Le lundi 10 juillet 2017, le Musée d’Art Moderne de San Francisco a lancé un service inédit de diffusion à la demande et personnalisée d’œuvres d’art de sa collection suite à la réception d’un texto. En une journée, près de 400 000 images d’oeuvres ont ainsi été partagées !

moma

Le projet baptisé « Send me SFMOMA » a été créé comme un « moyen d’exposer les personnes aux 34 678 oeuvres d’art du musée d’une manière qui génère des connexions personnelles », en envoyant le message textuel « send me » accompagné d’un mot clé, d’une couleur ou d’un émoji au numéro 572-51.

Comme l’explique Jay Mollica, créatif numérique du SFMOMA: « Chaque message texte déclenche une requête à l’API de la collection du SFMOMA, qui répond ensuite par l’envoi sms d’une image d’une œuvre d’art correspondant à la demande ».

Avec « send me ocean », la personne recevra une image de l’oeuvre de Pirkle Jones « Breaking Wave, Golden Gate », avec « send me blue », elle recevra une image de « Sponge » (SE180) d’Yves Klein et « send me flowers » permettra de recevoir l’image de l’oeuvre de Yasumasa Morimura « An Inner Dialogue with Frida Kahlo (Collar of Thorns) ».

385 000 messages envoyés le 1er jour

Durant sa phase béta test, le projet « Send Me SFMOMA » a reçu 12 000 messages texte pendant les quatre premiers jours et a généré 3 000 envois d’images d’œuvres d’art individuelles.

« Send me SFMOMA a suscité un tel déluge de réponses que le numéro a été mis sur la liste noire par les principaux opérateurs de téléphonie mobile qui pensaient que le SFMOMA était en train de spammer les consommateurs avec de l’art! » a déclaré au site UPI Jay Mollica.

Dans cette phase bêta, Send Me SFMOMA a donc diffusé plus d’œuvres d’art que ce qui est accroché en permanence dans le musée et Mollica espère que le programme continuera à donner au public une occasion unique de découvrir les oeuvres conservées dans les réserves du musée ou rarement vues par le public.

Après le succès de la version bêta, le lundi 10 juillet 2017, le musée a officiellement lancé le service en sécurisant un code à cinq chiffres que les transporteurs se sont engagés à ne pas blacklister.  Le même jour le chef du numérique du SFMOMA, Keir Winesmith a annoncé sur twitter que le musée avait envoyé 385 000 textes le lundi, avant 17h30 !


Le programme est actuellement disponible uniquement aux États-Unis, mais le musée a déclaré qu’il cherchait à l’étendre à d’autres endroits dans le monde.

SOURCES: SFMOMA, UPI

Date de première publication: 11/07/2017

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

Un jeu de piste via sms interactifs au coeur du Museum of London

La Knight Foundation verse 1,87 millions de dollars pour financer de nouveaux outils innovants dans 12 musées américains

Grace aux téléphones mobiles, les statues de Londres et de Manchester parlent aux passants

Ask Mona : quand l’intelligence artificielle personnalise les conseils en matière de sorties culturelles

Le vase qui parle s’installe à Toulouse et se dévoile en live twitt le temps d’une soirée