Depuis le 29 avril 2016, les grottes bouddhistes de Dunhuang en Chine du nord-ouest peuvent se visiter de manière numérique, en haute définition et même en réalité virtuelle sur un nouveau site web lancé par les autorités chinoises. Quelques jours plus tard, une exposition immersive et numérique sur le même chef d’oeuvre de l’humanité a ouvert au Getty Institute de Los Angeles.

mogao grotte image 3

Les grottes de Mogao, situées dans le désert de la province du Gansu (Nord-Ouest), sur le bord du désert de Gobi, ont été le premier site de Chine classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, en 1987. Ces 735 grottes creusées le long d’une falaise par les anciens fidèles conservent une des principales collections mondiales d’œuvres d’art bouddhistes: plus de 2 000 sculptures colorées et 45 000 mètres carrés de fresques.

Pendant mille ans (du 4e au 14e siècle), les cave temples de la Chine de Mogao (Dunhuang) constituaient une étape de repos et un sanctuaire religieux pour les voyageurs et commercants  sur la légendaire route de la soie.

Ce site, aujourd’hui fermé au tourisme, est situé à plus de 1 800 kilomètres de Pékin.

Une visite immersive sur internet

Face à la menace de l’érosion naturelle et des dommages provoqués par l’homme, l’Académie de Dunhuang a commencé la numérisation des grottes dans les années 1990. Après plus de 25 ans de travail, 120 grottes ont fait l’objet de cette numérisation et modélisation 3D.

Pour Wang Xudong, président de l’Académie de Dunhuang, les objectifs de ce projet et du nouveau site web sont « la préservation et l’exposition. Par ces outils, nous souhaitons exposer un plus grand nombre de visiteurs à ces trésors de l’humanité  et aider les études et la rechecher surt les grottes de Dunhuang, en Chine et au-delà ».

Numérisation d'une des grottes de Mogao

Numérisation d’une des grottes de Mogao

Le site web (e-dunhuang.com) présente des photos, des clips vidéo, des documents d’archives et des vues à 360 degrés des grottes millénaires. Le projet Dunhuang numérique offre également des visites virtuelles de 28 des grottes de Mogao et deux des grottes de Yulin.

Capture d'écran du site e-duhuang

Capture d’écran du site e-dunhuang

L’Académie va enrichir le site de nouveaux contenus sur ces grottes et également développer des versions anglaise et japonaise.

Une exposition immersive à Los Angeles

Une exposition sur l’art bouddhique des grottes de Mogao de Dunhuang, conjointement organisée par l’institut Getty de Conservation, l’Institut Getty de Recherche, l’Académie de Dunhuang et la Fondation de Dunhuang, se déroule du 7 mai au 4 septembre 2016, au Getty Center à Los Angeles.

« L’Académie de Dunhuang est heureux d’être partenaire du Getty conservation Institute, de l’Institut de recherche Getty, et de la Fondation Dunhuang dans cette grande exposition, la premierère présentation de cette ampleur des anciens temples rupestres de Mogao. Depuis 1989, l’Académie de Dunhuang et le Getty Conservation Institute ont travaillé ensemble sur la conservation et la gestion du site et ont forgé un lien durable de travail et d’amitié. Non seulement l’exposition apportera au public américain la beauté artistique de ce site du patrimoine mondial ,mais il servira aussi de modèle pour les collaborations internationales. Plus de 40 pièces de reliques découvertes dans la cave numéro 17 en 1900, à savoir des livres, des manuscrits, des peintures sur soie et des broderies, seront exposées », a déclaré Wang Xudong, président de l’académie.

« Cette exposition est le fruit d’années de travail acharné et de coopération entre le Getty conservation Institute et leurs partenaires de Dunhuang pour conserver l’extraordinaire héritage des grottes de Mogao, sans doute la preuve picturale la plus importante et la plus belle de la transmission du bouddhisme le long de la route de la soie », déclare Jim Cuno, président et directeur général du J. Paul Getty Trust.

L’exposition « Les cave temples de Dunhuang: Art bouddhiste sur la route de la soie » qui vient d’ouvrir à Los Angeles,est unique. Elle présente trois répliques de grottes à échelle 1, peintes à la main et érigées sur le campus du Getty Center surplombant LA.

Vidéo sur la création des répliques de grotte au Getty Center:

A proximité, dans une galerie adjacente, le musée a réuni plus de 40 objets préservés et de valeur inestimable découverts dans l’une des grottes. Dans une autre galerie, les visiteurs peuvent explorer une des grottes en 3D et en réalité virtuelle, et découvrir une statue génate d’un Bouddha et de son entourage.

Vidéo de présentation de l’expérience immersive:

« Nous essayons d’aider le public à comprendre ce qu’est cet endroit,et pourquoi il est si important » explique Tim Whalen, directeur de l’Institut de conservation du Getty. « Pour bien des raisons, Dunhuang est l’un des plus importants lieux patrimoniaux dans le monde. »

Tim Whalen et Marcia Reed, conservateur en chef de l’Institut de recherche Getty, ont examiné des dizaines de peintures, dessins, sculptures, tapisseries de soie, et manuscrits dans l’une des galeries afin d’imaginer cette exposition. Ces recherches ont conduit a des découvertes étonnantes: « Aux côtés de nombreuses représentations artistiques du Bouddha, nous avons pu trouver parmi les documents des prières juives et chrétiennes, mais également des sculptures de personnages européens et un document de voyage apporté par un moine indien ».

Deux des trois grottes Getty ont été construites pour l’exposition par des artistes de l’Académie de Dunhuang, qui a collaboré avec les instituts de recherche et de conservation du Getty pour produire l’exposition. La troisième réplique de grotte a été déplacée du propre musée de l’académie.

Cave 285 (535-556) des grottes de Mogao, Dunhuang. Photo: Wu Jian. © Académie de Dunhuang

Cave 285 (535-556) des grottes de Mogao, Dunhuang. Photo: Wu Jian. © Académie de Dunhuang

Trois objets particulièrement précieux sont présentés dans l’exposition: « Image miraculeuse de Liangzhou » une tapisserie en soie vieille de 1.300 ans, un rouleau du 9ème siècle « La compétition magique entre Sâriputra et Raudraska » et un rouleau de prière bouddhiste « Diamond Sutra » (un texte bouddhiste Mahayana sacré). Cette dernière oeuvre, datée de 868, a été commandée par un homme nommé Wang Jie comme un cadeau à ses parents. Découvert dans la grotte 17, également connu comme la Bibliothèque Cave, en 1907 et conservé par la British Library, il est considéré comme le plus ancien livre imprimé dans le monde.

« En Occident, nous pensons que Guttenberg a inventé l’impression en 1452, mais il faut savoir que 600 années auparavant un livre a été imprimé en Chine, sur du bois. Et c’est le ‘Diamond Sutra, » explique Marcia Reed.

Sutra du Diamant, 868 Londres, British Library, © British Library

Sutra du Diamant, 868 Londres, British Library, © British Library

La fréquentation des grottes a stoppé autour des années 1 400 lorsque la route de la soie a été abandonnée au profit des mers. Et il a fallu attendre 1900 pour que le site soit « redécouvert » par les explorateurs occidentaux qui selon Whalen ont emporté « environ 40.000 objets du site après avoir payé les moines qui le gardaient encore ».

L’exposition s’appuie donc sur des objets qui ont été prêtés par les musées et les bibliothèques de Grande-Bretagne et de France (British Museum, British Library, Musée Guimet, et la Bibliothèque nationale de France). Malgré leur fragilité, le musée a obtenu presque tout ce qu’il avait demandé. Mais l’exposition a nécessité cinq ans de préparation.