La révolution de l’estampe parisienne de la fin de siècle peut maintenant être explorée sur le site web du Van Gogh Museum d’Amsterdam, grâce à une nouvelle collection en ligne, le Monde de l’impression parisienne, mise en ligne le mardi 2 février 2016.

van gogh site web-prenten 2

En raison de sa taille et de sa sensibilité à la lumière, la collection spectaculaire du musée Van Gogh constituée de près de 1 800 gravures, affiches et livres ne peut être exposée dans le musée de manière permanente. Sa découverte et son exploration sont désormais possible sur un nouvel espace du site web qui rend le monde de l’impression parisienne, complexe mais fascinant, accessible au public.

Sur le monde de l’impression parisienne, les visiteurs peuvent désormais parcourir la collection à leur guise, en explorant les divers liens et des connexions que le site propose. Comme l’explique le musée, « ce module unique permet aux visiteurs de décider eux-mêmes la quantité d’informations qu’ils souhaitent absorber ».

Tous les tirages sont disponibles en haute résolution et peuvent être agrandies jusqu’à faire apparaitre les fibres mêmes du papier sur lesquels ils sont imprimés. La collection en ligne a été développée par l’agence web Fabrique et Q42. Grâce à une organisation multi-couches de l’information, le site pourra servira les besoins d’un large éventail de personnes, des jeunes utilisateurs, orientées sur les aspects visuels aux universitaires en recherche de contenus riches. Le développement de ce site a été généreusement soutenu par la Fondation Vincent Van Gogh et le Fonds 21.

La collection d’impression en ligne, lancée le mardi 2 février 2016,  répond à un rêve longtemps caressé par le musée Van Gogh: « constituer et mettre à la disposition du public une collection unique, sans aucune restriction dans le temps et l’espace. Le site, accessible en permanence, montre toute la collection et est continuellement complété par de nouvelles acquisitions ».

van gogh site web-prenten

De nouvelles formes d’exposition numérique

Pour ses collections, le musée Van Gogh expérimente sans cesse des types d’accès numérique et le partage des connaissances innovantes. Le monde de l’impression parisienne est un parfait exemple de cette utilisation des nouvelles possibilités technologiques.

Dans la collection en ligne, les données scientifiques sont présentées d’une manière dynamique et intégrée. En cliquant sur l’une des images à côté d’une impression, une nouvelle fenêtre apparaît affichant un nouvel objet de la collection, en affichant automatiquement les grands thèmes. En présentant les grands thèmes et les connexions de la collection via des textes informatifs et concis, le site propose un nouveau type de publication numérique qui peuvent être constamment révisé et complété. L’accès en ligne à cette collection propose des connexions artistiques et historiques innombrables en utilisant des balises et des hyperliens interactifs. Cette galaxie de liens est d’autant plus importante que le monde de l’impression parisienne a été une communauté ou chaque création était connectée avec d’innombrables autres gravures de nombreuses manières différentes. Les artistes ont partagé les mêmes influences et les caractéristiques de style, leurs sujets, techniques et même les types de papier. Les artistes ont souvent collaboré avec les mêmes imprimeurs et éditeurs, fait des gravures pour les mêmes livres et magazines illustrés, et ont coopéré avec les mêmes artistes musiciens, producteurs de théâtre, et revendeurs.

Trailer vidéo:

Accessible et associative

van_gogh_lautrecLes visiteurs du monde de l’impression parisienne peuvent se promener librement à travers le monde visuel de la gravure.

Ils peuvent par exemple rechercher le nom d’Ambroise Vollard et découvrir que ce marchand d’art charismatique était l’un des plus importants collectionneur de la fin de siècle. Le site offre également un aperçu sur les grands thèmes de la collection, intimité, japonisme, intérieur, lumière …. Cette manière de naviguer, qui se concentre sur l’expérience, est un point de départ important pour les amateurs d’art.

En un seul clic, les visiteurs peuvent également extraire toutes les gravures qui se rapportent à un musicien spécifique (par exemple «feuille de musique»). En outre, toutes les gravures sont accompagnées d’informations provenant des catalogues raisonnés les plus importants et des publications savantes, afin de transformer le site en un ouvrage de référence. Chaque tirage est également présenté avec une bibliographie.

Ainsi, le site offre diverses couches d’information, de nombreuses données sur les thèmes culturels majeurs de la fin de siècle et une découverte originale et complète de l’estampe du XIXe siècle.

Chaque fiche oeuvre permet le zoom sur l’image mais également le téléchargement libre en plusieurs formats ainsi que le partage sur les principaux réseaux sociaux.

Origine de la collection

van gogh posterEn 2000, la Fondation Vincent Van Gogh a acheté pour le musée une collection privée d’estampes de la fin de siècle en France (composé de 786 gravures et 18 livres d’artistes), l’une des plus impressionnantes collections internationales de l’art de l’estampe. Cette collection de documents est d’une importance majeure pour le musée Van Gogh, qui conformément à ses objectifs entendf constituer et rendre accessible une collection unique sur le travail de Vincent van Gogh et l’art de son temps.

La mode des tirages a démarré pendant les années où Van Gogh a vécu à Paris (1886 à 1888). Lui et son frère Theo ont suivi ces développements et ont commencé à collectionner ensemble les impressions de leurs contemporains. Cette collection ne cesse de s’enrichir – le musée a ainsi acquis récemment la série d’impression « Intimités » de Félix Vallotton, ainsi qu’un certain nombre de gravures et d’affiches importantes parsignées Henri de Toulouse-Lautrec.

En France, jusqu’au milieu du XIXe siècle, l’art de la gravure a été utilisé principalement pour reproduire des œuvres d’art existantes en impression, tels que peintures et de sculptures, de sorte qu’ils pourraient être disponibles pour un large public. Ce développement a grimpé au cours de la fin de siècle (de 1890 à 1905) quand une nouvelle génération d’artistes a considéré l’art de l’estampe comme un moyen moderne. Les artistes d’impression ont également partagé une fascination similaire pour la vie moderne, y compris la vie nocturne de Paris, les estampes japonaises, et le mode de vie intime du bourgeois aisés. Les artistes ont pu échanger avec des écrivains, poètes et philosophes. Les développements de la gravure se sont accélérés après la mort de Van Gogh en 1890 et la révolution de la gravure ne peut pas être considérée isolément de ses artistes contemporains et de la génération d’artistes qui a suivi.

Le CLIC France aime particulièrement:

. la home page mozaique

. les accès thématiques: bourgeoisie, intimité, japonisme, lumière

. l’ergonomie et la navigation très intuitive et visuelle.

www.vangoghmuseum.nl/en/prints/home

SOURCE: Van Gogh Museum

Date de première publication: 03/02/2016

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

125 ans après la mort de Van Gogh, le musée d’Amsterdam répond à 125 questions des internautes

Les clones numériques des œuvres de Van Gogh s’exposent et se vendent à Dubai

Le Musée Van Gogh lance un nouveau site web et enrichit son application mobile

Le musée Van Gogh et Canon Europe concluent un partenariat technologique de trois ans