Guillaume Ducongé / Audiovisit « Le monopole de l’audioguide est terminé »

Partager :


Guillaume Ducongé, directeur des contenus et des TIC, Audiovisit
« Le monopole de l’audioguide est terminé »

audiovisit-web

Sept ans après la mise en œuvre de son premier projet d’audioguide, et au moment où Audiovisit déploie de nouveaux outils bluetooth et iPhone, Guillaume Ducongé imagine l’avenir des audioguides, de leurs types de contenus à leurs modes de diffusion.

Question : Audiovisit connait un début d’été très studieux avec des lancements d’outils audioguides très innovants, notamment la première visite de musée en application iPhone….

Lorsque nous avons créé Audiovisit en 2002, nous avons eu une intuition forte : l’apparition du mp3 n’allait pas seulement révolutionner le secteur de la musique, mais aussi celui de l’audioguide et de la visite de musées. Le projet AUDIOVISIT est à la base celui de visiteurs de musées et de passionnés de transmission des connaissances. Purs produits de l’université, nous ne sommes, avec mon associé, Philippe-Arnauld Ducatillon, ni des historiens d’art, ni des ingénieurs férus de nouvelles technologies. Nous sommes partis de l’utilisateur et de ses besoins. Ainsi, depuis 2002, nous observons régulièrement l’évolution des comportements des visiteurs de musées, notamment en réalisant des prototypes que nous évaluons sur le terrain. Nous n’allons vers des solutions technologiques innovantes que si elles sont fiables techniquement, et qu’elles touchent une part suffisamment importante des visiteurs.
On peut dire que cet été 2009 voit effectivement la matérialisation de notre intuition de départ, avec la mise en place d’une série de projets basés sur deux technologies majeures : la diffusion bluetooth et les applications mobiles iPhone. Le point commun de tous ces projets est la dématérialisation du contenu audioguide et sa diffusion multiplateformes (web et mobiles) et multisupports (iPhone, téléphone mobiles traditionnels et lecteurs MP3).

Quels sont concrètement ces nouveaux projets ?

Pour la RMN, nous avons créé avec le Musée national du moyen âge le premier musée offrant à la fois le téléchargement mp3 sur internet, la visite en webmobile, la visite en application iPhone et la première borne bluetooth permanente dans un musée (proposant 20 minutes de contenu sur la Dame à la Licorne). Cette semaine, nous installons deux bornes bluetooth sur l’île d’Aix et en septembre nous aurons lancé 4 nouvelles applications iPhone : Chagall à Nice, Léger à Biot, Maison Bonaparte à Ajaccio et le château de Malmaison.

ipod-cluny

Pour le Grand Palais, nous sommes associés à la société Sinapses Conseils pour concevoir les nouveaux commentaires audio proposés dans le sas d’entrée de la nef depuis le 17 juillet. Ces contenus sont diffusés en bluetooth via une borne installée dans le sas mais également au sein d’une application iPhone que nous avons développé et en téléchargement sur le site internet du Grand Palais. Le Grand Palais sera le second lieu, après le Musée de Cluny, à proposer à la fois le téléchargement de ses commentaires de visite via le bluetooth in situ et via iTunes. Le wifi gratuit proposé dans le sas du Grand Palais permettra d’ailleurs aux visiteurs qui ne l’ont pas fait en amont de télécharger l’application iPhone sur place.

Question : Tout n’est pas seulement une question de technique c’est aussi une histoire de contenus et de ton. Ne faut-il pas réinventer l’écriture des contenus audioguides ?

Issus de l’édition (presse et multimédia), nous étions poussés à la fois par la passion des belles pierres, le goût d’apprendre et l’envie de prendre davantage de plaisir en tant que visiteurs de musées. Après avoir testé de nombreux audioguides, nous nous sommes vite rendus compte que les audioguides proposés dans les musées étaient très inégaux, les commentaires souvent très classiques, voire ennuyeux, lorsqu’ils n’étaient pas tout simplement inadaptés aux non-spécialistes que nous sommes. C’est ainsi que nous avons imaginé une écriture différente des audioguides en utilisant la technique des interviews ou des commentaires subjectifs (ce n’est plus seulement une voix anonyme ou de comédienne qui vous guide mais un personnage historique qui vous accueille chez lui par exemple).
Si notre équipe est constituée exclusivement de personnes diplômées en histoire de l’art, nous souhaitons continuer à jouer le rôle du primo visiteur, celui qui découvre un artiste ou une collection pour la première fois et n’a pas de connaissances particulières sur le sujet.

Notre premier objectif est donc toujours celui de la bonne transmission des connaissances. Mais le second est d’apporter du plaisir au visiteur. Pour ce faire, nous travaillons beaucoup sur la diversification des contenus. Dans une visite audio, le visiteur ne devrait pas avoir l’occasion de s’ennuyer ou de se fatiguer. L’une des recettes pour cela est de lui offrir un savant mélange de commentaires d’œuvres en voix off, de lectures d’extraits, de musiques, d’interviews, d’exploitations d’archives sonores ou encore de reconstitutions historiques.

Cette préoccupation d’exigence et de diversité se retrouve par exemple dans ce que nous réalisons avec Sinapses Conseils pour le Grand palais : les 40 minutes de commentaires sont essentiellement constituées d’interviews avec des collaborateurs de l’établissement public (régisseur ou responsable de la maitrise d’ouvrage), des experts (architecte des monuments de France et un apiculteur qui a installé des ruches sur le toit) ou des créateurs (Daniel Buren, Karl Lagerfeld, Raphaël Gaillarde).

grand-palais

Question : Bluetooth et iPhone sont-ils l’avenir ou les fossoyeurs des audioguides ? peut-on imaginer la dématérialisation totale et la fin des audioguides prêtés aux visiteurs ?

Le monopole de l’audioguide est terminé, nous sommes déjà entrés dans une nouvelle ère ! Nous parlons aujourd’hui de visites audio. Nous travaillons avant tout à la réalisation de contenus audio (et vidéo) qui pourront ensuite être diffusés via de nombreux canaux. On appelle cela la multi-diffusion. Si l’audioguide n’est pas prêt de disparaître complètement, car il est toujours bien adapté à certains types de publics, le contenu peut aujourd’hui être diffusé via internet pour le téléchargement sur le lecteur mp3 du visiteur, en version iPhone, ou encore en bluetooth sur les téléphones mobiles des visiteurs. Bien entendu, ces technologies nécessitent d’adapter un minimum les contenus, mais elles ne sont pas nécessairement plus coûteuses. Plus les visiteurs ont potentiellement en leur possession un appareil qu’ils peuvent transformer facilement en « audioguide personnel », moins le musée à la nécessité d’investir dans un parc d’audioguides important… sans compter les économies de gestion du service que cela induit.

Question : Ces nouvelles formes de production et de diffusion des audioguides peuvent-elles attirer de nouveaux publics ?

C’est effectivement l’enjeu, dans la mesure où elles poussent le musée à remettre en cause son offre de contenus et de services. C’est d’ailleurs avec cet objectif que la RMN nous a demandé de lancer la multi-diffusion au musée Cluny à l’occasion du passage à la gratuité des moins de 26 ans. Ces technologies obligent à communiquer autrement, avec un discours sans doute plus « moderne », qui peut attirer, notamment, les publics plus jeunes. Mais renouveler son contenu et son accueil peut aussi se faire avec un audioguide, en proposant des visites audio différentes. Pourquoi, en plus de la visite audio adulte ne pas proposer une version enfant ? Nous constatons que nombre de parents ne prennent pas l’audioguide lorsqu’il n’y a pas de version enfant. Ainsi, investir un petit budget dans une version enfant va généralement considérablement augmenter la demande d’audioguide. Enfin, dans cette logique d’amélioration de l’accueil, nous constatons que nous réalisons de plus en plus de versions spécifiques pour les sourds et malentendants en LSF.

enfants

Question : Vous avez été parmi les premiers à proposer les contenus de vos audioguides en téléchargement MP3 sur votre site ? quels en sont les résultats ? Quel est le profil des utilisateurs ? Quel est le contenu le plus téléchargé ?

Après quasiment deux ans d’existence de notre plateforme de téléchargement grand public www.audiovisit.com, nous constatons plusieurs phénomènes. Tout d’abord la pratique n’est pas, comme on aurait pu le penser, exclusivement urbaine et jeune. Je suis toujours étonné de constater que les provinciaux vivant hors des grandes agglomérations sont bien représentés, et surtout qu’on télécharge à tous les âges… voir même au-delà du fameux « 7 à 77 ans » puisque le doyen de nos visiteurs ayant téléchargé une visite était âgé de 83 ans !
Les contenus les plus téléchargés sont généralement les grandes expositions. Mais ce qui ressort avant tout, c’est que le téléchargement est une affaire de gratuité ! Le téléchargement payant ne décolle pas, sauf s’il est éventuellement inclus dans le billet d’entrée électronique et bénéficie d’un tarif promotionnel avantageux par rapport à la location de l’audioguide classique sur place. Mais même dans ces cas, les résultats du téléchargement payant sont incomparables avec le téléchargement gratuit.

Question : Quel est le lieu (ville ou site) en France ou à l’étranger pour lequel vous rêveriez proposer un audioguide de nouvelle génération ?

Par pur plaisir personnel ? J’ai bien entendu déjà songé à des destinations comme le magreb ou l’asie du Sud Est, mais sincèrement, je crois qu’il faut protéger les guides humains dans ces pays. Disons que si j’avais le choix et les moyens de le faire, plutôt qu’un site en particulier, je serais plutôt tenté de développer des audioguides de nouvelle génération en chinois et en japonais ! A mon sens, attirer et donc bien accueillir ces visiteurs passera demain par ces nouveaux développements technologiques. à moins que tout le monde se mette rapidement au mandarin et au japonais !

audiovisit

AUDIOVISIT EN 4 chiffres

Age de la société : 7 ans
Nombre de collaborateurs : 7
Département de domiciliation : 69 (Rhône)
Nombre d’audioguides produits : 150 projets réalisés depuis 2002.

www.audiovisit.fr (grand public, téléchargement de contenus)
www.audiovisit.com (professionnel)

3 Petite rue des Feuillants, 69001 Lyon

Service Commercial : 92, rue de la Victoire
75009 Paris

Interview réalisée le 20 juillet 2009

Liens utiles

Le Grand Palais ouvre ses portes … numériques

Le Musée National du Moyen Âge sur iPhone

Partager :

Laisser un commentaire