DOSSIER / Tour de France 2019 des nouveaux dispositifs numériques muséaux et patrimoniaux (17/10/2019)

Picasso en XXL à Lyon, une série IGTV avec Toulouse Lautrec, succès des applications du pays Cathare, chatbot au Musée de Cluny, chatbot d’expo au PBA de Lille, application mobile au musée d’Anet, seconde visite virtuelle d’exposition pour le Mucem, collections des musées de Normandie en ligne, crowdsourcing pour la rénovation des fresques de la Cathédrale de Boulogne, tapisserie en gigapixel, exploration virtuelle d’une oeuvre de Picasso, visites ados au musée de Cluny, application mobile aux musées de Creil, immersion dans la guerre de 1870 au musée de Gravelotte, nouvelle application mobile pour le Musée des Beaux-Arts de Nancy, deux bornes Timescope racontant l’histoire du Musée d’Orsay, visite virtuelle du château de Loches avec l’HistoPad  … Dans ce dossier, le CLIC France propose un panorama des nouveaux dispositifs numériques,  muséaux et patrimoniaux, déployés en 2019.

N’hésitez pas à nous faire part de vos propres innovations à redaction@club-innovation-culture.fr.

  • Picasso  en immersion XXL à Lyon 

Depuis le 17 octobre 2019, la Sucrière de Lyon accueille en première mondiale l’exposition « Imagine Picasso » et plonge ainsi les visiteurs  en immersion dans l’oeuvre du maître franco-espagnol.

200 oeuvres de Picasso sont projetées sur les murs, le sol et des plans inclinés et le visiteur est invité à déambuler au milieu de reproductions géantes pour une expérience immersive qui permet de (re)découvrir les plus célèbres toiles du peintre catalan. La projection s’accompagne d’œuvres musicales signées à la fois par des contemporains de Picasso (Satie ou Ravel) et des compositeurs actuels.

(c) 7alyon.com

Cette exposition événement est présentée en avant-première mondiale à la Sucrière à Lyon du 17 octobre au 19 janvier 2020.

« C’est un moment rare et poétique » explique à France Infos Olivier Picasso, petit-fils de l’artiste en visite à Lyon. « Je connais l’oeuvre de mon grand-père, mais là il y a énormément de détails que je découvre pour la première fois et qui montrent le sens de la précision qu’avait cet artiste ».

Les 2 créateurs de l’exposition, Annabelle Mauger et Julien Baron, ont travaillé sur le projet Picasso avec l’architecte Rudy Ricciotti et l’historienne de l’art Androula Michael.

« Pour quelqu’un qui découvre l’oeuvre de Picasso, tout comme pour une personne qui la connaît déjà, il y a ici forcément quelque chose à découvrir, quelque chose que l’on avait pas vu » explique Annabelle Mauger.

Cette exposition immersive, autorisée par la Succession Picasso, est présentée en avant première mondiale à Lyon jusqu’au 20 janvier 2020, avant son itinérance.

Exposition Imagine Picasso, La Sucrière, 49-50 quai Rambaud, Lyon. Ouvert tous les jours le 10h à 18h, samedis et dimanches &vacances scolaires de 10h à 19h. Fermé les lundis hors vacances scolaires – entrée  toutes les 30 minutes 

(Source: Imagine Picasso, France Télévisions, 7alyon.com)

  • A l’occasion de l’exposition Toulouse Lautrec, la RMN-GP lance la première série IGTV culturelle en France (5/10/2019)

« J’me présente, je m’appelle Henri » : Henri de Toulouse-Lautrec !

A l’occasion de l’ouverture de la grande rétrospective consacrée à Toulouse-Lautrec du 9 octobre 2019 au 27 janvier 2020, le Grand Palais lance sa première série spécifiquement créée pour l’IGTV et conçue avec l’agence créative Madame Bovary qui en a réalisé la production.

L’artiste raconte, à la première personne et sur un ton actuel et humoristique, le Paris de la Belle époque, l’électricité des nuits de Montmartre, l’intimité et l’innovation de son temps à travers ses tableaux, affiches, photographies ou croquis.

La série est à suivre sur le compte Instagram du Grand Palais en IGTV depuis le 8 octobre 2019, les épisodes seront également diffusés sur les comptes Facebook et Twitter du Grand Palais.

La série se compose de 5 épisodes de 3 à 4 minutes chacun, diffusés à intervalle régulier sur la chaîne IGTV du Grand Palais.

La série a été conçue spécifiquement pour IGTV avec l’agence créative Madame Bovary.

Lire l’article du CLIC France: Le Grand Palais publie sa première web série instagram à l’occasion de l’exposition Toulouse-Lautrec

(Source: RMN-GP)

  • 25 000 téléchargements pour les applications « Pays cathare le Guide » & « Castrum, le Jeu » (3/10/2019)

Lancées au printemps, les applications dédiées à la découverte du Pays cathare ont reçu un accueil favorable avec 25 000 téléchargements. « Pays cathare, le Guide » est une application très riche et pratique qui permet de découvrir les sites les plus importants du département avec des visites commentées« Castrum, le Jeu », entre « alchimie et trame historique », est un excellent complément de l’application découverte.

Chiffres cumulés Apple Store + google Play au 30 septembre 2019 : Téléchargements totaux : 24 996 téléchargements. 

. « Pays cathare, le guide » est le compagnon de voyage idéal pour découvrir le Pays cathare. 20 sites, de la cité de Carcassonne au Château de Peyrepertuse, en passant par l’Abbaye de Fontfroide ou le Musée de Quercorb, sont réunis sur une application donnant accès à de nombreux contenus thématisés. Chacun des 20 sites propose une découverte en « balade augmentée », complétée par des fresques interactives et des fiches synthétiques. Un contenu facile d’accès, une découverte ludique de l’histoire de 20 sites incontournables du Pays cathare.

. « Castrum, le jeu » est un jeu mobile qui fait revivre aux petits comme aux grands l’épopée des Cathares au temps des croisades au 13èmesiècle. Synthèse entre un jeu de simulation historique et un jeu de complétion, « Castrum, le jeu » propose de visiter le territoire en sortant des sentiers battus, plongé dans des décors au plus près du réel de l’histoire du Pays Cathare.

Pays Cathare, le guide : iOS Android  Castrum, le jeu : iOS Android

SOURCE: Département de l’Aude, Quai de la Presse (CP, 4/10/2019)

  • Un nouveau chatbot au musée Cluny (26/09/2019)

Depuis le jeudi 26 septembre 2019, le musée de Cluny – musée national du Moyen Âge propose un
nouveau dispositif numérique, un chatbot.  Grâce à Adam, l’agent conversationnel du musée, chacun peut trouver la réponse à sa question 24h/24 et 7j/7.

Disponible sur Facebook Messenger, ainsi que sur le site internet du musée de Cluny, l’utilisation de cet assistant ne nécessite aucun téléchargement. Il suffit d’engager la conversation pour prendre connaissance des informations pratiques du musée : préparez votre visite, renseignez-vous sur les travaux en cours et sur les collections, les chefs d’œuvres, etc…

Adam permet aussi de suivre un parcours ludique et interactif pour découvrir autrement le musée. Ce jeu, en forme de quête médiévale, a été conçu par Ariane Aujoulat pour le compte Twitter du musée de Cluny en 2018 puis adapté pour ce nouveau format.

Le robot conversationnel est incarné par le personnage d’Adam, sculpture gothique emblématique des collections du musée de Cluny qui provient de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Les mobinautes peuvent également le questionner sur sa personne, il leur en dira plus…

Adam a été conçu par la start-up Ask Mona Studio.

Pour parler à Adam, rendez-vous sur m.me/museecluny ou sur www.musee-moyenage.fr.

(SOURCE: Musée de Cluny)

  • 1er chatbot au PBA de Lille àloccasionn de l’exposition le Rêve d’être artiste (septembre 2019)

« Quel type d’artiste es-tu ? découvre quel profil d’artiste te correspond ! Alors, plutôt Bohème, Génie, Businessman ou Artiste officiel »

À l’occasion de l’expo #LeRevedEtreArtiste au @PBALille, la RMN-GP et le PBA s’associe à Ask Mona pour proposer un chatbot quizz sur le thème et les oeuvres de l’exposition. Le chatbot est disponible sur messenger.

Les séquences vidéos du chatbot ont été conçues par l’influenceuse Camille Jouneaux (la minute culture).

Ce « jeu dont vous êtes le héros » a été au départ conçu pour instagram (et adapté sur FB Messenger avec Ask Mona).

A l’occasion de cette exposition, le PBA offre également gratuitement un livret illustré est offert à chaque petit visiteur.

SOURCES: PBA Lille, RMN-GP, Ask Mona (septembre 2019)

  • Une application mobile pour le musée d’Anet (septembre 2019)

Le musée d’Anet, installé au cœur d’une bibliothèque, renferme la collection Gourgand. Une collection d’œuvres d’art de toutes les époques qui provient du legs réalisé au milieu des années 2000, par un collectionneur éclairé et comprend des œuvres d’artistes aussi prestigieux que Picasso, Miro ou Vlaminck mais aussi plusieurs pièces archéologiques.

(c) Echo Republicain. Droits réservés.

Ce petit musée, ouvert tous les jours au public, vient de se doter d’un outil numérique.

« Depuis quelques jours, les œuvres sont dotées d’un flash code ce qui permet aux visiteurs d’avoir une mine d’information sur son téléphone ou sa tablette », explique à l’Echo Républicain Caroline Vincent, directrice de la bibliothèque. « Il y a seulement une application à installer gratuitement sur son écran. C’est aussi une façon de faire entrer les collections dans le XXI e siècle ».

SOURCE: lechorepublicain.fr, 20/09/2019

  • Nouvelle visite virtuelle d’exposition pour le Mucem

Le 10 septembre 2019, le Mucem a mis en ligne la visite virtuelle de sa dernière exposition  « Jean Dubuffet, un barbare en Europe », présentée par le musée du 24 avril au 2 septembre 2019. L’occasion de (re)découvrir l’œuvre et le parcours de l’inventeur de l’Art Brut.

C’est la deuxième exposition virtuelle proposée par le Mucem, « dans l’objectif de prolonger l’accès et la découverte de nos expositions ».

L’exposition virtuelle de l’exposition « hommage » à George Henri Rivière, fondateur du musée des arts et traditions populaires dont le Mucem a hérité des collections, avait été mise en ligne en mars 2019.

L’exposition consacrée à Dubuffet est présentée en itinérance à l’IVAM (Institut Valencià d’Art Modern) de Valence du 8 octobre 2019 au 16 février 2020 et au Musée d’ethnographie de Genève du 8 mai 2020 au 3 janvier 2021.

Les visites virtuelles sont réalisées par la société Notoryou.

SOURCE: Mucem, septembre 2019

  • Les musées de Normandie et la Fabrique de patrimoines diffusent les collections en ligne de 59 établissements (septembre 2019)

Depuis le 9 septembre 2019, près de 70 000 objets et œuvres issus des collections des musées
normands sont accessibles gratuitement en ligne. 59 établissements, membres du Réseau des
musées de Normandie, ont décidé de mettre en ligne leurs collections dans un désir de diffusion et
de partage des données. S’appuyant sur la mutualisation territoriale, l’éducation artistique et l’open content, cette initiative régionale est une première en France.

Lire l’article du CLIC France: Les musées de Normandie et la Fabrique de patrimoines diffusent les collections en ligne de 59 établissements

SOURCE: Fabrique de patrimoines en Normandie

  • Campagne de crowdsourcing pour la rénovation de la Cathédrale de Boulogne (juin 2019)

Classée Monument historique depuis 1982, la cathédrale Notre-Dame de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) abrite six fresques réalisées par le peintre et sculpteur Charles Soulacroix entre 1858 et 1865. Ces fresques sont aujourd’hui très endommagées et les gestionnaires de la cathédrale ont donc lancé un programme de restauration de six fresques réalisées au XIXème siècle.

Afin de mieux respecter les peintures originales, l’association Cathédrale de Boulogne lance un appel pour collecter tout document pouvant apporter une aide aux restaurateurs : photographies, cartes postales, textes descriptifs. L’association invite toutes les personnes susceptibles de contribuer à ce travail de documentation collaborative à prendre contact en ligne.

Notre-Dame de Boulogne a déjà fait l’objet d’une restauration en 2006. La réfection des fresques devrait commencer en 2020. Mais le chantier de rénovation a été inauguré début juillet 2019.

SOURCE: association Cathédrale de Boulogne (juin 2019)

  • Exploration d’une oeuvre de Picasso en très haute résolution au Musée Picasso d’Antibes (juillet 2019)

Durant l’été 2019, le Musée Picasso d’Antibes propose de se balader virtuellement dans le «Buste de Mousquetaire» peint par Picasso en 1968.

(c) Qoqa / Edwin Allan

Ce tableau accroché exceptionnellement dans les Alpes Maritimes, a été prêté par ses propriétaires, 25 000 membres de la communauté suisse QoQa qui s’étaient cotisés pour en faire l’acquisition en décembre 2017.

Sur l’écran, l’image pivote sur elle-même, se retrouve la tête en bas et à la demande de l’utilisateur peut s’agrandir presque à l’infini pour laisser apparaître un deuxième visage entre le nez et la moustache du personnage couché par l’artiste espagnol sur une simple planchette de bois. Le puissant zoom révèle également les veines et les trous des clous qui devaient le fixer à d’autres pièces de bois.

« On a évidemment imaginé qu’en présentant aussi cette version numérisée de notre tableau on allait détourner l’attention de l’original », explique à la Tribune de Genève Fabio Monte, responsable opérationnel chez QoQa.

Conservateur en chef du magnifique Musée Picasso installé dans le château Grimaldi d’Antibes, Jean-Louis Andral y voit plutôt des avantages.

« C’est une manière d’appréhender l’art qui correspond peut-être à l’esprit du temps. Le multimédia qui forme ce projet, c’est un atout ludique. Les mômes vont adorer lui mettre la tête en bas à ce mousquetaire. Et après tout, juste à côté d’ici, il y a le technopôle de Sophia-Antipolis. »

Dans le musée, autour du tableau, la communauté des contributeurs est valorisée puisque les noms de ceux qui ont participé à l’opération défilent, tandis que des messages – postés en direct depuis le site piqasso.ch – sont affichés quelques secondes. Une webcam retransmet également les images en direct.

L’oeuvre est exposée jusqu’au 22 septembre 2019 à Antibes, non loins de Mougins, le village voisin dans lequel l’artiste Espagnol l’a réalisée alors qu’il y vivait et où il a fini ses jours.

Le «Buste de mousquetaire», qui appartenait à la succession Picasso, n’avait jamais été exposé publiquement avant que QoQa ne le propose au Mamco (Musée d’art moderne et contemporain) de Genève, où il a été accroché d’avril 2018 à janvier 2019 selon la volonté de ses multiples propriétaires.

SOURCE: Artmyn, Tribune de Genève, juillet 2019

  • La tapisserie « Le départ de l’enfant prodigue » en gigapixel (juin – novembre 2019)

Du 30 juin au 10 novembre 2019, la tapisserie « Le départ de l’enfant prodigue » du Musée de Cluny est présentée au musée de Saint-Antoine-l’Abbaye.

À l’occasion de ce prêt, le département de l’Isère a réalisé une numérisation en très haute définition de la tapisserie, grâce à la technologie du gigapixel. Présentée au sein de l’exposition Chemins d’étoiles. Reliques et pèlerinages au Moyen Âge, cette numérisation offre la possibilité de zoomer dans les détails des millefleurs, des vêtements et du paysage de la tapisserie ; et jusque dans l’entrecroisement des fils de trame.

Crédits : Géraldine Mocellin (commissaire de l’exposition), Le Muséophone – Pierre-Vincent Fortunier, Eric Fauchère (scénographie), Gilles Alonso (Prises de vue), Buzzing Light (intégration des contenus et développement de l’application Gigapixel.

Faites l’expérience ici.

  • Les ados mènent l’enquête (numérique) au musée de Cluny (juin 2019)

Engagé dans un vaste et long processus de modernisation, le musée de Cluny-musée national du Moyen Âge à Paris a lancé les « RDV 12-15 ans », une nouvelle offre culturelle qui propose aux adolescents une découverte ludique et numérique des thermes gallo-romains et de la tenture de la Dame à Licorne.

S’adressant aux publics dits du « champ social », c’est-à-dire vivant en retrait de la vie culturelle, les « RDV 12-15 ans » s’inscrivent dans une stratégie générale d’élargissement des publics menée par le musée de Cluny. Cette nouvelle offre culturelle s’inscrit également dans le prolongement de l’inauguration d’un nouvel accueil en juillet 2018 ainsi que la refonte du parcours muséographique, qui se poursuit jusqu’en 2020.

Soutenue par la Fondation Gandur pour la jeunesse, cette nouvelle activité destinée aux 12-15 ans visent un public jusque-là peu ciblé par l’offre culturelle du musée et se déclinent en deux volets complémentaires.

. Une  visite théâtralisée permettant l’exploration des thermes qui jouxtent le musée, un ensemble de vestiges des Ier-IIe siècle ap. J.-C. parmi les plus monumentaux du nord de l’Europe, sous la forme de véritables enquêtes archéologiques. Les jeunes visiteurs (en groupe de 15) sont guidés par l’archéologue Vacquer, découvreur en 1869 des arènes de Lutèce, et plongés dans la vie quotidienne à l’époque gallo-romaine.

. À l’intérieur du musée, une application numérique s’appuyant sur la technologie de la reconnaissance d’images leur propose de résoudre différentes énigmes pour décrypter les six tapisseries allégoriques qui composent la tenture de la Dame à la licorne, chef-d’œuvre de l’art occidental tissé autour de 1500.

(c) Musée de Cluny

Ces nouvelles activités sont proposées toute l’année, durant les vacances scolaires, et réservées aux groupes.

L’application mobile a été conçue en partenariat avec la société Audiovisit.

SOURCES: Musée de Cluny, Audiovisit

  • Une application mobile pour le Musée Gallé-Juillet et le Musée de la Faïence de Creil (février 2019)

Depuis février 2019, une nouvelle application mobile guide les viisteurs dans les 2 musées de Creil, Musée Gallé-Juillet et Musée de la Faïence. Elle offre une carte du musée, une tab bar avec des onglets respectifs pour le musée Gallé-Juillet et le musée de la Faïence, et un clavier.

Deux applications en une ! Les visiteurs ont accès aux informations du musée Gallé-Juillet mais aussi à celles du musée de la Faïence en un seul geste. Des photos 360° permettent aux visiteurs de découvrir le musée Gallé-Juillet de chez eux. Un quizz donne une approche ludique des collections et teste les connaissances des visiteurs.

Application gratuite disponible sur AppStore / GooglePlay, 194.8 Mo (Ville de Creil / smArtapps)

(Source: SmartApps)

  • Une nouvelle salle immersive au musée de la guerre de 1870 de Gravelotte (57) (07/02/2019)

Le Département de la Moselle poursuit le déploiement du numérique sur ses sites « Passionnément Moselle ».

Le Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion à Gravelotte, accueille désormais une salle immersive, intitulée « Les Moissons de la rage ». Cette salle complète le parcours numérique mis en place en septembre 2018.

« Le 16 août 1870. La violence de la bataille de Rezonville dépasse l’imagination. Sur le champ de bataille, l’horreur est partagée. Aux côtés d’un jeune soldat prussien qui voit sa section entière décimée par un tir d’obus, vivez sa fuite éperdue pour se mettre à l’abri et sa capture par les troupes françaises. Prisonnier, il sera le témoin des ultimes décisions du maréchal Canrobert et assistera au dénouement de la bataille de Saint-Privat. »

Objectif : plonger le visiteur au cœur de l’Histoire, dans les derniers instants de la bataille de Saint Privat. Dans un décor reprenant la toile de tente de l’état-major de l’armée française, un court-métrage de 17 minutes est projeté à 360°, sur les parois de la salle…

Vidéo de présentation du film immersif:

3 questions ont été posées à Patrick WEITEN, président du Conseil Départemental de la Moselle par RCF radio:


« Les Moissons de la rage », le court-métrage a été réalisé par Patrick Basso, accompagné d’effets sonores et lumineux. L’association Moselle Arts Vivants au département de la Moselle a conçu la salle immersive et les parcours numériques du musée de Gravelotte.

(Source: Département de la Moselle)

  • Une nouvelle application mobile pour le Musée des Beaux-Arts de Nancy (25/01/2019)

Le musée des Beaux-Arts de Nancy se dévoile via cette nouvelle application qui propose un dispositif accessible à tous les publics : jeune public, touristes étrangers, personnes en situation de handicap….

Chaque visiteur vit une expérience sur mesure par la création d’un profil-visiteur, la mise en favoris de ses œuvres préférées ou encore le choix de son parcours. Un regard ludique et décalé est proposé sur les collections avec le parcours enfants et de nombreux jeux. Par cette application, le musée souhaitait donner aux visiteurs un regard ludique et décalé sur les collections, offrir une expérience sur mesure.​

L’application offre notamment des jeux adultes et enfants, des contenus multilingues, une mise en favoris des POI, et 15 parcours disponibles.

Application gratuite téléchargeable sur AppStore / GooglePlay, français – anglais – allemand, 113.5 Mo, SmartApps / musées de Nancy (janvier 2019)

(Source: Musées de Nancy, SmartApps)

  • Deux bornes Timescope racontent l’histoire du Musée d’Orsay (janvier 2019)

Depuis Noel 2018,2 bornes Timescope sont installées à l’entrée de la nef du musée d’Orsay afin de raconter l’histoire de cette gare devenue musée.

Le musée d’Orsay loue les 2 bornes à la société Timescope. Le contenu (une séquence de 4 minutes, en français et en anglais) a été produit par la société Art Graphique & Patrimoine AGP, dans le cadre d’un appel d’offres lancé en 2018.

(Source: Musée d’Orsay, Photos: Sinapses Conseils)

  • Visite virtuelle du château de Loches avec l’HistoPad (22/12/2018)

Après le château de Chambord, le Palais des Papes d’Avignon, le château de Blois et d’Ambroise, l’HistoPad s’invite au château de Loches. Depuis le 22 décembre 2018, le site est équipé de 160 HistoPads. Cette tablette numérique offre une visite immersive en réalité augmenté en reconstituant l’intérieur du site.

Via la tablette, les visiteurs peuvent scanner les bornes baptisées « porte du temps » pour découvrir des informations complémentaires et la reconstitution numériques de l’aménagements des différentes pièces et du mobiliers d’antan.

Une dizaine d’espaces transformés ou disparus sont reconstitués à 360°et en 3D. Ainsi les visiteurs peuvent découvrir les lieux tel qu’ils étaient autrefois. La tablette propose également pour les plus jeunes, une chasse au trésors interactive et un selfie historique.

Le développement de cet outil numérique s’inscrit dans le programme plus vaste de modernisation et de numérisation du château . L’HistoPad et son contenu ont été conçu par la société française Histovery. Et a nécessité 8 mois de travail et la participation d’expert historiens. l’ambiance sonore et les bruitages pour les animations vidéos ont été réalisé par la société Sound 4 Museum.

Après le château de Loches, l’HistoPad se déploie à la forteresse de Chinon pour le mois d’avril 2019.

Le conseil départemental d’Indre-et-Loire a investi environ 1 million d’euros pour ces deux sites.

L’Histopad compris dans le prix d’entrée, est disponible à l’accueil du site.

(Source: Département d’Indre-et-Loire)

SOURCES: musées, institutions, presse

Photos: musées, institutions

Date de première publication: 05/01/2019

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

DOSSIER / Tour de France 2018 des nouveaux dispositifs numériques muséaux et patrimoniaux permanents (30/12/2018)

. DOSSIER / Tour de France 2017 des nouveaux dispositifs numériques muséaux et patrimoniaux permanents (29/12/17)

. DOSSIER / Bandes-annonces d’exposition en France 2017 (21/12/2017)

. DOSSIER / Tour de France des expositions et de leurs dispositifs innovants en 2017 (29/12/2017)

Laisser un commentaire