Moins d’un an après son lancement au Palais de Tokyo, Google a lancé mardi 17 mars 2015 une deuxième phase de son projet consacré au street art. Grâce aux 55 nouveaux partenaires et 5 000 nouvelles œuvres, les internautes peuvent dorénavant découvrir et partager plus de 10 000 œuvres du monde entier.

    google-street-arts

La collection du Google Art Project Street Art est ainsi passée de 5 000 œuvres répertoriées et numérisées à 10.000. Proposées en haute définition, les œuvres peuvent être découvertes par lieu, par artistes, sur une carte du monde géolocalisant les créations mais également sous la forme de visites virtuelles avec Street View.

Le site présente également des parcours sonores, des portraits d’artistes tels que MadC, et 260 expositions virtuelles, parmi lesquelles «Banksy, rats & more», «JR: Inside-out», «The talking walls of Buenos Aires»…

Rencontre avec MadC:

« Il ne s’agit pas seulement de publier les œuvres, a expliqué au journal 20 Minutes Laurent Gaveau, Directeur du Lab de l’Institut Culturel de Google, en charge du programme culturel. Mais aussi de raconter des histoires et de mettre en perspective.« 

Plus de 85 partenaires et 3.500 artistes

« Notre positionnement, ce sont les nouvelles technologies, ajoute Laurent Gaveau, on ne sait pas quelles sont les valeurs des œuvres, on n’a pas les compétences, on préfère travailler avec des experts. »

Ces experts sont des associations, des musées, des collectifs d’artistes, à qui Google fournit une interface, grâce à laquelle ils peuvent mettre en ligne les œuvres numérisées et y ajouter des renseignements sur les œuvres. Ainsi, le projet de Google associe aujourd’hui 86 partenaires, issus de 34 pays, et plus de 3 500 artistes.

En partenariat avec MU et le Festival MURAL, l’Institut culturel de Google a ainsi intégré de nouvelles œuvres du street art montréalais. 200 images, dont la plupart proviennent des éditions 2013 et 2014 du Festival MURAL et de projets d’art urbain de MU, un organisme culturel à l’origine de plus de 70 œuvres murales dans la région de Montréal. Montréal est ainsi devenu la première ville canadienne à intégrer le Street Art Project,

google-street art 1 (1)

Le site intègre également désormais des «Gifitis», du street art en gif animé. Des photos d’œuvres peintes au même endroit et assemblées par les artistes pour donner l’illusion du mouvement.

The Art of NYC, Google Art Project Street Art :

L’objectif de Google est de faire découvrir ces œuvres au plus grand nombre mais aussi de conserver une trace de cet art par essence éphémère.

« La nature du street art, sa nature un peu éphémère, qui fait qu’on ne sait pas combien de temps un mur va durer, renforce d’autant plus le rôle de Google de préservation pour les générations à venir», explique Lucy Schwartz, directrice de programme à l’Institut Google. «Avoir une présence en ligne permet effectivement de donner une nouvelle vie à ces œuvres ».

« Ce nouveau lancement doit servir à approfondir le thème du street art et à proposer davantage d’expériences aux utilisateurs », ajoute Laurent Gaveau.

Google propose d’ailleurs de nouvelles utilisations des oeuvres street art. Elles peuvent devenir des fonds d’écran qui s’affichent sur une télé en veille connectée à Chromecast ou être diffusées sur une montre connectée sous Android Wear. Et en cliquant sur l’œuvre, des informations complémentaires sont accessibles sur le smartphone liée à cette montre.

3 artistes en pleine création

Le lancement de la phase 2 du projet a été l’occasion de suivre trois artistes de street art qui ont réalisé chacun une œuvre en direct à Paris, Berlin et Los Angeles. Kashink, artiste très active dans le mouvement street art représentait la France. Des images, des vidéos et des interviews permettaient au public de suivre le processus de création.

Street Art – CYRCLE Part 4:

En outre, en partenariat avec Women’s forum Street Art Project, Street Art a accueilli une exposition dédiée aux femmes artistes.

Le projet Street Art a été conçu et est développé par l’institut culturel de Google, basé à Paris depuis 2011.

SOURCES: Google, 20minutes.fr, focusur.fr, 01net.com

Date de première publication: 18/03/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Google Art Project offre une vitrine mondiale à 14 nouveaux musées australiens

Avec 1 400 nouvelles oeuvres en ligne, le Google Art Project va donner une visibilité mondiale à cinq mille ans d’art chinois

26 lieux culturels français sur Google Art Project

Avec StreetArtProject, l’Institut culturel de Google créé le « Street View » du street art