Les visiteurs du musée De Young de San Francisco peuvent désormais utiliser Google Lens pour découvrir les histoires cachées de certaines oeuvres

En 2019, Google a lancé une série de fonctionnalités de réalité augmentée. Pour la première fois, un musée utilise Google Lens pour enrichir l’expérience de ses visiteurs. En ouvrant l’application et en pointant l’appareil photo du smartphone vers une peinture du musée De Young de San Francisco, le visiteur obtient automatiquement et rapidement plus d’informations sur l’oeuvre et l’histoire de l’artiste.

Tricia Robson, directrice de la stratégie numérique du musée de Young, The Fine Arts Museums of San Francisco, a annoncé le mardi 11 juin 2019 le lancement officiel d’une collaboration entre le musée et Google Arts & Culture, offrant aux visiteurs un moyen facile d’accéder aux informations relatives à la collection d’art.

« Notre nouvelle collaboration avec Google Arts & Culture montre aux visiteurs les histoires cachées derrière les peintures de cette collection. »

La collection d’art américain du musée de Young, qui s’étend sur quatre siècles, comprend des peintures, des sculptures et des objets d’art décoratif du XVIIe siècle à nos jours.

« Nous avons tellement d’histoires à raconter. En tant que directeur de la stratégie numérique du musée, il est de mon devoir de trouver des moyens de rendre ces histoires plus accessibles pour nos visiteurs et d’aider les gens à comprendre ce que l’art dit du monde, ainsi que des cultures, des points de vue et des moments inoubliables. Ce que l’on ne peut pas raconter sur les cartels dans les galeries », explique Tricia Robson.

En utilisant leur smartphone avec Google Lens activé, les visiteurs du musée peuvent simplement pointer leurs appareils photo sur une peinture, une sculpture ou une œuvre d’art décoratif pour avoir accès à des informations directement sur leur appareil personnel. Dans la fenêtre qui s’ouvre une fois que l’œuvre a été reconnue par Google, le visiteur peut trouver une présentation de l’artiste, des techniques utilisées et un bref historique de l’oeuvre.

En savoir plus avec Google Lens

 

Un nouveau genre d’exposition

Outre la médiation dans les galeries et la présentation des oeuvres qui s’y trouvent, Tricia Robson explique que cette collaboration permet également aux artistes de partager leurs propres idées sur des oeuvres particulières.

A travers une série de courtes vidéos, l’artiste Ana Prvački « vous fait visiter le musée, vous guidant dans des sports spécifiques et vous demandant de repenser certaines parties du musée que beaucoup de visiteurs ne considèrent pas normalement ».

Une des vidéos de l’artiste:

Dans la nouvelle exposition, Detour, l’artiste Ana Prvački fait visiter le musée, guidant le public vers des endroits spécifiques. Les visiteurs peuvent visionner de courtes vidéos de Prvački en pointant leur appareil mobile vers des sites situés dans les espaces publics gratuits du musée.

« Lorsque vous regardez les vidéos, vous avez l’impression que vous obtenez une visite personnelle de l’artiste elle-même » explique Tricia Robson.

Les visiteurs qui ne peuvent pas se rendre à San Francisco avant la fin de l’exposition en septembre 2019 peuvent découvrir une version de Detour en ligne sur Google Arts & Culture.

SOURCES: De Young Museum, The Fine Arts Museums of San Francisco, Google Arts & Culture

Photos: De Young Museum

Date de première publication: 17/06/2019

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

Le musée Dali de Floride prévoit une expansion à 38 millions de dollars, incluant un espace d’exposition numérique

Un musée et une start up français parmi les gagnants des GLAMi awards 2019 décernés par MuseWeb à Boston

Avec la réalité augmentée, le musée Mauritshuis « réanime » le tableau de Rembrandt « la leçon d’anatomie »

Pour son centenaire, le Los Angeles Philharmonic propose une visite gratuite en réalité augmentée du Walt Disney Concert Hall

Laisser un commentaire