22 avril 2022: Culturespaces ouvre son 6ème centre d’art immersif à Amsterdam

Partager :

Un nouveau centre d’art numérique ouvre ses portes le 22 avril 2022 à Amsterdam au Zuiveringshal West dans l’ancienne usine à gaz de Westergas : la Fabrique des Lumières. Ce centre d’art est une initiative de Culturespaces, la société française à l’origine de l’Atelier des Lumières à Paris. Recourant à la technologie des projections lumineuses associée à de la musique, la Fabrique des Lumières proposera des expositions immersives d’artistes classiques, modernes et contemporains. La première grande exposition est consacrée à l’artiste Gustav Klimt et à ses contemporains et propose une nouvelle approche de la peinture viennoise du dix-neuvième et du vingtième siècle. Après les Baux de Provence, Paris, Jeju, Bordeaux et Dubai, Amsterdam est la 6ème implantation de Culturespaces Digital.

Créée par Culturespaces, la Fabrique des Lumières est un centre d’art numérique situé dans le Zuiveringshal à Amsterdam. Il propose des expositions numériques immersives des œuvres historiques majeures présentées dans un décor hors-du-commun. Les visiteurs sont invités à vivre une expérience audiovisuelle de haute qualité en symbiose avec ce lieu historique du XIXe siècle où la Fabrique des Lumières est implantée. Les expositions immersives sont projetées sur toutes les surfaces des murs et des sols, pour une expérience sensorielle à part entière.

  • Origines de la La Fabrique des Lumières

En 1883, l’ Imperial Continental Gas Association construit deux usines à gaz alimentées au charbon à Amsterdam – la Oostergasfabriek et la Westergasfabriek – afin de produire du gaz manufacturé pour éclairer les rues de la ville. La demande en gaz manufacturé est élevée en raison d’une croissance économique et démographique importante (une population de 400 000 habitants) qui a amené Amsterdam à éclairer depuis la moitié du XVIIe siècle ses rues avec un système de lampe à huile fixe conçu par le peintre et inventeur Jan van der Heyden.

Stratégiquement située au carrefour de multiples voies maritimes, ferroviaires et routières, la Westergasfabriek est un vaste complexe de 4 hectares composé de plusieurs gazomètres, de dépôts de stockage du charbon, d’usines de traitement des eaux usées et d’un château d’eau, ce qui en fait la plus grande usine à gaz alimentée au charbon des Pays-Bas.

  • Une architecture unique

La construction du site est confiée à l’ingénieur Julius Pazzani et à l’architecte Isaac Gosschalk, un des architectes les plus influents du dernier quart du XIXe siècle, également à l’origine du style néo-Renaissance hollandaise. La façade se compose d’arcs, d’avant-toits décoratifs et de pignons à plusieurs niveaux en saillie. Au même titre que la gare de Groningen construite en 1896, l’usine à gaz de Westergasfabriek
figure parmi les plus grandes réalisations de Gosschalk et constitue un symbole du style néoRenaissance hollandaise.

Sa construction est achevée en 1885. La ville d’Amsterdam devient propriétaire de l’usine en 1898. Au vu de l’augmentation de la production, la structure est agrandie à plusieurs reprises au tournant du siècle, avec la construction d’un vaste gazomètre de 100 000 m³ en 1902, une chaufferie en 1903 et une usine de gaz à l’eau (connue ensuite sous le nom de « the Transformer ») en 1904. L’usine connaît d’autres agrandissements dans les années 1950, avant que les premiers bâtiments ne soient démolis en 1961.

La production cesse en 1967. L’usine est alors utilisée comme garage et lieu de stockage. La société municipale d’électricité utilise ces locaux comme ateliers et entrepôts de la fin des années 1960 jusqu’en 1992, date à laquelle elle quitte les lieux.

  • La transformation en espace culturel

Afin de protéger le terrain, un permis d’utilisation des terres est octroyé par le Conseil Municipal en 1981. Cela marque le début de plans de réaménagement du site en parc urbain en 1989, tandis que les 22 bâtiments industriels originaux acquièrent le statut de «monument national ».

En 1990, le bureau de projet de la Westergasfabriek est établi sous la direction d’Evert Verhagen, architecte, urbaniste et fondateur des Villes Créatives. En 1993, le quartier urbain de Westerpark décide de consacrer le site à des activités culturelles et de loisirs. Le gazomètre, les bâtiments de l’épurateur, du transformer, du régulateur et des machines sont rénovés.

Le site s’étendant sur 13,5 hectares est conçu par Kathryn Gustafson, architecte paysagiste américaine qui, en collaboration avec Francine Houben, architecte et directrice de Mecanoo
Architects, développe un projet intitulé « Changement », proposant diverses expériences en lien
avec l’espace et le temps à découvrir sur l’ensemble du site.

Originellement destiné à accueillir des événements culturels temporaires tels que des festivals de théâtre, des foires d’art et des défilés de mode, le parc devient un centre culturel permanent, ouvrant officiellement ses portes en 2003.

Culturespaces découvre le bâtiment Gashouder (le gazomètre) en 2017. En 2018, Duncan Stutterheim acquiert l’ensemble des bâtiments industriels, renommés Westergas en 2019, dans l’objectif de convertir le Westerpark en un espace culturel pour les habitants d’Amsterdam.

Ce dernier a donné à Culturespaces l’opportunité d’investir dans le Zuiveringshal, également connu sous le nom de Gasfabriek, pour y créer un centre d’art numérique.

Quatre ans plus tard, au terme d’importants travaux de rénovation, la Fabrique des Lumières ouvre ses portes le 22 avril 2022.

  • La Fabrique des Lumières en chiffres

Le plus grand centre d’art numérique des Pays-Bas en quelques chiffres
– 2 espaces d’expositions : la Halle et le Studio
– Superficie totale de la Halle : 1230 m²
– Hauteur maximale des murs de la Halle : 17 mètres
– Superficie totale du Studio : 110 m²
– Espace d’exposition total : 1350 m²
– Surface de projection totale (murs et sols inclus) : 3800 m²
– Près de 100 vidéoprojecteurs et un système spatialisé de sonorisation

Les centres d’art numérique « DES LUMIÈRES » de Culturespaces :

– Atelier des Lumières, Paris (depuis 2018)
– Hall des Lumières, New York (ouverture prévue en 2022)
– Fabrique des Lumières, Amsterdam (ouverture prévue en 2022)
– Bassins des Lumières, Bordeaux (depuis 2020)
– Carrières des Lumières, Baux-de-Provence (depuis 2012)
– Infinity des Lumières, Dubaï (depuis 2021)
– Théâtre des Lumières, Séoul (ouverture prévue en 2022)
– Bunker des Lumières, Jeju (depuis 2018)

  • Exposition inaugurale : Gustav Klimt, d’or et de couleurs

La première grande exposition présentée à la Fabrique des Lumières redonnera vie à l’art viennois
de façon novatrice, avec des œuvres de Gustav Klimt (1862-1918) et de ses contemporains.

Au programme de ce spectacle immersif déjà présenté aux Baux, à Paris et à Bordeaux, , des nus, des paysages et des portraits aux couleurs dorées et vives.

Le public peut contempler des chefs-d’œuvre tels que le célèbre Baiser de Klimt en grands formats et est plongé dans la Vienne impériale de la fin du dix-neuvième siècle. Klimt est l’artiste le plus important de la Sécession viennoise, un courant artistique aspirant à s’éloigner des styles artistiques traditionnels du début du vingtième siècle. Le recours au doré et aux motifs décoratifs symbolise cette révolution artistique.

Une création de Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi.

Production : Culturespaces Digital
Directeur artistique : Gianfranco Iannuzzi
Mise en scène et animation vidéo : Cutback.

Un programme court « Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise » est également proposé das la salle principale.

  • 2 créations d’art numérique dans le studio

En plus de la grande halle où les expositions ont lieu, la Fabrique des Lumières dispose d’un studio où sont présentées des œuvres d’artistes contemporains. 2 créations sont proposées pour l’ouverture du lieu.

Le studio de production Nohlab a créé une œuvre numérique intitulée « Journey » pour le studio : un voyage expérimental sur le thème de la naissance des photons – une des particules élémentaires de la lumière. « Journey » donne à voir la transition des photons à travers chacune des couches de l’œil jusqu’aux neurones où ils sont convertis en signaux électriques.

Journey, studio de production Nohlab © Culturespaces / Eric Spiller

Création contemporaine : « Journey »
Création et mise en scène : Nohlab

Le cerveau humain dispose d’une capacité d’enregistrement de l’information infiniment plus puissante que celle de n’importe quel ordinateur. Cependant, notre mémoire est sélective : elle trie, choisit et ne conserve que ce qu’elle considère comme pouvant être utile. Reconnue comme une des fonctions premières de l’esprit humain, la mémoire définit la nature même de notre être, façonne les contours de notre identité. « Memories » embarque le visiteur au cœur de sa réflexion, conciliant l’immensité du monde qui nous entoure avec notre place au sein de celui-ci. Immergé dans un flux d’images et d’informations incessant, chacun est libre de confier à sa mémoire une petite portion de l’essence de cet intermède envoûtant.

Une création de Spectre Lab, studio de création pluridisciplinaire fondé en 2014 par Marc Vidal, Jérôme Sérane et Philippe Granier.

Création contemporaine : « Memories »
Création et mise en scène : Spectre Lab.

A propos de Culturespaces, créateur de la Fabrique des Lumières

Créé en 1990 par Bruno Monnier, Culturespaces est le premier opérateur privé spécialisé dans la gestion complète de monuments, musées et centres d’art. Depuis 2012, Culturespaces est aussi devenu le pionnier dans la création de centres d’art numérique et d’expositions immersives. Culturespaces dispose, à l’international, d’équipes et d’un savoir-faire complet, combinant design et création de centres d’art numérique avec une maîtrise technologique et un vrai don pour la présentation d’artistes classiques, modernes et contemporains.

Conscient de l’importance de la préservation du patrimoine artistique et culturel mondial pour les générations futures, Culturespaces participe également chaque année au financement de programmes de restauration des monuments et des collections qui lui sont confiés.

De son côté, la Fondation Culturespaces créée par Bruno Monnier en 2009, a pour mission de favoriser l’accès à l’art et au patrimoine auprès des enfants fragilisés par la maladie, le handicap ou la pauvreté. Fondation de référence en France, elle met en place des actions culturelles surmesure et fait converger culture, éducation et solidarité. www.culturespaces.com

www.fabrique-lumieres.com/fr/home

SOURCE: Culturespaces

PHOTOS: Culturespaces

Date de première publication: 22/04/2022

Culturespaces est membre du CLIC France 

Partager :

Laisser un commentaire