L’ICA Miami lance la première saison de son podcast sur « les problèmes urgents de notre temps »

Partager :

Le 19 juillet 2022, l’Institute of Contemporary Art, Miami a lancé la saison inaugurale de « Tomorrow is the Problem », une nouvelle série podcast qui aborde « les problèmes urgents de notre temps en révélant le sens caché derrière les phénomènes quotidiens ». Les 4 épisodes de la première saison examinent les océans comme une source de connaissances et considèrent leur signification symbolique et historique dans de nombreuses cultures et communautés, à travers le prisme de l’activisme climatique, de l’archéologie marine ou de l’afrofuturisme. Le musée a également profité de l’été pour faire entrer une seconde œuvre NFT dans sa collection et lancer une campagne de marketing urbain.

« Tomorrow is the Problem » s’appuie sur le programme d’initiatives numériques de l’Institute of Contemporary Art, Miami, conçu pour faire participer le public du monde entier aux idées de pointe explorées dans les expositions et programmes en présentiel d’ICA Miami.

  • Un projet financé par la Knight Foundation

La conception et production du podcast sont pilotées par le Knight Foundation Art + Research Center (A+RC) du musée, le seul département de recherche basé dans un musée du sud de la Floride.

L’initiative est rendue possible grâce à une subvention de 2 millions de dollars de la Fondation John S. et James L. Knight versée en 2018, qui a permis le développement pendant 5 années du programme A+RC, y compris la création de nouvelles plateformes numériques pour faire progresser l’échange d’idées entre le public, les artistes, les théoriciens de la culture et d’autres penseurs de la région de Miami et du monde.

« Les plateformes numériques d’ICA Miami sont au cœur de notre programmation et essentielles pour encourager le dialogue sur les problèmes les plus urgents d’aujourd’hui. Le lancement de notre série de podcasts est une étape majeure pour le musée et un marqueur de l’impact du Knight Foundation Art + Research Center, ainsi que de l’engagement d’ICA Miami en faveur de l’innovation et de l’atteinte du public le plus large possible » a déclaré Alex Gartenfeld, Directeur artistique d’ICA Miami.

  • 4 épisodes pour une première saison

Pour la première saison du podcast, l’animatrice Donna Honarpisheh, conservatrice adjointe, au Knight Foundation Art + Research Center à ICA Miami, invite un groupe diversifié de penseurs et d’activistes à la rejoindre dans chaque épisode alors qu’ils se penchent sur des problèmes urgents sous des angles inattendus.

Les invités incluent les Afrofuturistes Abdul Qadim Haqq et DeForrest Brown, Jr.; l’archéologue marine Ayana Flewellen ; la romancière Edwidge Danticat ; et la journaliste Dina Gilio-Whitaker, entre autres, qui considèrent la mer comme histoire, la mer comme avenir, les relations transocéaniques et la migration, et le phénomène des marées montantes.

« Grâce au Knight Foundation Art + Research Center d’ICA Miami, notre objectif est de générer de nouvelles recherches et de trouver autant de façons que possible de partager les idées émergentes et d’encourager le dialogue entre les penseurs et le public à travers le monde. Le podcast est un élément important de ce travail, et nous sommes reconnaissants à la Knight Foundation et aux nombreux collaborateurs qui se sont joints à nous au fil des ans pour créer ce type de ressource », a déclaré Gean Moreno, directeur de la Knight Foundation Art + Centre de recherche à l’ICA Miami. « La recherche sur l’environnement et le changement climatique a toujours été un objectif majeur pour A + RC, donc l’exploration des problèmes culturels, sociaux, historiques et politiques entourant notre relation avec l’océan convient comme sujet de notre première saison. »

  • Les 4 épisodes de la saison 1 de la série « Demain est le problème »

. Épisode 1 : La mer appartient à l’histoire.

« Examinez la mer comme une mémoire collective de la violence, un gardien sous-marin d’une identité et d’un sens souvent obscurcis ». Les archéologues Ayana Flewellen et Justin Dunnavant explorent la relation entre la mer et l’histoire humaine aux côtés de Master Diver et d’un étudiant doctorant en biologie marine, Kelsey Johnson-Sapp. Des navires négriers coulés à la préservation des coraux en tant qu’acte de guérison des traumatismes, cet épisode est une plongée profonde de trente minutes sur la signification historique et symbolique des océans. Episode 1

. Épisode 2 : La mer est l’avenir

« La mer n’est pas le domaine exclusif de l’Histoire, elle nourrit aussi les flux et reflux des futurs que nous pourrions construire ». Le travail sans paroles du groupe électro-techno de Détroit Drexciya a fourni un nouveau moyen d’explorer des récits racialisés et des œuvres culturelles appropriées. « Rejoignez nos invités alors qu’ils explorent les trois décennies de construction communautaire du monde ». Dans cet épisode, l’illustrateur et artiste Abdul Qadim Haqq partage la genèse de Drexciya, la métropole des bulles sous-marines du futur, et comment les océans inexplorés ont donné naissance aux possibilités d’un contre-récit fort en ce qui concerne le sort des deux millions de vies noires perdues dans les horreurs du passage du milieu. Le théoricien des médias et conservateur DeForrest Brown, Jr. partage également son implication dans Drexciya et son projet Make Techno Black Again. La professeure d’études de genre et écrivaine Katherine McKittrick se joint aux autres autres intervenants pour discuter de Drexciya en tant que métaphore et géographie pour naviguer dans la diaspora ainsi que sa relation à l’eau. Episode 2

. Épisode 3 : Relations transocéaniques

« Qu’elle soit fermement ancrée dans l’idée géographique de «lieu» ou celle de non-lieu, l’expérience diasporique à travers les océans parvient à conserver les notions historiques de connectivité ». Le Mundane Afro-Futurist Manifesto de Martine Syms donne le ton de cet épisode qui met en lumière les racines suprématistes blanches et coloniales qui illustrent la manière dont les États construisent une rhétorique de crise autour de la migration de masse. Les invités de cet épisode réfléchissent à la crise ou aux frontières des migrations volontaires et forcées à travers des océans sans frontières. Honarpisheh est rejoint par l’écrivain, traducteur, interprète et universitaire SA Smythe et la romancière et écrivaine Edwidge Danticat pour discuter des déplacements massifs causés par la traite des esclaves. Danticat parle de la nature hautement éphémère de Miami ainsi que de son obsession pour la connectivité sans frontières de l’océan et Smythe décompose la façon dont l’identité européenne définit «l’autre» et la façon dont le déplacement des frontières océaniques a permis l’abandon des corps noirs. Episode 3

. Épisode 4 : Marées montantes

« De la Tequesta de Miami au Kanaka Maoli d’Hawaï, les peuples autochtones du monde entier sont la mémoire vivante de ce que l’eau nous a déjà appris ». Dans cet épisode, la professeure et militante Candace Fujikane et la journaliste, auteure et militante Dina Gilio-Whitaker proposent des perspectives indigènes qui constituent une alternative radicale à la réponse capitaliste blanche dominante à la crise climatique. Fujikane parle de l’importance des connaissances et des méthodes autochtones – hawaïennes et autres – pour lutter contre le changement climatique. Gilio-Whitaker explique l’importance, pour les tribus confédérées de Colville, des chutes Kettle maintenant inondées le long du fleuve Columbia, ainsi que la fracture et la blessure culturelle créées par un barrage. Episode 4

Depuis le 1er aout 2022, les quatre épisodes de la première saison sont disponibles en streaming sur le site Web d’ICA Miami icamiami.org/podcast/ et sur toutes les autres plateformes d’hébergement de podcasts.

  • Une campagne estival de marketing urbain 

En parallèle du lancement du podcast, l’ICA Miami a profité de l’été pour développer sa présence hors les murs via une campagne de marketing urbain.

Le musée affiche des reproductions des œuvres de son exposition sur des panneaux d’affichage répartis dans toute la ville.

En partenariat avec la société Orange Barrel Media, la campagne permet de promouvoir de manière originale « Fire, Figure, Fantasy », la première grande exposition à présenter la collection permanente du musée, en mettant l’accent sur les acquisitions récentes.

Couvrant la quasi-totalité de l’espace d’exposition d’ICA Miami, les œuvres exposées explorent les questions de justice sociale, les nouvelles technologies émergentes et les récentes crises mondiales. Exposition ouverte jusqu’au 30 octobre 2022.

  • Une seconde œuvre NFT entre dans la collection du musée !

En août 2022, l’artiste Nina Chanel Abney a offert le numéro 660 de son projet NFT récemment lancé, « Nina’s Super Cool World », à la collection #ICAMiami.

Nina Chanel Abney, « Nina’s Super Cool World #660 », 2022. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Cette acquisition marque le deuxième NFT à entrer dans la collection du musée, « reflétant son engagement à s’engager avec des œuvres et des pratiques qui abordent des sujets pertinents et provocateurs ». (ARTICLE CLIC: L’Institut d’art contemporain de Miami acquiert le NFT CryptoPunks grâce au don majeur d’un mécène)

« Nina’s Super Cool World » est un projet génératif explorant le potentiel et les capacités infinis de l’engagement communautaire de la technologie NFT. La série de 5 080 NFTs est composée de centaines de dessins qui reflètent « l’approche frénétique et hyper stylisée » de Nina.

icamiami.org/podcast/

SOURCE: ICA Miami

PHOTOS: ICA Miami

PHOTO du carrousel: une visiteuse dans une des salles de l’ICA Miami

Date de première publication: 10/08/2022

Partager :

Leave a Comment