Drone, immersion, 3D, photo 360° … le projet PatriNum virtualise le Château de Villesavin

De mars à septembre 2016, le projet PatriNum, contraction de « patrimoine » et « numérique », a consisté à déployer une panoplie d’outils technologiques destinés à valoriser un lieu de patrimoine. Résultat de cette initiative de 5 étudiants en master: une visite virtuelle du Château de Villesavin (Loir-et-Cher) comme si on y était.

chateau-de-villesavin-facade-principale

Ce projet est mené par cinq étudiants du Master Communication et multimédia de l’université Paris 2 Panthéon Assas – Institut français de presseJulien Turminel, Arnaud de Coninck, Pauline Thirion, Hélène Doré et Xu Jing.

Il s’agit de leur projet de fin d’étude, qu’ils ont choisi de centrer autour du Château de Villesavin, voisin de Chambord, sélectionné pour son charme et pour son potentiel quant à la valorisation par l’image. Ce château est par ailleurs classé aux Monuments Historiques. Il s’inscrit dans la région du Centre-Val de Loire, dont la renommée internationale pour ses nombreux châteaux d’époque Renaissance n’est plus à faire.

DCIM100MEDIADJI_0059.JPG

Le projet PatriNum associe les nouvelles technologies et les nouveaux médias à la valorisation du patrimoine

Les prises de vue et vidéos aériennes ont nécessité l’utilisation d’un drone, ce qui a permis de prendre conscience et d’apprécier les dimensions, richesses et détails du château. Les photographies ont ensuite servi à la photogrammétrie, qui est une technique permettant de modéliser le monument en 3D et d’avoir ainsi une maquette virtuelle dans une grande résolution.

Images vidéos prises par drone:

Modélisation 3D du château:

L’équipe ne s’est pas arrêtée là puisqu’elle offre également une visite virtuelle immersive, grâce à une caméra 360° de la chapelle, du colombier à échelle tournante (qui est un élément architectural rare et qui rend donc le Château de Villesavin singulier), de la cour d’honneur du château, etc…

prise-de-vue-par-drone-dun-medaillon-de-la-cour-dhonneur-du-chateau-de-villesavin-1

L’aboutissement du projet consiste en la réalisation d’un site internet consacré aux méthodes et moyens utilisés sur le terrain. La communication autour du travail effectué à Villesavin est, depuis, très active sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et Instagram.

La démocratisation culturelle a été l’élément central de la démarche et le projet est également porté par les valeurs de partage, d’expertise technologique et de rigueur scientifique. Autant de raisons pour lesquelles le CLIC France a souhaité soutenir PatriNum.

Le CLIC France a posé 4 questions à Hélène Doré (PatriNum) :

clic. Pourquoi avez-vous choisi le Château de Villesavin ?

Nous avons choisi le château de Villesavin pour plusieurs raisons. Tout d’abord car il se situe dans le Val de Loire, région hautement touristique et réputée pour l’importante concentration de ses châteaux. Nous souhaitions nous implanter dans un espace dynamique et riche d’un point de vue culturel, ce qui pouvait avoir un impact ensuite pour nous en terme de visibilité et de recherche de nouvelles coopérations.

Après une première visite, ce lieu nous a totalement charmés. Son parc de plusieurs hectares, son colombier, sa chapelle peinte, ses façades offraient un formidable potentiel de valorisation par l’image et s’adaptaient particulièrement aux technologies que nous souhaitions employer. Par ailleurs, le château est géré par des propriétaires privés, ce qui simplifiait les démarches de demande d’autorisation quant à l’utilisation d’un drone, qui peuvent se compliquer rapidement lorsque l’on intervient dans un espace public.

Nous sommes aussi sensibles au patrimoine peu ou « moins visible », et nous souhaitions travailler avec un monument disposant de moins de moyens dans la région afin de lui apporter une véritable plus-value. Et lorsque nous avons rencontré Véronique de Sparre, propriétaire du monument, nous avons senti que nous aurions une grande liberté dans la conduite de notre projet. Elle nous a rapidement fait confiance et ne nous a pas imposé de règles, de marches à suivre qui auraient pu nous limiter dans nos actions. En travaillant avec le Château de Villesavin, nous avons pu exposer notre vision de la culture, une culture dynamique et moderne, accessible à tous, sans que l’on ait à s’inscrire dans un discours pré-établi ou dans une démarche institutionnelle.

. Comment le château s’est-il investi dans le projet ?

Le château nous a donné une totale carte blanche pour valoriser ses espaces, ce qui était un premier point important pour nous. Nous ne voulions pas que l’on nous « impose » une vision spécifique du patrimoine. Au contraire, nous souhaitions renouveler l’image de ce dernier, qu’on taxe encore trop souvent d’appartenir à une élite, ce qui a été possible grâce à la réelle liberté qui nous a été accordée. Pour cela, nous sommes très reconnaissants et le projet n’aurait sans doute pu prendre cette forme si cette confiance n’avait pas été là dès le départ.

Notre collaboration a été fondée sur plusieurs rencontres. Après une première prise de contact et un premier déplacement, nous avons réalisé les tournages sur place pendant trois jours au mois de juin. L’échange et la discussion ont été importants, la famille de Sparre et les équipes du château nous ont fourni beaucoup d’informations sur le monument, qu’il s’agisse d’histoires de famille ou de données scientifiques, qui ont été précieuses pour nous car elles nous ont permis d’alimenter notre storytelling autour du projet PatriNum.

Évidemment, nous avons aussi soumis certains textes à la relecture, pour éviter l’erreur historique ou scientifique, et nous avons travaillé ensemble dans un échange de visibilité, notamment en ce qui concerne les réseaux sociaux.

. Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées ?

La principale difficulté que nous avons rencontrée a été liée surtout à nos emplois du temps respectifs. Nous étions tous engagés dans une année universitaire, avec un contrat en alternance – nous avions donc cours et travaillions pour chacun au sein d’une entreprise ou d’une institution culturelle en parallèle. Il fallait donc bien nous organiser afin de dégager du temps en commun, de répartir les tâches et d’avancer tous ensemble sur nos missions respectives.

Plus pragmatiquement, nous avons tourné au mois de juin… au moment des inondations ! Nous vous laissons imaginer dans quel état d’esprit nous étions à ce moment-là ! Après un petit coup de frayeur, nous avons finalement pu tourner et le planning n’a pas été impacté.

. Allez-vous poursuivre votre coopération avec le château ?

Nous n’avons pas prévu pour l’instant de poursuivre notre coopération avec le château, même si l’envie ne nous manque pas ! Nous sommes aujourd’hui à une étape de transition, entre sortie des études et entrée dans la vie active. Cela dépendra un peu des envies et des opportunités de chacun, certains d’entre nous ont déjà eu des propositions professionnelles.

Nous sommes en ce moment dans une période de réflexion et de choix, de décisions à prendre quant à notre avenir, ce qui concerne plus largement aussi l’avenir du projet PatriNum ! Ce dernier s’inscrivait dès le départ dans le cadre d’un projet de fin d’étude en master 2 Communication et multimédia à l’université Panthéon-Assas, à nous de voir aujourd’hui si nous souhaitons sauter le pas et transformer l’essai !

Sources : Projet PatriNum, Château de Villesavin

Photos : (c) DR Projet PatriNum

Date de première publication : 04/11/2016

a-lire-sur-le-site-du-clic

X.Lelevé (Château de Beaugency): « La notion d’expérience supplante dorénavant la notion de visite »

Avec son musée virtuel, le musée d’histoires naturelles de l’Idaho offre un accès 3D à ses trésors

DOSSIER / Tour de France des expositions et de leurs dispositifs numériques (18/10/2016)

Laisser un commentaire