La Smithsonian Institution mobilise les bénévoles pour son projet de numérisation massive

La plus grande institution muséale du monde lance la plus grosse opération de crowdsourcing jamais organisée. Le 12 août 2014, la Smithsonian Institution (SI) a mis en ligne son site Transcription Center, destiné à mobiliser des chercheurs bénévoles pour participer à la transcription des milliers de documents déjà numérisés.

smithsonian GettingIntoProjects_07July14

Ce site est conçu pour « tirer parti de la puissance des foules pour aider la Smithsonian à transcrire le contenu texte associé à des milliers d’images et documents numérises », tels que « les manuscrits des journaux de guerre civile, des lettres personnelles d’artistes célèbres, 100 ans de notices des spécimens de botanique et des specimens des premières monnaies américaines ». Des documents appartenant aux fonds et collections des dix-neuf musées et galeries (ainsi que le zoo national) et neuf centres de recherches gérés par la Smithsonian Institution.

smithsonian-crowdsourcingCelle-ci a déjà numérisé des millions d’objets, images, spécimens et autres documents mais beaucoup de ces documents numérisés sont manuscrit ou avec du texte que les ordinateurs ne peuvent pas déchiffrer facilement. L’analyse et l’éventuelle correction par l’homme est la seule façon de rendre le texte de ces articles ensuite consultables, et d’ainsi « ouvrir ces archives pour des possibilités infinies en matière de recherche et de découverte ».

« Nous sommes ravis d’inviter le public à être notre partenaire dans la création de nouvelles connaissances pour aider à ouvrir nos ressources aux chercheurs professionnels et amateurs et à les aider à faire de nouvelles découvertes», a déclaré le directeur général de la Smithsonian, Wayne Clough«Pendant des années, les vastes ressources de la Smithsonian Institution ont été gérées par la plume; ils peuvent désormais l’être par le pixel « .

La collection du Smithsonian est si vaste que la vérification de son contenu par son propre personnel pourrait prendre des décennies. En exploitant la puissance des volontaires internautes, l’objectif de la SI de mettre sa collection à disposition du public peut devenir une réalité.

Au cours de la dernière année de bêta test du projet, avec près de 1 000 bénévoles, le Centre de transcription a déjà produit plus de 13 000 pages de transcription.

Un exemple récent et frappant de ce travail a été la transcription de la correspondance personnelle des membres des Monuments Men conservée dans les Archives of American Art (SI). 49 volontaires ont pu analyser et retranscrire les 200 pages en une semaine alors qu’il aurait fallu des mois pour accomplir la même mission sans cette aide. Une fois qu’un document est retranscrit, le travail est examiné par un autre volontaire avant que son exactitude ne soit certifiée par un expert de la Smithsonian.

Les projets sélectionnés pour la transcription pendant la phase de beta-test ont été choisis en raison de la forte demande des scientifiques, des chercheurs et des passionnés et des conditions d’accessibilité.

Smithsonian bee-tray-digitize

. Par exemple, le Musée national d’histoire naturelle de la Smithsonian Institution possède l’une des plus grandes collections de bourdons dans le monde avec 45 000 spécimens. Les informations sur chaque abeille, lorsqu’elle a été recueillie, sont extrêmement précieuses pour les scientifiques qui étudient le déclin rapide des populations d’abeilles au cours des dernières décennies. Maintenant, avec l’information numérisée et transcrite, les scientifiques du monde entier peuvent consulter les minuscules étiquettes manuscrites (3 millimètres par 7 millimètres) et comprendre l’histoire de la population du bourdon et le récent déclin de sa population. Le projet de transcription bourdon est l’un des projets mis en évidence sur le site.

. Les conservateurs du Centre des Archives du Musée national d’histoire américaine de la Smithsonian Institution ont choisi de documenter le journal de Earl Shaffer, le premier homme à parcourir en randonnée toute la longueur de l’Appalachian Trail. Une fois que le journal -très fragile- a été numérisé et transféré au centre de transcription, les membres de la communauté Reddit consacrée à la randonnée ont promu le projet. Grace à ce soutien, les 121 pages ont été retranscrites en deux semaines. Le journal est maintenant disponible pour la consultation et le téléchargement, permettant au public de lire, étudier et chercher des mots ou des repères clés et de limiter ainsi la manipulation du manuscrit.

smithsonian BluemnerhandwritingHero

Depuis le 12 août 2014, les bénévoles peuvent s’inscrire en ligne pour aider la Smithsonian à transcrire une variété de projets liés à l’art, l’histoire, la culture et la science, incluant:

  • Pour les amateurs d’art: des lettres personnelles écrites à la main d’artistes (Archives of Américan Art)
    Lettres personnelles d’artistes tels que Mary Cassatt, Grandma Moses et Claes Oldenburg.Les transcriptions de ces lettres feront partie du prochain livre des Archives L’Art de l’écriture manuscrite.
  • Pour les amateurs d’archéologie: Les rapports de mission de Langdon Warner
    Langdon Warner était un archéologue et historien d’art américain qui s’est spécialisé dans l’art asiatique. Il était également l’un des Monument Men qui ont travaillé à la protection des monuments et trésors culturels du Japon pendant la Seconde Guerre mondiale. Professeur à Harvard et conservateur de l’art oriental au Fogg Museum de Harvard, il est considéré comme l’un des modèles de Steven Spielberg pour son personnage d’Indiana Jones.
  • Pour les amateurs d’oiseaux: les cahiers d’observation de James Eike
    James Eike était un observateur d’oiseaux qui a réalisé des observations très détaillées des oiseaux et du temps presque tous les jours entre 1960 et 1983 près de son domicile dans le nord de la Virginie. Une ressource importante pour les écologistes.

La liste des projets peut être consultée sur le site web.

Documents historiques, ouvrages d’art, spécimens de botanique, objets d’archéologie … En associant la technique du crowdsourcing et ses archives uniques, la Smithsonian Institution peut créer une nouvelle relation avec ses publics et mettre le savoir à la portée de tous. Une belle initiative facilement reproductible.

Le Transcription Center de la SI est également présent sur facebook, twitter

SOURCE: Smithsonian Institution

Date de première publication: 13/08/2014

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Avec Q?rius, la Smithsonian invente le premier musée d’histoire naturelle complètement interactif

Le National Museum History London lance une application mobile de crowdsourcing végétal

L’Imperial War Museum britannique invite le public à raconter huit millions « d’histoires de vie »

Avec ArtMaps, la Tate propose au public de géolocaliser les œuvres de sa collection

Les objets du Smithsonian peuvent désormais être imprimés en 3D à domicile

Dans un e-book, le patron de la Smithsonian Institution explique sa stratégie numérique et mobilise les musées du monde

« Genome », une expo très numérique au Smithsonian National Museum of Natural History

Après l’exposition du Smithsonian, le MoMA intègre les jeux vidéo à ses collections

Le Smithsonian multiplie ses applications et confirme sa stratégie mobile

Laisser un commentaire