Aix-en-Provence, Avignon et Marseille: la Biennale des Imaginaires Numériques retient la Nuit

Partager :

La Biennale des Imaginaires Numériques revient à Aix-en-Provence, Avignon et Marseille du 10 novembre 2022 au 22 janvier 2023. Pour sa troisième édition, le festival présente des expositions d’art numérique dans plusieurs lieux et a invité les artistes à travailler sur la thématique de la Nuit. « La nuit comme espace de rêve et imaginaire, qui possède un pouvoir de transformation en jetant un regard nouveau sur les choses et les êtres ».

En explorant les arts visuels, les arts sonores et le spectacle vivant, la Biennale des Imaginaires
Numériques s’intéresse à la présence et l’usage du digital et des nouvelles technologies dans l’art,
investit l’espace public et donne la parole aux artistes nationaux et internationaux d’horizons différents.

La thématique 2022, « la Nuit » sera explorée par une soixante d’artistes numériques à travers un parcours d’expositions, des rencontres professionnelles et des nuits d’ouverture.

Après le Québec et Taiwan, l’invité d’honneur cette année sera la Belgique (Wallonie – Bruxelles – Flandre), une opportunité de découvrir la vitalité de la scène artistique numérique belge !

Du 10 novembre 2022 au 22 janvier 2023, ce sont 21 expositions qui seront à découvrir à la Friche la
Belle de Mai de Marseille et dans une dizaine de lieux partenaires d’Aix-en-Provence et Avignon. Puis,
du 18 au 21 janvier 2023, la semaine de clôture sera quant à elle dédiée au spectacle vivant et aux
nouvelles écritures numériques.

Cet événement, pour tous les publics comprend :

. un parcours nocturne d’œuvres en espace public, aussi bien à Aix-en-Provence qu’à Marseille,

. un parcours d’expositions international entre Aix-en-Provence, Marseille et Avignon, à travers 9 lieux partenaires,

. des ateliers et rencontres spécifiques pour les étudiant·es et les familles,

. un programme de médiation et d’ateliers pour les scolaires baptisé Une Rentrée Numérique,

. des propositions de spectacle vivant (concerts, spectacles, performances) en ouverture et en clôture,

. des rencontres professionnelles ainsi qu’un marché international des arts numériques (MIAN),

. et des remises de prix avec leurs partenaires, la Fondation Vasarely et le Digital Art Club.   

  • Nuits d’ouverture, le 11 et 12 novembre 2022 à Aix

Deux soirées uniques et exceptionnelles, gratuites et en déambulation libre, sont proposées à Aix, le 11 et 12 novembre.

Pour ce temps fort de la 3ème édition, la Biennale des Imaginaires Numériques investit l’espace public d’Aix-en-Provence avec un parcours de 9 œuvres monumentales, lumineuses et envoûtantes présentées au cœur de la ville !

Ce parcours nocturne inédit d’œuvres en espace public réunit les aurores boréales de Dan Acher, le nuage de lumière de Caitlind R.C Brown et Wayne Garrett, la créature flottante du Quiet Ensemble, les bras lumineux de Chevalvert, la lune de Luke Jerram, les paysages souples d’Ulysse Lefort et Tryphème, le globe fusain de Karina Smigla-Bobinski, les sculptures cinétiques d’Etienne Rey et les images en 360° de Nicolas Clauss.

Ces installations invitent tous les publics à la déambulation et à la découverte de la création contemporaine numérique lors de deux soirées inédites.

En parallèle de ce parcours, les expositions de la Biennale sont à découvrir exceptionnellement en nocturne et entrée libre dans 8 lieux partenaires. Des rencontres avec les équipes et les artistes, des performances, un brunch – vernissage et des visites commentées ponctuent ce week-end inaugural.

Cette programmation présentée dans le cadre d’Une 5ème Saison – Biennale d’art et de culture d’Aix-en-Provence.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Une sélection d’œuvres
Voici une sélection des œuvres exposées dans le cadre de la Biennale des Imaginaires Numériques 2022 :
– Taotie par Thomas Garnier : installation avec une machine qui produit des images en mouvement en projetant des ombres. Tire son influence de la fantasmagorie du 18e siècle. Il questionne la « Dark Factory » qui bouleverse l’espace temps du repos et du sommeil.
– Veille Infinie par Donatien Aubert : installation immersive qui allie vidéo et plastique avec une expérience de réalité virtuelle, un court métrage en image de synthèse, des blocs holographiques, des installations led, etc. Il y exprime l’hyperconnexion et l’obligation d’être disponible H24 via les appareils électroniques. Netlfix en 2017 annonçait que le plus grand compétiteur de la plateforme était le sommeil…
– The lights which can be heard par Sébastien Robert: il a mené un projet de recherche et création autour des sons des aurores boréales. Il a fait une résidence de 3 semaines en Norvège pour enregistrer les sons et s’est rendu compte que les ondes basse fréquence émises par les autres et de + en + difficiles à percevoir car noyés dans des signaux artificiels. Ces sons sont amenés à disparaitre. Il développe pour la Biennale un corpus d’œuvres autour de cette recherche.
– Captive par Romain Tardy : création originale pour la Biennale, des sleeping pods, caissons de sommeil utilisés dans les hôtels et dans lesquels le public sera invité à entrer avec un dispositif audiovisuel immersif qui posera la question du temps pour soi dans une époque où l’injonction est au temps productif.
– Positively charged par Kasia Molga : installation qui permet aux visiteurs de produire eux même l’énergie qui alimente l’installation : leur battement de cœur et leurs mouvements se transforment en une structure lumineuse.
– Puff Out par MentalKlinik : 8 robots aspirateurs aspirent des milliers de paillettes au sol dans un mouvement enfin et non répété. Cela crée des motifs momentanés et permet un voyage visuel.
– Value of Values par Maurice Benayoun : expérience artistique qui propose à chacun des visiteurs la possibilité de créer directement par la pensée. Installation interactive à la croisée des arts et des neurosciences avec un dispositif encéphalographie. Selon ce qu’il ressent en pensant à ces concepts comme « liberté » ou « amour » la magie numérique fait naitre une œuvre numérique contemporaine, transformée en NFT dont le spectateur devient propriétaire.
  • 18-21 janvier 2023: Les Nuits de clôture
Les Nuits de clôture de la Biennale sont dédiées au spectacle vivant et permettent  de découvrir des créations où les arts numériques rencontrent d’autres disciplines artistiques telles que la danse, les arts sonores, la musique.
Entre spectacle immersif, installation en réalité virtuelle, expérience sonore et visuelle, performance, la clôture de la Biennale questionne les nouvelles écritures contemporaines.

Informations pratiques:

https://chroniques.org/

Du 10 novembre 2022 au 22 janvier 2023, ce sont 21 expositions qui seront à découvrir à la Friche la
Belle de Mai de Marseille et dans une dizaine de lieux partenaires d’Aix-en-Provence et Avignon.

SOURCES: Biennale des Imaginaires Numériques (CP, DP)

PHOTOS: Biennale des Imaginaires Numériques, artistes 

PHOTO du carrousel: Dan Acher – Borealis ©David Solm Novatech

Date de première publication: 10/11/2022

Les villes d’Aix et Marseille sont membres du CLIC

Partager :

Laisser un commentaire