Durant les deux dernières décennies, la Kremer Collection prête sa collection de 70 tableaux des grands maîtres de l’art hollandais et flamand du XVIIe siècle aux musées et aux galeries du monde entier. Depuis le jeudi 28 octobre 2017, la collection privée dispose d’une nouvelle salle d’exposition permanente, sous la forme d’un musée qui se visite grace à un casque de réalité virtuelle.

kremer collection musée virtuel 2

L’idée d’un musée virtuel est née des conversations entre George Kremer et son fils Joel, qui travaillait auparavant chez Google en tant que directeur, en charge du commerce de détail et du divertissement. A 67 ans, le fondateur de la Kremer Collection voulait créer un lieu permanent d’exposition des chefs d’oeuvres qu’il a commencé à rassembler en 1994, mais à ses yeux la construction d’un musée « de brique et de mortier » prendrait beaucoup trop de temps et d’argent, et se limiterait surtout aux personnes visitant les Pays-Bas. D’où le choix de créer un musée virtuel.

En revêtant un casque, le visiteur du musée virtuel Kremer entre dans une galerie en forme d’hélice avec un ciel bleu, rappelant la couleur fétiche des grands maîtres de la peinture du XVIIè siècle, et découvre un réseau de passerelles qui semblent flotter dans l’espace.

kremer collection musée virtuel 1

Alors que la plupart des mondes virtuels sont créés par des développeurs de jeux, le nouveau musée de la collection Kremer a été conçu par l’architecte Johan van Lierop, qui a essayé de mixer les lignes artistique de l’âge d’or avec le design d’aujourd’hui. Le musée virtuel est ainsi « logé » dans une structure en forme d’oeuf qui semble flotter dans l’espace. Sous un atrium en dôme, plusieurs ponts s’étendent d’une plate-forme centrale aux galeries obscurcies.

« Concevoir un musée sans gravité, plomberie ou autres contraintes », écrit l’architecte dans un communiqué de presse, « est un rêve pour tout architecte ».

Numérisation photogrammétrique

L’expérience se veut donc exclusive, comme une visite privée, sans que les autres visiteurs bousculent ou dérangent avec leurs bavardages.

Afin d’offrir une expérience la plus proche d’une visite réelle et donner la possibilité de plonger dans les oeuvres, et leurs moindres détails, la technologie de photogrammétrie présente les peintures en haute résolution avec un éclairage idéal.

« En prenant entre 2 500 et 3 500 photos de chaque tableau sous tous les angles », explique George Kremer au site artnet News lors d’une récente visite au siège de Sotheby’s à New York , « vous capturez les montagnes et les vallées, disons, de la surface de chaque La peinture. Je veux me rapprocher le plus possible de la réalité. »

Les résultats sont surprenants. Le visiteur virtuel a l’impression de se cogner la tête dans les toiles, dont les surfaces semblent si proches lorsque l’on se penche sur elle. Même les cadres ont été reproduits en 3D.

kremer collection musée virtuel 6

En empruntant les passerelles, le visiteur virtuel peut explorer les différentes galeries abritant les 70 chefs-d’œuvre. En se rapprochant du général turc de Rembrandt ou d’une jeune servante de Michael Sweerts , on peut voir les couches de peinture, les traits du pinceau et la surface de la toile fissurée. Avec un mouvement de la tête, on peut retourner la toile et découvrir l’écriture, les notes et autres informations historiques normalement cachées à la vue. Pour enrichir l’expérience, la visite offre des commentaires audio, racontés par le fondateur de la collection, George Kremer, qui apparaît avec sa femme Ilone, comme un hologramme à côté de la peinture.

Le traitement graphique du musée et la navigation et leur environnement haute résolution ont cherché à limiter au maximum le mal des transports encore suscitées par certaines expériences de réalité virtuelle.

Un projet avant tout éducatif

Pour l’instant, la collection virtuelle Kremer sera présentée à l’occasion d’événements pop-up à travers le monde avec cette configuration et expérience de réalité virtuelle. Au début de 2018, la visite virtuelle fera l’objet d’une application mobile, d’abord sur Google Play pour casque Daydream.

kremer collection musée virtuel 8

Les visiteurs virtuels devront payer un « droit d’entrée » pour télécharger l’application dont le montant n’est pas encore annoncé.

George Kremer veut aussi donner aux écoliers l’occasion de voir l’art et de découvrir sa collection. Parallèlement à l’ouverture du musée, la Collection Kremer lance donc également le programme MKT Mighty Masters, qui fournira des outils de réalité virtuelle à des écoles du monde entier dont les élèves pourront ainsi accéder au musée.

Pour sélectionner ses premières écoles, le programme s’associe à la Fondation indienne Delivering Change pour organiser un concours de dessin parmi plus d’un million d’enfants en Inde. Le musée et le programme Mighty Masters poursuivent ainsi ensemble le fort engagement de George et Ilone Kremer en faveur de l’éducation et de l’accessibilité à l’art, ainsi que leur forte conviction que l’art est un moyen unique de rendre les gens libres et autonomes.

Première expérience dans une école

En prévision du déploiement du programme des Mighty Masters de TKC en 2018, une première démonstration du Musée Kremer a été proposée à la Cornerstone Academy for Social Action dans le Bronx, à New York, où un groupe de 20 élèves a été invité à les premiers visiteurs du musée en présence de Joël Kremer.

Reportage vidéo montrant des élèves qui découvrent le musée virtuel Kremer :

Commentant cette expérience, Joël Kremer a déclaré « c’était une expérience vraiment révélatrice pour lui; la réaction spontanée et extrêmement positive des enfants au musée m’a profondément impressionné. Pour moi, le fait qu’ils l’appellent un jeu et leur désir d’en savoir plus sur ce qu’ils regardaient illustraient à quel point le musée est passionnant et interactif, pas seulement pour nous en tant que bâtisseurs et fondateurs, mais plus important pour les visiteurs et les visiteurs. aux futurs bénéficiaires du programme Mighty Masters ».

Au fur et à mesure que la technologie s’améliorera, l’expérience du musée sera enrichie, selon Joel Kremer. Il imagine déjà des visites simultanées avec des amis partout dans le monde. Le Kremer Museum devrait notamment s’enrichir d’une boutique en ligne.

Et cela n’empêchera pas la collection de continuer à prêter ses chefs d’oeuvres aux grands musées du monde, Rijksmuseum d’Amsterdam; Mauritshuis, à La Haye; ou National Gallery of Art, à Washington, comme elle le fait depuis près d’un quart de siècle

L’initiative de la collection Kremer intervient à un moment où des institutions telles que le Smithsonian, le British Museum, la Tate ou le musée Courbet d’Ornans commencent à incorporer la réalité virtuelle dans certaines de leurs expositions. A l’image du musée virtuel lancé il y a quelques mois par le collectionneur français d’art contemporain chinois, Sylvain Levy, la Kremer Collection des Pays-Bas choisit le tout numérique.

Et si les grandes institutions muséales françaises prenaient enfin conscience du potentiel de cette nouvelle expérience de visite et d’exploration des chefs d’oeuvres de l’art ?

Présentation vidéo du musée virtuel lors d’une conférence sur facebook le  27 octobre 2017.

SOURCES: Kremer Collection, artnet, Bloomberg, 

Date de première publication: 03/11/2018

Photos: Kremer Collection

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Avec son musée virtuel, l’Université de Palestine veut apporter les chefs-d’œuvre du monde aux habitants de Gaza

A Jerusalem, le musée de la Tour de David héberge 21 start-ups dans son nouveau laboratoire dédié à l’innovation numérique

Pour son 92ème anniversaire, le musée de la Cité Interdite dématérialise sa billetterie et ouvre une nouvelle exposition numérique en VR

Le Laval Virtual Center, premier hub international sur la réalité virtuelle et augmentée, a ouvert ses portes

L’application ARTE360 s’enrichit d’une série d’explorations de chefs-d’oeuvres de la peinture mondiale en réalité virtuelle

La réalité virtuelle offre une rencontre immersive avec Rembrandt et une visite interactive de son atelier d’Amsterdam

Le British Museum publie en accès libre la modélisation 3D et VR de la pierre de Rosette

A Londres, l’exposition Nausea réunit six artistes contemporains et leurs créations en réalité virtuelle

Pour son exposition « Histoire d’ateliers », le Musée Courbet offre une expérience en réalité virtuelle et en réalité augmentée

La Tate Modern intègre la réalité virtuelle dans son exposition rétrospective de l’automne 2017 consacrée à Modigliani

Sylvain Lévy (DSLcollection) : « La technologie est utile uniquement si elle permet de mettre en valeur l’œuvre artistique »

DSL Collection, l’une des plus importantes collections d’art contemporain chinois dorénavant exposée dans un musée virtuel

 

Tags:

 

Aucun commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire

Poster un commentaire

Vous devez être loggué pour ajouter un commentaire