La Tate de Londres et la Galerie d’art de Nouvelle-Galles du Sud, à Sydney s’engagent en faveur des cultures autochtones

Partager :
Temps de lecture : 7 min

Le 16 avril 2024, 2 institutions muséales majeures internationales ont annoncé des initiatives fortes en faveur de l’art autochtone et arborignène. La Tate a lancé un nouveau programme pour accroître la représentation des artistes autochtones dans sa collection. A la même date, les bâtiments de la Galerie d’art de Nouvelle-Galles du Sud, à Sydney, ont été rebaptisés avec un nom en langue aborigène. 

  • La Tate lance un nouveau programme pour accroître la représentation des artistes autochtones dans sa collection

Le 16 avril 2024, la Tate a annoncé une nouvelle initiative visant à intégrer davantage d’œuvres d’artistes autochtones dans sa collection.

S’appuyant sur le succès des récentes acquisitions et accords de conservation, cette stratégie vise à créer un changement radical en acroissant le nombre d’artistes contemporains des communautés autochtones du monde entier dont les œuvres sont représentées à la Tate.

Le programme est lancé avec un engagement de quatre ans de la Fondation AKO pour financer des acquisitions d’art sami et inuit d’Europe du Nord.

Il s’inscrit dans la continuité du soutien généreux de la Fondation AKO à la Tate ces dernières années, notamment pour les expositions Olafur Eliasson (2019), le Turner Prize (2021) et Surrealism Beyond Borders (2022), ainsi qu’un programme d’événements à la Tate Modern pour coïncider avec la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques COP26 en 2021.

Des projets similaires visant à rechercher, collecter et exposer le travail d’artistes d’autres communautés autochtones suivront, notamment en Asie du Sud, en Océanie et dans les Amériques.

Ces projets renforceront le travail des comités d’acquisition existants de la Tate dans ces régions et renforceront l’engagement de la Tate à défendre l’art dans toute sa diversité.

Karin Hindsbo, directrice de la Tate Modern, a déclaré : “Nous commençons à constater une plus grande reconnaissance des artistes contemporains autochtones à travers le monde, comme le démontre si brillamment la Biennale de Venise de cette année. La Tate se consacre depuis longtemps à élargir le canon de l’histoire de l’art et nous pouvons désormais pousser ce travail encore plus loin. Je suis particulièrement ravi que les artistes sâmes et inuits d’Europe du Nord – un domaine de pratique artistique qui me tient à cœur – soient bientôt représentés pour la première fois dans la collection internationale toujours plus diversifiée de la Tate”.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Tate (@tate)

Les premières œuvres acquises grâce au nouveau fonds seront l’installation tissée suspendue d’Outi Pieski, Guržot ja guovssat / Spell on You ! 2020 et sa pièce complémentaire Skábmavuođđu / Spell on Me! 2024 créée lors de sa résidence aux Porthmeor Studios à Cornwall. L’artiste a décrit comment l’acte laborieux de tisser ces installations “fait référence au rituel, au sacrifice, à la réparation, à l’expiation et aux forces contradictoires des sociétés samies”Ce sera la première fois qu’un artiste sami entrera dans la collection, ce qui coïncidera avec l’exposition actuelle de Pieski à la Tate St Ives (ouverte jusqu’au 6 mai 2024) où les œuvres sont actuellement exposées. Le 28 avril 2024, l’artiste participera à une table ronde à la Tate Modern aux côtés de Maree Clarke (Boon Wurrung, Mutti Mutti, Wamba Wamba, peuples des Premières Nations de Yorta Yorta, Australie) pour discuter de la pratique contemporaine autochtone et de sa relation avec la régénération de la terre et de la culture. .

L’annonce d’aujourd’hui reflète l’engagement croissant envers les artistes autochtones de la Tate. Des œuvres clés d’artistes issus de diverses communautés ont rejoint la collection ces dernières années, notamment Shuvinai Ashoona (Inuit, Canada), Abel Rodríguez (Nonuya, Colombie) et Edgar Calel (Maya Kaqchikel, Guatemala).

Un programme d’acquisition conjoint innovant avec MCA Australia, soutenu par un don de la Fondation Qantas, a transformé la capacité de la Tate à représenter l’art aborigène et insulaire du détroit de Torres, comme le montre la récente exposition de la Tate Modern A Year in Art: Australia 1992 et l’exposition d’un mois exposition de l’ambassade de Richard Bell (peuples Kamilaroi, Kooma, Jiman et Goreng Goreng, Australie). En 2025, la Tate Modern organisera la première exposition à grande échelle d’Emily Kam Kngwarray jamais organisée en Europe, organisée en étroite collaboration avec la National Gallery of Australia.

Au-delà de ses galeries, la Tate a également mené d’importantes recherches et études dans ce domaine, notamment grâce aux travaux du Hyundai Tate Research Centre : Transnational. Le poste de conservateur adjoint de l’art autochtone a été créé par le Centre en 2019, occupé d’abord par Pablo José Ramírez et maintenant par Kimberley Moulton (Premières Nations d’Australie, peuples Yorta Yorta). Ce rôle travaille aux côtés du réseau de conservateurs adjoints de la Tate à travers le monde pour mettre en avant de nouvelles perspectives sur les histoires mondiales de l’art.

Vue extérieure de la Art Gallery of New South Wales, Naala Badu (à gauche) et Naala Nura (à droite) © Iwan Baan
  • Les bâtiments de la Galerie d’art de Nouvelle-Galles du Sud rebaptisés avec un nom en langue aborigène

Le nouveau bâtiment de la Art Gallery of New South Wales conçu par SANAA comme pièce maîtresse du Sydney Modern Project a reçu le nom aborigène Naala Badu, qui signifie “voir les eaux” dans la langue de Sydney.

En entrant dans Naala Badu, surplombant le port de Sydney sur les terres non cédées du Gadigal, les visiteurs sont d’abord accueillis par la galerie Yiribana consacrée aux artistes aborigènes et insulaires du détroit de Torres.

Le bâtiment original de la galerie d’art, avec sa façade en grès du XIXe siècle, faisant face aux parcs du domaine et à la ville au-delà, a également reçu un nom dans la langue de Sydney, Naala Nura, qui signifie “voir la campagne”.

Ensemble, les deux bâtiments constituent le musée d’art agrandi. Le nom de l’institution vieille de 153 ans reste inchangé : Art Gallery of New South Wales.

“Ces nouveaux noms pour nos deux bâtiments s’inspirent à la fois de leur architecture et de leur situation, dans le pays de Gadigal. Naala Badu fait référence à la fois aux eaux adjacentes du port de Sydney et à celles qui ont toujours soutenu les communautés de tout l’État. Naala Nura reconnaît à la fois le pays autochtone en général et le grès doré du bâtiment original de la galerie d’art, taillé dans le pays local” explique le musée.

La Galerie d’art a collaboré de manière approfondie avec les principales communautés autochtones, y compris le Conseil foncier autochtone local métropolitain, pour choisir les noms autochtones pour ses bâtiments. Ce processus a été soutenu par le conseil d’administration de la Galerie d’art, le groupe consultatif autochtone et le personnel de la Galerie d’art autochtone.

Vue aérienne du nouveau bâtiment conçu par SANAA de la Art Gallery of New South Wales, 2022 © Iwan Baan

La présidente du Groupe consultatif autochtone, Rachel Piercy, a déclaré : “La langue autochtone a un lien profond et spirituel avec le pays. Nous espérons que tout le monde pourra ressentir cela lorsque les noms de bâtiments Naala Badu et Naala Nura seront utilisés par la communauté et les visiteurs de la galerie d’art de Nouvelle-Galles du Sud”

Le directeur de la galerie d’art, Michael Brand, a déclaré : “Nous sommes très honorés que les deux bâtiments de la galerie d’art situés sur ce site important de Sydney portent les noms aborigènes Naala Badu et Naala Nura. Ils évoquent un puissant sentiment d’appartenance – ce lieu d’une beauté physique extraordinaire avec ses histoires complexes et contestées. Nous entendons porter ces noms avec le plus profond respect”.

Depuis sa création en 1994, la galerie Yiribana incarne l’intention de son nom – Yiribana signifiant “par ici” dans la langue de Sydney – en favorisant le changement et en invitant l’institution dans son ensemble à adopter les connaissances, les perspectives, la culture et, par-dessus tout, ses personnes. Dans le cadre de cette philosophie, la Galerie d’art a créé un département des Premières Nations composé de 13 membres du personnel issus des domaines de la conservation et de l’éducation. Dirigée par Cara Pinchbeck, cette équipe possède l’expertise et la vision nécessaires pour répondre à l’art et à la culture des Premières Nations à l’échelle locale, nationale et internationale.

Les nouveaux noms sont affichés sur les deux bâtiments depuis le 16 avril 2024 – Naala Badu, le bâtiment nord, et Naala Nura, le bâtiment sud, et sont progressivement utilisés dans les documents en ligne et publications écrites de la Galerie d’art.

  • Apple soutient également les cultures autochtones

Le 25 janvier 2024, Apple avait de son côté annoncé des contributions au programme autochtone du Sundance Institute et au Musée national des Indiens d’Amérique du Smithsonian. Ces subventions poursuivent le travail de la marque à la pomme pour soutenir et collaborer avec les communautés autochtones.

Ces subventions au Sundance Institute Indigenous Program et au Smithsonian’s National Museum of the American Indian soutiendront la narration autochtone et la préservation de l’histoire amérindienne. Elles font partie du programme Empowering Creatives d’Apple, qui “soutient les organisations qui aident les personnes vivant dans des communautés sous-investies à libérer leur potentiel créatif”.

Avec ce soutien, le Musée national des Indiens d’Amérique continuera d’éduquer le public sur les cultures autochtones et autochtones sur ses sites de Washington, DC et de New York.

“Nous pensons que les riches histoires et cultures des communautés autochtones méritent d’être honorées et que leurs histoires méritent d’être racontées”, a déclaré Lisa Jackson, vice-présidente de l’environnement, des politiques et des initiatives sociales d’Apple. “Après le film “Killers of the Flower Moon” qui met en lumière une histoire essentielle qui a longtemps été négligée, nous nous portons tous mieux. Nous sommes fiers de poursuivre ce bon travail en soutenant les efforts essentiels de ces organisations pour amplifier les voix et les expériences des communautés autochtones”.

Les langues des nations tribales Cherokee, Chickasaw, Choctaw et Osage sont prises en charge sur le clavier des appareils Apple exécutant iOS, iPadOS et macOS. “Cela permet aux enseignants et aux étudiants de s’engager et d’apprendre dans ces langues, contribuant ainsi à les préserver ainsi que leurs cultures et à garantir que leurs communautés puissent continuer à progresser”. « Killers of the Flower Moon » est diffusé dans certains cinémas et diffusé dans le monde entier sur Apple TV+.

SOURCES: Tate, Art Gallery of New South Wales, Apple

PHOTO du carrousel: Vue de l’installation d’ Outi Pieski à la Tate St Ives, 2024. Photo © Tate (Oliver Cowling)

Date de première publication: 26/04/2024

banner malaga juin 2024

Laisser un commentaire

Club Innovation et Culture France

Bonjour

A l’occasion de ses 10 ans, le CLIC France vous propose une nouvelle version de son site web.

Celui-ci sera prochainement enrichi de nouveaux contenus et services.

Si vous souhaitez être tenu informé de l’actualité du CLIC France et des futures évolutions de son site web, nous vous invitons à vous inscrire à notre newsletter.

L’équipe du CLIC France