Avec le nouveau musée Carnavalet, Paris s’offre un écrin pour partager son histoire avec un plus large public

Partager :

À l’issue de quatre années d’importants travaux de rénovation, le musée Carnavalet – Histoire de Paris a rouvert ses portes le samedi 29 mai 2021. Une véritable renaissance pour le plus ancien musée de la Ville de Paris, situé au cœur du Marais mais aussi l’une des collections les plus riches de France avec plus de 625 000 œuvres. Afin d’améliorer la qualité de l’accueil et la présentation des collections, le musée Carnavalet – Histoire de Paris a fait peau neuve. Quatre années d’intenses travaux – conduits par l’agence Chatillon Architectes associée à Snøhetta et l’agence NC, Nathalie Crinière pour la scénographie permanente – ont été nécessaires à sa rénovation. Complexe, le chantier a permis de restaurer les deux hôtels particuliers qui constituent le musée mais aussi de repenser entièrement le parcours muséographique. Cette rénovation de grande ampleur s’est accompagnée d’une campagne de restauration sans précédent des 3 800 œuvres présentées dans le nouvel accrochage. Pour élargir son public et en renforcer l’accessibilité, le nouveau musée Carnavalet – Histoire de Paris offre également une médiation totalement repensée et des innovations majeures.

[VISITE CLIC] Une visite privée guidée, réservée aux membres du CLIC France, sera organisée le mardi 6 juillet 2021, à partir de 14.00. Inscription réservée aux membres, par mail : visite@club-innovation-culture.fr avant le 4/07, 12.00.

Le CLIC France propose un reportage photo sur le nouveau musée et ses outils de médiation dans un album de sa page Facebook.

Peintures, sculptures, pièces de mobilier, boiseries, objets d’art décoratif et d’histoire, enseignes, photographies, dessins, estampes, affiches, médailles, monnaies, collections d’archéologie présentés dans un cadre historique exceptionnel permettent au visiteur de voyager à travers Paris, de la Préhistoire à nos jours. C’est encore plus vrai aujourd’hui !

  • Réinventer le musée de l’histoire de Paris

Installé dans les hôtels Carnavalet et Le Peletier de Saint-Fargeau, au cœur du Marais, l’un des quartiers où le patrimoine architectural avant Haussmann a été le mieux préservé, le musée de l’histoire de Paris est situé dans l’une des zones touristiques les plus fréquentées de la capitale.

Avant sa fermeture, il a accueilli une moyenne de 400 000 visiteurs par an, dont 950 groupes scolaires et 200 groupes de personnes en difficulté sociale accompagnés par un médiateur. Sa rénovation doit permettre d’optimiser l’accueil des publics et d’élargir son visitorat.

Fermé depuis 2016, le musée a engagé un grand chantier de rénovation, à la fois architectural et muséographique. Le nouveau musée a rouvert au public le 29 mai 2021.

“Le musée Carnavalet met en lumière le passé de Paris et dévoile son identité diverse. Sa restauration constitue un projet prioritaire pour la Ville de Paris, à l’heure où Londres, Amsterdam ou New York possèdent déjà des musées d’Histoire dignes de leur importance. Notre ambition est double: faire de Carnavalet, d’ici à 2020, un lieu de visite récurrente pour les Parisiens, et une étape incontournable pour les visiteurs français et étrangers se rendant à Paris.” Anne Hidalgo, Maire de Paris

  • Les enjeux de la rénovation

La rénovation du musée Carnavalet – Histoire de Paris a pour objet de valoriser son identité unique et de favoriser son rayonnement. Plus précisément, elle cible les objectifs suivants:
Proposer un nouveau parcours de la collection permanente avec des œuvres mises en valeur et une médiation renforcée et innovante : situer et contextualiser les œuvres, mieux présentées et restaurées le cas échéant, évoquer les grandes figures et personnalités de l’histoire de Paris.

. Restaurer et mettre aux normes le bâtiment historique : mettre aux normes de conservation préventive, de sécurité et de sûreté, créer des réserves en consultation, élaborer et mettre en œuvre une stratégie dynamique de gestion des espaces et des collections, rationaliser les activités et les services, restaurer certaines façades.

. Permettre l’accessibilité du musée à tous: les nouveaux espaces de circulation sont adaptés au bâtiment. La rénovation place le visiteur au cœur du projet, de son accueil à son confort de visite, jusqu’à son accès aux jardins.

. Mettre en œuvre une offre culturelle innovante : adapter et renouveler l’offre et les services pour répondre aux évolutions des pratiques et des usages, génératrices d’expériences et de connaissances.

  • Un parcours muséographique repensé

Le nouveau parcours des collections est conçu comme un voyage authentique dans le passé et le présent de Paris. Le nouveau musée Carnavalet relève donc le défi de raconter l’Histoire de Paris sur 3 900 m2.

Tout en préservant le charme si particulier de ce musée installé au cœur du Marais historique, 3 800 œuvres sont présentées dans une scénographie repensée. 60% des œuvres exposées étaient jusqu’ici conservées dans les réserves.

« Pensé comme un voyage authentique dans le passé et le présent de Paris, le nouveau parcours, construit pour la première fois selon un fil chronologique continu, dévoile ses plus grands trésors historiques de la Préhistoire à nos jours. Peintures, sculptures, pièces de mobilier, boiseries, objets d’art, objets d’histoire et de mémoire, enseignes, photographies, dessins, estampes, affiches, maquettes, médailles, monnaies, collections d’archéologie,… retracent l’histoire de Paris de manière unique : à la fois historique, documentaire, sentimentale et proche des Parisiennes et des Parisiens ». 

En plus de la fameuse chambre de Marcel Proust, du portrait de Madame de Sevigné par Claude Lefèbvre, de la bijouterie Fouquet réalisée en 1901 par Alfonse Mucha, ou encore des célèbres salles à décor (incluant les periods rooms), le public découvrira au rez-de-chaussée de nouvelles salles introduisant l’histoire de la Ville de Paris et l’histoire du musée qui présentent Paris, ses symboles et ses données clés. En sous-sol, des espaces auparavant inaccessibles au public, présentent les collections allant de la Préhistoire (9600-6000 avant notre ère) à la Renaissance. Outre la Renaissance qui fait son entrée dans le parcours du musée, celui-ci s’ouvre aux périodes du Moyen Âge et des 20e et 21e siècles.

  • Les objectifs du nouveau parcours 

. Introduire l’histoire de la Ville de Paris et l’histoire du musée. Deux espaces d’introduction ont été créés pour présenter Paris, ses symboles, ses données clés et la création du musée, en remerciant ses donateurs.


. Mettre en valeur la variété et la complémentarité de fonds et de corpus d’œuvres sans équivalent et, par leurs rotations régulières, assurer une gestion dynamique de ces collections, montrant davantage les œuvres jusqu’ici conservées dans les réserves.

. Redonner toute leur place aux collections archéologiques avec la création de nouvelles salles allant du mésolithique (9600-6000 avant notre ère) à la Renaissance.


. Rétablir la cohérence chronologique des period rooms et intégrer le fruit des recherches les plus récentes en histoire et histoire de l’art (salon de Claude-Nicolas Ledoux, lustres patrimoniaux…). Les period rooms, qui font la renommée du musée, seront mises en valeur par des restaurations et dans quelques cas, par une nouvelle présentation, à l’exemple de la chambre de Marcel Proust qui a bénéficié d’une ambitieuse scénographie.

. Ouvrir aux périodes contemporaines des XXe et XXIe siècles. Le parcours, qui respecte davantage la chronologie, entrelace des thématiques très variées à l’exemple des mutations urbaines, culturelles et sociales. Pour l’histoire du temps présent, (depuis 1977, date de la réforme du statut de Paris), une salle donnera la parole à de nombreux acteurs qui révéleront la force des expressions, des mutations et des projets à l’œuvre sur le territoire parisien et grand parisien.

  • Une visite et une médiation adaptée à tous les publics

L’un des objectifs majeurs du nouveau parcours est d’adapter la visite et la médiation à la diversité des publics.

La nouvelle médiation du musée s’appuie sur l’articulation de plusieurs types de contenus complémentaires présents tout au long du parcours : textes de salles, cartels développés, cartels enfants, dispositifs d’accessibilité universelle (dont les dispositifs pour les personnes en situation de handicap), commentaires d’audioguide, entretiens avec des spécialistes, animations, jeux, cartographies, illustrations, etc.

Ces contenus permettent à chacun d’aborder le parcours des collections selon ses centres d’intérêts, son projet de visite et le temps dont il dispose.

. Une signalétique culturelle adaptée à la diversité des publics

Le musée adopte une médiation ambitieuse et innovante, avec une nouvelle signalétique culturelle proposant des niveaux de lecture différenciés pour s’adresser à tous les publics.

. Panneaux de salles : les textes de salles sont traduits en trois langues (français, anglais et espagnol) et sont accompagnés de modules de textes simplifiés transcrits en braille et associés à un dessin tactile.

. Cartels développés et illustrés.  Avec des traductions en anglais et en espagnol, des cartels universels adaptés aux différents handicaps, une contextualisation pour le public néophyte et un approfondissement pour les visiteurs plus familiers.

. Pupitres d’accessibilité universelle

Répartis tout au long du parcours de visite, 75 pupitres d’accessibilité universelle complémentaires aux textes de salles permettent aux visiteurs de décrypter des œuvres emblématiques.

Leur conception a été élaborée en concertation avec des personnes en situation de handicap ou certains de leurs représentants. Différentes variantes existent : éléments à toucher, illustrations, photographies d’aujourd’hui, plans, jeux à manipuler ou en audiodescription, en fonction du sujet concerné.

Ces dispositifs sont destinés à rendre la visite plus accessible et inclusive pour les personnes en situation de handicap moteur, visuel, auditif, mental ou psychique. Répartis tout au long du parcours de visite, ils offriront des moments d’échange et de partage entre les visiteurs.

. Exposer 10% des œuvres à hauteur d’enfant.

Pour favoriser une découverte par l’expérience sensible et l’imagination. tout au long du parcours des collections, 10% des œuvres (soit 380) sont placées à hauteur d’enfant (120 cm pour les tableaux ou les photographies) avec une médiation adaptée.

Ce parti pris novateur dans la médiation est inédit en France pour un accrochage de collections permanentes. Il est déjà expérimenté dans le monde anglo-saxon et dans plusieurs pays d’Europe : à Bergen (KunstLab du KODE’s Art Museum for Children), Stockholm (musée de la ville) et Glasgow (Kelvingrove Museum), ainsi que les Children’s Museum de New York ou de Londres.

L’accrochage à hauteur d’enfant tout au long du parcours favorise une visite intergénérationnelle et valorise l’expérience sensible et l’imagination.

Pendant le temps de fermeture, ce parcours a été testé par des enfants. Des partenariats avec des établissements scolaires, des centres de loisirs ainsi qu’une convention avec l’hôpital pour enfant Robert Debré ont permis en 2018 et 2019 d’associer de nombreux enfants à la rénovation du musée en recueillant leurs contributions (images et récits) sur les différentes œuvres présentées dans cet accrochage.

Ces contributions figurent sur les cartels enfants révélés à l’ouverture du musée et sont reconnaissables par un petit ballon rouge.

« Par la place qu’ils accordent à l’imagination et à la liberté d’expression, ces cartels offrent à tous les visiteurs des regards décalés permettant d’interroger les œuvres, les histoires qu’elles racontent ou les émotions qu’elles suscitent. L’imaginaire fertile des enfants vient ainsi raviver celui de tous ».

En lien avec les œuvres, et afin d’en accompagner la découverte par les enfants, des dispositifs de médiation (textes illustrés, manipulations, jeux) ont également été élaborés.

. 46 entretiens filmés

Le nouveau parcours propose ponctuellement des dispositifs numériques interactifs (espaces d’écoute, bornes interactives, écrans vidéos, application mobile) qui complètent la connaissance d’épisodes historiques parisiens majeurs.

Des dispositifs numériques variés, intégrés ponctuellement à la nouvelle muséographie du musée, permettent aux visiteurs de découvrir différemment et d’approfondir certaines thématiques, avec notamment :

-des entretiens filmés offrant des points de vues croisés sur des moments marquants de l’histoire de Paris. Au cours de chaque grande période abordée, les visiteurs peuvent ainsi affiner leur curiosité et leur compréhension des œuvres en écoutant des spécialistes – comme le peintre et plasticien Jacques Villeglé filmé dans son atelier ou le philosophe, sociologue et ethnologue, Bruno Latour – s’exprimer et croiser leurs points de vue sur des épisodes parisiens majeurs, ou sur leur pratique artistique.

Plusieurs plans tactiles sont répartis dans les étages.

Des ambiances sonores et visuelles font revivre les grands moments de l’histoire de Paris, comme les échanges épistolaires entre Madame de Sévigné et sa fille ou la projection révélant une peinture murale de près de vingt siècles dont il ne reste plus que quelques fragments.

. 20 dispositifs à jouer ou à toucher, sur table ou en tiroir de vitrine

Objets 3D à toucher, à déplacer, à reconstituer, jeux de construction, puzzles, etc. permettent d’appréhender de façon ludique des moments ou des lieux de l’histoire de Paris mais aussi des savoir-faire autour des métiers du meuble, de la mode, de la taille de la pierre, de la fabrication de céramiques.

Ces outils interactifs donnant des clés de lecture des usages, matériels et symboliques, des objets exposés et rendant accessibles des objets non exposés ou bien non-exposables, pour enrichir la visite physique,

Des dispositifs plus inédits par leurs formats ou par les interactions sont proposés à l’entrée du parcours pour faciliter sa compréhension ou autour de la period-room dédiée à Marcel Proust.

  • Près de 140 productions proposées aux visiteurs :

. 1 film introductif sur l’histoire de Paris est diffusé sur borne écran et en projection
. 2 maquettes interactives introductives sur borne écran
. 46 entretiens individuels
. 1 docu-fiction sur borne écran réalisé par des collégiens
. 12 films d’animation sur borne écran ou en projection
. 16 films documentaires sur borne écran ou en projection
. 22 descriptifs numériques de salles et cartels numériques, sur borne écran
. 4 diaporamas sur borne écran
. 8 ambiances sonores sur borne écran ou autre mobilier avec écouteurs ou haut-parleurs
. 22 descriptifs en audiodescription sur mobilier
. 2 jeux sur écrans, le premier pour découvrir Lutèce et le second le Paris haussmannien (conçu à partir d’un jeu issu des collections du musée).

Les sociétés suivantes ont participé à la production des contenus et dispositifs numériques fixes: Sabir, Découpages, 3.0 productions, Anamnesia, Philmotion, Opixido, Screensoft (écrans d’accueil), Guestviews (livre d’or numérique) et Antoinette de Saint Blanquat et Delphine Harmel (rédaction des audiodescriptions). La société Gaya a réalisé le nouveau site Internet du musée.

  • Une nouvelle application compagnon de visite gratuite et en 6 langues 

L’application du « Musée Carnavalet – Histoire de Paris » offre différents services : réservation de billets ou d’activités culturelles, découverte de la programmation et accompagne le visiteur dans son parcours.

Une fois dans le musée, le compagnon numérique permet de mieux se repérer grâce à la géolocalisation et d’explorer le musée différemment avec une personnalisation de son parcours. Elle propose des commentaires sur une sélection de 100 œuvres. Une sélection de 30 œuvres incontournables permet de faire l’expérience d’une découverte de l’histoire de Paris en 1h30.

Pour les familles : 100 œuvres font l’objet de commentaires qui s’adressent spécifiquement aux enfants.

Après la visite, le contenu découvert sur place est accessible depuis chez soi, enrichi de documents complémentaires.

L’application de visite est disponible en trois langues pour les commentaires enfants et sept langues pour les commentaires adultes (français, anglais, espagnol, allemand, russe, chinois, japonais).

Elle est disponible en location sur place ou en téléchargement gratuit, sur play store : en suivant ce lien et sur apple store : en suivant ce lien.

La nouvelle application mobile du musée a été développée par les sociétés Smartapps et Antenna Intrenational.

www.carnavalet.paris.fr/compagnon-de-visite

Pendant le chantier de rénovation, le musée avait déjà lancé l’application « Carnavalet, l’histoire de Paris, pas à pas ».

Depuis 2018, cette application mobile gratuite offre une découverte culturelle au fil des rues de Paris, avec près de 300 œuvres emblématiques du musée Carnavalet positionnées sur le territoire parisien. Les utilisateurs pouvaient découvrir ces œuvres resituées sur la carte de Paris, et être notifiés de leur présence virtuelle au cours de leurs promenades. Des filtres permettaient également d’explorer l’ensemble des œuvres numérisées par thématiques, époques ou arrondissements.

Toutes ces images des collections du musée retracent l’histoire de Paris dans tous les arrondissements de la ville et sont accompagnées de courtes notices explicatives, avec un renvoi vers la fiche de l’œuvre sur le site des collections de Paris Musées.

Cette application offrait également la possibilité aux amateurs de contribuer en photographiant à leur tour ce que leur inspirent les œuvres. Une rubrique participative « Parallèles » qui réunit l’ensemble de ces réinterprétations contemporaines, offre un nouveau regard, ludique, éclairé ou décalé, sur les œuvres. Cette application gratuite était disponible sur Apple store et Play Store.

www.parismusees.paris.fr/fr/presse/activite-application-carnavalet-l-histoire-de-paris-pas-a-pas

  • Une programmation culturelle renforcée et diversifiée

La réouverture du musée s’accompagne d’une programmation d’activités culturelles renforcée et diversifiée pour s’adresser à ces différents publics.

. Une découverte évolutive et adaptée

En complément, de nombreuses visites thématiques et animations accompagnées par les médiateurs du musée sont proposées : visites guidées sur une période historique ou un quartier de Paris, visites contées pour les enfants, promenades urbaines, ateliers, etc.

D’une durée de 1h30, elles permettent de découvrir les collections et d’approfondir ses connaissances en se laissant guider. Le détail de l’offre culturelle est disponible sur www.carnavalet.paris.fr/visiter/offre-culturelle

Après la réouverture du musée, l’offre de médiation proposée sera progressivement enrichie :
– L’application de visite permettra de développer des parcours thématiques plus variés. L’un d’entre eux proposera de découvrir les œuvres à travers le Regard de Parisiennes et Parisiens, et d’explorer avec eux des histoires de quartiers de Paris.
– Des livrets faciles à lire et à comprendre (FALC) seront élaborés en collaboration avec des personnes en situation de handicap psychique ou mental.
– Des visites tactiles et des visites en LSF accompagnées par des médiateurs seront proposées pour les personnes en situation de handicap visuel et auditif.

Les ateliers pédagogiques – fin 2021

Trois espaces d’ateliers permettront de proposer des activités adaptées, en lien avec la découverte du parcours permanent ou des expositions temporaires.

La capacité d’accueil des espaces d’ateliers pour les groupes enfants et adultes sera multipliée par quatre par rapport à celle disponible précédemment. Des activités d’art plastiques, mais aussi multimédia y seront proposées, en lien avec la découverte des collections.

Ces ateliers permettront d’accueillir des groupes scolaires, des publics adultes, des enfants dans le cadre familial, ou encore des personnes en situation de handicap qui bénéficient d’un accueil et d’activités adaptés.

  • Un centre de ressources historiques et documentaires.

Cherchant à favoriser la participation et l’appropriation des contenus par tous les publics, le centre de ressources historiques et documentaires valorisera l’exploration et la fabrique collaboratives autour de l’Histoire, de l’archéologie et de la mémoire de Paris.

Il permettra aux visiteurs de consulter plusieurs centaines de milliers d’œuvres graphiques, photographiques, objets d’histoire et de mémoire, monnaies et médailles, ouvrages imprimés ainsi que plusieurs centaines de milliers de manuscrits et d’archives historiques conservées dans les réserves attenantes.

Ce centre sera conçu comme une plateforme d’offre culturelle, transmédia, où seront élaborés collectivement des expositions-dossiers, des circuits et parcours thématiques, des expositions virtuelles, des web-documentaires, des séminaires, des ateliers participatifs et autres pratiques contributives, des livres et revues numériques, des contenus pédagogiques, des écritures créatives, de nouvelles pratiques culturelles, etc. avec les personnels scientifiques et culturels du musée et des chercheurs, des étudiants, des enseignants, des enfants, des amateurs ou autres contributeurs.

  • Un accueil plus convivial et accessible 

Le nouveau musée offre un accueil convivial par la reconfiguration des espaces d’entrées des publics, et la création d’un espace de restauration.

. L’accessibilité est l’un des objectifs principaux du projet de rénovation.

Conçu comme un voyage authentique dans le passé et le présent de Paris, le nouveau parcours entend rendre les collections du musée accessibles à tous les publics et notamment aux personnes en situation de handicap avec des circulations adaptées. La création de nombreuses circulations verticales (5 ascenseurs, 2 élévateurs PMR et 7 escaliers) et de rampes dans les galeries de circulation dans les étages et dans les jardins permet au musée d’être aujourd’hui accessible à 99,5%.

Une démarche d’accessibilité universelle a été développée dans l’ensemble du parcours permanent, avec l’élaboration de dispositifs de médiation attractifs et ludiques, favorisant la mixité des publics : différents textes de salles et cartels cohabitent afin de proposer un parcours commun avec plusieurs niveaux de lecture, où chacun peut choisir de consulter les informations qui l’intéresse.

. Un accueil repensé

L’aménagement d’un nouvel accueil offre aux publics un accueil convivial. Le nouveau comptoir d’accueil et les vestiaires ont été repensés pour améliorer la capacité d’accueil du musée et offrir un meilleur confort de visite, en privilégiant une circulation fluide, agréable et respectueuse du site.

  • Une boutique de référence et un nouvel espace de restauration dans le musée

. Une boutique-librairie de référence sur l’histoire de la capitale continue d’accueillir ses visiteurs. La librairie-boutique du musée Carnavalet – Histoire de Paris, dont la gestion a été confiée à Arteum, rouvre également ses portes afin d’offrir aux Parisiens et aux visiteurs du musée une sélection de livres et de produits pointue, pédagogique, créative, et régulièrement renouvelée au fil des saisons, leur permettant de s’approprier l’histoire de Paris, les collections du musée et la création parisienne. Pour la conception de ses collections exclusives, Arteum fait appel à des designers, créateurs, artisans – aux sensibilités et aux savoirs faires multiples, et favorisant les fabrications locales – pour la création de ce magnifique écrin réalisé par Maurizio Galante et Tal Lancman.

. Le Musée Carnavalet accueillera également un restaurant, pour la première fois de son histoire. Le projet Olympe conçu par le groupe Assembly, fondé par Arnaud Frisch, réunit des acteurs de la révolution verte autour du bien-être. L’architecte François Champsaur y développe sa vision tournée vers un artisanat créatif, inspiré et écologique, entouré de l’artisan-designer Samy Rio et du paysagiste Damien Roger.

Dès l’été 2021, l’équipe d’Assembly lancera les Jardins d’Olympe, un projet éphémère qui s’étend dans l’ensemble des jardins du Musée. Le projet inédit réunit une équipe féminine, « des esprits libres héritières de la révolutionnaire Olympe de Gouges », la cheffe Chloé Charles, la scénographe Andrea Sham, la mixologue Camille Vidal et la graphiste Leslie David. « Ensemble, elles ont imaginé une aventure culinaire du bien-être parisien, à la fois optimiste, ludique et populaire ».

. Pour les mécènes et partenaires du musée, des espaces de réceptions rénovés seront proposés, notamment l’orangerie.

  • Une campagne de restauration d’œuvres sans précédent

La totalité des 3 800 œuvres présentées dans le nouvel accrochage a été restaurée, toutes périodes et tous départements confondus – ces interventions allant du simple dépoussiérage à la restauration fondamentale.

La fermeture du musée Carnavalet – Histoire de Paris en octobre 2016 a permis d’entreprendre un chantier de restauration – des bâtiments et des collections – exceptionnel. C’est dans le cadre de la commission scientifique de la DRAC Île-de-France que ce chantier de restauration sans précédent été mis en œuvre par les équipes de la conservation et de la régie, en collaboration avec la Direction des Collections de Paris Musées.

Plus d’une centaine de conservateurs et restaurateurs aux expertises variées (bois, sculpture, peinture, mobilier, maquette, photographie, …) ont participé à cet ambitieux chantier de restauration des collections, pour un budget de 4,4 millions d’euros.

  • Les premières expositions temporaires

. Henri Cartier-Bresson – Revoir Paris (15 juin – 31 octobre 2021)

Pour sa première exposition après réouverture, le musée Carnavalet s’associe avec la Fondation Henri Cartier-Bresson pour mettre en lumière l’importance de Paris dans la vie et l’œuvre de l’un des plus grands photographes français du 20e siècle.

. Marcel Proust, Un Roman Parisien (15 décembre 2021 – 10 avril 2022)

Le musée Carnavalet commémore le 150e anniversaire de la naissance de Marcel Proust (1871-1922), dont l’œuvre majeure À la recherche du temps perdu accède peu après sa parution au statut de mythe littéraire dans le monde entier. Environ 200 œuvres, manuscrits et documents d’archives, provenant de collections publiques et privées, françaises et étrangères, évoqueront l’univers parisien de Marcel Proust, oscillant entre réel et réinvention.

. Parisiennes Citoyennes ! 1789-2000 (titre provisoire) (Printemps 2022)

L’image de Paris est internationalement liée à celle de ses habitantes. Figure stéréotypée qui apparaît vers la fin du 18e siècle et se cristallise surtout sous la monarchie de Juillet, la Parisienne est « l’image » de Paris. Ce cliché ne doit pourtant pas faire oublier leur conquête de la sphère publique. Le propos de l’exposition sera de montrer comment les femmes acquièrent leurs droits civiques et civils, et quelle place Paris joue dans cette histoire des féminismes.

  • Les acteurs de la rénovation

Associée à Snøhetta et à l’agence Nathalie Crinière Scénographe, l’agence François Chatillon Architecte a conduit les travaux de restauration tout en renouvelant l’expérience de visite, « afin d’offrir un nouveau récit de l’histoire de la ville de Paris ».

Respectant le site patrimonial, l’intervention architecturale a permis la restauration de plusieurs façades et de retrouver tout au long du parcours des vues sur les jardins et espaces urbains extérieurs; la circulation plus confortable et fluide favorisera une découverte continue et progressive des collections du musée Carnavalet – Histoire de Paris.

« L’intervention architecturale ne se traduit pas, ici, par un « geste architectural» mais par un souffle qui accompagnera le visiteur tout au long de sa (re)découverte du musée. L’ambition du projet est de positionner le Musée Carnavalet au rang des grands musées internationaux ».

Agence François Chatillon Architecte

Depuis 2005, nommé architecte en chef des Monuments Historiques, une grande partie de l’activité professionnelle de François Chatillon est dédiée à la restauration des grandes œuvres du patrimoine architectural (Grand Palais, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, Château de Voltaire…). En parallèle de ces responsabilités, plusieurs bâtiments patrimoniaux de premier plan lui sont confiés (Abbaye de Royaumont, Théâtre de Dole…), ainsi que des bâtiments forts et emblématiques du XXe (Cité de Refuge de Le Corbusier, Maison des Sciences de l’Homme de Lods, Depondt et Beauclair, Piscine des Amiraux d’Henri Sauvage, Halles du Boulingrin à Reims de Freyssinet et Maigrot…).

Agence Snøhetta
Snøhetta est une agence internationale d’architecture et design, d’origine norvégienne, qui rassemble architectes, paysagistes, architectes d’intérieur, designers, chercheurs et artistes. Créée en 1989, son premier projet est la commande de l’UNESCO pour la bibliothèque d’Alexandrie, accueillant un centre culturel et une bibliothèque devenant le germe d’autres grands projets comme l’Opéra d’Oslo, ces deux projets ont été honorés par de nombreux prix internationaux. Snøhetta dispose d’un Studio en France, qui travaille sur plusieurs projets dont le centre d’interprétation d’Art Pariétal de Lascaux, le siège social du Journal Le Monde, le nouveau quartier Pleyel à Saint-Denis, les aménagements intérieurs du Musée de la Marine à Paris.

Agence NC (Nathalie Crinière)
L’Agence NC explore toutes les mises en scène d’expositions et de parcours muséographiques: qu’ils soient permanents, temporaires, petits ou grands, patrimoniaux ou thématiques, modestes ou spectaculaires, culturels ou événementiels, la signature de l’agence s’applique à une grande diversité de projets. Ainsi l’agence a-t-elle pu ouvrir le Musée de l’Olympique Lyonnais, mais aussi mettre en scène l’exposition Dior couturier du rêve au MAD.

  • Le musée Carnavalet – Histoire de Paris et sa rénovation en quelques chiffres

. L’un des deux plus plus anciens hôtels particuliers du Marais
. 4 ans de chantier avec un budget de rénovation de 58 327 000 euros
. Des collections riches de plus de 625 000 œuvres couvrant plusieurs millénaires, de la Préhistoire à nos jours
. Plus de 3 800 œuvres exposées, dont 10% à hauteur d’enfant
. 3 900 m2 de surface d’exposition permanente dédiés à l’histoire de Paris et des Parisiens et Parisiennes en plein cœur de la capitale
. 34 salles de décors
. 360 m2 de surface d’exposition temporaire
. 2 400 m2 de jardins et cours
. 600 m2 destinés à un centre d’activités culturelles et de ressources historiques et documentaires

  • Le financement des travaux

Le budget des rénovations s’élève à 58 327 000 euros.

Ce montant est financé grâce à une subvention de la Ville de Paris de près de 55,1 millions d’euros et de subventions du Ministère de la Culture et de la Région Île-de-France, de mécénats de la Caisse d’Épargne Île-de-France, de la Fondation ENGIE et de Free.

Ce budget est consacré à la restauration des bâtiments et à l’aménagement du nouveau parcours des collections.

  • Le calendrier des travaux

2015 : annonce de la rénovation dans le cadre de la mandature
Octobre 2016 : fermeture du musée
Janvier 2017 : obtention de l’autorisation de travaux sur parties classées monument historique
Avril 2017 : accord du permis de construire
Juin 2017 : fin du déménagement complet des collections et de la protection des décors laissés en place ; fin de la restructuration des trois espaces de réserves externes, deux définitives et une troisième provisoire
Mi-2017 : début des travaux de rénovation
Septembre 2019 – mars 2020 : livraison du bâtiment (hors Orangerie)
Novembre 2019 : début de l’accrochage des œuvres
29 mai 2021 : réouverture du musée

  • 3 QUESTIONS A Valérie Guillaume, conservatrice générale du patrimoine et directrice du musée Carnavalet – Histoire de Paris.

Quelles sont les ambitions qui ont animé ce projet de rénovation ?

Il s’agit d’un projet d’excellence. La rénovation a pour objectif de valoriser l’identité unique du musée Carnavalet – Histoire de Paris, ancré dans l’histoire, d’hier et d’aujourd’hui, de la capitale et d’en favoriser le rayonnement culturel.

Le musée Carnavalet – Histoire de Paris a l’immense atout d’être installé dans deux hôtels particuliers historiques du Marais. Chaque œuvre, chaque décor résonne dans cet écrin authentique et unique. Ces quatre années de travaux ont permis de restaurer et de magnifier ce patrimoine architectural d’exception.

Les collections extraordinaires du musée sont mises en valeur au sein d’un nouveau parcours, avec une médiation innovante considérablement développée. Bénéficiant de conditions de présentation mieux éclairées et plus adaptées, les décors et les 3 800 œuvres exposées ont été restaurés, toutes périodes et tous départements confondus.

La rénovation place le visiteur au cœur du projet. L’accueil, le confort de la visite, l’accès aux jardins ont été particulièrement étudiés. De nouveaux espaces de circulation sont désormais adaptés au bâtiment. Cette mise en accessibilité concerne également la médiation culturelle qui a été pensée pour répondre aux évolutions des pratiques et des usages, génératrices d’expériences et de connaissances.

Le musée Carnavalet – Histoire de Paris est le musée des Parisiennes et des Parisiens et de tous ceux qui aiment Paris. Certains découvrent la capitale française et son musée pour la première fois. D’autres approfondissent et reviennent pour retrouver le charme de ce musée et de ses ambiances si particulières, qu’ils affectionnent tant. Préserver cette alchimie, tout en proposant un musée du 21e siècle, était notre ambition. Les grands-parents, les parents vont pouvoir venir avec leurs enfants. Toutes les générations sont les bienvenues !

Quelles sont les spécificités du nouveau musée Carnavalet – Histoire de Paris ?

Le musée Carnavalet – Histoire de Paris est inimitable par la richesse des collections, leur originalité et leur ampleur chronologique, qui s’étend de la Préhistoire jusqu’à nos jours. Les collections de la période de la Révolution française sont ainsi considérées comme uniques au monde ! Sans oublier que c’est aussi le plus ancien musée de la Ville, né d’une vision du préfet de la Seine Haussmann. Le premier hôtel particulier a ainsi été acquis par la Ville de Paris dès 1866 et a ouvert au public le 15 février 1880.

En suivant pour la première fois un fil chronologique, le parcours s’affirme multidisciplinaire. Il entretisse des œuvres d’une diversité sans équivalent. Ce foisonnement est plus accessible grâce à une médiation imprimée et numérique adaptée à la diversité des publics. 10% des œuvres placées à hauteur d’enfants favorisent une visite intergénérationnelle.

Ce nouveau parcours a été élaboré par l’ensemble des équipes scientifiques et culturelles du musée, et avec le concours de spécialistes externes, femmes et hommes, conservateurs, historiens, enseignants, écrivains, artistes, architectes, urbanistes, géographes, archéologues, médiateurs, etc. Je suis fière de cet immense travail collectif !

Comment avez-vous choisi de raconter l’histoire de Paris ?

Comment raconter l’histoire de Paris sur 3900 m2 ? Le défi est de taille. Il est désormais facilité par 184 vitrines et des systèmes d’accrochage permettant d’exposer des œuvres de formats et de poids plus variés, donnant la possibilité de renouveler les présentations de façon plus dynamique.

Le statut de capitale confère à Paris une situation singulière que les rapports entre les pouvoirs, national et municipal, font évoluer sans cesse, en alternant des périodes de conflits ou bien d’apaisements. Ses différentes représentations – capitale intellectuelle, capitale des arts, ville lumière, capitale des révolutions, ville des spectacles et des plaisirs, ville-monde, … – sont explorées au travers d’espaces urbains, de sites et monuments ou encore de personnalités, connues ou moins connues. Car l’organisation de la ville résulte aussi de visions et d’actions émanant des Parisiennes et des Parisiens même. Des idéaux collectifs façonnent ainsi son histoire, unique.

Chaque visiteur entreprend au musée Carnavalet un voyage authentique, dans le passé et le présent. Le nouveau parcours de visite suit ainsi un fil chronologique continu que des thématiques pluridisciplinaires viennent constamment enrichir.

La connaissance la plus précise possible des œuvres, leurs complémentarités et leurs différences, leurs mises en relation avec l’espace urbain passé ou actuel, sont ainsi largement explorés. Deux espaces d’introduction établissent quelques points de repère et symboles fondamentaux : la Seine, la devise de Paris, ses couleurs, son territoire et sa densité particulière, ou encore son institution principale, à savoir l’Hôtel de Ville.

La périodisation du parcours resserre certaines époques, par exemple de la Préhistoire au Moyen Âge (présenté dans ses nouvelles salles en sous-sol sur une surface de 380 m2 ), et en développe d’autres, comme la Révolution française et les révolutions du 19e siècle.

Enfin, la rénovation du musée Carnavalet permet de présenter, pour la première fois, la période de 1910 à nos jours. À travers les nombreuses métamorphoses de la capitale, sont interrogées les valeurs collectives et les défis que Paris exprime et relève. L’histoire est vivante.

(Interview extraite du dossier de presse)

SOURCE: Paris Musées (CP et DP), Musée Carnavalet

PHOTOS: Paris Musées,, Sinapses Conseils 

Date de première publication: 02/06/2021

Paris Musées et le Musée Carnavalet sont membres du CLIC France

Partager :

Laisser un commentaire