[Opinion] Philippe Moreau (Tactile Studio): « Musées post-Covid : quelles conditions pour que le public revienne ? »

Il est toujours délicat de prévoir les tendances de demain, particulièrement lorsque la situation est à ce point exceptionnelle. S’il est encore trop tôt pour comprendre l’ampleur du séisme qui affecte les lieux culturels, nous pouvons néanmoins commencer à anticiper certaines attentes immédiates du public en situation post-Covid / déconfinement. Et répondre à la question « le public reviendra-t-il au musée et, si oui, dans quelles conditions ? »

Cette analyse est rendue possible par les études d’un institut privé de recherche, l’IMPACTS Research & Development, qui a questionné, depuis le début de la crise, un panel d’environ 2200 Américains sur ses intentions, ses craintes et ses attentes.

Auteur: Philippe Moreau, Fondateur Tactile Studio. Cet article a été publié par son auteur le 30 avril 2020, sur la plateforme Linkedin.

Le public reviendra-t-il au musée ?

La question peut sembler provocante ou, du moins, aurait pu paraître provocante en février 2020. Après sept semaines de confinement, de distanciation sociale, de fuite des lieux publics et des rassemblements de personnes, elle gagne en légitimité. À l’heure où nous peinons à tenir, sans réticence, la poignée d’une porte pour entrer dans un lieu public et où nous évitons de nous rapprocher d’inconnus, le public est-il prêt à se mêler à nouveau à une foule ?

Une oeuvre, une foule compacte... le musée tel qu'il était pratiqué en 2019.
Une foule compacte devant une oeuvre : une image très « pré-COVID » (Photo: Jean Carlo Emer)

Selon une première étude d’IMPACTS Research & Development publiée le 27 avril 2020, les réponses fournies sont très encourageantes. Certes, en notant de 1 à 100 la probabilité de retourner au musée dans l’avenir (dans une, deux, trois semaines, six mois, un an, etc.), les sondés estiment qu’ils ont peu de chance d’y aller au cours du prochain mois (la question serait hors sujet en France, mais aux Etats-Unis, tous les états n’ont pas fermés tous leurs musées). 

Mais surtoutles estimations à 3 mois sont à nouveau équivalentes avec les chiffres 2019 : les intentions retrouvent leurs niveaux saisonniers habituels. Ce sondage ayant été posé chaque semaine, tout au long de la crise, les sondeurs ont pu observer une véritable évolution. Les intentions de visite à 3 mois sont 50% supérieures le 27 avril qu’à celles déclarées au 13 mars. Le public semble donc prêt à revenir dans les lieux culturels… mais lesquels ?

En effet, tous les lieux culturels ne sont pas estimés équivalents en terme de sécurité. Dans une étude du 8 avril dernier, sont considérés comme plus sûrs tous les espaces extérieurs ou très aérés, tels que les jardins botaniques, les musées de plein air, les zoos ou les aquariums. Sont considérés comme peu sûrs, les musées de sciences ou salles de concerts ou de théâtre. Les salles de cinéma ne se sont vues attribuer que 30 points (sur un maximum de 100) dans les intentions de retour. Les musées, avec une note de 52, sont dans la moyenne et le public semble mitigé à leur égard. Cela signifie aussi qu’ils attendent d’être rassurés sur les conditions d’une visite.

Les conditions du retour : des bonnes nouvelles… et des moins bonnes.

La question posée début avril était « que vous faudrait-il pour que vous vous sentiez plus en sécurité pour visiter un lieu culturel ? » Parmi les réponses, il est intéressant de noter que certaines conditions pour un retour du public ne dépendent que des acteurs du secteur culturel. En premier lieu, la présence de distributeur de gel hydroalcoolique est estimé nécessaire par 43% des sondés. 

Et c’est LA bonne nouvelle : rendre un distributeur accessible, visible et bien alimenté est une solution simple et pratique, à la portée de n’importe quelle institution. La seconde bonne nouvelle réside aussi dans le fait que les sondés semblent faire confiance aux équipes des musées : le simple fait que vous décidiez de réouvrir est une preuve, pour 32% des sondés que le lieu est sûr. D’ailleurs, être averti des procédures et de la fréquence de nettoyage n’est appréciée que de 14% des sondés. C’est, de manière contre-intuitive, un des messages auxquels le public sera le moins sensible. La limitation d’affluence et l’organisation des files d’attentes ne sont, elles, appréciées « que » par 17 et 19% des sondés.

No alt text provided for this image

Là où les choses se compliquent, c’est que la confiance des visiteurs va dépendre surtout de messages extérieurs au musée.

Pour 87% des sondés, l’existence d’un vaccin est le premier critère du sentiment de sécurité dans un musée. Rappelons que son développement est en cours et que la plupart des pronostics envisagent une mise sur le marché à horizon d’un an. Les décisions gouvernementales sont le second critère qui rassurent les sondés : 65% d’entre eux attendent des annonces fortes sur les restrictions d’accès ou la possibilité de se déplacer / voyager.

Philippe Moreau, Fondateur Tactile Studio

Fondateur de l’agence Tactile Studio, Philippe Moreau est un adepte du design inclusif. Avec la volonté de n’exclure aucun visiteur de l’expérience muséographique, son studio oeuvre dans les champs du design objet, graphique et de la scénographie. Il a travaillé pour Le Louvre (Paris, Lens et Abu Dhabi), le Château de Versailles, la fondation Louis Vuitton, et de nombreux musées en France, Allemagne, Royaume-Uni et en Amérique du Nord.

tactilestudio.co/en/

tactilestudio@gmail.com

Photo du carousel: Jewish Museum, Berlin, Germany / Photo Nick Fewings

Date de première diffusion: 04/05/2020

À-lire-sur-le-site-du-CLIC13

Covid-19 / Quand les musées du Monde rouvrent leurs portes ! (30/04/2020)

Covid-19 / Tour de France des initiatives musées & monuments dans un contexte de confinement 

Covid-19 / Tour du Monde des initiatives musées & monuments dans un contexte de confinement 

Covid-19 / Innovations muséales et patrimoniales : quelques premières leçons d’un mois de confinement

Laisser un commentaire