La technologie numérique révèle les secrets de certains chef d’oeuvres

La technologie permet désormais d’analyser, de retrouver et de restituer les couleurs utilisées par les artistes, dans des toiles aujourd’hui altérées par le temps.

Rothko Paintings

La conférence annuelle de l’American Society for the Avancement of Science, à Chicago, a exposé récemment les découvertes scientifiques réalisées sur les toiles de Renoir, Van Gogh ou encore Picasso, grâce à l’utilisation des nouvelles technologies numériques.

Une expo révèle les (vraies) couleurs de Renoir

art inst chicago Renoir-True-Colors-Conservation-lab_360A l’Art Institute de Chicago, la toile de Pierre-Auguste Renoir Madame Léon Clapisson est mise à l’honneur dans une exposition spéciale «Renoir True’s colors» qui propose une redécouverte du tableau avec ses couleurs d’origine .

Tout a commencé lorsque les restaurateurs de l’Art Institute ont retiré le cadre de l’œuvre. Ils ont alors remarqué un fort contraste chromatique entre le fond du tableau et sa bordure, dont les pigments étaient jusque là protégés par le cadre. Altérée par la lumière, l’œuvre telle que les visiteurs pouvaient la voir ne correspondait plus du tout, avec ses tons pastels, à ce que l’artiste avait eu l’intention de peindre. En effet, les recherches ont révélé que le fond était à l’origine composé de tons vifs, violets et écarlates. Renoir utilisait un pigment prisé par les artistes pour sa brillance et sa belle couleur, cependant celui-ci est très sensible à la lumière et ne résiste pas bien au temps.

Grâce à de nouvelles technologies telles que la nanotechnologie ou le laser, ainsi qu’à des logiciels de restauration d’images, le département de la conservation de l’Art Institute a été capable de reproduire numériquement l’œuvre dans son état originel.

L’exposition «Renoir True’s colors» montre donc cette reproduction aux couleurs vives aux côtés de la toile de Renoir. Si le temps a modifié ses couleurs, la toile demeure très belle, c’est pourquoi l’exposition, qui se tient à l’Art Institute de Chicago , s’attache surtout à expliquer aux visiteurs l’origine et l’évolution de l’œuvre, afin de les rapprocher de l’artiste et de son processus de création.

Exposition «Renoir True’s colors» (12/02 – 27/04/2014)

 Mieux comprendre les œuvres et mieux les restaurer

Des découvertes similaires ont permis de mettre au jour des couches cachées de peinture oxydée au fil du temps dans des tableaux de Van Gogh ou de Rembrandt. Grâce à une nouvelle méthode d’imagerie par rayons X, des reconstitutions numériques dévoilent leur éclat originel. La technologie a également amené les scientifiques à conclure que Picasso utilisait de la peinture de bâtiment dans certaines de ses toiles…

Le professeur Joris Dik, de l’Université de Delft, souligne : «En collaboration avec des conservateurs de musées, les scientifiques créent de nouveaux moyens pour monter au grand public l’apparence originelle des toiles. Avec la restauration numérique, nous ne sommes pas limités par les contraintes techniques que représentent les moyens traditionnels de restauration».

Mark Rothko en images virtuelles

harvard rothko-harvard04

Pour les Harvard Murals, un groupe de cinq peintures de Mark Rothko, des images virtuelles des œuvres ont été créées, telles qu’elles étaient lorsque l’artiste les a réalisées en 1963. Elles ont été ensuite projetées sur les toiles d’aujourd’hui grâce à un projecteur, de manière à recréer l’apparence initiale de la couleur sans altérer physiquement les tableaux.

L’intérêt de ces technologies est manifeste pour des cas comme celui-ci où, comme le précise Jens Stenger, un expert de la conservation des œuvres d’art à l’Université de Yale (Connecticut), « une restauration classique n’est pas possible sans altérer le travail de l’artiste ».

Exposition Mark Rothko’s Harvard Murals (à partir du 17/11/2014)

SOURCES: Art Institute of Chicago, Harvard Museum of Art

Date de première publication: 15/04/2014

Laisser un commentaire