Responsable du centre de ressources du Louvre-Lens, Anne Lamalle a piloté le chantier numérique du nouveau musée. Dans cette interview au Clic France, elle nous décrit la philosophie définie en matière de services et contenus multimédia, les outils qui ont été mis à disposition du public depuis l’ouverture et l’organisation numérique du musée pendant la période de développement et aujourd’hui. 

Pouvez-vous nous décrire votre parcours et vos fonctions au Louvre-Lens ? 

Je suis normalienne, ancienne élève de Sciences Po Paris, auteur-concepteur de contenus culturels, journaliste, programmatrice et directrice de projet. Je travaille depuis plus de 10 ans dans l’univers muséal et j’ai piloté de nombreux projets numériques successivement à la Réunion des musées nationaux (projet FRAME) et au Louvre (chargée de mission sur la médiation multimédia à la Direction des publics). Depuis janvier 2011, je dirige le Centre de ressources du Louvre-Lens et j’ai dans ce cadre piloté l’ensemble du dispositif numérique de notre nouveau musée. 

 

Le Louvre Lens a ouvert ses portes le 12 décembre. Quel est la place et la spécificité du numérique dans ce projet muséal ambitieux et inédit ?

Le numérique fait partie d’une ambition globale qui est au cœur du projet du Louvre-Lens :  donner à chacun les clés les plus pertinentes et les mieux adaptées pour comprendre et questionner le musée sous toutes ses facettes. La médiation multimédia, au même titre que les autres modes de partage des savoirs, des points de vue et des questionnements, accompagne ainsi le visiteur en lui offrant de multiples façons de comprendre et d’apprécier les œuvres qu’il découvre, d’enrichir et d’aiguiser son regard, de rendre vivante et collective sa découverte du musée. 

Le numérique se retrouve donc placé au cœur du musée. Le Centre de ressources, gratuit, situé dans le hall principal et totalement ouvert sur le musée en est un peu la vitrine. Qu’y trouvera t on en matière de numérique ?  

Le Centre de Ressources du Louvre-Lens a pour mission essentielle de fédérer et de diffuser les savoirs liés au monde muséal dans toutes ses dimensions, ce partage des connaissances ne peut se faire sans intégrer les nouveaux modes d’accès aux connaissances rendus possibles par les technologies numériques qui sont donc largement présentes dans le musée et ses espaces d’exposition, sous forme de dispositifs multimédia tout comme via le web ou les outils mobiles (Ipad, Guide de visite multimédia, application de visite pour Smartphone, etc.). 

Véritable « boîte à outils » avec sa médiathèque, son auditorium, ses salles de formation, sa bulle immersive et son studio multimédia, le Centre de Ressources pilote donc « logiquement » la conception et la réalisation des différents projets numériques du musée, ce qui inclut également des partenariats de recherche et de développement menés notamment avec Orange mais aussi dans le cadre d’une dynamique régionale très forte sur les questions du numériques (Euralens, Plaine Image, Imaginarium, Euratechnologies, etc.).

Vous y proposerez même un espace immersif en groupe associant numérique et médiation humaine ?

Cet espace inédit dans un musée propose aux visiteurs une manière innovante de plonger au cœur des œuvres ! Grâce à la projection d’images en très grand format et en très haute définition, une œuvre est décryptée et expliquée en présence d’un médiateur qui pilote la projection des images, vidéos et animations projetées grâce à une tablette tactile munie de différents outils lui permettant de pointer, dessiner, zoomer dans les images, de les mettre en vis à vis pour les comparer, etc. Les publics sont ainsi initiés pas à pas aux secrets de fabrication des chefs-d’œuvre du musée à travers leurs dimensions plastiques et symboliques (analyse iconographique), mais aussi techniques, par le biais de l’imagerie scientifique (radiographies, ultraviolets) ou archéologiques, grâce à des reconstitutions en 3D de sites de fouilles et de monuments.

A partir de mi-février, les visiteurs pourront découvrir les deux premières œuvres ainsi explorées : La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix et la Sainte Anne de Léonard de Vinci.

Depuis le Centre de Ressources, le public peut accéder et découvrir d’autres espaces très numériques, ouverts sur les réserves et sur les ateliers de rénovation. Dans ces espaces, que peut faire le visiteur réel ?

En accès libre, l’Espace découverte est un espace ouvert sur les réserves visibles et visitables du musée ainsi que sur les ateliers de restauration. Dans cet espace, de nombreux dispositifs multimédias inédits vous permettent de mieux comprendre ce qu’est un musée.

 

. des projections vidéo grandeur nature vous invitent à « rencontrer » les hommes et les femmes qui travaillent au Louvre et au Louvre-Lens : conservateurs, restaurateurs, régisseurs, programmateurs vous racontent en quoi consiste leur métier

 

. De grandes tables tactiles proposent de fouiller, de manipuler, d’interroger différents médias pour découvrir « la vie privée et publique des œuvres » en trois temps : comment sont-elles entrées dans les collections du Louvre ? Comment sont-elles étudiées et restaurées ? Et enfin, comment sont-elles exposées ?

 

. La vaste baie vitrée donnant sur les réserves est, quant à elle, rendue interactive par endroits pour pouvoir interroger virtuellement les réserves visibles du musée. Ainsi, vous pouvez comprendre comment et pourquoi les œuvres y sont stockées et conservées.

Cet espace multimédia donne ainsi à voir, à manipuler, à expérimenter les coulisses du musée du Louvre-Lens. 

Vous avez choisi de concentrer les tables multitouches et les écrans vidéo dans des espaces hors exposition. C’est un choix stratégique ? cela peut il changer ? 

Ce n’est pas tout à fait exact puisque des dispositifs numériques ponctuent et accompagnent également les expositions temporaires du Louvre-Lens. Le choix des dispositifs dépend du propos de l’exposition et des souhaits exprimés par chaque commissaire, nous ne nous interdisons rien a priori, mais il faut également tenir compte des flux de visite et des conditions de consultation qui sont objectivement différentes dans un parcours d’exposition où la primauté est accordée aux œuvres bien évidemment. L’Espace découverte ou la bulle du Centre de Ressources permettent quant à eux des temps et des expériences de consultations plus longs, plus ouverts et plus collectifs. Il faut à chaque fois trouver le bon équilibre entre le propos à tenir, le dispositif qui doit le porter, le mettre en scène et l’espace dans lequel il s’intègre, c’est tout l’intérêt de ce métier…

Donc pour le moment, différents dispositifs de médiation multimédia sont proposés dans les expositions temporaires du Louvre-Lens.

 

. Dans l’exposition « Renaissance », au seuil du parcours une chronologie animée dévoile aux visiteurs l’étendue de cette période historique et artistique en jouant le rôle d’une introduction ; puis une projection retrace sur une carte de l’Europe les voyages de Léonard de Vinci et d’Albrecht Dürer tandis qu’un feuilletoir virtuel permet de découvrir les fabuleux dessins anatomiques du grand artiste allemand. 

. Dans l’exposition « Perception du temps », une projection poétique dessine au plafond les rythmes des cycles astronomiques ; un dispositif plus interactif permet de découvrir et manipuler les différents calendriers du monde.

Quand on remonte au rez-de-chaussée et dans le hall d’accueil du musée, le personnel d’accueil remet à tous les visiteurs un audioguide gratuit et nouvelle génération. Cet outil de médiation porte à la fois sur la Galerie du temps et sur l’exposition temporaire « renaissance ». Quelles sont ses caractéristiques ?

Gratuit et accessible à tous, le guide multimédia du Louvre-Lens accompagne les visiteurs à travers la Grande Galerie, le Pavillon de Verre et la Galerie d’exposition temporaire.

Pour restituer au plus près leur expérience de visite, une immersion en 3D dans la Galerie du temps est proposée comme interface principale, elle permet d’accéder aux différents contenus audio ou vidéo en fonction de l’endroit où l’on se trouve et des œuvres que l’on a réellement devant soi.

Le guide propose plus de 150 commentaires sonores enregistrés auprès de conservateurs du Louvre et de spécialistes. Ces commentaires libres (à écouter au fil de la Galerie du Temps)  ou intégrés à des parcours thématiques (Mythes et légendes, Arts et religions, etc.) guident le visiteur dans la découverte des œuvres exposées. Des animations multimédias aiguisent le regard sur les œuvres présentées dans la Galerie du temps en attirant l’attention sur certains détails ou attributs symboliques.

Quel terminal est utilisé pour cet audioguide multimédia ?

Cet audioguide est un smartphone galaxy S2, encapsulé dans une coque de protection conçue sur mesure. Nous étions à la recherche d’un outil proposant un écran suffisamment grand et de qualité pour un usage optimal.

Le visiteur ayant utilisé l’audioguide peut-il prolonger sa visite hors les murs ?

Oui, chaque visiteur peut ensuite prolonger sa visite à la maison ! Muni de son ticket d’entrée, il va retrouver sur le site internet du musée les œuvres qu’il aura marquées comme favorites sur son guide multimédia. Il aura ainsi accès à la mémoire de sa visite et pourra la partager avec ses proches… 

Vous n’avez pas d’outils de géolocalisation dans l’audioguide. Envisagez-vous de le déployer ultérieurement ?

Pas pour le moment, les solutions que nous avons testées en phase d’APD du projet ne nous ont pas semblé assez mûres technologiquement et par ailleurs la configuration très lisible et fluide du bâtiment ne rend pas vraiment nécessaire cet outil. 

Le public enfant est particulièrement pris en compte par l’audioguide, avec un parcours spécifique et ludique. Pouvez-vous le décrire ? 

Ce parcours de visite a été conçu spécialement pour des enfants âgés entre 8 et 12 ans, donc lecteurs.

Nous leur proposons de partir à la découverte d’une dizaine d’œuvres emblématiques de la Galerie du temps. Le ressort scénaristique est assez classique : l’enfant choisit un avatar qui fera de lui un aventurier de l’art. En s’appuyant sur un petit plan, l’enfant se déplace d’œuvre en œuvre. Il écoute un commentaire principal, une fois celui-ci terminé, l’enfant doit répondre à une énigme  sur l’œuvre afin d’avancer à l’étape suivante. Si l’enfant le désire, des outils permettent d’accéder à des compléments d’information sur chaque œuvre. A chaque réponse positive, un objet vient enrichir le trésor final. Deux boss viennent ajouter une touche ludique à ce parcours ! Il faut bien s’approcher de ce que connaissent les enfants sur leur console de jeu.

Nous avons porté une attention très particulière aux textes et à leur interprétation. Nous avons pris soin de proposer des commentaires audio qui amènent l’enfant à regarder attentivement l’œuvre, à s’en approcher, à la contourner, bref à l’observer au mieux. La crainte étant toujours que l’enfant regarde le guide et non l’œuvre devant lui. L’interprétation enjouée, parfois drôle rend les commentaires clairs et justes.

Comment avez-vous intégré les publics à handicap dans vos dispositifs numériques ? 

Les dispositifs multimédias proposés dans les différents espaces, sont conçus pour permettre une accessibilité physique et un usage le plus pertinent et adapté possible.  Par le biais de mobilier répondant à des normes particulières, mais aussi par des choix ergonomiques et aussi la production de contenus appropriés, nous essayons de proposer des dispositifs consultables par des publics les plus variés.

Plus spécifiquement dans l’espace découverte, les interviews projetées grandeur nature d’hommes et de femmes travaillant  au musée du Louvre ou au Louvre-Lens sont proposées en LSF.

Concernant le Guide multimédia, le parcours « Découverte » (Œuvres phares de la Galerie du temps) est proposé en LSF et en audio descriptions. 

Le site internet du musée est actuellement encore assez pauvre en contenus enrichis et en interactivité. Est-ce uniquement une première version ? 

En effet, mais la version actuelle est une première marche vers un site plus ambitieux qui sera déployé courant 2013. L’objectif à l’ouverture était d’offrir l’essentiel des informations aux visiteurs sur le projet, le musée et sa programmation.  La montée en puissance du site va se faire progressivement. C’est le service communication du musée qui est en charge du déploiement du site et de son enrichissement, et c’est Luc Herchin qui pilote le projet.

QUI A FAIT QUOI ?

Au Louvre-Lens

Anne Lamalle : je dirige le Centre de Ressources et le numérique pour le musée du Louvre-Lens ce qui correspond à une équipe de 5 personnes en dehors de moi-même. J’ai piloté l’ensemble des facettes du chantier du Centre de Ressources depuis début 2011 jusqu’à l’ouverture et maintenant j’assure son déploiement. Je suis en charge de la stratégie globale du CDR en écho avec celle du musée et de sa programmation, j’ai dirigé le suivi de l’ensemble des marchés numériques, conçu scénarisé  et réécris une grande partie des contenus de l’espace découverte (digitables, projections des réserves) avec l’aide précieuse de Noël Rouvrais qui a fait les recherche documentaires et rédigé les premières versions des textes, et plus particulièrement j’ai créé le dispositif et les collections des contenus de la bulle immersive qui n’existaient pas dans le pré-projet à mon arrivée en 2011. Je pilote également la stratégie et les partenariats « recherche et développement » du Centre de Ressources, notamment pour nos projets numériques.

Guilaine Legeay est chargée de la conception multimédia dans l’équipe du Centre de Ressources. Guilaine a suivi l’ensemble des projets numériques déployés pour l’ouverture du musée, à savoir plus d’une vingtaine de dispositifs multimédias proposés dans les espaces du musée et le guide multimédia, outil transverse au musée qui propose plus de 150 commentaires. Elle en a assuré la coordination opérationnelle et la bonne réalisation avec l’aide de Noël Rouvrais qui est venu renforcer l’équipe en mars 2011. C’est elle qui s’assure de la pertinence, de la faisabilité et de la mise en œuvre effective de chacun des projets numériques que nous menons. Elle participe activement aux groupes de travail mis en place avec nos partenaires dans le domaine de la recherche et des expérimentations que nous comptons développer.

Les entreprises et partenaires

L’ensemble des projets numériques a été co-conçu et suivi par le Louvre, le Louvre-Lens et  Julien Roger de la société On Situ qui était en charge pour la maîtrise d’œuvre (l’agence Sanaa) des questions numériques.

Les dispositifs numériques dans les espaces d’exposition (Renaissance, Galerie du Temps, Pavillon de verre) et l’espace découverte qui donne sur les réserves du musée ont été réalisés par la société Mazédia qui a également produit les animations « éducation du regard » du guide multimédia. La société Drôle de trame a produit toutes les vidéos de cet espace.

Le guide multimédia  a été réalisé par les équipes d’Orange, de Polymorph, d’Antenna International et d’Art Graphique & Patrimoine.

Le système de projection de l’espace de la bulle immersive a été réalisé par la société Immersion  tandis que les contenus sont produits par la société Idée3com.

Interview réalisée par mail entre le 15 et 30 janvier 2013

Une visite du Louvre-Lens est organisée par le Clic France le jeudi 14 février pour les participants extra-régionaux au 1er  Forum Régional Culture & Innovation(s) du 15 février au Lam de Lille