Après un outil in-situ en réalité augmentée, le MuséoParc Alesia propose sa première visite virtuelle

A l’occasion de l’exposition « Dans les cuisines d’Alésia », le MuséoParc Alésia propose sa première visite virtuelle. Pour préparer ou prolonger sa visite, chacun est invité à entrer dans la cuisine, à ouvrir les placards et à voyager dans le temps ! Mais comme l’explique le directeur du MuséoParc, Michel Rouger: « Il ne s’agit pas de l’expo telle qu’elle est présentée, mais d’une manière différente de présenter des contenus qui se croisent et se complètent ». Dans l’interview ci-dessous, le directeur du lieu revient sur la genèse de cette exposition virtuelle et dresse un premier bilan de l’outil de visite en réalité augmentée lancé en février 2020.

L’exposition « Dans les cuisines d’Alésia » a ouvert ses portes le 28 juin 2020, avec 3 mois de retard pour cause de covid-19. Pour lui donner une autre dimension et élargir son visitorat, le MuséoParc Alésia a donc décidé de lui consacrer sa première exposition virtuelle.

« Faites comme chez vous : ouvrez le frigo, le four, le placard ou la boîte de gâteau et passez à table pour percevoir les habitudes alimentaires des Gaulois et Gallo-Romains ! En supplément, des jeux, de la réalité virtuelle et des illustrations vous y attendent. Et pour s’émouvoir devant les marmites, les couteaux et autres ustensiles vieux de 2000 ans, rien ne vaut la visite de l’expo au MuséoParc Alésia ! » explique le site web du Museoparc.

Pour accéder à l’exposition virtuelle: https://lnkd.in/eN6pu-K

Le projet a été développé en partenariat avec la société turque TETRAZONE DESIGN.

L’exposition virtuelle est lancée quelques mois après la mise à disposition d’un nouvel outil de médiation in-situ, sous la forme d’une application en réalité augmentée.

8 QUESTIONS A … Michel Rouger, directeur du MuséoParc Alesia

Pourquoi avoir choisir de lancer une visite en réalité virtuelle ?

Suite à la période de confinement, il y a eu dans les musées de nombreuses réflexions autour de la notion de visite virtuelle. L’équipe du MuséoParc Alésia n’a pas échappé à la règle et s’est largement interrogée. En même temps, le projet en cours de rénovation de la scénographie ne permettait pas de se projeter sur une visite virtuelle de l’existant.

Nous en étions là, quand Tetrazone nous a contactés en nous envoyant des réalisations d’expositions virtuelles pour savoir si ça pouvait nous intéresser… et nous avons été séduits par leur originalité ! L’idée est alors venue de travailler sur notre exposition temporaire « Dans les cuisines d’Alésia ».

Comment avez vous travaillé avec la société de production ?

Une fois que nous avons défini le concept, à savoir de rentrer par un univers de cuisine contemporaine et d’explorer des « mondes » qui invitent à la découverte de la cuisine dans l’Antiquité, nous avons fourni tous les contenus et la société de production a tout mis en scène.

Toutes les semaines, un point par visioconférence était fait pour corriger ou modifier les éléments. Cela s’est fait assez simplement, avec beaucoup de réactivité et à l’écoute de nos souhaits.

Quel a été le budget de production ?

Le budget a été de 7 000 euros HT, tout compris.

Envisagez vous de réaliser une version virtuelle de toutes vos expos temporaires ?

Comme c’est une première pour le MuséoParc Alésia, nous allons déjà voir quel va être l’impact et la fréquentation de la visite virtuelle qui est très facilement accessible depuis notre site Internet.

Le concept est vraiment séduisant, mais je suis plutôt partisan de ne pas le faire systématiquement pour chaque exposition temporaire. Je préfère en faire moins, mais bien mettre en valeur un sujet qui se prête à être traité de manière originale en visite virtuelle.

Peut-on faire faire un premier bilan de l’application en réalité augmentée que le MuséoParc a lancé au printemps 2020? 

L’appli « les 4 saisons d’Alésia » a connu un beau succès au cours de l’été. Les tablettes étaient fournies aux visiteurs en respectant un protocole de désinfection : 60 % des visiteurs environ l’ont utilisée (une tablette par famille ou groupe de 4 maxi).

Les retours sont globalement positifs, les reconstitutions 3D de la ville impressionne et l’effet immersif remplit complètement sa mission. Les jeux pour découvrir l’archéologie sont appréciés des petits comme des grands et le selfie final amuse tout le monde ! Nous avons clairement constaté un temps de visite beaucoup plus long sur le site des vestiges. 

L’application est elle en location payante in-situ ? 

L’appli est incluse dans le prix du billet d’entrée, sans supplément.

Quel a été le budget de production de cet outil de médiation ?

Le budget de production a été de 150 000 € HT, tablettes comprises.

C’est une prestation de l’entreprise Ohrizon associée à Salisbury Archéologie, dans le cadre d’un appel d’offres. Le prestataire a été payé pour sa mission. Nous avons financé l’investissement et nous en sommes propriétaires.

Avez vous prévu des évolutions ? 

Une module payant (5 € par tablette) sera disponible à partir de la mi-octobre : il s’agit d’un escape game en plein air, un jeu d’aventure avec énigmes qui inclura les modélisations 3D dans une histoire, pour découvrir le site archéologique différemment et toucher un nouveau public.

Propos recueillis par mail le 18 et 19/09/2020

SOURCE: MuséoParc Alesia

PHOTOS: MuséoParc Alesia

Date de première publication: 23/09/2020

Le MuséoParc Alesia est membre du Clic France

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Laisser un commentaire