« Brest, Port de la Liberté » au Musée de la Marine de Brest, « Frédéric Bazille, la jeunesse de l’impressionnisme » au musée Fabre, « Antarctica » au musée des Confluences, « Du Clos Lucé au Louvre, les trois chefs-d’oeuvre de Léonard de Vinci » au Clos Lucé, « Dans l’atelier » au Petit Palais, « Océan et climat » à la Cité de l’Océan, « Les chefs-d’oeuvre de Budapest » au Grand Palais, « Mamie, c’était comment la guerre ? » au Centre Juno Beach, « Personna » au Quai Branly … le Clic France vous offre un tour de France des expositions et de leurs dispositifs numériques. 

N’hésitez pas à nous faire part de vos propres innovations à redaction@club-innovation-culture.fr.

Retrouvez les archives du tour de France des expositions et dispositifs numériques en France sur cette page du site.

« Carambolages », Grand Palais, du 2 mars au 4 juillet 2016

« Les chefs-d’oeuvre de Budapest », Grand Palais, du 9 mars au 10 juillet 2016 

« Seydou Keïta », Grand Palais, du 31 Mars au 11 Juillet 2016 

« Dans l’atelier, l’artiste photographié d’Ingres à Jeff Koons », Petit Palais, du 5 avril au 17 juillet 2016 

« Amadeo de Souza-Cardoso », Grand Palais, du 20 avril au 18 juillet 2016 

« La franc-maçonnerie », Bibliothèque nationale de France, du 12 avril 2016 au 24 juillet 2016 

« Napoléon à Sainte-Hélène, la conquête de la mémoire », Musée de l’Armée, du 6 avril au 24 juillet 2016 

« L’Art des Origines révélé par la 3D… de la Grotte Chauvet, à la Caverne du Pont d’Arc », Musée de Tautavel, du 9 avril au 29 août 2016 

« Guitar ON/OFF », Cité de la Musique, du 18 juin au 4 septembre 2016 NOUVEAU

« Globes en 3D », BnF, du 5 juillet 2016 au 18 septembre 2016 NOUVEAU

« Frédéric Bazille, la jeunesse de l’impressionnisme », Musée Fabre, 20 juin 2016 – 16 octobre 2016 NOUVEAU

« Anatomie d’une collection », Palais Galliera, du 14 mai au 23 Octobre 2016 

« Du Clos Lucé au Louvre, les trois chefs-d’oeuvre de Léonard de Vinci », Clos Lucé, du 18 juin au 15 novembre 2016 NOUVEAU

« Persona, étrangement humain », Musée du Quai Branly, du 26 janvier 2016 au 13 novembre 2016 

« Mamie, c’était comment la guerre ? », Centre Juno Beach, du 1er janvier au 31 décembre 2016

« Antarctica », Musée des Confluences, du 26 avril au 31 décembre 2016 NOUVEAU

« Océan et climat : chaud devant ! », Cité de l’Océan, du 20 novembre 2015 au 31 décembre 2016 

« Chagall, songes d’une nuit d’été », Carrières de Lumières / Les Baux-de-Provence – du 4 mars 2016 au 8 janvier 2017

  • Exposition Carambolages, Grand Palais, du 2 mars au 4 juillet 2016

tumblr_o17mz9ShGk1v58c1io1_500« Carambolages » est une exposition inédite au concept novateur : décloisonner notre approche traditionnelle de l’art, dépasser les frontières des genres ou des époques et parler à l’imaginaire collectif. Plus de cent cinquante œuvres d’art sont ainsi regroupées selon leurs affinités formelles ou mentales. Dans un parcours laissant place à la poésie visuelle, la pédagogie du sensible et les surprises de l’art, le visiteur déambule parmi les œuvres de Boucher, Giacometti, Rembrandt, Man Ray ou encore Annette Messager.

L’application embarque au téléchargement des contenus gratuits, informatifs, un parcours sonore pour accompagner votre visite et un accès aux sites ludiques associés à l’exposition.

Elle s’organise de la manière suivante :

1-« L’EXPOSITION » : une présentation de l’exposition, des informations pratiques et le programme des animations culturelles autour de l’exposition.

2-« BILLETTERIE » donne un accès direct à la billetterie en ligne de l’exposition pour réserver son créneau de visite, sa visite conférence ou la visite-atelier pour votre ou vos enfants.

3- « CARAMBOLEZ ! » vous relie à un jeu participatif.

4- « PARCOURS SONORE » composé par Jean-Jacques Birgé avec la participation de Antonin-Tri Hoang et Vincent Segal est une composition sonore et musicale de 27 ambiances. Il s’appuie sur la mise en espace des œuvres. Chaque ensemble d’œuvres bénéficie d’une ambiance sonore qui lui est propre.

5- « EFFET DOMINOS » vous relie à un jeu pour les jeune public: un jeu de dominos en images.

Téléchargez gratuitement l’application sur l’AppStore et Google Play

  • Exposition Les chefs-d’oeuvre de Budapest, Grand Palais, du 9 mars au 10 juillet 2016

E-Album

Ce livre d’art spécialement conçu pour les tablettes numériques vous propose de découvrir deux points de vue complémentaires sur 50 chefs-d’œuvre du musée des Beaux-Arts de Budapest.

Orientez votre tablette dans le sens horizontal et parcourez 600 ans d’histoire de l’art européen. Les chefs-d’œuvre d’Albrecht Dürer, de Tintoret, de Claude Monet ou de Paul Gauguin y sont replacés dans la perspective des grands courants artistiques qui ont marqué l’histoire du continent.
Orientez votre tablette dans le sens vertical et c’est une autre histoire qui apparaît, celle de la passion pour l’art. Passion que lui ont vouée d’illustres collectionneurs et conservateurs inspirés qui, chacun, ont contribué par des dons et des achats à enrichir progressivement la collection du musée de Budapest qui compte parmi les plus célèbres d’Europe centrale.

Dans l’un ou l’autre récit, chaque œuvre est accompagnée d’un commentaire que le lecteur peut faire apparaître pour approfondir sa découverte.

Cette édition numérique, pensée dès son origine pour les tablettes numérique, est bien plus que l’adaptation d’un livre d’art papier, il s’agit d’une expérience de lecture inédite que seules les technologies numériques permettent.

Téléchargez sur l’AppStore

screen480x480 (2) screen480x480 (1)

  • Exposition Seydou Keïta, Grand Palais, du 31 Mars au 11 Juillet 2016
. L’application

coques_seydouL’application de l’exposition « Seydou Keïta», présentée du 31 mars 2016 au 11 juillet 2016, au Grand Palais, à Paris, est l’application officielle de l’exposition. Elle vous propose des informations sur l’exposition et la  programmation culturelle et les activités pédagogiques autour de Seydou Keïta.

Elle se télécharge gratuitement.  Elle s’organise de la manière suivante :

1- L’EXPOSITION : une présentation de l’exposition, des informations pratiques et le programme des animations culturelles autour de l’exposition.

2 – INFORMATIONS PRATIQUES  : Horaires et jours d’ouverture de l’exposition et accès à la billeterie

3 – PROGRAMMATION CULTURELLE : information sur toute la programmation de l’auditorium autour de l’exposition

4 – ACTIVITES PEDAGOGIQUES : visites guidées

Téléchargez-la sur l’AppStore et Google Play

. L’e-catalogue

Un catalogue d’exposition spécialement conçue pour l’iPad ! 200 photos en haute résolution : l’intégrité de l’exposition.
Et pour aller plus loin dans la découverte de l’artiste, 5 essais des meilleurs spécialistes.

Téléchargez le sur l’AppStore

  • « Dans l’atelier, l’artiste photographié d’Ingres à Jeff Koons », Petit Palais, du 5 avril au 17 juillet 2016 

Situé dans le salon de la deuxième section de l’exposition, un dispositif accessible sur deux écrans tactiles de 24 pouces invite le visiteur à devenir lui aussi commissaire d’exposition.

unnamed (3)

L’interface permet au public d’explorer 100 photographies non exposées et issues des collections de la Ville de Paris. Chaque visiteur pourra en sélectionner et en commenter 5. Les photographies, disponibles en haute définition, sont commentées par les commissaires de l’exposition. Le public, imprégné de son expérience de visite, devient alors acteur et décideur en commentant à son tour sa sélection de photographies.

unnamed (4)

Le résultat de ce travail de curation participatif permettra à la fin de l’exposition de réunir en ligne dans une exposition virtuelle les 25 photographies les plus plébiscitées par les visiteurs sur le site : danslatelier.paris.fr. Réorganisées par les commissaires de l’exposition en sections, ces photographies mettront en lumière le choix et le regard des visiteurs, tout en valorisant le fonds photographique de la Ville de Paris. L’exposition virtuelle “Dans l’atelier” est le premier outil participatif déployé in situ et en ligne mis en place dans les musées de la Ville de Paris. Il donne la part belle au public dont le vote et le commentaire le placent au cœur du processus de curation, aux côtés des commissaires de l’exposition.

Un dispositif qui n’est pas sans rappeler celui conçu pour l’exposition « De Chagall à Malévitch, la révolution des avant-gardes » au Grimaldi Forum. Voir l’article du CLIC France: Pour son exposition d’art russe, le Grimaldi Forum propose aux visiteurs de composer et partager leur accrochage numérique


7f2bf2aa-3bd0-420e-af53-60f193d8bb50

  • « Amadeo de Souza-Cardoso », Grand Palais, du 20 avril au 18 juillet 2016 

L’application de l’exposition contient des contenus gratuits et informatifs. Elle propose en in-app un parcours audioguidé pour adulte, en français et en anglais, et un parcours audioguidé pour enfant, en français.

Elle s’organise de la manière suivante :

1-« L’EXPOSITION » présente l’œuvre d’Amadeo ainsi que des informations pratiques et le programme des animations culturelles organisées autour de l’exposition.

2-« BILLETTERIE » permet d’accéder à la billetterie en ligne de l’exposition pour réserver un créneau de visite, une visite conférence ou une visite-atelier (adulte ou enfant).

3- « AUDIOGUIDES » propose deux types de parcours audioguidés : l’un pour adulte et l’autre pour enfant:

-le parcours audioguidé pour adulte est téléchargeable en français et en anglais. Il présente trente-et-une œuvres incontournables,

-le parcours audioguidé pour enfant de 20 œuvres est téléchargeable en français. Il se présente sous la forme d’un dialogue entre Amadeo et un enfant.

Téléchargez-la sur l’AppStore et sur Google Play

appliamadeo

  • « La franc-maçonnerie », Bibliothèque nationale de France, du 12 avril 2016 au 24 juillet 2016 

A l’occasion de l’exposition ouverte lundi jusqu’au 24 juillet 2016, la BnF a ouvert un site d’exposition virtuelle.

L’exposition virtuelle revient sur les origines de la franc-maçonnerie, tente de faire percevoir la richesse de la démarche symbolique et retrace le rôle majeur des franc-maçons dans les avancées démocratiques de notre société. Le site est divisé en plusieurs modules:

  • Le mystère des origines tente de retracer l’histoire encore mystérieuse de la franc-maçonnerie.
  • Ici tout est symbole: l’initiation maçonnique est le parcours symbolique en trois grades, (apprenti, compagnon, maître), destiné à transformer le nouveau reçu en initié. 
  • Franc-maçonnerie et société : la franc-maçonnerie s’est impliquée, très tôt, dans les débats de société, de la promotion de la tolérance religieuse à la défense des valeurs de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.
  • Des albums permettent de feuilleter les carnets de Villard de Honnecourt, les représentations des loges du XVIIIe siècle du frère Gabanon ou les œuvres exceptionnelles inspirées par le symbolisme maçonnique, parmi lesquelles Les Figures secrètes des Rose-Croix. D’autres rassembleront les portraits de ceux qui ont œuvré en maçonnerie : de Benjamin Franklin à Gambetta, de Voltaire à Jules Ferry, d’Auguste Bartholdi à Hugo Pratt en passant par Goethe ou Mozart
  • Des documents à explorer : les commentaires sur chaque symbole d’un tapis de loge, sur le rôle des officiants dans une cérémonie d’initiation, sur les symboles d’un document ésotérique ou les espaces du temple de Salomon, introduisent le profane dans la symbolique maçonnique.
  • Des entretiens  témoignent de la maçonnerie d’aujourd’hui, de ce qui motive ceux qui s’y engagent, de ce qui anime ceux et celles qui la font vivre.

FireShot Screen Capture #193 - 'BnF - La Franc-maçonnerie' - expositions_bnf_fr_franc-maconnerie

  • « Napoléon à Sainte-Hélène, la conquête de la mémoire », Musée de l’Armée, du 6 avril au 24 juillet 2016 

Tout au long du parcours de l’exposition, de nombreux programmes multimédias sont à la disposition des visiteurs. Une série de dispositifs s’attache en particulier à restituer les espaces de la maison de Longwood. En regard des mobiliers présentés dans l’exposition, des films proposent une immersion dans les pièces de la maison, agrémentées de leurs mobiliers modélisés en 3D. Le visiteur prend ainsi la place de l’empereur déchu dans son environnement : salle à manger, chambre à coucher, salle de billard, cabinet de travail… ainsi que les jardins alentours.

Par ailleurs, une carte animée permet de retracer le voyage de Napoléon jusqu’à l’île de Sainte-Hélène et un dispositif tactile offre une sélection de textes commentés, issue de l’ouvrage Le Mémorial de Sainte-Hélène, récit écrit par Emmanuel de Las Cases dans le cadre de ses entretiens quotidiens avec Napoléon.

L’application musée de l’Armée se fait également le relais de l’exposition avec une rubrique qui lui est spécialement consacrée, accessible dès le menu d’accueil. Découverte du parcours, agenda des événements proposés en écho à l’exposition (concerts, animations destinées aux familles, colloque, conférences et séances cinéma), teaser, bande-annonce de l’exposition, films de reconstitution viendront régulièrement informer le mobinaute connecté.

Site web de l’exposition

  • « L’Art des Origines révélé par la 3D… de la Grotte Chauvet, à la Caverne du Pont d’Arc », Musée de Tautavel, du 9 avril au 29 août 2016 

unnamedCette exposition multimédia et interactive grand public est consacrée à la fabuleuse grotte Chauvet-Pont d’Arc, en Ardèche, classée sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 2014, qui contient les plus vieux dessins de l’humanité, réalisés il y a 36 000 ans et parvenus intacts jusqu’à leur découverte en 1994.

Grâce à des images exclusives somptueuses issues du relevé 3D de la cavité originale, les bisons, chevaux et félins du sanctuaire aurignacien sont révélés dans leurs moindres détails, et les découvertes des scientifiques sont partagées.

L’exposition dévoile également les secrets de fabrication du fac-similé de la grotte Chauvet-Pont d’Arc, baptisé Caverne du Pont d’Arc, qui remporte depuis son ouverture en avril 2015 un immense succès populaire.

L’exposition «L’art des origines révélé par la 3D» est enrichie de contenus multimédia (photographies, interviews de chercheurs, reportage vidéo, immersion 3D dans la grotte Chauvet-Pont d’Arc) accessibles via notre l’appli SynApps pour smartphone et tablettes ou diffusés sur écran.

Cette exposition est complétée par une présentation des autres formes d’art préhistorique du paléolithique supérieur (gravure, sculpture…).

  • « Guitar ON/OFF », Cité de la Musique, du 18 juin au 4 septembre 2016 NOUVEAU

Du 18 juin au 4 septembre 2016, la Cité de la Musique accueille l’exposition itinérante Guitar ON/OFF. Conçue à une échelle européenne, l’exposition gratuite consacrée à un des plus célèbre instrument de musique du monde propose plusieurs dispositifs numériques interactifs au sein d’une structure en forme de guitare.

Lire sur le site du CLIC: L’exposition Guitar ON/OFF et ses dispositifs numériques interactifs partent en tournée en France, en Espagne et au Danemark

carre-rue-musicale-guitar-on-off

  • « Globes en 3D », BnF, du 5 juillet 2016 au 18 septembre 2016 NOUVEAU

La BnF abrite l’une des plus riches collections de globes terrestres et célestes au monde. Parmi ceux-ci, cinquante-cinq ont été numérisés en 3D par l’entreprise japonaise Dai Nippon Printing Co., Ltd. (DNP) dans le cadre d’un mécénat de compétence, et avec le mécénat de la Fondation d’entreprise Total. Ce programme a permis l’arrivée de la 3D dans la bibliothèque numérique Gallica, où les globes sont d’ores et déjà accessibles.

Le fruit de cette opération d’envergure sera montré à la BnF sur le site François-Mitterrand, à travers l’exposition de six globes présentés en regard des images numériques développées par DNP, du 5 juillet 2016 au 18 septembre 2016 dans la Galerie des donateurs. A cette occasion, le CLIC France a posé quelques questions à Claire Chemel, conservateur chargée de la numérisation au département des Cartes et plans et co-commissaire de l’exposition « Globes en 3D » à la BnF.

Lire sur le site du CLIC: C.Chemel (BnF): « Nous avons été bluffés par les outils numériques développés par DNP autour des globes numérisés en 3D »

bnf-globe-3-575x392

  • « Frédéric Bazille, la jeunesse de l’impressionnisme », Musée Fabre, 20 juin 2016 – 16 octobre 2016

Le musée Fabre est à l’initiative d’une rétrospective internationale consacrée à l’une des figures majeures du pré-impressionnisme:Frédéric Bazille (1841-1870).

L’exposition Frédéric Bazille, la jeunesse de l’impressionnisme, est organisée avec le musée d’Orsay à Paris et la National Gallery of Art de Washington.

A cette occasion, la majorité des œuvres de l’artiste seront rassemblées, événement majeur compte tenu de leur dispersion à travers le monde (New-York, Washington, Chicago, Berlin,Tokyo Paris…).

L’exposition présente les travaux de ses contemporains (Delacroix, Courbet, Corot, Manet, Monet, Renoir, Sisley…) en même temps qu’elle insiste sur l’évolution et l’originalité de sa peinture.

Une application géo-localisée gratuite proposant une découverte de Montpellier en lien avec le peintre (1841-1870)

L’application offre une visite de la ville de Montpellier en lien avec le peintre Frédéric Bazille (1841-1870). Des textes richement illustrés permettent d’explorer le Montpellier du Seconde Empire, en découvrant les lieux de vie du peintre et de sa famille, ainsi que ceux qui évoquent sa mémoire. Découvrez ainsi de nombreuses anecdotes sur la vie du peintre et sur la ville de Montpellier. Cette application géo localisée vous permet notamment de visiter en autonomie le centre historique piéton de la ville ainsi que ses plus beaux jardins publics.

Durée estimée pour le parcours complet : 2h30, 1h15 pour le centre-ville uniquement. Elle est réalisée par Opixido et le service multimédia du musée Fabre.

Disponible sur Android et iOs

screen640x640

Des lettres numérisées à télécharger sur le site internet du musée

Un ensemble de lettres de Frédéric Bazille, acquises par le musée Fabre dans les années 1990, est disponible sur le site du musée. Les fichiers contiennent les facs similés des originaux et les transcriptions. Ces documents sont un témoignage émouvant de la vie de Frédéric Bazille à Paris, de ses conditions de vie, de ses premiers tableaux, mais aussi de son amitié avec Monet.

Des tableaux réputés perdus visibles grâce à une table tactile

À l’occasion de l’exposition, les trois institutions partenaires (Musée Fabre, Musée d’Orsay et National Gallery of Art de Washington) ont mené conjointement une campagne de restauration inédite accompagnée d’un volet scientifique mené par le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) et les laboratoires de la National Gallery of Art de Washington. Ce fut l’opportunité de redécouvrir de nombreux détails, d’en connaître davantage sur les techniques utilisées par Frédéric Bazille et même de révéler des tableaux jusqu’alors réputés perdus. En effet, Bazille réemployait régulièrement des toiles déjà peintes pour les recouvrir par une nouvelle composition. Pour la première fois, seront mis en valeur des tableaux connus par le biais de la correspondance de l’artiste mais considérés comme disparus. Grâce à une table tactile, le public pourra lui aussi avoir accès à ces tableaux inédits, et notamment Une jeune fille joue du piano et un jeune homme l’écoute, la première composition que Bazille présenta au Jury du Salon en 1866

  • « Anatomie d’une collection », Palais Galliera, du 14 mai au 23 Octobre 2016 NOUVEAU

Paris Musées et le Palais Galliera proposent un petit journal enrichi, téléchargeable sur tablette. À partir de quinze œuvres phare de l’exposition, le lecteur peut découvrir des thématiques développées avec de nombreuses illustrations et documents d’archives lui permettant d’explorer les collections du Palais Galliera et d’approfondir sa visite.

Cette application est disponible sur Apple store et Play Store au prix de 4€99. « Elle s’inscrit dans une politique générale menée par Paris Musées visant à accueillir ses visiteurs dans un environnement technologique répondant aux enjeux contemporains de l’information et de la médiation culturelle » (Paris Musées).

Lien vers le site internet de l’exposition

petit-journal-numerique-menu-haute-couture petit-journal-numerique-focus-souliers

  • « Persona, étrangement humain », Musée du Quai Branly, du 26 janvier 2016 au 13 novembre 2016

L’exposition mêle l’art occidental ou non occidental, l’art populaire ou contemporain, des objets empruntés aux domaines des nouvelles technologies, du design ou de la robotique, pour rendre compte de l’extraordinaire hétérogénéité des supports, des formes ou des “fréquences” au moyen desquels des effets de personne se rendent identifiables.

MQB. Apprentissage collaboratif du robot Berenson. 16 avril 2012.

Par exemple, le dernier temps de l’exposition plonge le visiteur à travers une maison-témoin, dans laquelle ont été installés et mis en interaction une profusion d’interfaces et de créatures artificielles, souvent aux marges de la robotique officielle (animaux artificiels, robots d’interaction, robots de communication, de divination, etc.). Il s’agit de se confronter à des métissages possibles, des familles de quasi-personnes en posant cette question finale : « Avec qui voulons-nous faire famille ? » Cette expérience inédite proposée par cette maison-témoin rend visibles des relations d’attachement méconnues ou inédites ainsi que la diversité des types de rapports que les hommes peuvent entretenir avec de telles créatures. Entre les artefacts disposés au sein de cette maison-témoin, habitée par des tensions singulières, avec des créatures plus ou moins invasives, le visiteur pourra faire son choix et composer sa propre maison, sa propre famille, pour en découvrir davantage sur lui-même.

  • « Du Clos Lucé au Louvre, les trois chefs-d’oeuvre de Léonard de Vinci », Clos Lucé, du 18 juin au 15 novembre 2016

Cette exposition a pour objectif de rappeler et de mettre en exergue le cinquième centenaire (1516-2016) d’un événement crucial de la vie de Léonard de Vinci : l’artiste-savant quitte Rome pour Amboise et s’installe au manoir du Cloux, aujourd’hui appelé Clos Lucé. Cet événement décisif pour l’histoire de l’art a eu des répercussions sur l’architecture, le théâtre, la science ou encore la technologie.

. Créé après guerre et aujourd’hui dirigé par Isabelle Pallot-Frossard, le C2RMF est aujourd’hui l’un des meilleurs laboratoires au monde pour l’étude des oeuvres d’art. Réparti sur plus de 5000 mètres carrés dans les sous-sols du Louvre, il reçoit, diagnostique et expertise des oeuvres de tous les musées de France. L’exposition présente plusieurs des clichés et analyses réalisés sur les oeuvres de Léonard de Vinci grâce à un arsenal technologique au service des oeuvres :
• Les ultraviolets : ils révèlent les couches de vernis incolore posés sur une oeuvre pour la protéger et témoignent d’éventuels accidents ou retouches.
• Les infrarouges : ces ondes électromagnétiques dévoilent des repentirs, voire des signatures cachées, invisibles à l’oeil nu.
• Les rayons X : elles permettent de mieux comprendre la structure des matériaux employés et de déceler craquelures ou fissures imperceptibles.
• Les scanners 3D : cette caméra ultra puissante évalue l’épaisseur de chaque coup de pinceau et permet un éclairage sur la technique de l’artiste

. La Living Mona Lisa est la figure de proue d’une nouvelle discipline artistique émergeante, le « living art ». Il s’applique à des oeuvres numériques dotées de comportements autonomes animés par l’intelligence artificielle qui suscite une relation sensible avec le spectateur.  Son format d’oeuvre numérique ouvre la voie à une nouvelle forme d’expression artistique. Avec la Living Mona Lisa, l’exposition du Clos Lucé donne « vie » à La Joconde.

iim-futur-en-seine-living-joconde

. Les Clips Culture Drone de Gonzague Saint Bris « La traversée des Alpes de Léonard de Vinci » et celui dédié au Clos Lucé sont projetés en avant-première dans l’exposition. L’écrivain, historien et vidéaste, refait, cinq cents ans après, à dos de mulet dans les mêmes conditions et accompagné de sa version de la Mona Lisa, « La Joconde bleue », le périple alpin du maître toscan. Ce clip appartient à la collection des 40 clips Culture Drone : « Les châteaux qui font la France » traitant aussi des maisons d’écrivains et d’artistes.

  • « Mamie, c’était comment la guerre ? », Centre Juno Beach, du 1er janvier au 31 décembre 2016

Avec contenus historiques interactifs adaptés à notre exposition temporaire « Mamie, c’était comment pendant la guerre ? »  L’application vous permettra de mieux comprendre le vécu des enfants durant la Seconde guerre mondiale, tout en passant un moment en famille ou entre amis. Partagez ensuite vos expérience sur nos réseaux sociaux !

Explore Juno Beach Centre est une application vous permettant de participer à une expérience interactive au sein du Centre Juno Beach de Courseulles-sur-Mer (Le musée canadien des plages du Débarquement en Normandie, France), disponible sur Android et IOs.

En 2015 et 2016, l’application vous permet d’obtenir un contenu culturel et interactif supplémentaire lors de votre visite. Vous pourrez améliorer votre connaissance au travers d’un quiz interactif au sein de l’exposition temporaire ‘Mamie, C’était comment pendant la guerre ?’.
Cette expérience ludique à partager en famille vous permet de connecter les générations et de compléter votre visite.

  • « Antarctica », Musée des Confluences, du 26 avril au 31 décembre 2016

La scénographie conçue par Wild-Touch et le musée des Confluences est basée sur l’immersion visuelle, sonore et la diffusion de films en haute définition, embarquant véritablement le visiteur dans cette expédition. Chacun fait l’expérience d’un monde pourtant inaccessible, qu’il soit sous l’eau à des profondeurs extrêmes ou sur la banquise, entouré de colonies de manchots.

Antarctica – une exposition au musée des Confluences par le Musée des Confluences

La plongée

Sautons à l’eau ! Deux écrans vidéo côte à côte, montrant respectivement les images d’un plongeur se préparant à l’immersion et les animaux de la banquise prêts à se
précipiter dans une eau à -2°.

Un peu plus loin, c’est au tour du visiteur de plonger à son tour dans l’océan. En pénétrant dans un espace sombre d’où émanent des sons subaquatiques – bulles, mouvements d’eau –, il découvre sur grand écran des images sous-marines montrant cette fois animaux et plongeurs sous l’eau. 

Photo: Musée des Confluences

Photo: Musée des Confluences

Sous la banquise

Puis, ce sont trois box qui permettent à chacun de s’immerger, en passant la tête à travers les trous d’une paroi pour se retrouver, dans une série de petits films, au cœur d’un univers féérique, aux dimensions, aux reliefs et aux lumières déroutantes.

Retour sur la banquise

Dans une pièce entièrement pourvue d’écrans géants disposés à 360°, au son du vent et des cris des oiseaux, le visiteur est véritablement au beau milieu de la banquise. Entouré des paysages somptueux des massifs se découpant dans le ciel, des étendues de glace à perte de vue, le visiteur est aux premières loges pour observer attentivement une colonie de manchots empereurs aux différentes étapes de leur vie, des poussins qui pour la première fois vont à l’eau, à leurs aînés, qui peuvent vivre jusqu’à 45 ans, en passant par ceux qui tergiversent longtemps avant de traverser une rivière de peur d’être attaqués par un léopard de mer.

Site web de l’exposition

  • « Océan et climat : chaud devant ! », Cité de l’Océan, du 20 novembre 2015 au 31 décembre 2016

L’exposition débute avec une immersion dans des images spectaculaires… De part et d’autre de l’espace, de multiples projections. Des vagues déferlent lors des grandes marées ; dans le village, les habitants se retrouvent les pieds dans l’eau. Au pied des visiteurs, l’eau coule sur le sol et semble vouloir leur mouiller les pieds.

21

Plus loin, une borne multimédia interactive permet d’aller plus loin sur les thèmes scientifiques: qu’est-ce que l’effet de serre, comment peut-on réaliser des prévisions climatiques, quelles sont les données dont nous disposons aujourd’hui ? Jomo, le manchot, guide la navigation dans cet outil pédagogique et ludique qui rassemble des animations, des vidéos une riche iconographie pour expliquer les enjeux lié au thème de l’Océan et du Climat.

Cap sur le climat avec Tara Expéditions

Dans une alcôve de glace, plusieurs éléments vont permettre de visiter grâce à un procédé de réalité augmentée une maquette virtuelle de Tara. L’intérieur du bateau de recherche scientifique est visible en cliquant sur certaines zones à définir du bateau, alors que d’autres icônes permettent de visualiser films et diaporamas sur la mission de Tara en Arctique pour évaluer le changement climatique. Deux tablettes sont mises à disposition du public et les images sont retransmises sur un écran de retour installé sur le mur.

1

 

  • « Chagall, songes d’une nuit d’été », Carrières de Lumières / Les Baux-de-Provence – du 4 mars 2016 au 8 janvier 2017

Numérisés et projetés sur les 5000 m² des Carrières de Lumières avec des murs allant jusqu’à 14 mètres de hauteur, les chefs-d’œuvre les plus évocateurs de Chagall dialoguent avec le visiteur, pour une expérience novatrice, spectaculaire et particulièrement dynamique. Pour la première fois, des prises de vue de détails effectuées par les réalisateurs sur certaines œuvres qui figurent dans la collection du Musée national Marc Chagall à Nice permettront au spectateur d’approcher l’œuvre de façon inédite et d’en percevoir toute la densité et la richesse expressive. 

1

Le choix musical destiné à la bande-son du spectacle a été nourri des conseils du pianiste Mikhaïl Rudy, proche de Marc Chagall. Ainsi, musique et image se répondent dans un scénario faisant écho avec la monumentalité de l’espace. Les reproductions des œuvres d’art prennent vie sur le sol, les parois et les piliers des Carrières, qui se transforment alors en gigantesques cimaises

Grâce à un DISPOSITIF HORS-NORME composé de 100 vidéoprojecteurs et de 27 enceintes, le spectateur « entre dans l’œuvre » pour découvrir de nombreux détails insoupçonnés jusque-là inaccessibles.

  • Exposition « Brest, Port de la Liberté », Musée de la Marine de Brest, du au

Dans le cadre du 240e anniversaire de l’indépendance américaine, le musée de la Marine de Brest présente sa nouvelle exposition « Brest port de la Liberté, au temps de l’Indépendance américaine ». En amont des commémorations du centenaire du débarquement des Américains à Brest en 1917, cette exposition rappelle les liens forts tissés entre notre pays et les Etats-Unis. Elle retrace l’engagement de la France de Louis XVI dans la guerre opposant les colonies d’Amérique du Nord à la Grande-Bretagne de 1775 à 1783 et met en lumière le rôle stratégique joué alors par le port de Brest.

Votre ancêtre dans la guerre d’Indépendance américaine ?

À tester dans l’exposition, une application qui permet de rechercher par votre nom si l’un de vos ancêtres a participé à cet épisode historique.

L’application de l’exposition

Cette toute première application du château de Brest vous propose de revivre la guerre d’indépendance américaine au côté de ses héros. Avec un parcours enrichi d’images, de vidéos, de sons, suivez le corsaire John Paul Jones et découvrez les vestiges de la guerre d’indépendance au cœur de Brest. Pour les jeunes visiteurs place au jeu, ils entrent dans la peau du second de John Paul Jones pour libérer les Etats-Unis et remporter les 13 étoiles du drapeau américain.

L’application a été réalisée par smArtapps et est disponible sur Android et iOs

screen322x572 (1) screen322x572

 

SOURCES: Maison Européenne de la Photographie, Sisso, BNF, Ville de Bordeaux, Arts Décoratifs, Paris Musées, Culturespaces, Mosquito, RMN-GP, Arts Ludiques, 

Date de première publication: 12/06/2015

Date de mise à jour: 13/05/2016

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Tour de France des nouveaux dispositifs numériques muséaux et patrimoniaux

355 applications mobiles muséales, patrimoniales et culturelles en France (au 8 juin 2015)

Le numérique redonne vie aux 4 résistants qui entrent au Panthéon

Le musée d’Orsay et Orange s’associent pour faire vivre « l’atelier du peintre » de Courbet