Patrimostat: les musées et monuments nationaux ont perdu 71 et 64% de leur fréquentation en 2020

Partager :

Publiée le 16 septembre 2021, par le ministère de la culture et de la communication, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, la nouvelle édition de Patrimostat 2020 propose la synthèse des données de fréquentation 2019 et 2020 de différents sites patrimoniaux (musées de France, monuments nationaux, archives de France, Maisons des Illustres). Elle est l’occasion de « mettre en miroir deux années totalement différentes : 2019, avec le constat d’une fréquentation stable comparativement aux années précédentes, et 2020, une année marquée par la pandémie mondiale de Covid-19 qui a fortement bouleversé les activités des sites patrimoniaux, les mettant à l’arrêt durant plusieurs mois ». Le rapport révèle ainsi que les musées et monuments nationaux ont perdu respectivement 71 et 64% de leur fréquentation en 2020.

La consolidation des données issues de la collecte opérée auprès des musées de France (plus de 1 200 établissements) place l’année 2019 comme année de référence pour observer l’évolution de la fréquentation des patrimoines, notamment dans le contexte actuel de la reprise d’activité des établissements culturels. Les données recueillies auprès des musées et monuments nationaux pour l’année 2020 (plus d’une centaine d’établissements) témoignent des effets marquants de la crise sanitaire sur la fréquentation, particulièrement pour les établissements recevant majoritairement des visiteurs étrangers.

Cet article reprend essentiellement les données de fréquentation 2020 ainsi que les études « conditions de vie et aspirations des Français » Crédoc (2020) et à l’écoute des visiteurs (2020) ainsi que les réflexions du ministère sur les « pratiques alternatives à la fréquentation des patrimoines ».

  • Fréquentation 2020 des patrimoines: les données partielles

La publication Patrimostat 2020 présentent les données (partielles) de fréquentation des patrimoines, tant à l’échelle nationale que régionale.

Pour l’essentiel, le ministère souligne « l’effondrement de la fréquentation des lieux patrimoniaux en 2020, avec un bilan moins favorable pour l’Île-de-France que pour l’ensemble des autres régions, et un effet plus modéré pour les monuments que pour les musées ».

En 2020, la fréquentation des établissements nationaux, sous tutelle du ministère de la Culture a connu une chute spectaculaire et sans précédent liée à leur fermeture durant la pandémie de Covid-19.

Ainsi, ce sont 9,6 millions d’entrées qui ont été enregistrées dans les musées nationaux sur cette période contre 33,5 millions d’entrées en 2019, soit une chute de 71 %. En 2020, les monuments nationaux ont accueilli 4 millions de visiteurs contre 11,1 millions en 2019, soit une baisse de 64 %. Des chiffres encore partiels et donc provisoires qui se rapprochent de ceux livrés dans le dossier du CLIC France en janvier 2021. (Article CLIC: [DOSSIER] Fréquentation physiques et numériques des musées et monuments français en 2020 (18/01/2021))

Ces résultats de l’année 2020 témoignent « à l’échelle des établissements nationaux des effets particulièrement dévastateurs de la pandémie sur la fréquentation des patrimoines ».

En effet, les résultats consolidés pour l’ensemble de la fréquentation des établissements ayant l’appellation Musées de France montrent qu’en 2019, les visiteurs du patrimoine avaient continué à fréquenter les établissements de manière identique à 2018, soit plus de 67 millions d’entrées comptabilisées sur la période.

Explosion de la fréquentation en ligne

Si, en 2020, les chiffres de fréquentation in situ ont chuté, les établissements patrimoniaux n’ont pas pour autant rompu le lien avec leur public. De nombreux programmes culturels virtuels, proposés par les sites internet de ces structures culturelles, ont permis de rencontrer les visiteurs, notamment par le biais de plateformes collaboratives telles que « #Culturecheznous ». Cette offre culturelle en ligne a eu pour effet de doubler, tripler, voire, dans certains cas, de multiplier par dix la fréquentation des sites internet des établissements patrimoniaux.

Capture d’écran d’une visite virtuelle de la Fondation Giacometti

De leur côté, les services d’archives ont amplement participé au portail de cette offre culturelle avec la mise en ligne de plus de soixante dix propositions culturelles : expositions virtuelles, jeux, dossiers thématiques et pédagogiques, corpus d’archives numérisées… De quoi plonger dans l’histoire nationale et locale et même apporter sa pierre à l’édifice de la connaissance, grâce aux nombreux projets collaboratifs auxquels les internautes ont été conviés, à l’exemple de #memoiredeconfinement, initiative lancée simultanément par les archives départementales des Vosges et les archives municipales de Beaune.

Les musées nationaux sous tutelle: 9.6 millions d’entrées, – 71% par rapport à 2019

En 2020, la crise sanitaire a affecté l’ensemble de la fréquentation des équipements patrimoniaux du territoire dont les musées nationaux sous tutelle du ministère de la Culture (Galeries nationales du Grand Palais et Musée du Luxembourg inclus).

Les chiffres de fréquentation de cette année 2020 rendent compte de l’incidence de la fermeture des établissements culturels faisant suite aux directives gouvernementales.

Cette chute de fréquentation résulte notamment de l’effondrement du tourisme international.

Focus sur les collections nationales décentralisées (2020)

En 2020, le centre Pompidou-Metz a accueilli 114 000 visiteurs, soit une baisse de 62 % par rapport à 2019. En 2020 le musée célébrait également ses 10 ans ; depuis 2010 il a accueilli plus de 4 millions de visiteurs. La même année, le Louvre Lens a accueilli 216 000 visiteurs (en baisse de 59 %).

Les monuments nationaux ; 4 millions d’entrées, -64%

La pandémie a fortement perturbé les activités des monuments nationaux et occasionné un repli de la fréquentation pour l’ensemble. Avec 4 millions d’entrées, on observe un repli de 64 % par rapport à 2019.

LE CMN

La fréquentation des monuments nationaux, comme celle de tous les établissements culturels, a souffert des périodes de fermeture. Elle accuse un repli de 65 % par rapport à 2019.

Avec 2,2 millions de visiteurs, on note que la fréquentation des monuments situés en région a mieux résisté au recul que celle de l’Île-de-France, qui a accueilli 1,3 millions de visiteurs.

Ainsi, la baisse de la fréquentation s’élève à 57 % pour l’ensemble des monuments situés en région et à 74 % pour ceux situés en Île-de-France.

La pandémie a également affecté l’avancée de grands projets et notamment le projet Christo de l’Arc de triomphe ou encore la programmation des manifestations de la saison Africa2020. L’ouverture de l’Hôtel de la Marine a également du être repoussée.

Le Centre des monuments nationaux a toutefois pu poursuivre ses travaux de restauration et maintenir certaines expositions au cours de la période estivale.

Durant l’année 2020, le CMN a poursuivi son expansion numérique: 

. développement de ses actions sur les réseaux sociaux avec des visites en direct et un « Tour de France des monuments ».

. enrichissement des sites internet des monuments avec des visites virtuelles à 360° de l’Arc de triomphe, du Panthéon, de la Conciergerie, de la Sainte-Chapelle et des alignements de Carnac.

Le Domaine national de Chambord : 576 000 entrées, -48%

Établissement public industriel et commercial, Chambord constitue l’un des six premiers domaines nationaux depuis le décret du 2 mai 2017.

L’établissement a connu des périodes de fermeture conformément aux directives gouvernementales de lutte contre la pandémie de la Covid-19, ce qui a entraîné une forte diminution de sa fréquentation.

Les musées de la ville de Paris : 1 172 000 entrées, -53 %

L’Établissement public Paris Musées rassemble depuis le 1er janvier 2013 les 14 musées municipaux et sites patrimoniaux de la Ville de Paris et la Maison de Victor Hugo située à Guernesey.

En 2020, Le réseau a généré 1 172 000 entrées, en chute de 53 %.

Les entrées gratuites représentaient 61 %. Les entrées se répartissent entre collections permanentes (517 000) et expositions temporaires (655 000). Les visiteurs scolaires ont été au nombre de 30 000.

Paris Musées fortement numérique en 2020

En 2020, la fréquentation des sites internet des musées s’établit à 12 millions de visites (+37 % par rapport 2019).

En ce qui concerne le site des collections, il a comptabilisé près de 8 millions de visites (+270 %). Avec la mise en place de l’Open Content (mise à disposition gratuitement et sans restriction d’images de la collection permanente en haute définition) en janvier 2020, 2,5 millions d’images d’œuvres ont été téléchargées au cours de l’année.

Paris Musées a profité de la fermeture des lieux pour développer l’offre de cours en ligne. En 2020, les cours d’histoire de l’art : Les « Paris de l’Art » ont accueilli 510 auditeurs en présentiel et 1 810 auditeurs en flux (nouveauté pour la saison 2020-2021).

Universcience : 793 000 entrées, -72 %

Universcience, l’établissement public du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l’industrie, a pour ambition de rendre les sciences accessibles à tous. « Conçue en étroite collaboration avec des chercheurs, enrichie par la médiation, son offre se décline en expositions, événements, espaces dédiés aux enfants, aux ressources et à l’expérimentation d’outils numériques, en résonance avec les enjeux scientifiques contemporains. »

En raison de la crise sanitaire, l’établissement a connu un recul historique de sa fréquentation, après une année record en 2019. L’établissement et ses deux lieux ont généré 793 000 entrées, soit une baisse de 72 %.

Ainsi, la Cité des sciences et de l’industrie a connu 171 jours d’ouverture et le Palais de la découverte, 173 jours en 2020. Dans ce contexte inédit, Universcience a adapté sa stratégie, notamment numérique, à travers le programme #LaScienceEstLà, pour maintenir le lien avec ses publics.

Cité des sciences et de l’industrie

Malgré la baisse des publics enregistrée, la grande majorité des offres culturelles proposées a atteint des taux de fréquentation dépassant 70 % des jauges, notamment les expositions qui ont enregistré près de 283 000 entrées et les espaces ressources en accès libre (bibliothèque, Carrefour numérique2, conférences…) avec près de 111 000 visites.

En termes de profils de publics, on observe logiquement un accroissement des Franciliens (60 % des visiteurs contre 45 % en 2019) alors que la part des visiteurs originaires d’autres régions françaises a baissé (37 % contre 42 % en 2019). En ce qui concerne la part de visiteurs étrangers, elle est passé de 12 % en 2019 à 3 % en 2020.

Hors les murs

En dépit de la situation sanitaire, Universcience a poursuivi son déploiement hors les murs en 2020. Ainsi, depuis septembre 2020, Lille accueille la Cité des enfants de Lillenium : Smallicieux. Par ailleurs, Universcience s’est vu confier plusieurs nouvelles missions d’ingénierie culturelle : études préparatoires à la création du Musée international du cinéma et du Festival de Cannes, étude pour le renouvellement de l’offre du musée de l’Institut Pasteur. L’établissement a également présenté de nombreuses expositions hors les murs, en France et à l’étranger: « Effets spéciaux » ; « Feu » ; « Chiens et Chats » ; « Darwin, l’original » ; « Microbiote » ; « Chimie » ; « Risque » ; « Pasteur, l’expérimentateur ».

Palais de la découverte

Le Palais de la découverte a fermé ses portes au public pour des travaux de restauration le 30 octobre 2020 et cela jusqu’en 2025.

Durant le premier confinement, le Palais de la découverte a produit des programmes inédits, comme Les petites découvertes, Dessine-moi les sciences ou Déconfine ton cerveau.

En 2020, Universcience a fortement développé sa présence numérique. 

  • Pratiques alternatives à la fréquentation des patrimoines

Cette enquête de réception de l’offre culturelle numérique proposée par les établissements patrimoniaux en période de confinement, a été réalisée en ligne du 23 avril au 30 mai 2020 auprès de 1 788 internautes.

Durant la crise sanitaire liée au Covid-19, les établissements patrimoniaux (musées, monuments, lieux d’exposition) ont été contraints à la fermeture, stoppant net, pour des milliers de visiteurs, la fréquentation de ces établissements. De nombreux établissements patrimoniaux ont alors souhaité continuer à assurer leur mission de service public en offrant des contenus culturels en libre accès sur leur site internet, lesquels ont vu leur fréquentation en ligne considérablement augmenter au cours de la période du premier confinement.

Au cours du premier confinement, 74 % des répondants de l’étude ont fait une visite virtuelle.

La pratique de la visite virtuelle est surreprésentée chez :
. les femmes (76 % des répondantes ont effectué une visite virtuelle)
. les personnes âgé·es de 70 ans et plus (87 %)
. les retraité·es (83 %)
. les personnes ayant effectué 3 visite de musées ou plus dans l’année (78 %).

Des répondants habitués des musées

Les répondants à cette enquête en ligne étaient le plus souvent confinés avec leur conjoint (59 %) et/ou avec des enfants (26 %). En termes d’équipements informatiques, 97 % ont déclaré être en mesure d’accéder à internet via leur ordinateur.

Avant le confinement, 93 % avaient déjà consulté des sites internet de musées, monuments, services d’archives ou autres lieux de patrimoine et 43 % avaient l’habitude de poster des contenus sur les réseaux sociaux.

91 % des personnes interrogées s’étaient rendues plus de deux fois au musée au cours de l’année, ce qui témoigne d’une forte familiarité muséale.

Par comparaison, selon l’étude 2020 « Baromètre des visites patrimoniales », réalisée par le CRÉDOC à la demande du Département de la politique des publics, c’est le cas de 25 % de la population française*.

En pratique, des usages variés

Lors de leur consultation de sites internet, plus de 70 % des répondants déclarent avoir : consulté des informations pratiques, visionné des vidéos, fait une visite virtuelle d’un musée ou d’une exposition, consulté la newsletter d’un musée, suivi sur les réseaux sociaux les publications d’un musée.

Une polarité des usages selon les âges

L’intérêt des plus de 60 ans porte sur des aspects pratiques et sur l’exploration de contenus culturels, alors que les moins de 60 ans sont plutôt tournés vers les réseaux sociaux et des usages participatifs.

Des attentes multiples, dépassées pour tous

Les offres patrimoniales ont particulièrement attiré les usagers en raison du caractère fiable et sérieux de leur contenu à 69 %.

Le caractère « participatif » intéresse en particulier les usagers âgés de 25 à 39 ans, tout comme l’aspect ludique. Près de la moitié des répondants ont également été attirés par le caractère inédit des contenus (53 %) ou par la qualité technique et esthétique des médias utilisés (50 %). Ils témoignent aussi d’un fort attachement à leur accès gratuit.

Le dépassement des attentes est supérieur à celui obtenu auprès des visiteurs in situ (28 % contre 19 % pour « À l’écoute des visiteurs 2020 »).

Les principaux apports de ces contenus : se cultiver, en savoir plus, satisfaire sa curiosité, être au courant de l’actualité culturelle, découvrir des œuvres dans des lieux inédits.

  • La perception des tarifs pratiqués dans les établissements patrimoniaux par les Français (en collaboration avec le Crédoc)

L’étude « Conditions de vie et aspirations des Français », réalisée en 2019-2020 par le Crédoc, auprès d’un panel en ligne* a posé des questions sur la perception par les Français, des tarifs pratiqués dans les lieux de patrimoine. Un moyen de revenir sur les différentes mesures de gratuité et de tarifs réduits prises par les musées et monuments pour soutenir la démocratisation des pratiques culturelles.

Les bénéficiaires de la gratuité. 32 % des personnes qui ont visité un monument, un musée ou une exposition ont bénéficié de la gratuité en 2019.

Les Journées européennes du patrimoine sont la principale occasion de visite gratuite. Les autres événements gratuits pour tous les plus cités concernent certains jours de l’année dans les musées et monuments nationaux (premier dimanche du mois, nuit des musées…).

Les jeunes de moins de 25 ans : premiers bénéficiaires de la gratuité. 41% des jeunes de moins de 25 ans ont visité un monument, un musée ou une exposition gratuitement au cours de l’année 2019 contre 32 % des français.

4 Français sur 10 ont renoncé à une visite au cours de l’année 2019 en raison d’un tarif jugé trop élevé. Le renoncement est plus important chez les individus disposant de revenus inférieurs au revenu médian (50 %). La composition du foyer est également un facteur majeur. Ainsi, 38 % des personnes vivant seules ont renoncé à une visite, alors que 50 % des foyers de 4 personnes sont dans ce cas.

Le renoncement concerne davantage les musées et expositions que les monuments. Parmi les personnes qui ont renoncé à une visite, 36 % ont renoncé à une visite de musée ou une exposition, 16 % à une visite de monument.

Des visiteurs au Musée de Bretagne

Circonstances du renoncement à la visite. Dans 82 % des cas de renoncement, le plein tarif était supérieur à 10€. 74 % auraient accepté de s’acquitter d’un tarif adulte inférieur à 11 €.

La perception des tarifs pratiqués dans les institutions culturelles. Parmi les visiteurs payants, 52 % estiment que le prix n’était « pas cher ». 46 % des familles avec enfant de moins de 16 ans ont trouvé le prix de leur dernière visite élevé contre 34% des familles sans enfant de moins de 16 ans. Les visiteurs d’expositions temporaires sont plus nombreux à trouver que le tarif dont ils se sont acquittés était « cher ».

Le prix dont les Français se sont acquittés. Un prix médian de 11 € pour la dernière visite payante. 47 % des visiteurs payants se sont acquittés d’un tarif de 10 € maximum. 81 % des visiteurs ont payé 15 € ou moins.

Entre 2010 et 2020, les tarifs d’entrée des musées nationaux sous tutelle du ministère de la Culture ont augmenté en moyenne de + 37 % (plein tarif ) et + 41 % (tarif réduit). Cette évolution des tarifs est nettement supérieure au taux d’inflation en France (+11,3 % entre 2010 et 2020).

* L’enquête a été réalisée entre le 23 décembre 2019 et le 14 janvier 2020, auprès d’un panel en ligne. 3 019 internautes en France (France entière) âgés de 15 ans et plus ont été sélectionnés selon la méthode des quotas. Ces quotas (région, taille d’agglomération, âge, sexe, habitat individuel ou collectif et PCS) ont été calculés d’après le dernier recensement général de la population.

  • Bilan de l’enquête 2020 « À l’écoute des visiteurs »

Initiée en 2010 par la Direction générale des patrimoines, l’enquête annuelle « À l’écoute des visiteurs » permet de développer la connaissance des publics des musées et monuments nationaux et les principales tendances de fréquentation des patrimoines.

En 2020, l’enquête s’est déroulée en automne, entre deux confinements, dans 55 établissements. 7 853 questionnaires ont été collectés (5 983 répondants dans les musées, 1 870 répondants dans les monuments).

Cette édition est révélatrice de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la fréquentation des patrimoines, en particulier du phénomène de désertion des touristes internationaux. Les pratiques alternatives à la fréquentation des patrimoines réalisée durant le premier confinement au printemps 2020.

 

PATRIMOSTAT, ÉDITION 2020

Patrimostat est réalisé par le pôle dynamiques territoriales du Deps-doc au secrétariat général du ministère de la Culture qui recueille, enregistre et analyse les données de fréquentation de différents sites patrimoniaux (musées de France, monuments nationaux, archives de France, Maisons des Illustres…). Le mode de recueil varie selon les patrimoines, leur mode d’organisation et leur tutelle.

SOURCE: Ministère de la culture 

PHOTOS: Ministère de la culture 

PHOTO du carousel: capture d’écran de la visite du Château de Chambord du 02/06/2020, dans le cadre du « tour de France des lieux culturels » organisé par le CLIC France 

Date de première publication: 20/09/2021

Partager :

Laisser un commentaire