Pour l’exposition Clémenceau / Monet, le musée de l’Orangerie propose une première immersion en réalité virtuelle dans les Nympheas

Les musées d’Orsay et de l’Orangerie en partenariat avec la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale, et dans le cadre de l’année Clemenceau, organisent un focus Monet – Clemenceau qui sera présenté au musée de l’Orangerie du 12 novembre 2018 au 11 mars 2019. Cette exposition s’accompagne d’une exploration en VR des Nympheas, produite en partenariat avec ARTE et proposée aux visiteurs du musée à partir du 14 novembre 2018.

Cette exposition focus souhaite illustrer les liens existant entre Claude Monet (1840-1926) et Georges Clemenceau (1841-1929), tant du point de vue personnel, que dans le contexte de la Première Guerre mondiale et celui de la création artistique.

  • Une exposition focus

Elle est essentiellement centré sur le projet des Grandes Décorations des Nymphéas du musée de l’Orangerie qui cristallise les liens et les ambitions des deux hommes dans un dessein où se mêlent l’art et la nation à un moment historique crucial.

Le 12 novembre 1918, au lendemain de l’Armistice, le peintre Claude Monet écrivait à Georges Clemenceau, président du Conseil, son ami depuis près de trente ans« Je suis à la veille de terminer deux panneaux décoratifs que je veux signer le jour de la Victoire et viens vous demander de les offrir à l’État, par votre intermédiaire ; c’est peu de chose mais c’est la seule manière que j’ai de prendre part à la Victoire. […] Je vous admire et vous embrasse de tout mon coeur ».

05._monet_-_clemenceau_georges_clemenceau_claude_monet_et_lily_butler_.jpg
Henri Martinie (1881-1963), Georges Clemenceau, Claude Monet et Lily Butler sur le pont japonais de Giverny, 1921. Photographie © Paris, Musée Clemenceau
L’exposition est présentée dans une salle de 40m2, spécialement réaménagée. Elle comprend notamment  des oeuvres et des portraits de Monet, mais aussi des portraits de Clemenceau, dont son buste par Rodin, des pièces de correspondance, un plan de l’Orangerie avec les salles définitives des grandes décorations conservé aux Archives nationales, des objets personnels évoquant le lien d’amitié unissant les deux hommes, des photographies et des imprimés.

Le commissariat est assuré par Cécile Girardeau, conservatrice au musée de l’Orangerie et Sylphide de Daranyi, chargée d’études documentaires au musée de l’Orangerie.

L’exposition est labellisée et réalisée en partenariat avec la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale. Elle bénéficie dugénéreux soutien de Crédit du Nord, Grand Mécène de l’établissement.

  • Une exploration en réalité virtuelle : Claude Monet, l’obsession des Nymphéas

À l’occasion de cette exposition focus, le musée de l’Orangerie propose au public, du 14 novembre 2018 au 11 mars 2019, une expérience rare au coeur de ses collections et de l’un de ses principaux chefs d’oeuvre, une immersion dans les Nymphéas de Monet, de Giverny à l’Orangerie.

Google Art Project proposait déjà une visite guidée virtuelle des salles des Nympheas du musée de l’Orangerie, mais pour la première fois le chef d’oeuvre de Monet s’explore en immersion sous la forme d’une expérience en réalité virtuelle qui  débutera le 14 novembre 2018.

A l’entrée de l’exposition focus, le musée a installé un dispositif de réalité virtuelle qui sera testé par le public pendant quatre mois. Coiffé d’un casque, le visiteur est transporté pendant 7 minutes dans un voyage à Giverny dans le jardin d’eau du peintre.

Le voyage virtuel commence avec l’irruption de l’eau vive dans l’une des deux salles présentant les Nymphéas de Monet. Et le spectateur se retrouve au milieu du bassin du jardin de Giverny avec autour de lui, des nénuphars, des arbres, un ciel changeant et la lumière des saisons. Une visite de l’atelier du peintre prolonge cette immersion naturelle. Le visiteur rencontre alors Monet, qui souffre de la cataracte et songe à renoncer à peindre. Sur les conseils de Clemenceau, il se fait opérer en 1923 et peut reprendre ses pinceaux.

Intention du réalisateur: « Les recherches de Monet sur les effets de lumière, sa volonté d’exprimer ses sensations l’amènent à diluer les formes et à s’éloigner peu à peu d’une représentation réaliste du monde. L’expérience VR (linéaire et interactive en 6 DOF)  emmène le spectateur à Giverny et le  plonge au cœur même du travail de Monet, dans son regard troublé par la perte de la vue, dans un tourbillon de couleurs. Une expérience immersive et sensorielle dans cette œuvre unique ».

Le ministre de la culture Franck Riester testant l’expérience VR des Nymphéas à l’Orangerie le lundi 12 novembre 2018 (c) Sinapses Conseils

Cette expérience vise à « faire voyager le public dans l’espace et dans le temps », explique à l’AFP le réalisateur Nicolas Thépot. Nicolas Thépot est l’auteur et réalisateur de la série Orsay en Mouvements, Musée d’Orsay-Camera lucida, 2017.

Claude Monet, l’obsession des Nymphéas” est la première expérience en réalité virtuelle proposée par le Musée d’Orsay et de l’Orangerie.

« Nous allons observer la façon dont le public utilise le dispositif et recueillir ses réactions » explique à l’AFP Cécile Debray, directrice du musée de l’Orangerie, établissement, rattaché au musée d’Orsay. « Nous en tirerons les enseignements pour voir si on développe ce genre de dispositif. La réalité virtuelle est une technologie qui est en train de faire des bonds. Les musées sont tous conscients qu’il faut y réfléchir et s’y préparer ».

L’expérience VR a été co-produite par Lucid Realities, Arte France et le Musée d’Orsay. Le dispositif déployé dans le musée de l’Orangerie bénéficie du soutien financier d’HTC VIVE et son programme dédié aux arts et à la culture.

« Il y a un appétit pour ce type d’expérience virtuelle, quel que soit l’âge », note la Chloé Jarry, productrice  chez Lucid Realities. « Mais cela ne remplacera jamais l’oeuvre originale ».

L’expérience est disponible sur casque VR HTC au sein du musée de l’Orangerie et en ligne sur le site web d’Arte.

Reportage de France 3 sur l’exploration VR des Nympheas


Générique du programme VR:

Musique originale & interprétaton : George Leprauw

Productrice délégué (Lucid Realities) : Chloé Jarry

Chargée de production : Alessandra Bogi

Conception graphique 3D et développement technique : STUDIO N°130

Sound design et post-production 360° : NOVELAB

Coproducteurs : Lucid Realities, Arte France, Camera lucida productions, l’Établissement public du Musée d’Orsay et Musée de l’Orangerie

Avec le soutien du Centre National du Cinéma et de l’Image Animée, Fond Nouveaux Médias et du Fonds transmédia de la Ville de Paris.

  • Un documentaire Clemenceau dans le jardin de Monet

A l’occasion de du centenaire de l’armistice de 1918, de l’année Clémenceau et de l’exposition Focus, ARTE France, Zadig Productions, en partenariat avec les musées d’Orsay et de l’Orangerie ont produit le documentaire « Clemenceau dans le jardin de Monet ».

« Tout au long de leur vie, l’homme d’état Georges Clemenceau, dit le « Tigre », et le peintre Claude Monet, chef de file des impressionnistes, furent liés par une indéfectible amitié, à l’origine du legs de la série des « Nymphéas » à l’État français. Leur rencontre remonte à leurs jeunes années sous le Second Empire. Georges Clemenceau, le futur tribun, se destine alors à la médecine ; Claude Monet, le solitaire contemplatif, à la peinture. Le premier lutte pour une république sociale, le second œuvre à une rupture avec l’académisme artistique. Ils se reconnaissent, se perdent de vue puis se retrouvent pour ne plus se quitter, au crépuscule du XIXe siècle.

Mais les cieux diaphanes de Monet s’obscurcissent dans le chaos de la Grande Guerre, qui verra le « Tigre » consacré en 1918 « Père la Victoire ». Pour célébrer la paix retrouvée, le peintre veut offrir à la France et à son vieux complice, désormais président du Conseil, la série de tableaux sur laquelle il travaille avec acharnement, Les nymphéas. Touché, l’homme d’État fera installer ces panneaux monumentaux dans un écrin conçu pour eux, le musée de l’Orangerie. Les larmes aux yeux, c’est lui qui l’inaugurera en 1927, sans son ami, disparu quelques mois plus tôt ».

Réalisation : François Prodromidès (2017) Durée : 52 mn.

Documentaire « Clemenceau dans le jardin de Monet » (disponible jusqu’au 1er décembre 2018):

Le documentaire est projeté dans l’auditorium du musée de l’Orangerie du 14 novembre 2018 au 28 février 2019.
À9h20, 13h, et 15h :
– Tous les jours sauf les dimanches et les samedis des vacances scolaires
À 9h45 et 13h30 :
– Tous les dimanches
– Les samedis des vacances scolaires : 20 et 27 octobre, 3 novembre, 22 et 29 décembre et 5 janvier.

SOURCES: Musée d’Orsay, ARTE

Date de première publication: 14/11/2018

Le musée d’Orsay et de l’Orangerie est membre du CLIC France

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Château-musée de Nemours : avec la réalité virtuelle, les visiteurs peuvent replonger au Moyen-Age

Avec l’exposition « cités millénaires », l’Institut du Monde Arabe invite à une visite immersive de 4 joyaux du patrimoine de l’humanité

Le Phoenix Art Museum présente sa première exposition entièrement en réalité virtuelle

L’expérience de réalité virtuelle « Vivez Versailles » débarque sur la plateforme Steam

HTC Vive lance Vive Arts, un programme de plusieurs millions de dollars destiné à soutenir des projets créatifs en réalité virtuelle

L’application ARTE360 s’enrichit d’une série d’explorations de chefs-d’oeuvres de la peinture mondiale en réalité virtuelle

La Tate Modern intègre la réalité virtuelle dans son exposition rétrospective de l’automne 2017 consacrée à Modigliani

Laisser un commentaire