Au musée du Louvre, le grand chantier de restauration de la Victoire de Samothrace débutera ce mardi 3 septembre, pour une durée d’un an et demi. Une grande campagne de mécénat a été mise en place pour financer le projet, notamment un appel aux dons du grand public via un dispositif en ligne.

La Victoire de Samothrace, chef d’œuvre en marbre datant du IIe siècle avant notre ère, quittera l’escalier de Daru du Louvre le 3 septembre pour un grand nettoyage. Elle ne reviendra à son emplacement que dans un an, pour l’été 2014.

7 millions de visiteurs  annuels

Découverte au XIXe siècle sur l’île de Samothrace, la statue représente la déesse grecque de la victoire, Nikê, posée sur la proue d’un navire, les deux ailes suspendues et son vêtement de pierre claquant au vent.

Admirée chaque année par sept millions de visiteurs, cette sculpture est l’une des grandes icônes du musée du Louvre. La décision de la cacher aux yeux du public pendant un an a donc été longue à prendre.

«Son état sanitaire n’est pas mauvais, mais elle avait perdu de l’éclat», explique Ludovic Laugier, ingénieur d’études au département des antiquités grecques, étrusques et romaines du Louvre. «En marbre de Paros, la statue avait considérablement foncé et on ne voyait plus les veines du marbre blanc du bateau sur lequel elle repose.»

Le chantier de restauration prévoit le nettoyage de la statue, composée de marbres différents. Elle sera ensuite descendue de sa base, ce qui permettra de démonter les vingt-trois blocs qui composent le bateau et le socle, de les nettoyer, de vérifier les assemblages et d’intégrer quelques fragments restés en réserve.

Escalier en chantier 

L’escalier de Daru, qui sert d’écrin à la Victoire, sera également restauré d’ici le printemps 2015, sans toutefois que son accès soit fermé au public. Les murs, les sols, les voûtes et les garde-corps seront remis en état.

Une fois dans la salle des cheminées, la Victoire sera restaurée sous l’égide d’un comité international, composé d’experts, comme le directeur d’étude du Centre de recherche de l’antiquité de l’Académie d’Athènes, celui du Pergamon Museum à Berlin ou la directrice de la mission archéologique américaine, à Samothrace.

Le retrait de la Victoire de Samothrace pour sa restauration permettra également de la passer aux rayons X et de la modéliser en 3D.

Nouvelle campagne de souscription en ligne, « Tous mécènes »

Sur les 4 millions d’euros de budget prévus pour le projet, 3 devraient être pris en charge par des entreprises : Nippon Television Holdings, grand réseau japonais, la fondation Marc Ladreit  de Lacharrière (Fimalac), mécène  du département depuis 1995, ainsi  que la Bank of America Merrill Lynch.

Mais le Louvre va également lancer une souscription auprès des particuliers et des entreprises dès le début du chantier, le 3 septembre, jusqu’au 31 décembre 2013.  Dans le cadre de la campagne de financement populaire «Tous mécènes !», les Français sont invités à devenir acteurs de la restauration du chef d’œuvre en effectuant des dons en ligne ou par chèque.

Tous les participants se verront récompensés de leur geste. Ils bénéficieront d’une invitation pour redécouvrir la Victoire restaurée  (à partir de 20 euros), d’une visite privée (200 euros ou plus), d’une carte d’accès libre  aux collections pendant un an (300 euros ou plus) ou d’une soirée (500 euros et plus).

Un site Internet entièrement dédié à la campagne

Le site Internet louvresamothrace.fr est un outil de communication conçu pour encourager l’implication du grand public. Divisé en trois rubriques (« la restauration », « l’œuvre et son écrin », « comment participer ? »), il présente en détail, vidéos à l’appui, le chantier de restauration et ses enjeux, le caractère exceptionnel de l’œuvre et il précise enfin toutes les informations utiles à la réalisation du don, en soulignant son importance quel qu’en soit le montant. Le site dédié à la campagne précise l’objectif : un million d’euros, et le pourcentage atteint.

Pour gérer les dons, un lien renvoie vers la plateforme sécurisée du site du musée du Louvre. Il est précisé que le don est alloué à la restauration de la Victoire de Samothrace et le site calcule automatiquement le montant effectif du don après réduction fiscale.

Le compte à rebours sera lancé le mardi 3 septembre.

L’appel aux dons, une opération à succès pour le musée du Louvre

Pour mémoire, d’autres campagnes similaires orchestrées par le musée du Louvre ont déjà rencontré un grand succès auprès du public ces dernières années.

1 million d’euros pour « Les Trois Grâces »Le 13 novembre 2009, le musée du Louvre avait lancé une campagne d’appel aux dons pour financer l’acquisition du tableau de Lucas Cranach, Les Trois Grâces. Les ¾ de la somme ayant été réunis, notamment grâce au mécénat du groupe international d’audit et de conseil Mazars, la campagne avait pour but de réunir le complément avant le 31 janvier 2011, soit un million d’euros. Grâce à la générosité du public, le musée du Louvre a atteint son objectif en un mois seulement.

Plus de 5 000 donateurs se sont mobilisés, pour des sommes allant de 1 euro à 1 500 euros, avec quelques dons exceptionnels de 10000, voire 40 000 euros. La moyenne des dons s’élevait à 150 euros. Quelques PME et Fondations françaises ou étrangères se sont également jointes au mouvement.

500 000 euros pour deux éléments d’architecture égyptienne. Une autre campagne, lancée en décembre 2011, avait pour objectif de réunir la somme de 500 000 euros sur le budget d’environ 1,2 million d’euros nécessaire à la reconstitution, la restauration et le remontage des deux éléments d’architecture égyptienne, un monumental porche mamlouk datant du XVe siècle et un moucharabieh du XVIIIe siècle. La somme a été atteinte fin avril 2012 grâce à 1920 dons allant de 4 € à 7000 € pour les particuliers. Le don moyen s’élevait à 159 € mais le don le plus fréquent était de 50 €. Provenant de toute la France, y compris des DOM-TOM, les donateurs de la région parisienne étaient néanmoins prédominants (deux tiers des donateurs). Quelques dons provenaient également de l’étranger avec, pour les pays les plus représentatifs, la Belgique, la Suisse, les Etats-Unis, l’Espagne et le Brésil. Près de 20% des donateurs avaient déjà participé à la campagne de souscription des Trois Grâces de Lucas Cranach l’Ancien.

800 000 € pour deux chefs-d’œuvre de l’art médiéval. Enfin, lancée en octobre 2012, une nouvelle campagne d’appel aux dons avait pour but de rassembler la somme nécessaire à l’acquisition de la Synagogue et de Saint Jean, deux chefs-d’œuvre de l’art médiéval.

L’objectif, réunir la somme de 800 000 € sur un budget global de 2,6 millions d’euros a été atteint dès la fin du mois de janvier 2013 grâce aux dons de plus de 4000 donateurs et à la générosité exceptionnelle de la Société des Amis du Louvre et d’AXA ART. 62% des donateurs avaient déjà participé à l’une des précédentes campagnes d’appels aux dons, traduisant ainsi leur attachement et leur fidélité à l’enrichissement des collections du musée du Louvre.

Le don moyen était alors de 154 € ; le montant le plus fréquent était de 50 €. Après la formidable mobilisation pour l’acquisition des Trois Grâces de Cranach en 2010 et la réussite de la campagne de 2011 pour la restauration de deux trésors du Caire, cette opération a été un nouveau succès pour le musée du Louvre.

Auteur: Carole Heulin

Date de première publication: 02/09/2013

Copyright Photos: Musée du Louvre