées des peintures etc.). La configuration actuelle du Palais des Beaux-Arts de Lille date de 1997, suite aux importants travaux de rénovation et d’agrandissement signés par les architectes Ibos et Vitart. Le Palais des Beaux-Arts est depuis son origine un musée en régie municipale (Ville de Lille).

    

Combien d’œuvres composent sa collection ? 

La collection compte environ 60 000 œuvres, dont 2 000 sont exposées. Parmi celles-ci on dénombre environ 600 tableaux. On y retrouve un fonds particulièrement riche de l’école flamande (ateliers de Brueghel et de Bosch), des tableaux d’autels monumentaux (Rubens, Van Dyck et Jordaens), une importante collection de peinture hollandaise (Pieter Codde, Jacob Van Ruisdael). Le département se poursuit avec un parcours très complet de la peinture française de Champaigne à Manet qui intègre les principaux bouleversements esthétiques du XVIIIe et XIXe siècles (Chardin, Delacroix, Courbet, Monet, Seurat). Quelques œuvres majeures de la peinture italienne (Véronèse, Tintoret) et espagnole (Goya, Le Greco) viennent compléter ce panorama. Le musée possède également une galerie de céramiques, une autre consacrée à la sculpture française du XIXe (Pajou, Carpeaux, Camille Claudel, Rodin) et enfin, un cabinet des dessins, riche de 4 000 feuilles, dont 30 dessins de Raphaël, qui font du musée de Lille une référence internationale en la matière.

Comment est organisé le numérique au Palais des Beaux Arts ?

Depuis 2011, un département « Nouveaux médias » a vu le jour. Il a vocation à penser et à mettre en oeuvre au sein du musée un équipement numérique « à l’état de l’art ». Il favorise également l’expérimentation de certains outils numériques innovants, en collaboration avec des entreprises privées et des partenaires publiques. J’ai pour mission de développer les nouveaux médias, en matière de stratégie et de coordination des contenus. Anne-Françoise Lemaître, directrice du développement et de la communication, veille de près au mécénat et la visibilité qu’exigent de tels projets. Amandine Jeanson, chargée de la programmation culturelle du musée, organise quant à elle, le contenu du site web, nourri les réseaux sociaux, et participe à la rédaction des contenus des visioguides et des applications mobiles. L’ensemble des équipes de conservation, d’administration, d’accueil et de surveillance sont sollicités, ainsi que les services techniques du musée et de la ville qui apportent leurs pierres à ce projet d’établissement.

Quand avez vous lancé votre site web ? Quelle est son audience ? 

La première (et dernière) version de notre site web date de 2007. Ce site a été développé par la Société Insite et financé grâce au mécénat du Crédit Agricole du Nord. Insite assure une petite maintenance de notre site qui est hébergé par la Ville de Lille. L’actualisation des évènements est réalisée par le musée.

Evolution des statistiques de fréquentation du site web :

Année 2008 : 148 277 visites
Année 2009 : 160 645 visites
Année 2010 : 194 130 visites
Année 2011 : 204 304 visites

Avez-vous des projets en matière d’Internet ? 

Un de nos chantiers numériques pour 2013 est la refonte de notre site internet liée à la refonte du site internet de la Ville de Lille qui souhaite installer sur une même plateforme son nouveau site ainsi que celui de ses satellites. Il s’agira d’un nouveau site intégrant plus d’interactivité, de visites 3D, de vidéos, et de nouvelles fonctionnalités. Nous n’avons pas de de projet de site web mobile pour le moment.

Depuis quand êtes-vous sur les réseaux sociaux ? 

Notre arrivée sur Facebook date d’octobre 2011. En octobre 2012, nous comptons près de 3 000 fans (nous fêtons chaque millier de fan avec des entrées offertes, des catalogues d’exposition etc). En moyenne, le musée met en ligne 1 à 3 publications par semaine. Une fête Facebook sera prochainement organisée pour nos 3000 fans.

Quelle a été la politique du musée en matière d’audioguides ? 

Lors de sa réouverture en 1997, le musée disposait d’un audioguide classique destiné à ses collections permanentes (100 œuvres commentées) et à deux expositions : « Goya » fin 1998 et « Berthe Morisot » en 2002.

Au printemps 2011, une première expérimentation à échelle 1, en matière de visioguides sur Ipod Touch et d’applications gratuites pour Iphone et Android, a été testée pour l’exposition « Portraits de la pensée » (mars-juin 2011). Au total : 3 947 visioguides ont été distribués, soit un taux de prise de 17%. Un peu moins de 200 téléchargements ont été enregistrés sur AppStore. Ce visioguide était loué à 1 euro, ce qui est toujours le cas pour nos expositions temporaires.

A l’automne 2011, dans le cadre de l’exposition « Louis Boilly » (novembre 2011-Février 2012), une seconde expérimentation visioguides et applications, toujours pour Iphone et Android, est lancée, cette fois-ci en deux langues (FR/GB). Le téléchargement reste gratuit et la location de l’appareil à 1 euro. Au total : 5 227 visioguides ont été utilisés, soit un taux de prise de 16%.

Bilan des téléchargements de l’exposition BOILLY

Téléchargements AppStore 389
Téléchargements Google Play 71
Téléchargements AppStore GB 66
Téléchargements Google Play GB 13
Total 545

Vous avez lancé un nouvel audioguide de votre collection en mars 2012. Pouvez-vous nous le présenter ?  

Il s’agit d’un visioguide sur iPod Touch destiné à guider nos visiteurs dans nos collections permanentes.

Après 7 mois d’exploitation, près de 15 500 appareils ont été distribués dont 1 181 ont été vendus à 1 euro (soit 8%). Le Palais des Beaux-Arts a fait le choix d’inclure, dès son lancement, le visioguide dans le prix du billet. Lorsque l’entrée est gratuite, le visioguide est proposé à 1 euro. De manière générale, le taux de prise en main rapporté à la fréquentation générale du musée est de 28%.

Ce taux passe à 39% si on exclut les temps de gratuité : on constate, lors des 1er dimanches du mois et des journées du patrimoine, que le nombre de visioguides demandés est très faible ; pendant ces temps-forts de gratuité, nos visiteurs sont portés par l’idée d’une découverte sans avoir à dépenser. Le taux de prise est assez homogène sur les jours de la semaine (35 à 38%).

La plus forte variable s’applique aux dimanches : les dimanches classiques, sans gratuité, le taux de prise moyen atteint 45% alors que ce taux baisse à 18% si l’on considère tous les dimanche de la période (journées de gratuité incluses).

Notre réflexion en terme de contenus et notre philosophie du projet peuvent ainsi être résumées :

. 100 œuvres parmi les plus célèbres du musée ont été choisies, réparties sur 9 grands départements Antiquités / Moyen Âge -Renaissance / Plans-Reliefs / Sculptures XIXe / Arts décoratifs / Peinture XVI-XVIIe / Peinture XVIIIe / Peinture XIXe / Peinture XXe.

. 10 parcours ont été imaginés : parcours passion (les 100 œuvres) / parcours chefs d’œuvre (50 œuvres) / parcours famille (20 œuvres) / parcours en anglais (50 œuvres) / parcours en néerlandais (50 œuvres) / 4 parcours thématiques (La couleur bleue – Anges et démons – Retour à l’antique – Histoires de bêtes) / parcours en Langue des Signes (10 œuvres)

. 13 vidéos de présentation ont été produites pour chaque département du musée révélant l’historique du lieu, ses collections, les intentions dans l’accrochage des œuvres etc.

. Chaque commentaire d’œuvre a été conçu comme une conversation avec le visiteur. Le propos est concis (2 à 3 min par commentaire), enrichi de bonus (35 au total), permettant au visiteur d’accéder s’il le souhaite à des informations complémentaires.

Comment avez-vous produit les commentaires et les autres contenus ?

Le commentaire est né d’une étroite collaboration entre notre équipe de conservation et Audiovisit, l’entreprise mandatée pour ce marché, qui nous a aidé à reformuler et à oraliser le discours.

Nous avons choisi d’être propriétaires de nos appareils et de nos contenus et de ne pas faire appel à une délégation de service public. Le projet d’établissement, qu’est l’implantation de visioguides dans un établissement muséal, comprenait aussi la formation de notre personnel à ces nouveaux usages (visioguides et téléchargements au sein du musée) avec pour objectif de revaloriser les postes de distribution et de renouveler la notion d’accueil.

Le principe de diffusion appliqué par le Palais des Beaux-Arts de Lille repose donc sur :

- la mise à disposition gratuite des contenus (collections permanentes et expositions temporaires) ;
- la mise à disposition du matériel (type iPod Touch) gratuite avec un billet d’accès aux collections permanentes et pour un euro symbolique dans le cadre des expositions temporaires

Quel a été le budget de ce nouvel audioguide lancé en 2012 ? Comment avez-vous convaincu une mécène de le financer ?

La convention signée avec la Caisse d’Epargne Nord France Europe a été le fruit d’une longue négociation. Notre projet correspondait à un positionnement stratégique pour eux, s’investir sur sur un outil numérique pérenne. La convention signée pour 3 ans porte sur un mécénat exclusif pour un budget total de 120.000 euros.

Ce budget de 120 000 € (versé en deux fois, 60 000 € en 2011 et 60 000 € en 2012) a permis de financer l’intégralité du projet, ce qui est sans-précédent pour le musée :

- l’acquisition de matériel : 100 appareils (aujourd’hui complété par 40 appareils supplémentaires acquis par le Palais des Beaux-Arts)

- la création des contenus ;

- le développement spécifique de parcours adultes, enfants, familles, thématiques ;
- la création d’application iPhone et Android ;
- la traduction d’une sélection des contenus en anglais et en néerlandais ;
- la traduction en langue des signes d’un parcours spécifique ;
- la maintenance des appareils pendant un an

L’application iPhone et Android de l’audioguide permanent propose les mêmes contenus ?

Non, l’application iPhone (65 Mo) et Android pour nos collections permanentes propose une sélection de contenus réalisée par le musée et Audiovisit: 21 œuvres « coup de coeur », des infos pratiques et un agenda. Nous avons fait le choix de proposer une heure de visite en trois langues (FR/GB et NL), poussé aussi par la contrainte du temps de téléchargement long pour un contenu lourd (photos, vidéos, interviews). Le budget de cette application gratuite a été intégré au budget alloué à cette opération par la Caisse d’Epargne Nord France Europe. Le visiteur peut également télécharger gratuitement l’intégralité des contenus de l’audioguide dans un format MP3.

Bilan des téléchargements de l’application des collections permanentes (avril – octobre 2012):

Téléchargements AppStore 415
Téléchargements Google Play 136
Téléchargements AppStore GB 68
Téléchargements Google Play GB 21
Total  640

Poursuivez-vous la mise à disposition d’audioguides ou d’applications mobiles pour vos expositions temporaires ? 

Oui, pour chaque exposition temporaire, un visioguide et ses applications afférentes sont maintenant programmés. C’est le cas pour nos deux expositions actuelles.

. En juin 2012, une application gratuite a été publiée pour l’exposition d’art contemporain « Babel » (juin 2012-janvier 2013). Elle est disponible en français sur l’App Store (84 Mo) et Google Market (86 Mo).

Elle propose 20 commentaires d’oeuvres, des interviews inédites du commissaire de l’exposition, des vidéos d’artistes et, nouveauté, deux playlists musicales sur Deezer et Spotify…

Elle a été réalisée dans le cadre d’un mécénat de compétence avec notre prestataire Audiovisit. Nous n’avions pas de visioguide pour cette exposition.

Bilan des téléchargements pour l’exposition Babel (juin – octobre 2012):

Téléchargements AppStore 803
Téléchargments Google Play 322
Total         1 125

. Pour notre seconde exposition actuelle « Les Fables du paysage flamand » (octobre 2012-janvier 2013), nos contenus temporaires (20 commentaires audio) sont disponibles pour la première fois en trois langues (FR/GB/NL).

Ils sont disponibles sur des iPods en location à l’accueil (1 euro), téléchargeables gratuitement en format MP3 et teléchargeables sous la forme d’une application mobile Apple (77.8 Mo) ou Google (45 Mo).

Les visiteurs peuvent-ils télécharger les applications dans le musée ?

Oui, depuis le lancement des visioguides et des applications en mars 2012, une borne wifi a été installée dans la galerie d’entrée du musée afin que nos visiteurs puissent télécharger les applications au sein du bâtiment avant de commencer leur visite.

Pensez-vous pouvoir attirer d’autres mécènes sur d’autres projets numériques ?

Oui, un second projet est en cours, né de la rencontre entre le Palais des Beaux-Arts, l’association Signes de Sens et la société 2Visu production, productrice du parcours en langue des signes pour nos collections permanentes, avec le soutien financier de mécènes. Notre objectif est d’imaginer des perspectives nouvelles autour de l’accueil du public, notamment le public autiste et en situation de handicaps. Forts de leur expérience, nos partenaires se proposent de mettre au point un outil innovant sur tablette alliant la pertinence pédagogique et les nouvelles technologies, conçu en complément de l’offre existante.

Une phase 1 d’expérimentation laissera place à une phase 2 de mise en œuvre après évaluation auprès des publics cibles. Ce programme à venir s’intitule Muséo +. Muséo+ est une application pour tablette vidéo s’appuyant sur la pratique du livret-jeu et en l’adaptant à tous les enfants, y compris ceux qui sont généralement exclus des musées à défaut d’une offre adaptée. En associant usage, technologie et médiation, Muséo+ souhaite offrir une application qui repose sur une pédagogie « visio-interactive », une approche sensorielle des savoirs articulant des contenus visuels avec de la langue des signes, du mime, de la voix off, du sous-titrage et des animations pour une accessibilité culturelle la plus large possible.

Quelques applications existent pour smartphones mais très peu questionnent l’usage du tactile pour repenser les IHM (Interaction Homme-Machine) dans une dimension ludique. Les IHM existantes proposent une navigation dans les contenus, le tactile servant à sélectionner (« cliquer ») un contenu ou à dérouler des listes de contenus. Les contenus audio et vidéo étant souvent donnés de façon linéaire laissant peu de place à une réelle interactivité.

Il s’agira de doter les collections du Palais des Beaux-Arts de Lille d’un parcours interactif autour de 10 œuvres:
- le musée s’équipera de 10 iPad (en manipulation autonome, individuelle ou groupe) ;
- le projet est soutenu par le Pôle Images/Région Nord Pas de Calais. Il est financé grâce au mécénat de Vivendi dans le cadre de son programme de solidarité Create Joy et de la Caisse d’Epargne Nord France Europe ;
- le lancement est prévu pour mars 2013.

Avez-vous d’autres projets d’outils numériques ?

Oui, dans le cadre d’un appel à projets du Ministère de la Culture, le projet du « Vase qui parle » vise à mettre en place un outil de médiation innovant autour d’un vase grec, appelé Exaleiptron, qui appartient aux collections du Palais des Beaux-Arts de Lille et qui est actuellement présenté dans la galerie des Antiquités.

L’idée est de reconstituer le vase en très grandes dimensions (H. 1,80 / D. 2,20 m) avec son décor. Le public pourra tourner autour et pointer une manette sur le vase qui lui donnera les informations sur la partie désignée. Ce projet a nécessité de numériser le vase en 3D pour obtenir une définition tant du décor que de la texture d’excellente qualité. Le musée travaille en étroite concertation avec l’Université Lille 3 porteuse du projet pour, à la fois, l’accès à l’œuvre originale, la présentation du vase qui parle au public et la médiation nécessaire autour de cet objet. La présentation au public est prévue à l’automne 2013.

Interview réalisée par mail le 31 octobre 2012.

Le Palais des Beaux-Arts de Lille : INFOS PRATIQUES

Date de création du musée : 1892
Nombre de collaborateurs : 111 permanents

Nb d’œuvres dans la collection : 60 000 œuvres au total dont 1927 exposées
Surface du musée visitable : 22 000 m2 dont 12 000 m2 dédiés aux œuvres

Site web

Page facebook

iTunes (application) : Portraits de la Pensée (FR) ; Boilly (FR/GB) ; PBA Lille (FR/GB/NL) ; Babel (FR) ; Fables du paysage flamand (FR/GB/NL)

Adresse : 18 bis, rue de Valmy – 59000 Lille

Contact mail : communicationpba@mairie-lille.fr
Contact téléphone : 03 20 06 78 00

Personnes impliquées dans le numérique :

Florence Raymond fraymond@mairie-lille.fr

et Anne-Françoise Lemaître aflemaitre@mairie-lille.fr

Copyright Photo: Pierre-Louis Carlier / PBA