La numérisation des archives bénéficie aux professionnels du musée ainsi qu’au public, telle est l’opinion partagée dans cet article rédigé par Lynsey Martenstyn, attachée de presse au musée Imperial de la guerre (Imperial War Museum London) de Londres.

Comme vous pouvez le voir sur les panneaux à l’extérieur de notre bâtiment, le musée Impérial de la Guerre est actuellement fermé pour cause de travaux jusqu’en juillet 2013. Nous entreprenons en effet la première phase de rénovation pour transformer le musée et créer de nouvelles galeries consacrées à la première guerre mondiale pour célébrer le 100ème anniversaire de la fin du conflit, l’année prochaine. Pourtant, bien que nos portes restent physiquement fermées, nos collections restent encore très accessibles, et pas seulement à ceux qui visitent notre site à Londres, mais aussi aux visiteurs du monde entier.

A l’heure où les musées et institutions culturelles cherchent à rendre leurs collections plus accessibles et à encourager l’interaction du public avec celles-ci, donner à un public international l’occasion d’explorer le contenu des collections représente une nécessité et un challenge.

C’est ainsi que les collections de notre musée sont accessibles dans leur globalité et à toute heure de la journée. Des objets qui auparavant n’étaient disponibles qu’à l’intérieur du musée sont maintenant accessibles à tous ceux qui ont accès à l’internet. On peut désormais voir, entendre et interagir avec ces objets.

En début d’année, nous avons réussi à mettre en ligne 14, 000  enregistrements sonores de nos archives. Ces enregistrements donnent vie à l’histoire en permettant aux internautes d’écouter les témoignages des hommes et des femmes qui ont vécu et participé à la guerre. Nous traitons toutes les facettes de la guerre, de l’histoire plutôt inhabituelle d’une infirmière de la Croix-Rouge britannique servant avec les Russes sur le front de l’Est, jusqu’à des exemples plus familiers comme les témoignages des objecteurs de conscience.

Et les avantages vont au-delà de l’accessibilité. Une collection d’archives numérisées est aussi un outil pédagogique – les enseignants et les professeurs peuvent y accéder avec facilité pour enrichir leurs cours ou leurs recherches. La numérisation des collections améliore également l’expérience du public. Grâce à elle, les visiteurs sont capables d’accéder à des éléments de leur choix, avant ou après leur visite ou avant de partager leurs objets préférés en ligne, par mail ou sur les réseaux sociaux  comme tweeter.

Mais surtout, les visiteurs, qu’ils soient nouveaux ou pas, peuvent faire toutes ces actions de leur domicile à toute heure de la journée, n’importe quel jour de la semaine.

(c) IMW

Les avantages pour le musée

La numérisation des archives a des avantages internes et externes. Une bonne archive numérique facilite notamment le travail pour les conservateurs, économise de l’espace et conserve des objets pour que les générations futures puissent en profiter.

Richard McDonough, conservateur des documents sonores à IWM estime que la numérisation récente des archives sonores du musée a rendu la documentation et l’indexation plus facile: « Plutôt que d’avoir à fouiller pour trouver une cassette ou piocher une archive à partir d’une bobine ouverte, les archives sont désormais plus faciles à transférer dans des formats standards. »

Elle offre également la possibilité de créer des expositions exclusivement en ligne en utilisant des objets qui peuvent habituellement être trop délicat à exposer.

Des documents uniques

© IWM (MH 1)

Nous possédons ainsi une collection de documents et d’objets culturellement et historiquement précieux, par exemple les accords de Munich (qui ont permis à Hitler d’annexer les Sudètes).

Un tel document marque un tournant dans l’histoire moderne et doit être conservé en raison de son importance historique et culturelle et de sa valeur inestimable. Comme il est écrit sur du papier utilisé en temps de guerre il est moins durable que le papier moderne et nécessite une humidité, une lumière et une température contrôlée. En numérisant ce document, les visiteurs peuvent zoomer dessous et il peut être consulté par un grand nombre de personnes – quelque chose qui pourrait s’avérer difficile s’il était exposé dans une vitrine très surveillée dans un musée.

Ce genre d’expositions en ligne crée des opportunités formidables pour les musées comme le nôtre – mais également pour les musées plus petits et plus isolés.

Il permet de partager leurs archives et leurs collections avec un public plus large à travers le monde – un public que ces musées ne pourraient jamais rêver d’accueillir  physiquement – d’une manière qui est à la fois facile d’accès  et financièrement possible pour le musée.

Les meilleurs conseils pour la numérisation des archives

. Equipez-vous d’une plate-forme ergonomiquement simple permettant un accès facile aux ressources numériques. La numérisation n’a aucune pertinence si les utilisateurs ne peuvent pas accéder à ce dont ils ont besoin ou s’ils ne peuvent pas le faire de manière optimale.

. Assurez-vous que toutes les données numériques sont classées et stockées de manière efficace, comme vous le feriez avec une collection d’archives physique.

. Ajoutez autant d’informations contextuelles que possible à votre ressource numérique, cela améliorera l’implication des visiteurs.

. Enfin, ne négligez pas l’archivage de l’objet original par rapport à sa version numérique!

Lynsey Martenstyn est attachée de presse au musée Imperial de la guerre à Londres – suivez le musée sur Twitter @I_W_M

Article publié initialement le 3/05/2013 dans le journal britannique The Guardian.