Le 10 juin 2015, la Collection Lambert a lancé une opération de collecte de fonds sur le site de KissKissBankBank, afin de contribuer au financement de sa nouvelle exposition « Patrice Chéreau, un musée imaginaire ». Objectif ambitieux: récolter 50 000 euros nécessaires au bouclage du financement de l’exposition qui devrait accueillir des œuvres de Géricault, Goya, David mais également Picasso, Bacon, Richter ou Nan Goldin.

Nan Goldin, Yvon at Notre-Dame de la Garde, Marseille, 1996

Nan Goldin, Yvon at Notre-Dame de la Garde, Marseille, 1996

Installé dans l’hôtel de Caumont en Avignon, le musée rouvrira ses portes le 3 juillet 2015, après une période de fermeture de 18 mois pour travaux. Ses espaces agrandis accueilleront cette exposition dédiée à Patrice Chéreau.

Sur le site KissKissBankBank, la Collection Lambert présente de manière très détaillée son projet et les motivations qui la conduisent à utiliser le financement participatif.

L’exposition « Patrice Chéreau, un musée imaginaire »

collection lambert CHIFFRES_KISSKISSBANKBANK-1432741306L’exposition inaugurale Patrice Chéreau, un musée imaginaire, sera « le premier hommage consacré à ce monstre sacré du monde du théâtre, de l’opéra et du cinéma, devenu une icône nationale depuis sa mort en octobre 2013″.

Conçue par Eric Mézil, directeur de la Collection Lambert, l’exposition mixera des archives inédites, des entretiens, des vidéos, associant les archives de Patrice Chéreau (conservées à l’IMEC), ses notes, ses esquisses, des entretiens filmés et des œuvres d’art de toutes périodes avec une prédilection pour les grands maîtres du romantisme passionnés d’Histoire, tels Delacroix, Géricault, Ingres ou des artistes du XXème siècle, de Giacometti à Anselm Kiefer, en passant par Picasso, Bacon, Cy Twombly ou Nan Goldin.

« Les trois thématiques associées à l’œuvre de Chéreau seront traitées dans l’exposition et le catalogue : le théâtre, le cinéma, l’opéra ».

Comme l’explique les initiateurs de ce projet: « le principe retenu sera également concentré sur des « plongées » dans son univers où chaque salle sera un condensé de ses obsessions, de ses passions, où ses trois domaines artistiques de prédilection seront traitées en s’inspirant des écrits de l’homme de théâtre : l’engagement politique, les années sida, le rapport au corps et à l’amour, la passion de l’histoire classique et contemporaine… »

Vidéo de présentation de l’exposition:

L’idée d’ouvrir la nouvelle Collection Lambert avec une exposition hommage à Patrice Chéreau est née durant l’été 2014 « autour de discussions avec des amis issus du monde de l’art et de la culture, presque un an après sa disparition ». Comme l’explique Yvon Lambert : « Très tôt elle s’est imposée à moi comme une nécessité ».

L’exposition organisée pendant les travaux et la fermeture de la Fondation « La Disparition des Lucioles », qui a attiré plus de 80 000 visiteurs, a confirmé l’idée d’Yvon Lambert « qu’un musée doit non seulement valoriser ses collections mais repenser la manière d’exposer l’art, en le confrontant notamment à d’autres champs culturels, en l’ouvrant à de nouveaux publics. Un musée d’art contemporain ne vit qu’en se renouvelant et en proposant à ses visiteurs un grand nombre de projets dont certains valorisent à la fois le patrimoine qui le fonde et d’autres des expositions transversales ou mettant en avant les scènes les plus innovantes. Un musée qui ne renouvelle pas sa programmation est un musée qui ne vit pas. Les expositions sont ainsi au coeur de la relation entre une institution culturelle et ses visiteurs« .

Interview de Pascal Greggory:

Les besoins de financement

Dans son appel à contribution, la Collection Lambert évoque la situation économique actuelle : « Aujourd’hui, il n’est plus possible pour l’Etat ni pour les collectivités publiques de financer cette activité, ce qui implique que seuls les financements extérieurs permettent de porter ces projets. Aujourd’hui, ce soutien peut venir de vous. En effet, si la billetterie constitue une part importante des ressources du musée, elle ne sera garantie que si l’exposition est à la hauteur des attentes du public. C’est pour cette raison que nous voulons vous impliquer, pour vous offrir une grande exposition. Le budget de cette exposition correspond à tout ce qui peut permettre de créer ce musée imaginaire, de l’amener et de l’offrir au public ».

Comme l’explique la Collection Lambert: « C’est une exposition qui nous tient à cœur, mais pour pouvoir lui donner vie nous avons besoins de l’aide de mécènes. Et parce que nous croyons que son public a été aussi touché que nous par Patrice Chéreau, nous voulons faire participer tout ceux qui le souhaiteront à la création de cette exposition. Devenir mécène avec 10€, c’est maintenant possible… et important ».

Cette exposition est très ambitieuse, de par sa taille, l’étendue du sujet, le nombre et l’importance des œuvres présentes.

« Le budget de cette exposition correspond à tout ce qui peut permettre decréer ce musée imaginaire, de l’amener et de l’offrir au public. Il nous faut conditionner les œuvres pour les protégerles transporter,les assurer et les accrocher. Plus encore, il faut faire vivre cette exposition en accompagnant le public afin que la visite soit une expérience réussie. Il faut mettre à disposition de tous un livret décrivant le parcours de l’exposition, une signalétique qui permette d’identifier l’œuvre dans le parcours intellectuel de Chéreau, des visites guidées, etc ».

Interview d’Yvon Lambert:

Les 50 000 euros recherchés devraient ainsi permettre de « faire venir les derniers chefs-d’œuvre nécessaires à l’aboutissement de cette exposition. Cette somme aidera à transporterassurer et sécuriser les dernières œuvres essentielles à l’exposition. Des œuvres qui ont nourri le travail de Patrice Chéreau au cinéma, au théâtre et à l’opéra ». ces oeuvres sont notamment: Alberto Giacometti, « L’Homme qui marche II », Francis Bacon, « Seated Figure »,  Alberto Giacometti, « Portrait de Jean Genet » ou Edward Hopper, Étude pour « Sun In an Empty Room ».

Des contreparties originales

Un effort particulier a été fait pour offrir aux donateurs des contreparties originales et ambitieuses, à l’image de l’appel.

Pour 50 et plus: MON DOCUMENT INÉDIT : recevez un document inédit des archives de patrice Chéreau conservées par l’IMEC (tirages réalisés pour la campagne KissKissBankBank) > WALL OF FAME ! mon nom sur le grand mur des Mécènes à l’entrée du musée > MA PLACE : une entrée gratuite pour visiter l’exposition et la Collection permanente > MON INVITÉ : une invitation pour la personne de mon choix

Pour 100 € et plus: UN TIRAGE PHOTOGRAPHIQUE DE PATRICE CHÉREAU ET PASCAL GREGGORY : réalisé à partir d’une photographie de Richard Avedon

Pour 1 000 € et plus: MA NUIT AU MUSÉE : transport aller-retour pour 2 jusqu’à Avignon depuis la France. Vous serez hébergés dans les appartements d’artistes au sein même du musée.

Le dimanche 14 juin, sur les 50 000 euros , 2 835 euros avaient été apportés par 55 donateurs (51 euros de don moyen). Soit moins de 6% en 5 jours.

La Collection Lambert

La Collection Lambert a ouvert ses portes en juin 2000, à l’occasion des célébrations  «Avignon, capitale européenne de la culture».  C’est dans l’Hôtel de Caumont, un ancien hôtel particulier du XVIIIe siècle, qu’Yvon Lambert, galeriste et collectionneur, a mis en dépôt sa collection personnelle.

Vue des espaces de la Collection Lambert en Avignon en 2000. Oeuvre de Andre Cadere. © Andre Morin

Vue des espaces de la Collection Lambert en Avignon en 2000. Oeuvre de Andre Cadere. © Andre Morin

En juillet 2012, le Président de la République a officialisé avec la ministre de la Culture et de la Communication la donation de la collection d’Yvon Lambert et son entrée dans le patrimoine national pour dépôt à Avignon. Avec 556 oeuvres majeures, la donation d’Yvon Lambert est ainsi « la plus importante effectuée en France depuis la donation Moreau-Nélaton en 1906 au profit du Louvre » et constituée d’oeuvres de Géricault, Corot, Delacroix, Manet, Monet, Renoir, Sisley…

A gauche, façade de l'hôtel de Caumont , au premier plan, oeuvre de Vincent Ganivet, Entrevous, 2010 A droite, oeuvre in situ de Sol LeWitt, Wall Drawing # 538, 1984-88

A gauche, façade de l’hôtel de Caumont , au premier plan, oeuvre de Vincent Ganivet, Entrevous, 2010
A droite, oeuvre in situ de Sol LeWitt, Wall Drawing # 538, 1984-88

La collection est constituée d’ensembles très cohérents pour chaque artiste, « au point que pour certains, Avignon est le seul endroit en France où l’on peut admirer tant de chefs-d’oeuvre » : Jean-Michel Basquiat, (avec des peintures monumentales, des dessins, carnets et objets inédits), Andy WarholLouise BourgeoisCy Twombly (plus de 30 références), Robert Ryman (plus de 10 peintures sur toile), Andres Serrano (qui a offert au musée 120 photographies en 2006), Sol LeWitt (plus de 35 sculptures, oeuvres sur papier et wall drawings), Nan Goldin (70 photographies)… La collection inclut également des œuvres de Douglas GordonDonald JuddBrice MardenDaniel Buren, Vincent Ganivet, Christian BoltanskiAnselm KieferMiquel BarceloBertrand LavierLawrence Weiner

A gauche, Jean-Michel Basquiat, She Installs Confidence and Picks Up his Brain Like a Salad, 1988 A droite, Cy Twombly, Pan II, 1980

A gauche, Jean-Michel Basquiat, She Installs Confidence and Picks Up his Brain Like a Salad, 1988
A droite, Cy Twombly, Pan II, 1980

A sa réouverture le 11 juillet 2015, le musée aura plus que doublé ses surfaces d’exposition (actuellement de 1 800 m2).

La programmation artistique sera organisée de la manière suivante :

Dans l’hôtel de Caumont (bâtiment actuel de la Collection Lambert) seront programmées les expositions temporaires, dont celle consacrée à Patrice Chéreau. Dans l’Hôtel de Montfaucont mitoyen et relié à celui de Caumont, seront exposées les oeuvres du fonds permanent, dont certainss n’ont jamais été montrées au public. Les nouveaux espaces comprendront également des zones consacrées à la pédagogie, à la restauration d’œuvres, à un nouvel auditorium, à une librairie et à un restaurant.

Collection Lambert, 5 rue Violette, 84 000 Avignon. Ouvert tous les jours tous les jours de 11h à 19h. 

SOURCES: Collection Lambert, KissKissBankBank 

Date de première publication: 15/06/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Campagnes de crowdfunding en cours dans les lieux français de patrimoine historique, artistique et scientifique (au 06/06/2015)

Laurence Boursican (Culture Time): « Spécialiser une plateforme de crowdfunding sur le secteur culturel était un pari »

Anne Carré (Musée d’histoire naturelle Lille) « Le financement participatif est fondé sur des valeurs partagées par le musée »

Pour naturaliser une nouvelle girafe, le Museum de Toulouse va faire appel au financement populaire