Après cinq années de préparation, la bibliothèque numérique allemande (Deutsche Digitale Bibliothek / DDB) a dévoilé sa première béta, version publique dans le cadre du Altes Museum sur l’île aux musées à Berlin, le 28 novembre 2012. A moyen et long terme, toutes les institutions culturelles et scientifiques allemandes apporteront  leurs contenus numériques à la DDB et par ricochet à la bibliothèque numérique européenne Europeana.

«Le but de la DDB est d’ouvrir à chacun l’accès internet au patrimoine culturel et scientifique de l’Allemagne, c’est à dire à des millions de livres, des photos de monuments, des cartes, des reproductions de peintures, sculptures, des morceaux de musique et autres enregistrements sonores, des contenus cinéma et vidéo », a déclaré Hermann Parzinger, Président de la Fondation du patrimoine culturel prussien et chef de la direction du réseau de compétence de la DDB. « Avec la DDB, l’Allemagne souhaite développer sa compétitivité dans la science, la recherche et l’éducation, et capitaliser sur son patrimoine culturel unique. Avec cette plateforme unique, les possibilités de recherche dans la recherche, l’éducation et l’économie seront améliorées de façon spectaculaire. « 

Le projet DDB est développé depuis l’été 2007 par un groupe de compétences composé de représentants des autorités fédérales et locales. Pour son lancement, en phase bêta, le catalogue comprend environ 5,6 millions de contenus tombés dans le domaine public, provenant de 1 800 institutions culturelles et scientifiques, telles que les archives, bibliothèques et musées. Deux-tiers des données sont des images, un tiers, des textes. La DDB a été financé par les gouvernements fédéral, régional et local qui y investiront  environ 24 millions d’euros d’ici 2013. Ce budget de prend pas en compte les fonds numériques que la communauté scientifique allemande apporte.

Une recherche est possible en utilisant des mots-clés et les filtres, grâce à des métadonnées incorporées aux contenus des différentes collections.

«Les résultats de recherche ne sont pas influencées par les intérêts commerciaux», explique Elke Harjes-Ecker, la responsable du département Culture au ministère de l’Education et de la Culture de Thuringe  et président du conseil d’administration du réseau de compétence de DDB. « La plateforme permettra bientôt de naviguer sur la base de relations sémantiques entre les objets trouvés et pourra donc orienter vers un contenu inattendu», promet Matthias Harbort, responsable des nouveaux médias au département de la culture et des médias du gouvernement fédéral.

Une des missions majeures de la DDB sera d’être l’agrégateur national de l’Allemagne pour le portail culturel européen Europeana. Elle devrait ainsi permettre à la culture allemande et aux institutions scientifiques de participer pleinement à ce projet européen.

« Le projet Europeana a émergé de la conviction que le libre accès démocratique au patrimoine culturel doit être garanti pour tous, afin que les possibilités offertes par la numérisation puissent être utilisés pour la poursuite du développement de notre société», a déclaré Jill Cousins, directeur exécutif d’Europeana. «Nous sommes heureux d’avoir la DDB comme partenaire national et interlocuteur principal allemand. Son soutien nous aidera à travailler à la réalisation de notre objectif. « 

30 000 serveurs dans les prochaines années

La première étape de l’infrastructure technique de la DDB a été développé de 2010 par l’Institut d’analyse intelligente et des systèmes d’information (AICA), le Fraunhofer-Gesellschaft. Environ 1 800 serveurs sont déjà en charge de la diffusion des données du réseau, un chiffre qui devrait atteindre 30 000 dans les prochaines années.

La DDB devrait prochainement proposer des outils et des services pour aider les établissements culturels et scientifiques à numériser et présenter leurs contenus numériques et donc faciliter l’alimentation de la plateforme.

« Avec le lancement de la version bêta de la bibliothèque numérique allemande, nous franchissons une première étape dans notre ambition de rendre le patrimoine culturel et scientifique accessible à l’Allemagne sous forme numérique », a déclaré Hermann Parzinger. « Mais nous n’en sommes qu’au début. C’est un processus qui se déploiera pendant plusieurs années. »

D’après les informations fournies par la DDB