Fermés pour confinement, le musée des Beaux-Arts de Birmingham propose à ses visiteurs de devenir commissaire de leur exposition virtuelle

Le Birmingham Museum & Art Gallery (BMAG) est à nouveau fermé mais reste plus que jamais ouvert. Depuis le 18 mai 2020, ses visiteurs ne peuvent plus arpenter ses galeries mais ils peuvent maintenant concevoir leurs propres expositions dans un BMAG virtuel depuis leur domicile. Cette initiative est le fruit d’une première coopération entre le Birmingham Museums Trust et le nouveau jeu en ligne Occupy White Walls (OWW). Il s’agit de la première collaboration officielle avec un musée pour la plateforme artistique basée sur l’IA qui permet aux utilisateurs d’explorer le monde artistique de manière différente.

« Dans une année où nous passons tous plus de temps à la maison et où les musées ont de nouveau fermé en raison des dernières restrictions de verrouillage en Angleterre, la collaboration signifie que les joueurs peuvent découvrir l’art des galeries du monde entier et organiser, concevoir et construire le leur sans avoir à sortir » explique le musée de Birmingham.

Deux cents reproductions d’œuvres d’art de la collection de Birmingham, entrées dans le domaine public, y compris certaines des œuvres préraphaélites les plus célèbres de la ville telles que The Last of England de Ford Madox Brown et Proserpine de Dante Gabriel Rossetti, peuvent ainsi désormais être explorées sur la plateforme Occupy White Walls (OWW). Accès à l’exposition virtuelle OWW du musée de Birmingham: roundme.com/tour/649384/view/2055345/.

À mesure que le partenariat se développera, le musée a prévu d’apporter la collection complète des ses images des œuvres du du domaine public, qui sont accessibles via la base de données en ligne des musées de Birmingham.

  • Une start-up née à Londres

Créé par la start-up londonienne StikiPixels, OWW compte actuellement plus de 75 000 utilisateurs et cherche à étendre la collection d’art en ligne avec laquelle les joueurs peuvent interagir grâce à des collaborations muséales.

Dans le jeu, les joueurs collaborent pour organiser leurs expositions.

« Comme leur vision n’est pas liée par les directives conventionnelles de conservation des musées ou par la physique d’un bâtiment en brique et mortier, les joueurs peuvent créer des environnements qui combinent des chefs-d’œuvre de la Renaissance avec des joyaux d’art moderne ou des œuvres d’art de Birmingham, au Royaume-Uni, peuvent s’asseoir aux côtés d’œuvres d’art des États-Unis dans des expositions qui on ne le voit généralement jamais orner le même mur dans le monde physique » se félicite le musée.

En plongeant dans le cyber-monde, les joueurs peuvent visiter une version numérique officielle du Birmingham Museum & Art Gallery (BMAG), inspirée du musée actuel, mais qui est un espace ludique et créatif.

Les candidats commissaires d’exposition peuvent choisir parmi les copies numériques des œuvres d’art de BMAG qu’ils trouvent inspirantes et construire leur galerie autour de celles-ci (et d’autres œuvres).

OWW utilise un outil IA unique de découverte d’art (appelée DAISY) qui identifie les goûts des joueurs et, au fil du temps, les aide à découvrir des œuvres d’art qui « résonneront avec eux ».

Le joueur moyen d’OWW a accès à une collection d’art virtuelle d’environ 800 œuvres d’art. Dans le même temps, l’IA fait également la promotion d’artistes émergents (comme l’artiste locale de BMAG Rosa Francesca qui a ainsi pu ainsi inclure ses créations dans plus de 1 600 galeries de joueurs). Les artistes peuvent également télécharger leurs œuvres sur la plateforme.

Yarden Yaroshevski, fondateur et PDG de StikiPixels a déclaré: « Ce fut un plaisir absolu de travailler avec BMAG sur cette collaboration. Malheureusement, les musées sont souvent lents à s’adapter à mesure que le monde change autour d’eux. Ce n’était pas le cas ici, car l’équipe de BMAG adopte avec enthousiasme et créativité les nouvelles opportunités offertes par la technologie numérique. Grâce à cette collaboration, BMAG a le potentiel d’augmenter son empreinte mondiale, en atteignant des gens du monde entier qui n’ont jamais entendu parler de la collection (ou peut-être même de Birmingham). En utilisant l’intelligence artificielle qui est au cœur d’OWW, ils peuvent découvrir et s’inspirer des trésors culturels de BMAG. Nous attendons avec impatience de nouvelles collaborations avec BMAG, d’autres collections et des artistes contemporains ».

  • Explorer une collection de manière différente

Pour les musées de Birmingham, le partenariat avec OWW est une autre façon pour le public d’explorer la collection s’ils ne peuvent pas y accéder physiquement en personne.

Il permet également de collecter des données et des analyses sur la façon dont le public s’engage et interagit avec la collection « à un niveau jamais vu auparavant » dans les collections «physiques».

Linda Spurdle, responsable du numérique chez Birmingham Museums, a déclaré: « Travailler avec une entreprise aussi passionnante et avant-gardiste comme StikiPixels, qui donne vie à l’art de manière innovante, a été une collaboration vraiment révélatrice. Voir des joueurs du monde entier découvrir et interagir avec nos œuvres d’art est exactement le genre d’engagement que nous espérions lorsque nous avons rendu nos images non protégées par le droit d’auteur disponibles en ligne. Nous avons hâte de voir ce que les joueurs créent ».

  • Des œuvres de la National Gallery et du Met également disponibles

Le Birmingham Museums Trust est la première collection à travailler officiellement en collaboration avec le jeu, mais des œuvres d’art du domaine public d’autres collections, telles que la National Gallery de Londres et le Metropolitan Museum de New York, font également partie de la collection numérique du jeu.

« La pandémie a renforcé l’importance de notre travail numérique et fait en sorte que nos publics puissent toujours accéder à la collection, même lorsque nous sommes fermés. Le partenariat avec Occupy White Walls n’est que l’une des façons dont nous cherchons à accroître les niveaux d’engagement avec la base de données numérique d’œuvres d’art de la ville et à encourager les gens à l’explorer et à l’utiliser de manière créative » ajoute Linda Spurdle.

Pour en savoir plus sur le jeu: www.oww.io.

Pour accéder à la visite virtuelle à 360°: roundme.com/tour/649384/view/2055345.

SOURCES: Birmingham Museums Trust (CP), StikiPixels

PHOTOS: Birmingham Museums Trust (CP), StikiPixels

Date de première publication: 20/11/2020

Le Mudam Luxembourg lance une plateforme en ligne unique présentant les œuvres de 24 artistes de 14 pays

Plus de 200 000 visiteurs uniques pour l’exposition virtuelle lancée par UMA, le Clic France et plus de 60 musées partenaires

Netflix et le Brooklyn Museum de NYC lancent une exposition virtuelle des costumes de The Crown et Le Jeu de la dame

Nouvelle Zélande: la Auckland Art Gallery lance une visite virtuelle enrichie de son exposition Edo en langue Māori

Avec leurs expositions virtuelles, deux musées américains permettent d’explorer les photos emblématiques de Dorothea Lange

Le Centre Pompidou dévoile sa première exposition en réalité virtuelle consacrée aux trois Bleus de Joan Miró

Laisser un commentaire