Le vendredi 6 février 2015, pendant les RNCI15, Vincent Chauvet, adjoint au maire d’Autun en charge du développement du patrimoine historique et de l’accessibilité, a réalisé une visite à distance du muséum d’histoires naturelles grâce à un robot qui vient d’y être installé. Quelques jours après, l’élu explique le projet, son modèle économique et décrit les autres réalisations numériques patrimoniales de sa ville.

3a055a2

Vincent Chauvet, maire-adjoint d’Autun chargé du patrimoine historique, conseiller communautaire de l’Autunois-Morvan (Photo compte linkedin)

Comment est né le projet d’installation d’un robot dans les musées de la ville d’Autun ?

Ce projet est dans la continuité de ce que la ville d’Autun initie depuis quelques années autour de la valorisation du patrimoine via les nouvelles technologies.

Depuis 2010, la ville d’Autun mène au niveau culturel, des projets faisant appel aux usages du numérique pour la valorisation et l’interprétation du patrimoine. Ainsi, les deux expositions «Les rendez-vous du Louvre», Bologne et le pontifical d’Autun (2012) et Goya, Delacroix, les relations artistiques de la famille Guillemardet (2014) réservaient une salle à la présentation et l’explication d’œuvres trop fragiles pour être mises au regard du public par le biais de dispositifs numériques didactiques.

Dans le cadre de la Galerie Numérique du Morvan, un film en relief approche toutes les facettes de l’un des chefs d’œuvre de la sculpture du XIIe siècle, le tympan du Jugement dernier de la cathédrale Saint-Lazare. En parallèle, les deux musées ont développé, en partenariat avec le rectorat de l’académie de Bourgogne, des systèmes de visioconférence, avec des solutions techniques différentes, afin de s’adapter aux spécificités de chacun des établissements.

Extrait du film « Révélations », immersion en 3D au cœur du tympan de la cathédrale Saint-Lazare
 

Dans la continuité des installations déjà en place dans les musées autunois, l’idée était d’ajouter une nouvelle dimension : la mobilité et de se poser la question de l’interface que peut être le robot dans une mise en médiation entre un public en distanciel, un guide conférencier et des ressources documentaires.

Quels sont les objectifs de cette démarche ?

Les impacts attendus du projet sont multiples :

. valoriser le patrimoine autunois et des collections des musées du territoire.

. faire rayonner l’image de la ville et de son patrimoine au-delà de son territoire/e-tourisme.

. apprendre et créer la curiosité au patrimoine, mettre en œuvre les conditions d’accès privilégiées pour aller à la rencontre du patrimoine culturel.

. montrer les apports et l’utilité des usages du numérique de la robotique dans le milieu culturel.

. rapprocher le musée des visiteurs potentiels, même les plus éloignés géographiquement.

Quel est le public prioritaire de cette visite à distance ?

Les premiers tests sont en partenariat avec le rectorat et donc pour du public scolaire. En revanche, nous comptons élargir les publics et les expériences dans les prochaines semaines. In fine, tous les publics pourront être concernés.

IMG_0001

Quel est le budget du projet et son financement ?

Le budget de cette phase s’élève à 52 780€ TTC. Nous le finançons grâce à plusieurs partenaires:

. le Ministère de la culture et de la communication, dans le cadre de l’appel à projet Services Numériques Culturels Innovants 2014 : 18 000€ (34.10%)

. la Région Bourgogne, dans le cadre des usages numériques : 25 000 € (47.85%).

La Ville d’Autun apporte le solde, 9780€ (18.55%).

Quel est le mode de coopération avec la société Awabot qui fournit le robot Beam Pro ? 

La ville d’Autun a acquis le robot, et nous sommes sur un partenariat pour le développement du portail web commercial et des contenus culturels.

Avez-vous décidé les conditions tarifaires des visites à distance ?

Avec les visioconférences, nous avions déjà un tarif à 25€ la séance de 1/2 h, que nous ne comptons pas modifier au moment de la mise en service commerciale du dispositif de visite avec le robot.

vincent-chauvet-(sur-l-ecran)-adjoint-au-maire-d-autun-ecoute-depuis-la-cite-des-sciences-de-paris-les-explications-du-conservateur-du-museum-d-histoire-naturelle-d-autun-dominique-chabard-grace-au-beam-pro-photo-mig

Vincent Chauvet (sur l’écran) écoute depuis les RNCI 2015 à la cité des sciences, les explications du conservateur du muséum d’histoire naturelle d’Autun, Dominique Chabard grâce au Beam pro (photo Le Journal de Saône-et-Loire du 07/02/15)

Quels pourraient être les développements futurs de ce projet pour la ville d’Autun ?

Outre les deux musées de la ville, nous aimerions avoir la possibilité de faire découvrir certains monuments phares comme la cathédrale Saint-Lazare. Mais, au fur et à mesure du déroulé de l’expérience, nous allons certainement envisager d’autres développements qui ne nous semblaient pas évident au premier abords.

Avez-vous été approché par d’autres collectivités locales intéressées par la démarche ?

Non, mais peut-être est-ce trop tôt, l’expérience n’est peut-être pas encore assez connue, la communication est encore restreinte. On verra notamment les retours lors du congrès pour les 30 ans des VPAH, au cours duquel je ferai une présentation globale des usages du numériques pour les publics culturels et touristiques, je parlerai entre autre de cette expérience en cours.

Avez-vous d’autres projets numériques en matière de musée et patrimoine ? 

Oui, nous avons d’autres idées en tête…. nous réfléchissons les projets numériques en fonction des publics et des usages, également par rapport aux patrimoines à mettre en valeur ou en médiation. C’est peut-être prématuré pour l’instant de les évoquer. Des pistes de réflexion : le patrimoine invisible ou détruit, les non publics par exemple. Ces publics qui circulent dans une ville, sans que l’on puisse les connaitre avec précision : en général des individuels, qui visitent seuls (sans guide ou accompagnateur) et sont très consommateurs de guide papier. Le tourisme culturel, est certainement un de nos challenges des années à venir…, car ils ont souvent un pouvoir d’achat au-dessus de la moyenne et ils prennent le temps de la découverte.

Avez-vous un rêve en matière de numérique patrimonial ? 

Un rêve, non, des rêves, oui. Mais ils restent actuellement dans ce domaine !

Propos recueillis par mail le 23/02/2015

Date de première publication: 24/02/2015

Clic-separateur EVENEMENT CLIC

Mardi 24 mars 2015: Atelier #27 du Clic France sur le thème « Robot & patrimoine: premier bilan et perspectives »

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

La ville d’Autun adopte un robot Beam pour faire visiter ses musées à distance

Le Château Racconigi accueille Virgil, le premier robot italien pour visiter un musée

Du 13 au 17 août, le projet After Dark permet de visiter la tate la nuit via un robot

Au musée des Sciences émergentes de Tokyo, des robots humanoïdes guident les visiteurs

Avec Awabot et le Clic, des robots passent la nuit des musées … à la Cité des sciences, au Grand Palais et au Musée Gallo Romain de Lyon