Musées, IA et éthique: l’Université de Sheffield reçoit une part du financement gouvernemental britannique de 100 millions de livres sterling

Partager :
Temps de lecture : 3 min

Afin de lui permettre de mener une vaste recherche pour une utilisation responsable de l’IA dans les secteurs publics, l’Université de Sheffield a reçu une part des 100 millions de livres sterling de financement du gouvernement britannique en soutien au développement de l’intelligence artificielle. Cette recherche portera sur les secteurs de l’éducation, de la police et des industries créatives.

La secrétaire d’État à la Science, à l’Innovation et à la Technologie, Michelle Donelan, a annoncé le mardi 6 février 2024 le financement de nouvelles recherches sur l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA) qui souligne “l’engagement du Royaume-Uni à maintenir une position de leader dans la recherche sur l’IA et son déploiement éthique”.

L’Université de Sheffield pilotera ces deux projets de recherche qui définiront ce qu’est une utilisation responsable de l’IA dans les secteurs public et culturel.

  • Les musées et l’IA responsable

Le Dr Joanna Tidy dirigera une équipe basée au Département de politique et de relations internationales de l’Université de Sheffield pour enquêter sur l’utilisation responsable de l’IA dans le secteur des musées et du patrimoine, en particulier en ce qui concerne les préjugés dans l’IA qui découlent de l’histoire coloniale des collections de musées.

Le projet de recherche est mené en partenariat avec le Royal Armouries, le musée national des armes et armures du Royaume-Uni.

Le Dr Tidy a déclaré : “Les musées et les institutions patrimoniales utilisent de plus en plus d’outils d’IA tels que l’apprentissage automatique et le traitement du langage naturel pour améliorer l’interaction des visiteurs avec leurs collections. Cependant, un problème bien connu de l’IA est le biais, notamment la manière dont les algorithmes d’IA reproduisent des données sous-jacentes biaisées. Pour les musées et les institutions patrimoniales, le défi d’une utilisation responsable de l’IA réside dans la façon dont les préjugés sous-jacents aux collections muséales, tels que ceux enracinés dans les origines et l’histoire coloniales, sont reproduits par le traitement et les résultats des données de l’IA. C’est un moment crucial pour définir à quoi peut et devrait ressembler l’utilisation responsable de l’IA dans différents contextes, et nous devons travailler au-delà des frontières académiques et engager un large éventail d’expertises appliquées pour explorer les voies à suivre”.

Une deuxième équipe de l’École d’information et du Département de philosophie de l’Université de Sheffield, dirigée par le Dr Denis Newman-Griffis, travaillera avec des organisations des secteurs public, privé et tiers afin de construire un apprentissage, des valeurs et des principes partagés pour une IA responsable, permettant le développement de meilleures pratiques, aidant à organiser l’information et soutenant la prise de décision. 

Les partenaires de ce projet comprennent la British Library, le conseil municipal de Sheffield, la société multinationale de conseil en science des données Eviden et l’Open Data Institute à travers le programme Data as Culture.

Le Dr Newman-Griffis a déclaré : “Ce projet nous aidera à comprendre ce que l’intelligence artificielle responsable signifie réellement pour les équipes et les organisations confrontées aujourd’hui à l’évolution du paysage de l’IA. Qu’il s’agisse d’aider à organiser et à partager des documents de recherche et de patrimoine, d’éclairer l’élaboration de politiques basées sur les données au sein du gouvernement local ou d’exploiter des mines de données à des fins commerciales, l’utilisation responsable de l’IA nécessite une compréhension claire de ce qu’implique l’utilisation de l’IA. Nos recherches aideront à tracer de nouvelles orientations pour faire de l’IA responsable une pratique vivante et respirante et à jeter les bases permettant à d’autres organisations d’élaborer beaucoup plus facilement leurs propres politiques en matière d’IA”.

  • Financement par le ministère de la science, de l’innovation et de la technologie

L’Université de Sheffield recevra donc une part des 100 millions de livres sterling consacrés par le gouvernement britannique en faveur de l’IA et son déploiement éthique.

Soutenus par un financement du Conseil de recherches en arts et sciences humaines (AHRC), via l’organisme gouvernemental UKRI, par le biais du programme Bridging Responsible AI Divides (BRAID), ces projets produiront des recherches et des recommandations pour éclairer les travaux futurs dans ce domaine.

Ces projets de recherche “illustrent comment le Royaume-Uni est à l’avant-garde de la définition d’une IA responsable et explore la manière dont elle peut être intégrée dans des secteurs clés”.

Le professeur Christopher Smith, président exécutif du Conseil de recherches en arts et sciences humaines, a déclaré : “L’impact de l’IA peut déjà se faire sentir dans de nombreux domaines de nos vies. Cela transformera nos emplois et nos moyens de subsistance et aura un impact sur des domaines aussi divers que l’éducation, la police et les industries créatives, et bien plus encore. Les recherches de l’UKRI seront au cœur de la compréhension de ce nouveau monde. La recherche annoncée aujourd’hui par l’AHRC apportera des contributions durables à la définition et à la pratique d’une IA responsable, en éclairant la pratique et les outils qui sont cruciaux pour garantir que cette technologie transformatrice apporte des avantages à l’ensemble de la société”.

En plus des projets de cadrage, l’AHRC confirme 7,6 millions de livres sterling supplémentaires pour financer une deuxième phase du programme BRAID, prolongeant les activités jusqu’en 2027/28. La prochaine phase comprendra de nouveaux projets à grande échelle et de nouvelles offres de formations professionnelles en IA, co-développées avec l’industrie et d’autres partenaires.

SOURCES: AHRC, UKRI, presse

PHOTO du carrousel: La nouvelle section indienne, South Kensington Museum. Illustrated London News, 22 mai 1880, 501. © Royal Armouries DI 2016-0270, utilisé avec autorisation.

Date de première publication: 08/02/2024

banner clic 2024 V1

Laisser un commentaire