Murs interactifs, applications et jeux de rôle sur terminaux mobiles, géolocalisation … les musées de Singapour offrent de nouveaux outils numériques pour améliorer l’expérience des visiteurs.

Singapore Pinacotheque de Paris (c) businesstimes.com.sg

Singapore Pinacotheque de Paris (c) businesstimes.com.sg

C’est notamment le cas pour la nouvelle annexe singapourienne de la Pinacothèque de Paris qui arbore fièrement deux murs interactifs de 8 mètres de long qui diffusent des contenus multimédias.

sing pinacotoLes deux murs interactifs sont équipés de haut-parleurs surround et de capteurs qui détectent les mouvements des visiteurs devant les murs. Les utilisateurs peuvent également interagir avec les écrans tactiles et une mascotte 3D Pinacoto, afin d’accéder à des vidéos, des images et des informations et anecdotes sur les artistes exposés dans le musée.

« L’appréciation de l’art est en germe à Singapour tandis que l’utilisation de la technologie est très répandue dans la vie quotidienne. Nous avons donc combiné les deux pour faire de l’art un plaisir et inciter à l’engagement pour tout le monde L’objectif est de présenter les faits de manière innovante. Le mur est le premier point de contact pour nos visiteurs, nous ne voulons donc pas le surcharger. C’est une invitation aux visiteurs à continuer le voyage à travers le musée, a expliqué aux sites web straitstimes.com et businesstimes.com.sg le directeur exécutif de la Pinacothèque Suguna MadhavanNous voulions utiliser la technologie comme une plate-forme pour valoriser la beauté de l’art, ajouter des couches à la narration et fournir une expérience amusante, immersive pour nos visiteurs ».

Le musée qui a travaillé pendant 18 mois avec une équipe de designers pour développer les outils numériques de son musée, va bientôt déployer une application mobile qui géolocalisera les visiteurs à l’aide de détecteurs de mouvement et leur envoie des informations contextualisés sur les œuvres d’art dont ils sont proches.

La Pinacothèque de Singapour n’est pas le seul musée à vouloir miser sur les technologies numériques.

D’autres musée et galeries se sont tournés vers les technologies interactives tels que les écrans tactiles et les applications mobiles pour attirer de nouveaux visiteurs et enrichir leur expérience de visite. Une transformation qui s’accompagne de l’intégration plus grande des arts numériques dans les espaces muséaux.

QR Codes et jeux de rôle au Centre du Patrimoine Indien

great panaAu Centre du Patrimoine Indien (Indian Heritage Center), situé dans le quartier Little India, les visiteurs peuvent accéder à des jeux de rôles et à des écrans interactifs. Le centre, qui a ouvert le 8 mai 2015, permet aux utilisateurs de téléphones mobiles de lire des QR codes pour certaines œuvres afin d’accéder à des contenus documentaires. Ils peuvent également emprunter un smartphone transformé en guide virtuel pour les accompagner dans l’exposition.

« La technologie permet à nos visiteurs d’en découvrir plus sur les objets d’art qui suscitent leur intérêt, leur donne plus d’informations et rend l’expérience du musée plus immersive. Elle rend également les expositions plus attractives et pertinentes pour un public plus jeune », explique un porte-parole du le Conseil national du patrimoine, qui supervise le centre.

Ce nouveau musée du National Heritage Board a coûté 16 millions de dollars S à construire et 5 millions $ pour l’équipement de ses galeries. Le centre a également reçu une subvention de 10 millions de dollars du gouvernement pour acquérir des œuvres, dont 126 sont présentés en permanence.

Le Peranakan Museum (situé dans le quartier des affaires) propose également une application mobile pour accompagner les visiteurs dans l’exposition « Cinquante vies remarquables » qui raconte les histoires de commerçants, politiciens, hommes d’affaires ou philanthropes singapouriens. L’application est disponible en téléchargement sur AppStore et Google Play.

Natural History  Museum Singapore (c) StraitsTimes

Natural History Museum Singapore (c) StraitsTimes

Ecrans tactiles et réalité augmentée dans les musées de sciences

Les visiteurs du Musée d’Histoire Naturelle Chian Lee Kong, qui a ouvert en Avril 2015 à l’Université nationale de Singapour, peuvent accéder à des clips vidéo via des écrans tactiles interactifs et télécharger une application mobile pour en savoir plus sur les squelettes des dinosaures.

App-olloniaapplication mobile nommé d’après Apollonia, l’un des trois fossiles de dinosaures du musée, propose une sorte de jeu de piste à travers le musée. Après avoir scanné les QR codes placés près de 4 ossements d’Apollonia, les visiteurs peuvent scanner un code QR dans la brochure du musée et ainsi regarder Apollonia revenir à la vie grâce à la réalité augmentée. L’application permet également de prendre un selfie avec une image pré-chargée du dinosaure. L’application est disponible en téléchargement sur iOS et Android.

app-ollonia3

Le ArtScience Museum à Marina Bay Sands, dirigé par Honor Harger, conservatrice née en Nouvelle-Zélande et passée par la Tate Modern de Londres a également intégré la technologie dans sa médiation. On y trouve notamment des outils de signalétique numérique particulièrement innovants, des installations artistiques numériques, des projections vidéo et des lumières en ultra violet qui évoquent la bioluminescence émise par les créatures au fond de la mer.

ArtScience Museum Marina Bay Sands Singapore (c) Wikipedia

ArtScience Museum Marina Bay Sands Singapore (c) Wikipedia

Application et big data à la future Galerie nationale de Singapour

Lors de son ouverture, en octobre 2015, la Galerie nationale de Singapour proposera une application mobile développée dans le cadre d’un mécénat de compétence par Accenture technologie. Un outil qui permettra de guider le visiteur à travers sa collection d’art du sud-est asiatique des 19e et 20e siècles. Cette application permettra également de recueillir des données sur les comportements des visiteurs et mieux connaitre leurs préférences.

Reportage sur le nouveau musée (StraitsTimes):

SOURCE: straitstimes.com, Wikipedia, Pinacothèque Singapore, businesstimes.com.sg

Date de première publication: 11/06/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

 

La National Gallery Singapour s’associe à Accenture pour transformer la visite de sa galerie en expérience numérique

Avant son ouverture, la National Gallery de Singapour commande un docudrama TV consacré à l’artiste Georgette Chen

Le MaGMA de Singapour raconte ses contes de fées sur iPad