L’exposition Hergé au Grand Palais, « Tout est art ? Ben au Musée Maillol », « Brest, Port de la Liberté » au Musée de la Marine de Brest, « Frédéric Bazille, la jeunesse de l’impressionnisme » au musée Fabre, « Antarctica » au musée des Confluences, « Du Clos Lucé au Louvre, les trois chefs-d’oeuvre de Léonard de Vinci » au Clos Lucé, « Mamie, c’était comment la guerre ? » au Centre Juno Beach, « Personna » au Quai Branly … le Clic France vous offre un tour de France des expositions et de leurs dispositifs numériques. 

N’hésitez pas à nous faire part de vos propres innovations à redaction@club-innovation-culture.fr.

Retrouvez les archives du tour de France des expositions et dispositifs numériques en France sur cette page du site.

« Globes en 3D », BnF, du 5 juillet 2016 au 18 septembre 2016 

« Frédéric Bazille, la jeunesse de l’impressionnisme », Musée Fabre, 20 juin 2016 – 16 octobre 2016 

« Anatomie d’une collection », Palais Galliera, du 14 mai au 23 Octobre 2016 

« Persona, étrangement humain », Musée du Quai Branly, du 26 janvier 2016 au 13 novembre 2016 

 « Du Clos Lucé au Louvre, les trois chefs-d’oeuvre de Léonard de Vinci », Clos Lucé, du 18 juin au 15 novembre 2016 

« Mamie, c’était comment la guerre ? », Centre Juno Beach, du 1er janvier au 31 décembre 2016

« Antarctica », Musée des Confluences, du 26 avril au 31 décembre 2016 

« Océan et climat : chaud devant ! », Cité de l’Océan, du 20 novembre 2015 au 31 décembre 2016 

« Chagall, songes d’une nuit d’été », Carrières de Lumières / Les Baux-de-Provence – du 4 mars 2016 au 8 janvier 2017

Exposition « Tout est art ? Ben au Musée Maillol », Musée Maillol, du 14 septembre 2016 au 15 janvier 2017 

Exposition Hergé au Grand Palais, du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017 NOUVEAU

Exposition « Oscar Wilde », Petit Palais, du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017 NOUVEAU

Exposition « Brest, Port de la Liberté », Musée de la Marine de Brest, du au

Exposition « Fantin-Latour – À Fleur de peau », Musée du Luxembourg, du 14 septembre 2016 au 12 février 2017 – Musée de Grenoble, du 18 mars au 18 juin 2017 NOUVEAU

  • « Globes en 3D », BnF, du 5 juillet 2016 au 18 septembre 2016 

La BnF abrite l’une des plus riches collections de globes terrestres et célestes au monde. Parmi ceux-ci, cinquante-cinq ont été numérisés en 3D par l’entreprise japonaise Dai Nippon Printing Co., Ltd. (DNP) dans le cadre d’un mécénat de compétence, et avec le mécénat de la Fondation d’entreprise Total. Ce programme a permis l’arrivée de la 3D dans la bibliothèque numérique Gallica, où les globes sont d’ores et déjà accessibles.

Le fruit de cette opération d’envergure sera montré à la BnF sur le site François-Mitterrand, à travers l’exposition de six globes présentés en regard des images numériques développées par DNP, du 5 juillet 2016 au 18 septembre 2016 dans la Galerie des donateurs. A cette occasion, le CLIC France a posé quelques questions à Claire Chemel, conservateur chargée de la numérisation au département des Cartes et plans et co-commissaire de l’exposition « Globes en 3D » à la BnF.

Lire sur le site du CLIC: C.Chemel (BnF): « Nous avons été bluffés par les outils numériques développés par DNP autour des globes numérisés en 3D »

bnf-globe-3-575x392

  • « Frédéric Bazille, la jeunesse de l’impressionnisme », Musée Fabre, 20 juin 2016 – 16 octobre 2016

Le musée Fabre est à l’initiative d’une rétrospective internationale consacrée à l’une des figures majeures du pré-impressionnisme:Frédéric Bazille (1841-1870).

L’exposition Frédéric Bazille, la jeunesse de l’impressionnisme, est organisée avec le musée d’Orsay à Paris et la National Gallery of Art de Washington.

A cette occasion, la majorité des œuvres de l’artiste seront rassemblées, événement majeur compte tenu de leur dispersion à travers le monde (New-York, Washington, Chicago, Berlin,Tokyo Paris…).

L’exposition présente les travaux de ses contemporains (Delacroix, Courbet, Corot, Manet, Monet, Renoir, Sisley…) en même temps qu’elle insiste sur l’évolution et l’originalité de sa peinture.

Une application géo-localisée gratuite proposant une découverte de Montpellier en lien avec le peintre (1841-1870)

L’application offre une visite de la ville de Montpellier en lien avec le peintre Frédéric Bazille (1841-1870). Des textes richement illustrés permettent d’explorer le Montpellier du Seconde Empire, en découvrant les lieux de vie du peintre et de sa famille, ainsi que ceux qui évoquent sa mémoire. Découvrez ainsi de nombreuses anecdotes sur la vie du peintre et sur la ville de Montpellier. Cette application géo localisée vous permet notamment de visiter en autonomie le centre historique piéton de la ville ainsi que ses plus beaux jardins publics.

Durée estimée pour le parcours complet : 2h30, 1h15 pour le centre-ville uniquement. Elle est réalisée par Opixido et le service multimédia du musée Fabre.

Disponible sur Android et iOs

screen640x640

Des lettres numérisées à télécharger sur le site internet du musée

Un ensemble de lettres de Frédéric Bazille, acquises par le musée Fabre dans les années 1990, est disponible sur le site du musée. Les fichiers contiennent les facs similés des originaux et les transcriptions. Ces documents sont un témoignage émouvant de la vie de Frédéric Bazille à Paris, de ses conditions de vie, de ses premiers tableaux, mais aussi de son amitié avec Monet.

Des tableaux réputés perdus visibles grâce à une table tactile

À l’occasion de l’exposition, les trois institutions partenaires (Musée Fabre, Musée d’Orsay et National Gallery of Art de Washington) ont mené conjointement une campagne de restauration inédite accompagnée d’un volet scientifique mené par le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) et les laboratoires de la National Gallery of Art de Washington. Ce fut l’opportunité de redécouvrir de nombreux détails, d’en connaître davantage sur les techniques utilisées par Frédéric Bazille et même de révéler des tableaux jusqu’alors réputés perdus. En effet, Bazille réemployait régulièrement des toiles déjà peintes pour les recouvrir par une nouvelle composition. Pour la première fois, seront mis en valeur des tableaux connus par le biais de la correspondance de l’artiste mais considérés comme disparus.

Grâce à une table tactile dont la conception, écriture et réalisation multimédia ont été assurées par l’agence Fleur de Papier, le public pourra lui aussi avoir accès à ces tableaux inédits, et notamment Une jeune fille joue du piano et un jeune homme l’écoute, la première composition que Bazille présenta au Jury du Salon en 1866.

FleurDePapier-MuseeFabre-MultimediaBazille

  • « Anatomie d’une collection », Palais Galliera, du 14 mai au 23 Octobre 2016 

Paris Musées et le Palais Galliera proposent un petit journal enrichi, téléchargeable sur tablette. À partir de quinze œuvres phare de l’exposition, le lecteur peut découvrir des thématiques développées avec de nombreuses illustrations et documents d’archives lui permettant d’explorer les collections du Palais Galliera et d’approfondir sa visite.

Cette application est disponible sur Apple store et Play Store au prix de 4€99. « Elle s’inscrit dans une politique générale menée par Paris Musées visant à accueillir ses visiteurs dans un environnement technologique répondant aux enjeux contemporains de l’information et de la médiation culturelle » (Paris Musées).

Lien vers le site internet de l’exposition

petit-journal-numerique-menu-haute-couture petit-journal-numerique-focus-souliers

  • « Persona, étrangement humain », Musée du Quai Branly, du 26 janvier 2016 au 13 novembre 2016

L’exposition mêle l’art occidental ou non occidental, l’art populaire ou contemporain, des objets empruntés aux domaines des nouvelles technologies, du design ou de la robotique, pour rendre compte de l’extraordinaire hétérogénéité des supports, des formes ou des “fréquences” au moyen desquels des effets de personne se rendent identifiables.

MQB. Apprentissage collaboratif du robot Berenson. 16 avril 2012.

Par exemple, le dernier temps de l’exposition plonge le visiteur à travers une maison-témoin, dans laquelle ont été installés et mis en interaction une profusion d’interfaces et de créatures artificielles, souvent aux marges de la robotique officielle (animaux artificiels, robots d’interaction, robots de communication, de divination, etc.). Il s’agit de se confronter à des métissages possibles, des familles de quasi-personnes en posant cette question finale : « Avec qui voulons-nous faire famille ? » Cette expérience inédite proposée par cette maison-témoin rend visibles des relations d’attachement méconnues ou inédites ainsi que la diversité des types de rapports que les hommes peuvent entretenir avec de telles créatures. Entre les artefacts disposés au sein de cette maison-témoin, habitée par des tensions singulières, avec des créatures plus ou moins invasives, le visiteur pourra faire son choix et composer sa propre maison, sa propre famille, pour en découvrir davantage sur lui-même.

  • « Du Clos Lucé au Louvre, les trois chefs-d’oeuvre de Léonard de Vinci », Clos Lucé, du 18 juin au 15 novembre 2016

Cette exposition a pour objectif de rappeler et de mettre en exergue le cinquième centenaire (1516-2016) d’un événement crucial de la vie de Léonard de Vinci : l’artiste-savant quitte Rome pour Amboise et s’installe au manoir du Cloux, aujourd’hui appelé Clos Lucé. Cet événement décisif pour l’histoire de l’art a eu des répercussions sur l’architecture, le théâtre, la science ou encore la technologie.

. Créé après guerre et aujourd’hui dirigé par Isabelle Pallot-Frossard, le C2RMF est aujourd’hui l’un des meilleurs laboratoires au monde pour l’étude des oeuvres d’art. Réparti sur plus de 5000 mètres carrés dans les sous-sols du Louvre, il reçoit, diagnostique et expertise des oeuvres de tous les musées de France. L’exposition présente plusieurs des clichés et analyses réalisés sur les oeuvres de Léonard de Vinci grâce à un arsenal technologique au service des oeuvres :
• Les ultraviolets : ils révèlent les couches de vernis incolore posés sur une oeuvre pour la protéger et témoignent d’éventuels accidents ou retouches.
• Les infrarouges : ces ondes électromagnétiques dévoilent des repentirs, voire des signatures cachées, invisibles à l’oeil nu.
• Les rayons X : elles permettent de mieux comprendre la structure des matériaux employés et de déceler craquelures ou fissures imperceptibles.
• Les scanners 3D : cette caméra ultra puissante évalue l’épaisseur de chaque coup de pinceau et permet un éclairage sur la technique de l’artiste

. La Living Mona Lisa est la figure de proue d’une nouvelle discipline artistique émergeante, le « living art ». Il s’applique à des oeuvres numériques dotées de comportements autonomes animés par l’intelligence artificielle qui suscite une relation sensible avec le spectateur.  Son format d’oeuvre numérique ouvre la voie à une nouvelle forme d’expression artistique. Avec la Living Mona Lisa, l’exposition du Clos Lucé donne « vie » à La Joconde.

iim-futur-en-seine-living-joconde

. Les Clips Culture Drone de Gonzague Saint Bris « La traversée des Alpes de Léonard de Vinci » et celui dédié au Clos Lucé sont projetés en avant-première dans l’exposition. L’écrivain, historien et vidéaste, refait, cinq cents ans après, à dos de mulet dans les mêmes conditions et accompagné de sa version de la Mona Lisa, « La Joconde bleue », le périple alpin du maître toscan. Ce clip appartient à la collection des 40 clips Culture Drone : « Les châteaux qui font la France » traitant aussi des maisons d’écrivains et d’artistes.

  • « Mamie, c’était comment la guerre ? », Centre Juno Beach, du 1er janvier au 31 décembre 2016

Avec contenus historiques interactifs adaptés à notre exposition temporaire « Mamie, c’était comment pendant la guerre ? »  L’application vous permettra de mieux comprendre le vécu des enfants durant la Seconde guerre mondiale, tout en passant un moment en famille ou entre amis. Partagez ensuite vos expérience sur nos réseaux sociaux !

Explore Juno Beach Centre est une application vous permettant de participer à une expérience interactive au sein du Centre Juno Beach de Courseulles-sur-Mer (Le musée canadien des plages du Débarquement en Normandie, France), disponible sur Android et IOs.

En 2015 et 2016, l’application vous permet d’obtenir un contenu culturel et interactif supplémentaire lors de votre visite. Vous pourrez améliorer votre connaissance au travers d’un quiz interactif au sein de l’exposition temporaire ‘Mamie, C’était comment pendant la guerre ?’.
Cette expérience ludique à partager en famille vous permet de connecter les générations et de compléter votre visite.

  • « Antarctica », Musée des Confluences, du 26 avril au 31 décembre 2016

La scénographie conçue par Wild-Touch et le musée des Confluences est basée sur l’immersion visuelle, sonore et la diffusion de films en haute définition, embarquant véritablement le visiteur dans cette expédition. Chacun fait l’expérience d’un monde pourtant inaccessible, qu’il soit sous l’eau à des profondeurs extrêmes ou sur la banquise, entouré de colonies de manchots.

Antarctica – une exposition au musée des Confluences par le Musée des Confluences

La plongée

Sautons à l’eau ! Deux écrans vidéo côte à côte, montrant respectivement les images d’un plongeur se préparant à l’immersion et les animaux de la banquise prêts à se
précipiter dans une eau à -2°.

Un peu plus loin, c’est au tour du visiteur de plonger à son tour dans l’océan. En pénétrant dans un espace sombre d’où émanent des sons subaquatiques – bulles, mouvements d’eau –, il découvre sur grand écran des images sous-marines montrant cette fois animaux et plongeurs sous l’eau. 

Photo: Musée des Confluences

Photo: Musée des Confluences

Sous la banquise

Puis, ce sont trois box qui permettent à chacun de s’immerger, en passant la tête à travers les trous d’une paroi pour se retrouver, dans une série de petits films, au cœur d’un univers féérique, aux dimensions, aux reliefs et aux lumières déroutantes.

Retour sur la banquise

Dans une pièce entièrement pourvue d’écrans géants disposés à 360°, au son du vent et des cris des oiseaux, le visiteur est véritablement au beau milieu de la banquise. Entouré des paysages somptueux des massifs se découpant dans le ciel, des étendues de glace à perte de vue, le visiteur est aux premières loges pour observer attentivement une colonie de manchots empereurs aux différentes étapes de leur vie, des poussins qui pour la première fois vont à l’eau, à leurs aînés, qui peuvent vivre jusqu’à 45 ans, en passant par ceux qui tergiversent longtemps avant de traverser une rivière de peur d’être attaqués par un léopard de mer.

Site web de l’exposition

  • « Océan et climat : chaud devant ! », Cité de l’Océan, du 20 novembre 2015 au 31 décembre 2016

L’exposition débute avec une immersion dans des images spectaculaires… De part et d’autre de l’espace, de multiples projections. Des vagues déferlent lors des grandes marées ; dans le village, les habitants se retrouvent les pieds dans l’eau. Au pied des visiteurs, l’eau coule sur le sol et semble vouloir leur mouiller les pieds.

21

Plus loin, une borne multimédia interactive permet d’aller plus loin sur les thèmes scientifiques: qu’est-ce que l’effet de serre, comment peut-on réaliser des prévisions climatiques, quelles sont les données dont nous disposons aujourd’hui ? Jomo, le manchot, guide la navigation dans cet outil pédagogique et ludique qui rassemble des animations, des vidéos une riche iconographie pour expliquer les enjeux lié au thème de l’Océan et du Climat.

Cap sur le climat avec Tara Expéditions

Dans une alcôve de glace, plusieurs éléments vont permettre de visiter grâce à un procédé de réalité augmentée une maquette virtuelle de Tara. L’intérieur du bateau de recherche scientifique est visible en cliquant sur certaines zones à définir du bateau, alors que d’autres icônes permettent de visualiser films et diaporamas sur la mission de Tara en Arctique pour évaluer le changement climatique. Deux tablettes sont mises à disposition du public et les images sont retransmises sur un écran de retour installé sur le mur.

1

 

  • « Chagall, songes d’une nuit d’été », Carrières de Lumières / Les Baux-de-Provence – du 4 mars 2016 au 8 janvier 2017

Numérisés et projetés sur les 5000 m² des Carrières de Lumières avec des murs allant jusqu’à 14 mètres de hauteur, les chefs-d’œuvre les plus évocateurs de Chagall dialoguent avec le visiteur, pour une expérience novatrice, spectaculaire et particulièrement dynamique. Pour la première fois, des prises de vue de détails effectuées par les réalisateurs sur certaines œuvres qui figurent dans la collection du Musée national Marc Chagall à Nice permettront au spectateur d’approcher l’œuvre de façon inédite et d’en percevoir toute la densité et la richesse expressive. 

1

Le choix musical destiné à la bande-son du spectacle a été nourri des conseils du pianiste Mikhaïl Rudy, proche de Marc Chagall. Ainsi, musique et image se répondent dans un scénario faisant écho avec la monumentalité de l’espace. Les reproductions des œuvres d’art prennent vie sur le sol, les parois et les piliers des Carrières, qui se transforment alors en gigantesques cimaises

Grâce à un DISPOSITIF HORS-NORME composé de 100 vidéoprojecteurs et de 27 enceintes, le spectateur « entre dans l’œuvre » pour découvrir de nombreux détails insoupçonnés jusque-là inaccessibles.

  • Exposition Hergé, Grand Palais, du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017 NOUVEAU

clic

Du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017, la RMN-Grand Palais et le Musée Hergé organisent une exposition consacrée à l’auteur des Aventures de Tintin.

Une application disponible pour les terminaux iPhone et Android permet de découvrir l’exposition (contenus gratuits de découverte, offre culturelle, activités pédagogiques) et bénéficier d’audioguides en Français et en Anglais (2,99€). Cette application permet également de télécharger gratuitement le module ludique Photo bullée, qui propose d’ajouter à ses propres photos des phylactères et des onomatopées inspirés du style d’Hergé.

Sur les réseaux sociaux, deux jeux sont également rendus disponibles :

Hashtag expo: # EXPOHERGE

Au sein de l’exposition, un mur des selfies permet aux visiteurs de se photographier devant les personnages d’Hergé et de partager leurs images, et sur le site de la RMN, le jeune public pourra participer à des jeux les initiant à cet univers.

Enfin, le film documentaire Hergé à l’ombre de Tintin, de Hughes Nancy, retrace pendant 81 minutes la vie de l’auteur à travers les archives des Studios Hergé et de Moulinsart SA. Il sera disponible en VOD sur ArteVOD et iTunes dès le 28 septembre 2016 et sera aussi diffusé sur la plateforme Curiosity, sur Arte (le 16 octobre 2016 à 16h30), en Belgique sur RTBF et en Suisse sur RTS.

  • Exposition « Oscar Wilde », Petit Palais, du 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017 NOUVEAU

clicDu 28 septembre 2016 au 15 janvier 2017, l’exposition Oscar Wilde s’enrichit d’une application pour les terminaux  iPhone et Android. Cette application est divisée en deux parties distinctes :

  • Un accompagnement gratuit tout au long des 35 points d’intérêt de la visite, avec des documents audio ou iconographiques.
  • Un carnet de découverte (3,99€) conçu de manière thématique avec une entrée chronologique, une mappemonde, un abécédaire et des entretiens exclusifs.

Cette double application comporte d’interventions de commissaires, de comédiens (dont Rupert Everett), ainsi que du petit-fils d’Oscar Wilde, Merlin Holland. Elle contient également l’ensemble des informations et des évènements organisés autour de l’exposition.

Hashtag : #expowilde

  • Exposition « Tout est art ? Ben au Musée Maillol », Musée Maillol, du 14 septembre 2016 au 15 janvier 2017

À l’occasion de sa réouverture en septembre 2016, le Musée Maillol présente la première exposition d’envergure à Paris consacrée à Ben, figure majeure de la scène artistique contemporaine en France. Rassemblant plus de 200 œuvres issues pour la plupart de sa collection personnelle et de collections particulières, cette rétrospective révèle les multiples facettes d’un artiste iconoclaste et provocateur qui récuse la pensée unique depuis plus de 50 ans.

L’application officielle de l’exposition « Tout est art ? Ben au Musée Maillol », présentée du 14 septembre 2016 au 15 janvier 2017, vous propose une visite guidée de l’exposition grâce aux commentaires audio présentant les grandes thématiques abordées, des interviews de l’artiste ainsi que des vidéos.

Application réalisée par smArtapps.fr

Réalisation des contenus audio : Sycomore

L’application est disponible sur Android et iOs


screen696x696-1 screen696x696

  • Exposition « Brest, Port de la Liberté », Musée de la Marine de Brest, du au

Dans le cadre du 240e anniversaire de l’indépendance américaine, le musée de la Marine de Brest présente sa nouvelle exposition « Brest port de la Liberté, au temps de l’Indépendance américaine ». En amont des commémorations du centenaire du débarquement des Américains à Brest en 1917, cette exposition rappelle les liens forts tissés entre notre pays et les Etats-Unis. Elle retrace l’engagement de la France de Louis XVI dans la guerre opposant les colonies d’Amérique du Nord à la Grande-Bretagne de 1775 à 1783 et met en lumière le rôle stratégique joué alors par le port de Brest.

Votre ancêtre dans la guerre d’Indépendance américaine ?

À tester dans l’exposition, une application qui permet de rechercher par votre nom si l’un de vos ancêtres a participé à cet épisode historique.

L’application de l’exposition

Cette toute première application du château de Brest vous propose de revivre la guerre d’indépendance américaine au côté de ses héros. Avec un parcours enrichi d’images, de vidéos, de sons, suivez le corsaire John Paul Jones et découvrez les vestiges de la guerre d’indépendance au cœur de Brest. Pour les jeunes visiteurs place au jeu, ils entrent dans la peau du second de John Paul Jones pour libérer les Etats-Unis et remporter les 13 étoiles du drapeau américain.

L’application a été réalisée par smArtapps et est disponible sur Android et iOs

screen322x572 (1) screen322x572

  • Exposition « Fantin-Latour – À Fleur de peau », Musée du Luxembourg, du 14 septembre 2016 au 12 février 2017 – Musée de Grenoble, du 18 mars au 18 juin 2017

La RMN-Grand Palais et le Musée de Grenoble organise une rétrospective mettant en avant plus de 120 œuvres de Henri Fantin-Latour. Elle a lieu au Musée du Luxembourg à Paris du 14 septembre 2016 au 12 février 2017 et au Musée de Grenoble du 18 mars au 18 juin 2017.

Un e-album est proposé avec notamment 50 reproductions en très haute résolution. iTunes / GooglePlay

Une application (au prix de 3,99€) sera mise à disposition pour télécharger des audioguides avec quatre langues au choix.

Hashtag : # FANTINLATOUR

 

 

SOURCES : Maison Européenne de la Photographie, Sisso, BNF, Ville de Bordeaux, Arts Décoratifs, Paris Musées, Culturespaces, Mosquito, RMN-GP, Arts Ludiques

Date de première publication : 12/06/2015

Date de mise à jour : 27/09/2016

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Tour de France des nouveaux dispositifs numériques muséaux et patrimoniaux

355 applications mobiles muséales, patrimoniales et culturelles en France (au 8 juin 2015)

Le numérique redonne vie aux 4 résistants qui entrent au Panthéon

Le musée d’Orsay et Orange s’associent pour faire vivre « l’atelier du peintre » de Courbet