Le Pérez Art Museum Miami propose la première exposition muséale en réalité augmentée utilisant la technologie ARKit d’Apple

Depuis le 5 décembre 2017, le Pérez Art Museum Miami (PAMM) propose « Felice Grodin: Invasive Species », une exposition interactive en réalité augmentée de l’artiste Felice Grodin. La particularité de ce projet est d’utiliser la technologie de réalité augmentée ARKit d’Apple.  Cette expérience artistique est donc accessible aux visiteurs via une app iOS dans l’enceinte et à l’extérieur du musée. 

pamm perez_art_museum_miami_ar_felice_grodin_invasive_species_0

Le Pérez Art Museum Miami (PAMM) décrit cette exposition, comme une nouvelle expérience artistique.

L’exposition est ainsi présentée sur le site du musée« Avec quatre œuvres numériques au total, le spectacle commence avec deux travaux faisant appel à la réalité augmentée – Mezzbug et Terrafish (2017) – qui transforment virtuellement le bâtiment [du musée]. Avec Terrafish, Grodin propose une exploration dans les jardins suspendus du PAMM et des rencontres avec des créatures digitales au corps translucide, qui ressemblent à des méduses qu’on peut trouver dans les eaux du sud de la Floride. En s’appuyant sur le pouvoir de destruction d’espèces envahissantes et en créant un nouvel environnement numérique, Grodin met en évidence la mutation et l’instabilité de notre écosystème, spéculant sur un futur proche, qui serait affecté par le changement climatique et conquis par d’étranges créatures étranges ».

Présentation vidéo du projet:

pamm terrafish_1_perez_art_museum_miami_ar

Proposée dans le cadre de la Miami Art Week, cette exposition est la première expérience publique proposée par un musée et s’appuyant sur la technologie d’Apple. L’exposition Espèces envahissantes est organisée par Jennifer Inacio, conservatrice adjointe du PAMM, dirigée par Monica Mesa, responsable du projet artistique PAMM AR +, et supervisée par Christina Boomer Vazquez, directrice adjointe du marketing et de la participation publique au PAMM. Ce projet AR  est  rendu possible  grâce à  une subvention de  la John S. et James L. Knight Foundation. Le financement fait partie d’une initiative de la Knight Foundation visant à aider les musées à mieux répondre aux nouvelles demandes de la communauté et à utiliser des outils numériques pour impliquer les visiteurs dans des expériences et des conversations captivantes sur l’art.

Vidéo sur le mécénat de la Fondation Knight:

La Fondation Knight a travaillé avec MAYA Design , un cabinet de conseil en conception et innovation, pour aider à la recherche sur l’expérience utilisateur et le cadrage de projet. L’application PAMM a été conçue par la société américaine Cuseum, auparavant spécialisée dans les expériences Google Glass. 

L’exposition en réalité augmentée Felice Grodin: Espèces envahissantes peut être visionnée via l’application PAMM disponible gratuitement depuis l’App Store sur iPhone ou iPad. Elle est compatible avec iOS 11.0 ou ultérieur, sur iPhone 6s, iPhone SE, iPad Pro et plus récent.

Sans attendre les résultats de cette première expérience, le PAMM annonce d’ores et déjà d’autres expositions numériques basées sur ARKit en 2018.

6 QUESTIONS A …. FELICE GRODIN

pamm felice grodin img_2179Selon vous, quel était l’objectif de ce projet?

Grodin : Je crois que le but du projet était de tester le potentiel de l’AR à travers l’art. Je crois que l’autre but du projet était de tester le potentiel de l’art à travers l’AR. Je pense que c’était un test très précoce et, par conséquent, je me sens vraiment excité d’en avoir fait partie.

Qu’est-ce qui vous a attiré dans le projet?

Grodin : J’étais attiré par le manque de certitude. Par là, je veux dire qu’il n’y avait pas d’inévitabilité au projet que je pouvais prévoir. Je ne savais pas à quoi cela ressemblerait, comment cela interagirait avec le public, et comment nous le ferions. Ainsi, je n’avais aucune idée de ce que serait l’œuvre d’art. Ce niveau d’expérimentation et d’exploration est très unique.

J’ai beaucoup appris sur le potentiel de l’AR en tant que support. Ce qui me frappe, c’est que plutôt que de situer le travail dans une matérialité analogique ou une réalité virtuelle, il oscille entre les deux. Osciller entre le concret et l’abstrait est un seuil incroyable que ce projet justifie.

Quels ont été les défis?

Grodin : Parce que cela n’a jamais été fait au PAMM, le projet dans son ensemble était un défi dans un sens positif. Chaque étape du processus a été une découverte. Comment un artiste, un conservateur, un chef de projet et un spécialiste de la technologie créent-ils ensemble de manière complètement synthétisée en utilisant un nouveau média? Pourtant nous l’avons fait. Par conséquent, faire confiance au processus a été la clé et réaliser qu’aucun acteur institutionnel ne peut être autonome.

Quand nous avons pu voir des rendus préliminaires à travers la réalité augmentée, c’était vraiment un moment pour moi. Voir comment la plate-forme AR peut influer sur la façon dont une œuvre d’art peut vivre dans le réel était assez étonnant. Pourtant, cela a posé tellement de questions. Le monde tel que nous le voyons à travers l’objectif de nos smartphone ne se limite plus à l’enregistrement. Il peut maintenant, à travers AR, constituer, suggérer et contester ce que nous voyons. Par conséquent, quoi et comment choisissons-nous d’augmenter? Sur un front plus large, quels sont alors ses potentiels dans le domaine de l’art?

Mezzbug_Rendering

Quelles sont vos réflexions sur l’intersection de la technologie et de l’art contemporain?

Grodin : Je pense qu’il y a une confusion intéressante. Premièrement, que l’utilisation de la technologie peut faire circuler l’art, à savoir l’Internet et les médias sociaux. L’autre est que la technologie peut faciliter la fabrication de l’art. Mais peut-être que les deux sont devenus un. Au lieu de cela, la façon dont nous vivons à la fois le temps et l’espace peut être manipulée par la technologie. En raison de cette évolution, je pense que l’art devrait chercher à spéculer au-delà de sa position contemporaine.

Plus précisément, je pense que dans ce cas l’AR est un nouveau média qui n’est pas différent de la vidéo ou de la caméra. Pourtant, je ne crois pas que les nouveaux médias soient les garants du bon art. De même, la dernière technologie ne garantit pas que la vie de l’utilisateur soit améliorée. Nous pouvons chacun revendiquer subjectivement ce qui fait du bon art ou de la technologie. Cependant, les institutions servent de base à une meilleure compréhension et évaluation en général. Ainsi, je pense que l’importance de ce projet est de présenter au public l’un des premiers exemples institutionnels de la réalité augmentée en tant que médium artistique. Dans 50 ans, des centaines de projets pourraient être archivés d’une manière ou d’une autre. Je trouve cela très excitant pour PAMM et pour notre communauté artistique en général.

Comment définissez-vous le «succès» quand il s’agit d’un projet technologique expérimental et collaboratif dirigé par des artistes comme celui-ci?

Grodin : Je pense que ce qui réussit dans ce projet, c’est qu’il n’est ni entièrement dirigé par les artistes ni entièrement axé sur la technologie. Moi, en tant qu’artiste, je joue un rôle. Mais, le résultat final dépend de la collaboration et de l’expérimentation de tous les participants. Tout le monde doit être OK avec ce manque de certitude et prospérer dans ce domaine.

2_Terrafish_floor_digital.jpg

Quel conseil donneriez-vous à un autre artiste ou une autre institution cherchant à faire quelque chose de similaire?

Grodin : D’abord, j’applaudis PAMM pour la commande de ce projet. Cela reflète une volonté de prendre un risque, et qu’est-ce que l’art sans risque? Deuxièmement, j’encourage tous les participants à permettre le processus de découverte. A savoir, qu’il est correct de ne pas avoir une vision claire du jeu final, mais d’être aussi rigoureux que possible pour y arriver. Enfin, que le processus n’est pas linéaire, mais plutôt transversal.

A propos de Felice Grodin (Miami)

Felice Grodin est une artiste avec une formation en architecture. Sa pratique se concentre sur l’intégration spéculative de l’art et du design en développant des stratégies pour modéliser nos conditions actuelles et en faire des empreintes significatives. Grâce à ArtCenter / South Florida et au Bureau des stratégies culturelles (BUX), elle participe actuellement à la bourse L’Institution recalibrée, un laboratoire pour développer et tester des intelligences qui répondent aux défis systémiques émergents et à long terme. En outre, elle est membre de l’AST (Alliance du Triangle du Sud), une initiative explorant comment les possibilités artistiques et culturelles peuvent être réinventées à la lumière du changement climatique et de la volatilité politique en s’appuyant sur la dynamique déjà en cours. Elle a obtenu son diplômeen architecture de l’Université Tulane, où sa thèse a reçu le prix Thomas J. Lupo pour les études métropolitaines , et sa maîtrise en architecture avec distinction à l’Université Harvard.

Interview extraite du blog du PAMM

SOURCES: Pérez Art Museum Miami (PAMM), 9to5mac.com

Date de première publication: 19/12/2017

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Au musée Albertina de Vienne, les toiles de Picasso et de Monet s’animent en réalité augmentée

L’Université de Caen et le CIREVE publient une nouvelle application permettant de visiter la Rome Antique en réalité virtuelle et augmentée

La ville d’Avignon, Avignon Tourisme et Histovery mettent à disposition 1 200 HistoPad au Palais des Papes

Le Laval Virtual Center, premier hub international sur la réalité virtuelle et augmentée, a ouvert ses portes

DOSSIER / Tour du monde des expériences muséales et patrimoniales en réalité augmentée (03/07/17)

Pour son exposition « Histoire d’ateliers », le Musée Courbet offre une expérience en réalité virtuelle et en réalité augmentée

L’Abbaye de Villers-la-ville en Belgique se révèle en réalité augmentée

Laisser un commentaire