[#museeapres] Ana-Laura Baz (Musée de la civilisation Québec): «nous observons une volonté plus grande de cohérence entre les expériences en salle et les expériences en ligne»

Pour le quatrième épisode de la nouvelle série d’interviews et de points de vue sur le thème « le musée après », le CLIC France donne la parole à Ana-Laura Baz, Directrice de l’engagement numérique, au Musée de la civilisation de Québec, depuis novembre 2018, mais qui est impliquée sur les projets numériques du même musée depuis 2009.

Découvrez chaque semaine les nouvelles interviews de la série du CLIC France Consultation #museeapres: le CLIC France donne la parole aux membres de sa communauté !

  • Quel impact a eu la pandémie et le confinement sur votre organisation et son fonctionnement?

L’équipe du Musée de la civilisation s’est adaptée très rapidement à la mise sur pause du Québec et donc à la fermeture du Musée. Notre équipe des technologies a installé en quelques jours les accès en télétravail pour l’ensemble des employés et a déployé ce qu’il faut pour faciliter le travail collaboratif, fondamental dans la culture de notre organisation.

En cette période de confinement et de profonde solidarité, le Musée de la civilisation s’est rapidement joint au mouvement Ça va bien aller en illuminant son campanile des couleurs de l’arc-en-ciel.
Crédit : Loïc Dupuis, Musée de la civilisation

Chaque jour, les ressources humaines envoient un courriel à l’ensemble des employés pour les tenir au courant de la situation et des initiatives mises en place.

Une fois par semaine, notre président-directeur général s’adresse à l’ensemble du personnel, par vidéo, afin de garder le contact, le moral et le cap. Le comité de direction se rencontre tous les matins pour faire le suivi de l’adaptation en télétravail et du bien-être des équipes. Ces rencontres sont aussi l’occasion de mettre en œuvre des initiatives permettant au Musée de demeurer présent auprès des citoyens et de nos partenaires. En vue de continuer à faire vivre la culture!

  • Quelles ont été ces initiatives ? 

Plusieurs de ces initiatives s’appuient sur notre stratégie d’engagement numérique et sont le fruit d’une formidable collaboration entre les équipes du Musée.

Nous avons rapidement constaté que les citoyens confinés avaient cruellement besoin de culture, de divertissement et de réflexion, mais également de combattre l’ennui, l’angoisse et l’isolement. C’est avec ce constat qu’est né un nouveau site Web: Une heure au Musée uneheureaumusee.ca.

Le Musée de la civilisation et d’autres musées y offrent des contenus culturels numériques: déambulations en exposition (les fameuses visites virtuelles), entretiens vidéo, activités pour les enfants, rendez-vous en direct, balados et autres contenus pour tous types de publics.

Comme musée de société, nous avons également souhaité documenter la pandémie dès le début du confinement. En quelques jours, une équipe a conçu le site Web Documentez la pandémie! uneheureaumusee.ca/documentez-la-pandemie selon une approche de participation citoyenne. L’équipe, composée de nos spécialistes des expositions, du numérique, de la médiation, des collections, des archives et des communications, imaginera dans les prochains mois de quelle manière les témoignages recueillis pourront être utilisés.

Quel impact a eu la crise du coronavirus et le confinement sur votre stratégie numérique et votre stratégie d’innovation?

Un très grand impact d’accélération! 

La stratégie numérique du Musée de la civilisation s’appuie sur deux grandes priorités : l’innovation dans l’offre aux visiteurs et la performance organisationnelle.

Comme partout, la situation a propulsé l’ensemble des employés dans le développent d’habiletés, à comprendre plusieurs éléments des cultures numériques et donc à développer leurs compétences. Ces apprentissages sont des acquis pour la suite.

Outre Une heure au Musée et Documentez la pandémie!, nous constatons que notre approche pour stimuler l’innovation porte fruit.

L’an dernier, nous avions lancé un grand appel à idées numériques innovantes auprès des employés. Ce MCQmix a mené au prototypage de 9 projets numériques, répondant à des besoins internes ou destinés au public. En contexte de confinement, où nous souhaitons garder le contact avec les citoyens, et dans une perspective de déconfinement, alors que nous préparons la reprise des activités publiques, plusieurs de ces expérimentations se sont déployés : visites à distance, décompte automatisé des visiteurs en salle, interactifs sans contacts, visage du Musée, etc.
Ce qui est fascinant lorsque l’on déploie une stratégie numérique et une stratégie d’innovation, c’est qu’on n’observe pas toujours leurs effets concrets dans l’immédiat. En fait, ce que l’on construit, c’est un état
d’esprit propice à l’adaptabilité, à la collaboration et aux nouvelles idées. Et les deux derniers mois ont été très riches à cet égard.

  • Cette période unique de confinement vous donne-t-elle des idées de nouvelles formes de médiation dans le musée?
Les dernières semaines ont été l’occasion d’expérimenter de nouvelles approches pour demeurer près de nos publics, mettre en valeur nos collections et augmenter l’engagement, par exemple:
– L’initiative de notre archiviste qui présente sa collection personnelle de PEZ et invite les citoyens à nous partager leur propre collection.

– La possibilité de visiter à distance (en visite virtuelle) notre exposition de référence C’est notre histoire. Premières Nations et Inuit du XXIe siècle et de découvrir sa cocréation avec les Premiers peuples.

– L’invitation à colorier des images de nos archives rendues disponibles dans nos collections en ligne.

– L’impression 3D de visières pour soutenir le personnel soignant dans nos hôpitaux.
Notre très grande présence numérique des dernières semaines et la nette augmentation de nos audiences à distance, stimulent notre créativité pour imaginer de nouvelles expériences avec nos publics scolaires, les familles, les aînés (très présents!) et, plus largement, les passionnés de culture.
Déjà, nous observons une volonté encore plus grande de cohérence entre les expériences en salle et les expériences en ligne.

  • Quelles transformations durables cette crise apportera-t-elle à votre organisation, à vos missions ?

Notre vision demeure la même: « Un musée pour un monde meilleur. Le Musée de la civilisation suscite la rencontre de soi et de l’autre; il propose une expérience mémorable, émouvante, qui incite à agir. »

Cette vision se renforce puisque les musées jouent un rôle formidable dans le bien-être individuel et pour la construction du bien-être collectif. En revanche, nous devrons adapter notre manière d’accueillir le public. La direction de l’accueil et de l’expérience du visiteur prépare en ce moment ce plan de relance avec l’ensemble des directions du Musée. Cette démarche nous invite à questionner certaines façons de faire et pourrait catalyser de nouvelles approches muséales, notamment à la médiation éducative et culturelle, mais également en exposition, pour la mise en valeur des collections et en engagement numérique.

Il est encore trop tôt pour décrire les éléments qui provoqueront des transformations durables auprès des publics et de notre pratique professionnelle.

Les mots de notre président-directeur général, Stéphan La Roche, dans l’entretien « Le futur n’est plus ce qu’il était… mais s’il devenait meilleur qu’on l’espérait? », illustrent bien notre souhait: « Je fais personnellement le vœu que le Québec et notre monde en ressortent plus forts et résilients, plus créatifs et innovants, plus solidaires et généreux. Rêvons, qu’ensemble, nous ne revenions pas en arrière, mais que nous nous propulsions plutôt vers un ailleurs meilleur ».

Propos recueillis par mail le 6 mai 2020

PHOTOS: Musée de la civilisation

Image carousel: capture d’écran de la visite virtuelle de l’exposition « C’est notre histoire Premières Nations et Inuit du XXIe siècle »

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Consultation #museeapres: le CLIC France donne la parole aux membres de sa communauté !

[#museeapres] Bruno Girveau (PBA Lille): « les expositions devront  être encore plus attractives et expérientielles qu’elles ne sont aujourd’hui »

[#museeapres] Philippe Guillet (Muséum Nantes): « La notion de musée engagé devient évidente pour nous. C’est la force des musées de sciences dans le contexte actuel »

[#museeapres] Xavier Roland (Pôle Muséal de Mons): « Nous devons développer des projets innovants pour connecter le virtuel et le physique »

[#museeapres] Michel Rouger (Muséoparc d’Alesia): «la question d’une visite virtuelle du site, digne de ce nom, se pose aujourd’hui»

Laisser un commentaire