Les archives du procès de Nuremberg numérisées sont désormais accessibles au Mémorial de la Shoah de Paris

La remise officielle des archives numérisées du Tribunal Militaire International de Nuremberg s’est déroulée le 10 octobre 2019 au Mémorial de la Shoah, en présence notamment de Nicole Belloubet, Garde des Sceaux et Son Excellence le juge Antonio Augusto Cancado Trindade, Cours internationale de La Haye. Aujourd’hui, ce sont près de 1000 heures d’enregistrements sonores des audiences et 250 000 documents et photos désormais disponibles au Mémorial de la Shoah à Paris mais également à la Haye et à Washington.

© Michel Isaac

Un moment historique qui permet au Mémorial de devenir un « lieu de mémoire universel », selon les mots de Bruno Cathala, Président de la chambre sociale de la Cour de Cassation de Paris.

La conservation des archives du Tribunal Militaire International de Nuremberg a été confiée à la Cour internationale de justice en 1950. Au mois de juillet 2017, une  convention signée entre la Cour Internationale de Justice, le Musée du Mémorial de l’Holocauste des Etats-Unis (USHMM) et le Mémorial de la Shoah à Paris a permis la mise en place d’une opération exceptionnelle : la numérisation des enregistrements sonores des audiences tenues par le Tribunal et des films utilisés en tant qu’éléments de preuve.

Désormais l’intégralité des archives du Tribunal de Nuremberg existe sous forme numérique.

Les archives du Tribunal de Nuremberg ce sont :

  • 250 000 pages de documents sur papier,
  • 1 942 disques de gramophones correspondant à 775 heures d’audience,
  • 37 bobines de films utilisées comme éléments de preuves au cours du procès.

Les documents papiers ont fait l’objet d’une opération de désacidification et de numérisation par la CIJ en 2012 qui nous en a aimablement remis une copie.

Grâce au partenariat USHMM / Mémorial de la Shoah, l’ensemble des gramophones et des films ont été numérisés.

Eric de Rothschild, Antonio Augusto Cancado Trindade, Nicole Belloubet, Bruno Cathala et Serge Klarsfeld © Michel Isaac

La numérisation des disques de gramophones, réalisée par la Société Gecko située à Montreuil en France, est une véritable prouesse technique : 1942 disques, quasiment tous double-face, contenant des enregistrements durant en moyenne de 15 à 17 minutes par face. Ces disques constituent  un enregistrement intégral et original, sans montage des paroles prononcées lors du procès. L’opération aura duré 18 mois.

La numérisation des films a été réalisée par la société Picturae dont les laboratoires se trouvent aux Pays Bas.

L’ensemble de cette documentation sera donc dorénavant consultable dans les salles de lecture du au Mémorial de la Shoah à Paris, mais également dans celles de la Haye et de Washington.

Une première cérémonie avait eu lieu au Palais de la Paix le jeudi 1er février 2018 pour célébrer cette coopération entre les 3 institutions pour la numérisation du matériau audiovisuel des archives du procès de Nuremberg.

Une autre cérémonie s’est donc déroulée le 10 octobre 2019 au Mémorial de la Shoah à Paris pour célébrer la fin de la réalisation de la numérisation en présence notamment de Nicole Belloubet, Garde des Sceaux et de son Excellence le juge Antonio Augusto Cancado Trindade, Cours internationale de La Haye.

Des archives déjà disponibles sur Gallica 

Gallica, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France (BNF),  permet déjà depuis 2017 d’accéder à certaines archives du Tribunal de Nuremberg comme les “Actes” du Procès de Nuremberg.

Le site de la BNF précise en outre que la série française, publiée entre 1947 et 1949, intitulée “Procès des grands criminels de guerre devant le tribunal militaire international : Nuremberg, 24 novembre 1945 – 1er octobre 1946”  (dont notamment 21 volumes de débats et 18 volumes de documents) est depuis longtemps disponible pour les chercheurs de la BNF.

SOURCES: Mémorial de la Shoah, Archimag

PHOTOS: Mémorial de la Shoah

Date de première publication: 25/10/2019

Le Mémorial de la Shoah est membre du CLIC France

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

« New Dimension In Testimony »: le Museum of Jewish Heritage New York propose une conversation virtuelle avec deux survivants de la Shoah

Montréal et Munich : deux nouvelles applications mobiles contre l’oubli de la Shoah

A la Nouvelle Orleans, le Musée national de la Seconde Guerre mondiale ouvre son nouveau « Hall of Democracy », dédié à l’éducation et aux contenus numériques

Les musées d’Angers publient une bande dessinée numérique destinée aux 15-18 ans et consacrée aux œuvres d’art spoliées pendant la 2nde Guerre mondiale

Avec Rachel et Hannah, le Mémorial de Caen mobilise à nouveau des personnages fictifs sur les réseaux sociaux pour raconter la 2nde Guerre Mondiale

Laisser un commentaire