La Dulwich Picture Gallery révèle quelle fausse toile a été placé dans sa nouvelle exposition

Depuis le 10 février 2015, la Dulwich Picture Gallery de Londres a glissé dans sa nouvelle exposition « Made in China: A Doug Fishbone Project » une réplique d’une oeuvre de sa collection produite en Chine. Dans le cadre d’un défi « rechercher le faux », les visiteurs étaient appelés à identifier la fausse toile. Plus de 3 000 réponses ont été collectées et …. l’intrus vient d’être révélé par le musée. 

Le 27 avril 2015, le musée a révélé l’identité de la peinture « répliquée »: « Jeune femme » (‘Young Woman’) du peintre français du  18ème siècle Jean-Honoré Fragonard.

Dulwich chinese fake
(c) Dulwich Picture Gallery

La copie a été produite en Chine pour un prix de 70 euros, par Meishing Oil Painting Manufacture Company, un atelier dans lequel 150 artistes, dont beaucoup d’étudiants d’art, produisent des copies de tableaux de Picasso, Matisse, Van Gogh ou Monet pour des clients à travers le monde. Juridiquement parlant, les œuvres ne sont pas faux, puisque le studio est prudent de modifier la taille par rapport aux tableaux originauxSur son site Web, la société explique qu’elle « peut reproduire toutes sortes de célèbres peintures à l’huile, telles que des œuvres impressionniste, modernes, des paysages, des natures mortes, du pop art, de l’art abstrait … ».

Seuls 10% des votants ont identifié la réplique

Près de 3.000 visiteurs ont voté en ligne, mais seulement 10% ont identifié la fausse oeuvre parmi la collection permanente de 270 peintures anciennes.

Le mardi 5 mai 2015, l’original sera remis dans son cadre  et accroché à côté de la réplique, ce qui permettra aux visiteurs de comparer les différences stylistiques et matérielles entre les deux tableaux.

Sur son site le musée a présenté le projet de cette manière : « Beaucoup de maîtres anciens de la peinture, de Titien à Rubens, ont encouragé la copie de leur travail, soit dans leurs ateliers par leurs apprentis ou par les copistes indépendants. Il y en a plusieurs exemples dans la collection de Dulwich, dont des peintures d’atelier telles que Vénus et Adonis et des copies peintes à partir de l’original par les artistes invités de la Galerie telles que la copie par Constable du tableau de Ruisdael Moulins à ventAujourd’hui, des peintures célèbres sont reproduites par millions, notamment en Chine, pays qui domine cette activité dans le monde ».

Trailer de l’exposition:

Discussion avec les 2 co-commissaires de l’exposition: 

Made in China: a Doug Fishbone project from Jared Schiller on Vimeo.

L’idée de cette exposition « hapening » et expérience inédite est née dans l’esprit de l’artiste conceptuel Doug Fishbone, qui a lui même sélectionné l’atelier et l’oeuvre réplique. L’exposition a été co-organisée par Doug Fishbone et le Dr Xavier Bray, Conservateur en chef au Musée.

Lors du lancement du projet, Fishbone a expliqué que l’expérience soulèverait des questions sur la nature et l’importance d’une œuvre originale par rapport à une réplique.

Il estimait: « En Occident, nous considérons les répliques comme très problématiques, comme des« faux », alors qu’en Chine la notion de copie d’œuvres culturelles est vue de manière totalement différente ».

Une fréquentation doublée pendant les 2 premiers mois de l’exposition

La Dulwich Picture Gallery, première galerie d’art public ouverte en Angleterre dans la banlieue sud de Londres en 1811, a observé un quadruplement de sa fréquentation au cours des deux derniers mois.

Le Conservateur en chef du musée a d’ailleurs déclaré: « Jamais auparavant, je n’ai vu tant de visiteurs observant de manière si attentive chaque peinture. Maintenant, le portrait d’une jeune femme par Fragonard est revenu à son emplacement dans la galerie et est accrochée aux côtés de sa « copie moderne ». L’exercice visuel de comparaison va démontrer comment il est passionnant d’interagir avec une œuvre d’art originale, mais va également permettre de s’émerveiller devant l’habileté d’un copiste moderne travaillant à plusieurs milliers de kilomètres ».

L’exposition Made in China: A Doug Fishbone Project est proposée jusqu’au 26 juillet 2015. Elle propose également des ateliers de copie d’œuvres destinés aux enfants de 7 à 10 ans et pour adultes.

#madeinchina

SOURCES: Dulwich Picture Gallery, telegraph.co.uk, bbc.com

Date de première publication: 01/05/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Martijn Pronk (Rijksmuseum): «Le Rijksstudio a attiré quelques 15 millions de visites pour 200 000 comptes personnels créés»

. A Manille, le nouveau musée des selfies incite les visiteurs aux autoportraits interactifs

Le public du monde entier est le commissaire de la nouvelle exposition du Frye Art Museum de Seattle

Laisser un commentaire