Le musée Saint-Raymond de Toulouse invite ses visiteurs à « débusquer » les faux nichés dans sa collection

Des faux sont présents dans tous les musées qui conservent des collections anciennes, formées au cours des siècles précédant la Révolution française et enrichies par des acquisitions diverses durant le XIXe siècle.  Le musée Saint-Raymond n’y déroge pas. Petits bronzes, parfois aussi portraits en marbre, inscriptions ou encore vases grecs… Plusieurs types d’œuvres sont ainsi concernés. Depuis le 1er avril 2018, le musée de Toulouse invite ses visiteurs à une chasse aux trésors inédites … à la recherche des faux nichés dans sa collection.

Il est nécessaire, en premier lieu, de clarifier la terminologie et définir le faux, la copie, la réplique ou encore l’imitation.

Comme l’explique le Musée Saint Raymond : « par faux, nous entendons une œuvre réalisée dans le but de tromper un potentiel acquéreur ; ce dernier, personne privée ou institution, est donc victime d’un marché de dupe parfaitement organisé et qui relève d’un délit. Il est par conséquent difficile, en raison des lacunes de la documentation écrite, d’attribuer l’adjectif faux à une œuvre dont on ne possède aucun renseignement sur son mode d’acquisition ni même sur sa date d’entrée dans les collections du musée. « Faux » est donc pris ici dans son sens le plus large ».

Du 1er avril 2018  au 9 décembre 2018, le MSR expose chaque mois un « faux » au milieu des œuvres de la collection permanente. Les visiteurs sont invités à le pister grâce à un support spécialement conçu pour cette activité et simplement disponible à l’accueil.

Le programme

Chaque 1er dimanche du mois, un nouveau faux est ainsi tiré des réserves, avant d’être présenté le 2ème dimanche du mois, à 11 h, par l’un des membres de l’équipe de Conservation : ce sera l’occasion d’en savoir plus au contact d’un spécialiste !

8 avril 2018 : Relief de Tetricus, par Claudine Jacquet, attachée de conservation  Réservation

13 mai 2018 : Portrait sculpté de l’empereur Caracalla, par Pascal Capus, responsable des collections de sculptures romaines et numismatiques  Réservation

10 juin 2018 : Vases grecs, par Mathieu Scapin, Docteur ès archéologie et médiateur culturel,  Réservation

8 juillet 2018 : Autels votifs, par Claudine Jacquet, attachée de conservation

12 août 2018 : Portraits sculptés de César et Vitellius, par Pascal Capus, responsable des collections de sculptures romaines et numismatiques

23 septembre 2018 : Lampes à huile en bronze, par Claudine Jacquet, attachée de conservation

7 octobre 2018 : Figurines en bronze par Mathieu Scapin, Docteur ès archéologie et médiateur culturel,

11 novembre 2018 : Monnaies, par Pascal Capus, responsable des collections de sculptures romaines et numismatiques

9 décembre 2018 : Statue de Jupiter Sarapis, par Pascal Capus, responsable des collections de sculptures romaines et numismatiques

Tarif : 3 € + droit d’entrée au musée

Des précédents dans les musées du monde

Depuis 2015, d’autres initiatives ont été prises dans le monde muséal, afin de sensibiliser le public à la notion de copie et de faux.

. Une expo avec des copies

Pour la première fois de son histoire, du 21 septembre au 21 octobre 2017, le musée de l’Hermitage a accueilli une exposition qui ne présentait aucun objet original. L’exposition « Words of Stones », exposée dans le bâtiment administratif du musée, proposait une version numérisée de l’ancienne colonie musulmane de Qala-Quraysh au sud du Daghestan. L’accrochage se composait ainsi uniquement de copies d’objets anciens. L’occasion de s’interroger sur la valeur de ces accrochages de reproductions et sur la relation original/copie. (Lire l’article du CLIC France: Pour la première fois, une exposition archéologique du musée de l’Hermitage n’a présenté que des copies d’objets)

hermitage museum expo words of stones 5

. Un programme TV sur le thème du faux 

Après le succès de la première série diffusée durant l’été 2016, « Faux! Le grand défi des chefs d’oeuvres » est revenu en 2017 sur la chaîne Sky Arts. La série TV, présentée par Giles Coren et l’historien d’art Rose Balston, souhaitait « changer la façon de regarder l’art en remplaçant des chefs d’œuvre inestimables avec des faux ».

Image extraite de la première série (c) Sky Arts

Durant l’été 2016, Sky Arts avait déjà remplacé des chefs d’œuvre inestimables par des copies spécialement faites pour ses substituer aux originaux dans des galeries d’art et musées du Royaume-Uni. Le public britannique avait été invité à explorer ces lieux de culture et à essayer d’identifier les peintures non originales accrochées aux murs. Plus d’un millier de personnes ont participé au concours, et dix finalistes ont été sélectionnés pour participer à la finale de la série enregistrée au musée Ashmolean d’Oxford. La nouvelle série « Faux! Le grand défi des chefs d’œuvre » a été diffusé sur Sky Arts le mardi, à 20 heures, à partir du 28 Mars 2017. Chaque épisode explorait une époque de la peinture britannique et donne un aperçu du génie de quelques uns des peintres les plus excitants du Royaume-Uni, au travers des yeux de l’artiste choisi pour copier leur oeuvre. (Lire l’article du CLIC France: A partir du 28 mars 2017, Sky Arts diffuse une nouvelle série du programme « Faux! Le grand défi des oeuvres d’art »).

. Un musée glisse une fausse oeuvre dans son accrochage

En février 2015, la Dulwich Picture Gallery de Londres a glissé dans sa nouvelle exposition « Made in China: A Doug Fishbone Project » une réplique d’une oeuvre de sa collection produite en Chine. Dans le cadre d’un défi « rechercher le faux », les visiteurs étaient appelés à identifier la fausse toile. Plus de 3 000 réponses ont été collectées et …. l’intrus a finalement été révélé par le musée.

La peinture « répliquée » était « Jeune femme » (‘Young Woman’) du peintre français du  18ème siècle Jean-Honoré Fragonard. (Lire l’article du CLIC France: La Dulwich Picture Gallery révèle quelle fausse toile a été placé dans sa nouvelle exposition)

SOURCE: musée Saint-Raymond 

Date de première publication: 04/04/2018

La ville de Toulouse est membre du CLIC France

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Pour la première fois, une exposition archéologique du musée de l’Hermitage n’a présenté que des copies d’objets

Les habitants d’Aulnay et Sevran peuvent maintenant emprunter la reproduction d’un chef d’oeuvre du Louvre

A partir du 28 mars 2017, Sky Arts diffuse une nouvelle série du programme « Faux! Le grand défi des oeuvres d’art »

La Dulwich Picture Gallery révèle quelle fausse toile a été placé dans sa nouvelle exposition

Laisser un commentaire