Le Hearst Museum de l’Université Berkeley ouvre un portail numérique donnant accès à l’ensemble de ses collections

Le Musée d’Anthropologie Phoebe A. Hearst de l’Université Berkeley, dont les collections vont des sarcophages de momie égyptienne aux textiles péruviens en passant par les paniers amérindiens, a ouvert un portail numérique pour élargir l’accès public à ses collections de plus de 3 millions d’objets, photographies, films et enregistrements sonores.

Fondée en 1901 par la philanthrope Phoebe Apperson Hearst, les collections du musée couvrent le monde entier et documentent près de 2 millions d’années de développement humain et d’innovation. Phoebe Apperson Hearst a créé le musée, initialement situé à San Francisco, avec ses collections personnelles d’objets, de photographies et d’enregistrements audio d’expéditions en Egypte, au Pérou, en Italie, en Californie et dans le sud-ouest américain.

Masque de casque libérien fait de bois de gomme teinté en noir (Photo: Hearst Museum)

Après deux années de développement, depuis le 10 mai 2018, le portail du musée de Hearst permet aux chercheurs et au grand public d’explorer en ligne et d’examiner tous les objets catalogués du musée et une grande partie de la documentation d’accompagnement au moyen d’une interface conviviale.

« Conformément à la vision du musée de Hearst de servir de lieu où les cultures se connectent, nous considérons le portail comme une contribution aux ressources offertes à nos parties prenantes », a déclaré Benjamin Porter, professeur agrégé d’archéologie du Proche-Orient.

Avec près de 3,8 millions d’objets, le musée, situé dans le Kroeber Hall du campus, compte parmi les plus grandes collections anthropologiques du pays.

Michael Black, responsable de la recherche et de l’information au musée, a dirigé le projet avec la participation d’un large éventail de partenaires, y compris des étudiants en anthropologie de l’UC Berkeley.

Le personnel et les bénévoles ont photographié environ 2 000 objets chaque semaine dans des studios dédiés, dotés d’un éclairage spécial.

Ashley Jerbic, qui s’est spécialisée en art et en histoire de l’art, documente un couvercle de sarcophage égyptien en pierre

Un projet en coopération avec l’Université Berkeley

Le Hearst Museum s’est associé au programme Research IT Museum Informatics de l’UC Berkeley pour créer le portail.

« Je voulais vraiment pouvoir explorer les collections visuellement », a déclaré Alex Perkins, un anthropologue qui a travaillé sur le projet« Il y a tellement d’objets avec des photos fascinantes et pouvoir y accéder facilement était l’une des grandes choses que j’espérais voir sur le nouveau portail. »Un portail 

« C’est un excellent exemple de la façon dont la technologie peut être un catalyseur stratégique de notre mission sur le campus », a déclaré Jenn Stringer, responsable de la technologie académique et vice-recteur à l’enseignement et à l’apprentissage à UC Berkeley.

Un portail qui s’adresse à tous les publics

Le portail se connecte directement à la base de données du musée de Hearst et peut être exploré à l’aide de simples requêtes par mot-clé ou de recherches multi-critères plus avancées (nom et type d’objet, année et lieu de découverte, nom du donateur, période, matériau, auteur/artiste etc).

Chaque oeuvre dispose d’une fiche documentée et d’au moins une image qui peut être zoomée.

Couvercle de sarcophage en pierre de pierre grise; poids estimé: 3 500 kg; Saqqara, Basse-Égypte, 26ème dynastie d’Egypte (664-525 av. J.-C.). Inscription: « Médecin chef, chef des Libyens, Psmtk (Psametik).

Le portail s’adresse à tous les publics mais il a été est conçu avant tout pour servir les personnes ayant des liens culturels avec les sociétés représentées dans les collections du Hearst Museum. Ces publics cibles comprennent notamment des éducateurs autochtones californiens, des chefs spirituels, des coordinateurs de rapatriement, des représentants du gouvernement tribal et des artistes, qui figurent parmi les visiteurs les plus fréquents des archives et des réserves du musée.

« Nous sommes ravis de servir de ressource pour la Californie indigène dans divers domaines de recherche, et le portail va considérablement élargir cet accès », a déclaré Jordan Jacobs, responsable de la politique culturelle et du rapatriement au Hearst Museum.

Certaines restrictions d’accès

Sur les conseils du Native American Advisory Council (NAAC) du Hearst Museum, l’accès aux images de restes humains, d’objets funéraires et d’objets connus sous le nom de «pierres charmantes» a été restreint dans le cadre d’un effort de collaboration avec les communautés amérindiennes, et par respect pour elles.

Ainsi, les personnes désireuses de découvrir les images de certains objets restreints via le portail devront contacter le musée pour obtenir une autorisation.

L’anthropologue Devlin Gandy photographie une flèche indienne (Photo par Chris Hoffman)

« Le musée a écouté nos suggestions et nous avons défini les politiques qui les guideront dans l’avenir », explique Kesner Flores, vice-président du Native American Advisory Council (NAAC).

 

SOURCES: Hearst Museum, berkeley.edu

Date de première publication: 15/05/2018

Photos: Hearst Museum

L’Université Lyon 1 lance une campagne de financement participatif pour numériser l’Herbier du Prince Bonaparte

Le Musée de Nouvelle-Calédonie met en ligne progressivement sa collection numérisée

La BNF envoie en Chine les copies numériques de plus de 5 000 manuscrits des grottes de Dunhuang

La bibliothèque Newberry de Chicago « offre » 1.7 millions d’images numériques en accès libre, même pour un usage commercial

La British Library lance un site Web bilingue présentant 1 300 manuscrits hébreux de sa collection

Laisser un commentaire