Avec 1 400 nouvelles oeuvres en ligne, le Google Art Project va donner une visibilité mondiale à cinq mille ans d’art chinois

Le 4 septembre 2014, l’Institut Culturel Google a dévoilé les 1 400 nouvelles œuvres et 48 expositions en ligne fournies par 6 nouveaux partenaires chinois qui rejoignent les 3 institutions déjà associées au Google Art Project. Banni de l’internaute chinois, Google y revient donc par la porte de la culture et de l’art.

Les nouvelles œuvres chinoises présentées sur le GAP sont issues de tous les mouvements artistiques et de toutes les époques, « de l’aube de la civilisation jusqu’à l’art expérimental de la Chine moderne ».

Comme l’a déclaré Amit Sood, son directeur présent à Pékin, « c’est l’une des plus grandes collections que nous avons mis en ligne en Asie, et le deuxième enrichissement d’oeuvres chinoises depuis que les 3 premiers musées chinois ont rejoint la plateforme en 2012. Nous sommes heureux d’aider les institutions culturelles chinoises à trouver un public mondial ».

Les 6 nouveaux musées ou lieux culturels chinois qui rejoignent le GAP sont le Musée de Sanxingdui, le Musée d’Art Contemporain (MCACAA) d’Hangzhou, le Today Art Museum de Pékin, le Musée Guerre de l’Opiumle Centre Contemporain d’Art (CCAD), et le Pokfulam Village de Hong Kong.

. Le Musée de Sanxingdui, Province du Sichuan, connue pour sa vaste collection d’objets précieux issus de tombes de la période Shang, 11 et 12e siècles av JC, offre près de 100 de ces objets rares, deux expositions virtuelles (« -2 000 avant JC » et « The faces of Sanxingdui » ainsi que des visites du musée en panoramas à 360 degrés. (site web du musée)

google art project china mask

google art project china sanxin
Visite virtuelle du Sanxingdui Museum sur le Google Art project

. Le Musée d’Art Contemporain (MCACAA), situé à Hangzhou, dévoile plus de 100 œuvres d’art du 20e et 21e siècles. Un des points forts de cette collection est l’album fleur et oiseau de Pan Tianshou de la fin des années 1930. « Ses pinceaux et peintures à l’encre expressifs combinent le lyrisme de mise en peinture traditionnelle chinoise avec le dynamisme de l’art moderne ».

Détail de l'album de Pan Tianshou "Flower-and-bird" (Museum of Contemporary Art, China Art Academy)
Détail de l’album de Pan Tianshou « Flower-and-bird » (Museum of Contemporary Art, China Art Academy)

. Un autre musée d’art moderne, le Today Art Museum de Pékin, dont la collection comprend de nombreux chefs d’œuvres des précurseurs de l’art contemporain chinois, propose plus de 700 images d’œuvres et 17 expositions en ligne. Des expositions virtuelles sont ainsi proposées sur les stars chinoises du moment Xu Bing et son projet Phoenix Aerial et Yue Minjun avec ses hommes qui rient. (site web du musée)

« La jeune génération n’a aucun intérêt à passer plusieurs heures à visiter des musées et des galeries. Ils vont au musée que s’ils sont séduits par les œuvres qu’ils voient en ligne ou via des applications», explique Gao Peng, directeur du Today Art Museum.

Extrait de l'exposition virtuelle consacrée à Yue Minjun (Today Art Museum, Pékin)
Extrait de l’exposition virtuelle consacrée à Yue Minjun (Today Art Museum, Pékin)
Les autres nouveaux partenaires chinois du Google Art Project sont le Musée de la Guerre de l’Opium de la ville de Dongguan (Province du Guangdong) avec une exposition virtuelle « The burning of Opium at Humen » et 53 œuvres, le Centre de recherche chinois sur l’art moderne et contemporain (CCAD) avec 6 expositions virtuelles et 132 œuvres, et le groupe de conservation du Pokfulam Village, l’un des plus anciens villages de Hong Kong protégé par l’Unesco, avec une exposition virtuelle, une visite virtuelle et 78 images.

Le Centre d’art contemporain Ullens (qui a rejoint la plateforme en janvier 2014, article sur le blog de Google) avec 455 œuvres et 17 expos, le Musée provincial du Hunan avec 59 œuvres et une expo, et le musée du site de Jinsha avec 86 œuvres et une expo ont également ajouté des expositions à leurs collections existantes sur le GAP.

Selon Amit Sood, avec les nouvelles œuvres et expositions chinoises, le nombre d’œuvres d’art en provenance d’Asie est aujourd’hui presque équivalent à celui des pays européens et des Etats-Unis réunis.

Google s’est à ce jour associé à plus de 500 musées dans plus de 60 pays. Le nombre annuel de visiteurs du site Web a atteint 19 millions, la fréquentation depuis la Chine se place au quatrième rang tandis que les États-Unis génère le plus de visites.

Partenariat culturel avec la Chambre des Députés

Le 12 septembre, le Google Cultural Institute a également annoncé un partenariat avec la Chambre des députés chinoise qui prévoit notamment la production d’une visite virtuelle de salles représentatives du Palais du Parlement ainsi que la création d’expositions virtuelles qui seront mises en ligne sur le Google Art Project.

SOURCE: Google Cultural Institute (05/09/14), China Daily (10/09/14)

Date de première publication: 15/09/2014

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

26 lieux culturels français sur Google Art Project

Avec StreetArtProject, l’Institut culturel de Google créé le « Street View » du street art

Osamu Tezuka, « dieu » du manga et père d’Astro Boy, fait son entrée dans le Google Art Project

Palais Garnier de Paris: premier opéra mondial à rejoindre le Google Art Project

Dans le prolongement du « Google Art Project », l’Institut Culturel de Google ouvre son «Lab» à Paris

Laisser un commentaire