Tour de France des expositions 2021 et leurs dispositifs / contenus numériques et innovants (06/09/2021)

Partager :

Les musées français ont enfin rouvert leurs portes et proposent de nombreuses expositions, aux sujets les plus variés. Plus que jamais, les expositions sont enrichies et complétées par des contenus numériques, disponibles hors les murs. « Des images et des hommes, Bamiyan 20 ans après » au Musée Guimet, « Georgia O’Keeffe » au Centre Pompidou, « Georges Bruyer. Graver la guerre » au Musée de la Grande Guerre de Meaux, « Hippolyte, Paul, Auguste : Les Flandrin, artistes et frères » au Musée des Beaux-Arts de Lyon, « Côté jardin. De Monet à Bonnard » au Musée des impressionnismes Giverny, « Peintres femmes » au Musée du Luxembourg, « TAYSIR BATNIJI⁠ ⁠- Quelques bribes arrachées au vide qui se creuse” au MAC VAL, « Mémoire de glace » au Musée de Préhistoire d’Île-de-France, « Les tables du pouvoir » au Louvre-Lens « L’archipel des sentinelles » au Musée national de la Marine, Aerodream et Chagall au Centre Pompidou Metz, « Open museum – François Boucq » au PBA de Lille, « Damien Hirst. Cerisiers en fleurs » à la Fondation Cartier, « United States of Abstraction » au Musée d’arts de Nantes,  Jeff Koons au Mucem, « Salgado Amazônia » à la Philharmonie de Paris, « Eugène Atget – Voir Paris » à la Fondation Henri Carter-Bresson, « Le Corps et l’Âme » au Louvre, « Magritte / Renoir » à l’Orangerie, « La voix des témoins » au Mémorial de la Shoah, « Divas » à l’IMA, l’Empereur romain au Musée de la Romanité, « Giacometti » au Grimaldi Forum … le CLIC France propose un tour de France (non exhaustif) des expositions et de leurs dispositifs / contenus numériques.

  • « Des images et des hommes, Bamiyan 20 ans après » – Musée Guimet (du 19/05/2021 au 18/10/2021)

 Le Musée national des arts asiatiques – Guimet a choisi de commémorer la destruction du site de Bamiyan à travers une exposition présentant des œuvres archéologiques majeures retrouvées sur cette falaise afghane de Bamiyan. L’exposition rend hommage à Joseph et Ria Hackin, archéologues de Bamiyan et conservateurs du musée, disparus il y a 80 ans. Le MNAAG présente une série d’œuvres archéologiques uniques retrouvées dans cette falaise afghane, du Gandhara à la période islamique. 

. Visite virtuelle

Lien vers la visite virtuelle

(Source: Musée national des arts asiatiques – Guimet)

  • « KĀIWÙ, Art et design en Chine » – Musée de l’Hospice Comtesse (du 19/05/2021 au 12/09/2021)

L’exposition « KĀIWÙ, Art et design en Chine » propose de mettre en avant le design contemporain chinois. Elle montre comment l’art séculaire de l’objet en Chine influe aujourd’hui sur la création contemporaine. Au travers d’une sélection unique d’objets, Kai Wu donne à voir la manière dont graphistes, ébénistes, créateurs de bijoux, plasticiens et artisans réinterprètent le travail ancestral autour du bois, du verre, de la céramique, de la laque ou du bambou et comment objets et œuvres d’art se projettent aussi dans un monde futuriste en intégrant les techniques numériques.

. Visite virtuelle

Lien vers la visite virtuelle

(Source: Musée de l’Hospice Comtesse)

  • « Georgia O’Keeffe » – Centre Pompidou (08/09/2021 au 06/12/2021)

Le Centre Pompidou présente la première rétrospective en France de Georgia O’Keeffe (1887 – 1986), l’une des plus grandes figures de l’art nord-américain du 20e siècle. Riche d’une centaine de peintures, dessins et photographies, l’exposition propose un parcours complet à travers sa carrière artistique. 

. Podcasts

Cette série de podcasts fait découvrir la vie et l’œuvre de Georgia O’Keeffe, en suivant les huit sections de l’exposition à travers les commentaires d’Anna Hiddleston-Galloni et les nombreuses citations de l’artiste.

(Source: Centre Pompidou)

  • « Georges Bruyer. Graver la guerre » – Musée de la Grande Guerre de Meaux (20/05/2021 au 03/01/2022)

L’exposition « Georges Bruyer. Graver la guerre » du Musée de la Grande Guerre dévoile pour la première fois l’œuvre de Georges Bruyer pendant la Grande Guerre, sa  personnalité, son parcours dans le chaos du conflit et les multiples facettes de son talent. Outre ses descriptions du quotidien et ses représentations de paysages détruits ou dévastés, Georges Bruyer rend compte en couleur et développe une iconographie propre autour du thème de la nuit, qui devient un thème récurrent dans son travail.

. Visite virtuelle

Virtualmaker360 a conçu la visite virtuelle à 360° de l’exposition « Georges Bruyer. Graver la guerre ». Cette visite virtuelle inclue de nombreuses informations : vidéos, photos HD, parcours pédagogique, e-learning…

(Source: Musée de la Grande Guerre)

  • « Hippolyte, Paul, Auguste : Les Flandrin, artistes et frères » – Musée des Beaux-Arts de Lyon (19/05/2021 au 05/092021)

Hippolyte (1809-1864), Paul (1811-1902) et Auguste (1804-1842) Flandrin comptent parmi les artistes les plus importants de la scène artistique à Lyon au XIXe siècle. Des trois frères, Hippolyte est le plus célèbre. Élève préféré de Jean Auguste Dominique Ingres, il se distingue en tant que peintre d’histoire et par de grands décors. Il compte également parmi les portraitistes les plus recherchés de son temps. Son frère cadet, Paul, se consacre lui aussi à ce genre mais son domaine de prédilection est le paysage. Le plus âgé, Auguste, demeure le moins connu, en raison d’un décès prématuré.

. Podcast « Sur les pas d’Hippolyte Flandrin »

La série de podcasts du Musée des Beaux-Arts de Lyon « Des mots une œuvre » débute avec un épisode consacré aux frères Flandrin. Mêlant arts visuels et littérature, ce podcast fait dialoguer des œuvres de l’exposition avec des textes littéraires, poétiques, philosophiques ou historiques ; des essais, des romans ou des écrits d’artistes. Ce podcast a été réalisé en partenariat avec le TNP, Théâtre National Populaire.

(Source: Musée des Beaux-Arts de Lyon)

  • « Côté jardin. De Monet à Bonnard »– Musée des impressionnismes Giverny (19/05/2021 au 01/11/2021)

Le musée des impressionnismes Giverny invite à une promenade dans les jardins impressionnistes et nabis. Peintures, dessins, estampes, photographies… L’exposition « Côté jardin. De Monet à Bonnard » présente une centaine d’œuvres. Si le thème du jardin a déjà été traité dans de nombreuses expositions, le musée des impressionnismes Giverny propose un angle inédit dans un accrochage unique, plein d’émotion. L’exposition s’attache, en effet, à révéler la sensibilité des peintres impressionnistes et nabis face aux jardins qu’ils représentent.

. Série de podcasts « Le podcast de Giverny »

En parallèle de son exposition “Côté jardin. De Monet à Bonnard”, le musée des lance son tout premier podcast et propose une immersion sonore dans l’univers des peintres impressionnistes et nabis de l’exposition. Extraits de journaux, correspondances et souvenirs des artistes et de ceux qui les ont côtoyés et aimés : ces lectures entraînent l’auditeur dans l’intimité des jardins de Claude Monet, Gustave Caillebotte, Camille Pissarro ou encore Pierre Bonnard.

(Tous les podcasts)

  • « TAYSIR BATNIJI⁠ ⁠- Quelques bribes arrachées au vide qui se creuse” – MAC VAL (19/05/2021 au 09/01/2022)

Le MAC VAL propose la première exposition monographique muséale de Taysir Batniji réunissant une sélection de plus de cinquante œuvres produites ces vingt-cinq dernières années. Cette rétrospective met en lumière les résonances entre chaque pièce, pensées dans un dialogue permanent avec l’histoire de l’art, la réalité historique, géographique et politique, depuis le point de vue singulier et intime de l’artiste.

. Entretien avec l’artiste

. Une visite virtuelle en « langage gestuel naturel » par l’artiste

. Entretien avec la co-commissaire de l’exposition

  • « Tempêtes et naufrages, de Vernet à Courbet » – Musée de la vie romantique (19/05/2021 au 12/09/2021)

​À travers une sélection d’une soixantaine d’œuvres – peintures, dessins, estampes, manuscrits – de plus de trente artistes des XVIIIe et XIXe siècles, l’exposition « Tempêtes et naufrages, de Vernet à Courbet » du Musée de la vie romantique embarque le visiteur dans un récit vivant et illustré de la tempête maritime, depuis le déchaînement des éléments jusqu’aux conséquences souvent dramatiques du naufrage et de la perte avant le retour au calme en mer et sur terre.

. Entretien avec la commissaire de l’exposition

. Vidéos de médiation par les étudiants de l’Ecole du Louvre

Six élèves de l’École de Louvre ont travaillé à l’élaboration de la médiation d’une œuvre de leur choix, avec pour résultat une approche sensible et personnelle des tempêtes romantiques.

 

  • « Mémoire de glace » – Musée de Préhistoire d’Île-de-France (12/06/2021 au 05/12/2021)

L’exposition « Mémoire de glace » présente une sélection de 150 objets préhistoriques et historiques libérés par la fonte des glaciers alpins. L’exposition illustre les raisons qui ont conduit les hommes à fréquenter les cimes pour circuler d’une vallée à l’autre ou pour y exploiter les ressources naturelles.

. Visite virtuelle

Le musée de Préhistoire d’Île-de-France et la société Viséoo ont lancé la visite virtuelle de l’exposition « Mémoire de glace ». Cette visite virtuelle permet à chacun de découvrir l’exposition actuellement présentée au musée et servira de support aux visites guidées à distance auprès des scolaires et des publics empêchés.

(Source: Musée de Préhistoire d’Île-de-France)

  • « Les tables du pouvoir » – Louvre Lens (31/05/2021 au 26/07/2021)

« Les tables du pouvoir » est une exposition sur les arts de la table, qui présente des objets archéologiques, des peintures, des sculptures, de la vaisselle, des pièces d’orfèvrerie et des objets d’art prestigieux. Elle est l’occasion de mettre en lumière, de manière chronologique, l’histoire de conventions sociétales qui se sont cristallisées autour de comportements et de pratiques alimentaires, aux tables officielles puis privées.

. Une visite virtuelle en langue des signes

. Une série de podcasts « Les tables du pouvoir : œuvres commentées »

(Sources: Louvre Lens)

  • « Peintres femmes » – Musée du Luxembourg (19/05/2021 au 25/07/2021)

L’exposition « Peintres femmes » présente le combat de ces dernières entre 1780 et 1830 : le droit à la formation, la professionnalisation, une existence publique et une place sur le marché de l’art. 

. Web-série « Peintres femmes »

Dans cette web-série, Margaux Brugvin, créatrice de contenu raconte la place des femmes à la fin du XVIIIe siècle, de leur éducation artistique et de la naissance de leur combat pour avoir le droit de peindre et d’être reconnues pour cela. La web-série de 5 épisodes fait également des focus sur certaines peintres femmes de l’exposition.

(Tous les épisodes)

. Visites virtuelles payantes

Une visite virtuelle autonome avec audioguide où le visiteur circule à son rythme, de salle en salle, à travers près de 70 œuvres dont 25 œuvres bénéficiant de contenus audioguide. Chacune de ces œuvres comprend une œuvre en HD ainsi que le commentaire de l’audioguide en audio et en texte. Il y a aussi 11 autres œuvres sur lesquelles il est possible d’ouvrir une image en HD. L’affichage en haute définition de cette sélection d’œuvres permet également de zoomer en profondeur et d’en apprécier la subtilité. Le lien acheté par le visiteur vers la visite est unique et nécessite un mot de passe valable pendant une semaine : du mercredi au mardi suivant. Tarif : 5€ (réservation)

Une offre couplée avec visio-conférence et visite virtuelle autonome : La visio-conférence, sous forme de conférence en ligne permet d’explorer un ensemble de tirages d’œuvres de l’exposition accompagnés d’un conférencier. Les séances se déroulent en direct. Elles durent 1 heure et comprennent un temps d’échange via le chat. Un lien vers la visite virtuelle autonome, visible pendant 7 jours, accompagne la visio-conférence. Tarif : 9€ (réservation)

Partenaire technique: Explor Visit

(Sources: Musée du Luxembourg)

  • « L’archipel des sentinelles » – Musée national de la Marine (19/05/2021 au 31/12/2021)

« L’archipel des sentinelles » est une exposition faite par les artistes Anaïs Marion et Aurélien Bambagioni installée sur les deux sites du musée national de la Marine à Rochefort. Accueillis à Rochefort pour une résidence de recherche et de création initiée par le collectif ACTE, ces deux artistes se sont inspirés de la richesse du littoral charentais pour proposer des œuvres inédites qui dialoguent avec les collections et l’histoire des lieux.

. Rencontre en ligne avec les artistes

Le musée national de la Marine a proposé une rencontre en ligne autour de l’exposition « L’archipel des sentinelles » avec Anaïs Marion et Aurélien Bambagioni. Accueillis pour une résidence de recherche et de création, ces deux artistes se sont inspirés de la richesse du littoral charentais pour proposer des œuvres inédites exposées à l’Ancienne école de médecine navale et au musée national de la Marine dans l’Hôtel de Cheusses.

. Série de podcasts « Récits Maritimes »

En co-production avec Murex Festival, le musée national de la Marine de Toulon propose tout au long du mois de juillet des podcasts au cœur des aventures maritimes, artistiques, humaines, scientifiques et techniques qui ont marqué l’histoire du port de Toulon. « Récits Maritimes » est écrit et interprété par Jean-Christophe Piot, avec Laure Haulet, réalisé par Charlène Nouyoux et produit par wave.audio.

(Sources: Musée national de la Marine) 

  • « Aerodream. Architecture, design et structures gonflables 1950-2020″ – Centre Pompidou-Metz (du 19/05/2021 au 23/08/2021)

L’exposition du Centre Pompidou-Metz révèle la dimension humaine du « pneumatique », des premières exploitations industrielles et militaires (dirigeables, ballons météo, ensembles flottants, leurres gonflables…) aux expériences développées par de nombreux artistes designers et architectes.

. Série de 5 vidéos de visite

. Entretien avec les commissaires

(Source: Centre Pompidou-Metz) 

  • « Chagall. Le passeur de lumière » – Centre Pompidou-Metz (du 19/05/2021 au 30/08/2021)

Le Centre Pompidou-Metz consacre une exposition à Marc Chagall, explorant l’importance du vitrail dans l’œuvre de l’artiste. Elle est conçue en partenariat avec le musée national Marc Chagall de Nice.

. Deux visites guidées de l’exposition

(Source: Centre Pompidou-Metz)

  • « Open Museum 2021 – François Boucq » – Palais des Beaux-Arts de Lille (du 16/06/2021 au 08/11/2021)

L’Open Museum est une invitation donnée chaque printemps à une personnalité ou à un genre que l’on n’attend pas dans un musée. « C’est la conjugaison réjouissante et savante à la fois des disciplines entre elles, afin de transmettre le goût de l’art et du savoir, sans oublier le plaisir et l’imaginaire ».

En 2021, la 7ème édition de l’Open Museum est consacrée à l’auteur de bandes dessinées lillois François Boucq, à l’occasion de l’année de la BD lancée par le Ministère de la culture.

. Une donation exceptionnelle

À l’occasion de l’Open Museum qui lui est dédié, François Boucq a fait une exceptionnelle et généreuse donation au Palais des Beaux-Arts de Lille, dont une sélection est présentée durant l’événement. Avec plus de 350 dessins, c’est l’une des premières entrées massives de la bande-dessinée dans les collections d’un musée des beaux-arts. Tous les aspects du talent polymorphe de ce dessinateur virtuose sont représentés : des planches des albums les plus emblématiques de l’auteur (Bouncer ; Le Janitor, ; Les aventures de Jérôme Moucherot ; La femme du magicien et Little Tulip avec Jérôme Charyn, etc…), des dessins de presse et d’actualité postés sur les réseaux sociaux (Charlie-Hebdo, Sciences et Vie Junior), des illustrations (Légende de Lydéric et Phinaert), des aquarelles de voyage (New-York et Mexique) ou encore des nus ou des peintures détournant des chefs d’œuvre de l’histoire de l’art.

. Une application en ligne

Cette application en ligne a pour but de relooker ses photos ou les tableaux du musée à la manière de François Boucq.

(Source: PBA de Lille) 

  • « Damien Hirst. Cerisiers en fleurs » – Fondation Cartier (06/07/2021 au 02/01/2022)

Cerisiers en fleurs est la première exposition institutionnelle de Damien Hirst en France. La série des Cerisiers en fleurs réinterprète avec une ironie joyeuse le sujet traditionnel et populaire de la représentation florale. Sur la toile, Damien Hirst mêle touches épaisses et projections de peinture faisant référence tant à l’impressionnisme et au pointillisme qu’à l’action painting.

Dans le cadre de cette exposition, deux films réalisés en collaboration avec Damien Hirst sont à découvrir sur le web.

. Un moyen métrage « Cherry Blossoms » sortira fin juillet 2021. Ce film tourné pendant plusieurs mois, fait découvrir l’intimité de l’atelier de l’artiste au bord de la Tamise.

. Une vidéo tournée en 360° permet aux spectateurs d’explorer, guidés par la voix de Damien Hirst, un autres de ses studios. Ces deux films sont diffusés en ligne pendant toute la durée de l’exposition.

(Source: Fondation Cartier)

  • « United States of Abstraction. Artistes américains en France, 1946-1964 » – Musée d’arts de Nantes (19 mai 2021 au 18 juillet 2021)

L’exposition United States of Abstraction. Artistes américains en France, 1946-1964 explore l’intense présence des artistes américains et la manière dont ils ont contribué à redéfinir l’art abstrait en France, à un moment où la géographie mondiale de l’art était bouleversée.

. Récits d’exposition

Visite vidéo au cœur des sections de l’exposition United States of Abstraction. Artistes américains en France, 1946-1964, avec ses 3 commissaires : Maud Marron-Wojewodzki, Sophie Lévy et Claire Lebossé.

. Atelier artistique « en mouvement » 

Un atelier artistique pour petits et grands autour de l’exposition United States of Abstraction. Artistes américains en France, 1946-1964, à réaliser à la maison.

Tutoriel

Présentation de l’exposition

(Sources: Musée d’arts de Nantes)

  • « L’empire des sens » – Musée Cognacq-Jay (du 19 Mai au 18 Juillet 2021)

Avec l’exposition « L’Empire des sens. De Boucher à Greuze », le musée Cognacq-Jay explore l’Amour dans sa forme la plus licencieuse, au travers des chefs-d’œuvre de François Boucher et ses contemporains tels que Watteau, Greuze et Fragonard.

. Série de podcasts « Littérature libertine des Lumières par Laure Urgin »

Au XVIIIe siècle, artistes, philosophes, hommes de théâtre et romanciers, tous investissent le thème des passions amoureuses et des désirs charnels. Peintres et dessinateurs puisent leur inspiration dans les contes licencieux et un philosophe comme Diderot critique les créations les plus sulfureuses de François Boucher, alors qu’il fut lui-même l’auteur d’un roman grivois.

Cette série podcast qui s’appuie sur des extraits littéraires a été réalisée par la conteuse Laure Urgin. Elle éclaire les correspondances entre les ouvrages libertins du siècle des Lumières et les œuvres présentées dans l’exposition.

Présentation de l’exposition

(Source: Musée Cognacq-Jay)

  • « Le Corps et l’Âme »  – Musée du Louvre (du 22 octobre 2020 au 23 juin 2021)

L’exposition « Le Corps et l’Âme » du Musée du Louvre ayant été fermée au public plusieurs mois, le musée propose la visite de l’exposition en ligne en compagnie de Marc Bormand, conservateur en chef du Patrimoine au département des Sculptures du musée du Louvre, l’un des trois commissaires de l’exposition.

(Source: Musée du Louvre)

  • « Magritte / Renoir. Le surréalisme en plein soleil » – Musée de l’Orangerie (19 mai – 19 juillet 2021)

Première exposition à montrer de façon complète un chapitre de l’œuvre de Magritte encore largement méconnu, elle permet de confronter les œuvres de Magritte à celles d’Auguste Renoir qui l’ont inspiré.

. Série podcast « Le ciel est bleu »

De 1940 à 1947, René Magritte peint des tableaux « solaires », inspirés par le peintre impressionniste Auguste Renoir. Les podcasts proposent des clés de lecture de cette période méconnue et très riche de Magritte.7 séquences de 7 à 9 minutes.

. Vidéo exclusive: « Magritte / Renoir. Le regard de Jeff Koons »

Rencontre avec Jeff Koons dans son atelier new-yorkais ; l’artiste évoque Magritte et la « période Renoir » du peintre surréaliste. Entretien réalisé à l’occasion de l’exposition.

Rencontre avec Jeff Koons dans son atelier new-yorkais ; l’artiste évoque Magritte et la « période Renoir » du peintre surréaliste. Entretien réalisé à l’occasion de l’exposition « Magritte / Renoir. Le surréalisme en plein soleil » présentée du 19 mai au 19 juillet 2021 au musée de l’Orangerie. Une production musées d’Orsay et de l’Orangerie (Direction du Numérique), 2021. Production exécutive: AMP Interactive.

Présentation de l’exposition sur le site web du musée

(Source: Musée de l’Orangerie)

  • « La voix des témoins. Une histoire du témoignage de la Shoah » – Mémorial de la Shoah (du 26 janvier 2020 au 29 août 2021)

Comment la figure du témoin de la Shoah s’est-elle façonnée ? Plus de 75 après la Shoah, le musée du Mémorial de la Shoah consacre une exposition aux témoins et à la figure du survivant. Manuscrits originaux, archives filmiques et sonores présents dans cette exposition permettent de découvrir ou redécouvrir les voix et les paroles inestimables de Primo Levi, Simone Viel, Emie Wiesel, Imre Kertesz, Marceline Loridan Ivans, Samuel Pisar et Aharon Appelfeld.

Des premiers témoignages, écrits clandestinement et retrouvés au moment de la Libération, jusqu’aux discours de figures devenues publiques, l’exposition La voix des témoins retrace cette histoire du témoignage en France.

. Série podcast « La voix des témoins »

Cette série podcast contient cinq épisodes sur sur les temps forts de cette histoire, éclairée par les plus grands historien(ne)s français(es). Avec eux, le Mémorial de la Shoah inscrit la voix des témoins dans l’histoire, c’est-à-dire dans le temps dans lequel la parole des survivants a émergé, et dans lequel elle a été, ou non, écoutée.

(Tous les podcasts)

. L’exposition « La voix des témoins » guidée par sa commissaire Léa Veinstein… »

Le musée du Mémorial de la Shoah propose également une visite vidéo guidé de l’exposition avec sa commissaire. Durée: 8 minutes.

Présentation de l’exposition sur le site web du musée

(Source: Mémorial de la Shoah)

  • « Eugène Atget – Voir Paris » – Fondation Henri Carter-Bresson (du 3 juin au 19 septembre 2021)

À partir des collections du musée Carnavalet – Histoire de Paris, l’exposition présentée à la Fondation HCB est le fruit d’un long travail de recherche entrepris conjointement par les deux commissaires Anne de Mondenard, responsable du département Photographies et Images numériques du musée Carnavalet, et Agnès Sire, directrice artistique de la Fondation HCB.

. Interview vidéo des commissaires de l’exposition

Présentation de l’exposition

(Source: Fondation Henri Carter-Bresson)

  • « L’Empereur romain, un mortel parmi les dieux » – Musée de la Romanité (13 mai – 19 septembre 2021)

Du 13 mai au 19 septembre 2021, le Musée de la Romanité organise, avec la collaboration du Musée du Louvre, la première exposition française intégralement consacrée au culte impérial : « L’Empereur romain, un mortel parmi les dieux ».

L’exposition retrace les origines du culte impérial, pratique instaurée par le premier empereur de Rome, Auguste, au Ier siècle av. J.-C. Au fil du parcours, le public découvre les références religieuses et mythiques qui légitiment le pouvoir de l’empereur et participent à la construction de son image dans l’ensemble de l’Empire.

À la croisée de l’art officiel, de la politique et de la religion, le parcours s’articule en deux parties, dans une scénographie originale permettant de visualiser les œuvres sous toutes leurs facettes.

. Vidéo motion design

En quelques séquences clés de la vie du premier empereur romain (les troubles de la République, l’assassinat de Jules César, la bataille d’Actium, les honneurs officiels reçus en 27 av. J.-C., les funérailles), un film d’animation relate l’extraordinaire destinée du jeune aristocrate qui fondera le régime impérial avant d’être divinisé après sa mort, devenant ainsi le « Divin Auguste » (Divus Augustus). Le film développe notamment les journées de cérémonies funèbres qui, du 6 au 11 septembre en 14 ap. J.-C., ont suivi la mort d’Auguste et consacré son entrée dans l’assemblée des dieux

© Sleak ; Ville de Nîmes

. Jeu interactif

Le jeu interactif s’inspire librement d’une satire de Julien l’apostat, empereur romain du IVe
s. ap. J.-C. De manière très ironique, ce texte relate la compétition un peu vaine qui, à l’occasion d’un banquet donné par les dieux dans l’Olympe, aurait opposé les empereurs divinisés Auguste, Trajan, Marc-Aurèle, Constantin, Jules César divinisé et le conquérant Alexandre le Grand. Le joueur doit découvrir quel empereur est le plus grand et le plus valeureux au regard des dieux. Le traitement graphique de ce jeu a fait l’objet d’une attention particulière et mêle iconographie ancienne et illustration contemporaine. Son gameplay a été conçu afin de rendre très ludique et attractive pour tout public cette fable sur les rapports entre les dieux et les empereurs divinisés.

. Vidéo immersive « Le sacrifice »

Proposé dans un espace scénographique dédié où l’image est projetée simultanément sur trois parois, ce dispositif immerge totalement le visiteur dans une reconstitution visuelle du rituel du sacrifice romain. Procession religieuse, mise à mort, offrande aux dieux : chacune des phases du rituel fait l’objet d’un tableau vivant immersif et scénarisé. Iconographie ancienne et animations graphiques contribuent à faire de ce spectacle un moment émotionnel particulièrement fort de la visite de l’exposition.

© Les Fées Spéciales ; Ville de Nîmes

. Réalité virtuelle « Le forum d’Auguste »

Proposée au public sous forme d’un film à 360° via un visiocasque, cette visite virtuelle, scénarisée et accompagnée d’un commentaire audio, permet au visiteur d’explorer le forum d’Auguste au Ier s. ap. J.-C. et de comprendre la portée politique de son programme décoratif. Cet ensemble monumental est reconstitué en 3D pour l’exposition dans le cadre d’un partenariat avec le CIREVE (Centre Interdisciplinaire de Réalité Virtuelle) de l’université de Caen.

Ce dispositif sera prolongé par une conférence interactive sur « Les lieux du pouvoir à Rome ». Proposée par le responsable de l’équipe du CIREVE, Philippe Fleury (Université de Caen), elle s’appuie sur l’exploration de restitutions architecturales en réalité virtuelle.

© Opixido, CIREVE, Ville de Nîmes

. Visite virtuelle

Samedi 18 septembre 2021, à l’occasion des Journées européennes du patrimoine, 17h30-18h45 : Visite de la maquette virtuelle de Rome : « Les lieux du pouvoir à Rome », avec Philippe Fleury, Professeur de latin et directeur du CIREVE (Centre Interdisciplinaire de Réalité Virtuelle), Université Caen-Normandie.

Présentation de l’exposition sur le site web du musée

(Sources: Musée de la Romanité)

  • « Divas. D’Oum Kalthoum à Dalida » – Institut du monde Arabe (19 mai – 26 septembre 2021)

A l’occasion de l’exposition Divas, l’Institut du monde arabe déploie une riche programmation inédite sur son site web et ses réseaux sociaux, pour préparer et prolonger la visite à l’IMA. 

. Web-série « Divas »

Cette web-série à retrouver sur la chaîne YouTube de l’IMA propose des images d’archive inédites, des anecdotes peu connues sur les vies de ces grandes divas narrées par les commissaires de l’exposition.

. Des recettes de cuisine inspirées des grandes divas arabes

Dans le cadre de sa nouvelle série consacrée à la cuisine, Sahha !, l’Institut du monde arabe invite des jeunes chefs nouvellement étoilés dans le Guide Michelin à découvrir l’exposition « Divas, d’Oum Kalthoum à Dalida » et à créer des recettes originales, inspirées par leur visite et par ces immenses artistes.

. Des tutos maquillage pour se maquiller comme les Divas

Ces tutos de maquillage sont donnés par Fifo, un artiste maquilleur d’origine libanaise connu pour ses vidéos humoristiques, son « look » hors du commun et son franc-parler, qui en ont fait une personnalité incontournable des réseaux sociaux. Fervent défenseur des droits LGBT+, il use de proverbes arabes pour répondre aux discriminations visant les minorités, et lutte contre la transphobie, la biphobie et l’homophobie.

. Des filtres en réalité augmentée sur Instagram pour se transformer en Diva

. Une playlist Deezer Divas

Présentation de l’exposition sur le site web du musée

(Sources: Institut du monde Arabe)

  • « Jeff Koons Mucem. Œuvres de la Collection Pinault » – Mucem (du 19 mai au 18 octobre 2021)

L’exposition « Jeff Koons Mucem. Œuvres de la Collection Pinault », conçue en étroite collaboration avec l’artiste américain, présente à Marseille certaines de ses œuvres les plus célèbres, et explore la relation entre ces œuvres et les objets du quotidien, photographies et documents de l’immense collection du Mucem, référence dans le domaine des arts populaires.

. Présentation vidéo de l’exposition

Présentation de l’exposition 

. Jeff Koons – spectacle en 4 épisodes

En parallèle de l’exposition « Jeff Koons Mucem », le metteur en scène Hubert Colas propose une étape de création de la pièce Jeff Koons de l’auteur allemand Rainald Goetz, qui se déploiera en quatre épisodes, et dans différents espaces du Mucem.

Avec la pièce Jeff Koons, Rainald Goetz invite à une immersion dans le milieu de l’art contemporain. Il dépeint, avec un regard empreint d’ironie, les frasques d’un spécimen de ce genre « à part », quelques instants de la vie d’un artiste au sommet de son art : errance en discothèque, beuveries entre collègues, inspiration, interviews, introspection, rencontre amoureuse, réalisation technique de l’œuvre, paternité, discours et drague en vernissage…

Episode 1 : 5 et 6 juin à 18h30 à l’auditorium (12 € / 9 €)
Episode 2 : 9 et 10 juillet à 20h30 au forum (12 € / 9 €). Boucle théâtrale et musicale ouverte en continu de 20h30 à 23h30 (départs de boucle à 20h30, 21h30 & 22h30).
Episode 3 : 28 et 29 août dans l’exposition « Jeff Koons Mucem. Œuvres de la collection Pinault » (11 € / 7,50 €)
Episode 4 : 11 et 12 septembre au forum (12 € / 9 €)

Réservation

(Source: Mucem)

  • « Salgado Amazônia » – Philharmonie de Paris (du 20 mai au 31 octobre 2021)

L’exposition met en exergue la richesse de l’univers sonore amazonien en faisant dialoguer les impressionnants clichés de Salgado avec une création inédite de Jean-Michel Jarre conçue à partir de sons concrets de la forêt. Le bruissement des arbres, le cri des animaux, le chant des oiseaux ou encore le fracas des eaux qui se précipitent du haut des montagnes, collectés in situ, au cœur de la forêt amazonienne, composent un paysage sonore adapté au parcours de Salgado.

. Entretien vidéo avec Jean-Michel Jarre

. Série de podcasts « Salgado Amazônia »

Dans cette série de podcasts, Sebastião Salgado transporte l’auditeur au cœur de la forêt brésilienne et fait entendre, de l’intérieur, les voix de l’Amazonie. Le photographe partage ses souvenirs, anecdotes et expériences, fruits de sept ans de voyage et de rencontres avec les communautés indiennes.

Présentation de l’expérience

(Source: Philharmonie de Paris)

Et à Monaco ….

  • « « Alberto Giacometti. Une rétrospective. Le réel merveilleux » – Grimaldi Forum (3 juillet au 29 août 2021)

Durant l’été 2021, le Grimaldi Forum présente pour la première fois à Monaco une grande rétrospective de l’œuvre du sculpteur et peintre Alberto Giacometti, la plus importante de ces dernières années. Organisée en association avec la Fondation Giacometti qui accorde ici un prêt exceptionnel, cette exposition fait la part belle à toutes les périodes de l’artiste et à tous les media auxquels il a eu recours.

Elle offre une vue complète de la création d’Alberto Giacometti, des œuvres de jeunesse à la période surréaliste, du retour à la figuration à l’invention des icônes de l’après-guerre.

Rassemblant plus de 230 œuvres, jalonnée de chefs d’œuvres et accompagnée de photographies et de films, cette rétrospective proposera aux visiteurs de merveilleuses découvertes dans le cadre d’un parcours orchestré par la commissaire Émilie Bouvard, directrice scientifique et des collections de la Fondation Giacometti.

. Espace immersif : L’atelier Giacometti

C’est l’atelier d’Alberto Giacometti qui est prétexte à décliner un dispositif audiovisuel immersif, signature emblématique du Grimaldi Forum Monaco qui permet chaque année au visiteur une plongée inédite dans un élément de contexte fort de l’exposition.

Reposant sur des instants, anecdotes, témoignages et dialogues entre Giacometti et Isaku Yanaihara, professeur de philosophie japonais qui va poser pour l’artiste à partir de 1956, des projections de vue de l’atelier offriront une évocation sensible de la vie de Giacometti ; un dialogue entre l’artiste et le visiteur – Yanaihara -, qui pourrait être aussi le spectateur lui-même.

Au centre de la scène, le visiteur voit et comprend l’histoire de l’intérieur. Il déambule au gré des mini-récits, racontant le travail de Giacometti face à Isaku Yanaihara.

Dans le dispositif, une représentation du plan de l’atelier au sol et, sur les murs, une gigantesque fresque animée, dans un noir et blanc élégant, qui offre une vision recomposée de l’atelier en mouvement permanent.

Utilisant son très riche fonds d’images, ce programme audiovisuel immersif donne à voir l’artiste lui-même à l’œuvre, peignant ou modelant, réinvestissant ainsi l’espace par son geste au cœur de l’atelier recomposé.

D’une durée de 7 minutes, le film est projeté sur trois murs et deux panneaux en recto-verso au centre de l’atelier. Il offre des points de vue différents et des images difractées, laissant au visiteur la liberté de constituer son propre montage visuel.

Le commentaire sonore, complété d’une sonorisation d’ambiance spatialisée, est sous-titré en anglais. Réalisée par Mosquito, avec lequel le Grimaldi Forum a déjà collaboré en 2015 et 2016, et AnimaViva, cette installation devrait marquer cette exposition.

Présentation de l’exposition sur le site web du musée

(Sources: Grimaldi Forum)

SOURCES: musées

PHOTOS: musées 

PHOTO CAROUSEL: Capture d’écran de la visite virtuelle « KĀIWÙ, Art et design en Chine » du Musée de l’Hospice Comtesse

Date de première publication: 25/05/2021

Partager :

Laisser un commentaire