Grâce à la numérisation et impression 3D, des artistes « restituent » à l’Egypte le buste de Néfertiti

L’emblématique buste de Néfertiti, l’un des plus grands trésors de l’Egypte actuellement intégré à la collection du Musée égyptien de Berlin, a été « restitué » à sa terre natale grace à la technologie 3D. Les artistes Egyptiens Nora Al-Badri et Jan Nikolai Nelles ont scanné le buste de la souveraine égyptienne et publié en ligne les données pour que chacun puisse en réaliser une impression 3D.

nefertiti 1

Les artistes ont choisi d’exposer une impression 3D du buste de Néfertiti à l’Université du Caire, une façon de revendiquer le retour des antiquités dans leurs pays d’origine. « La tête de Néfertiti représente tous les autres millions d’objets volés et pillés partout dans le monde et ce qui se passe actuellement, par exemple, en Syrie, en Irak et en Egypte » a expliqué Nora Al-Badri.

Nora al-Badri et Jan Nikolai Nelles devant une impression 3D du buste de la Reine Nefertiti au Caire (c) Jan Nikolai Nelles
Nora al-Badri et Jan Nikolai Nelles devant une impression 3D du buste de la Reine Nefertiti au Caire (c) Jan Nikolai Nelles

Le buste de Néfertiti a été découvert en 1912 à Tell el-Amarna, la capitale du royaume d’Akhénaton, par une équipe archéologique allemande dirigée par Ludwig Borchardt. L’Allemagne a attendu jusqu’en 1924 pour présenter publiquement le buste, et les Egyptiens ont immédiatement commencé à demander son retour.

La 3D pour protester

Pour ses auteurs, l’action de numériser et de mettre à disposition libre ces données est une action de protestation destinée à dire leur colère contre le Neues MuseumMusée égyptien de Berlin dans lequel est exposé le buste de Néfertiti (1370-1333 av. J.-C., célébrissime souveraine d’Egypte et épouse du pharaon Akhénaton). Les artistes germano-irakienne Nora Al-Badri et allemand Jan Nikolai Nelles estiment que cette précieuse relique n’a pas sa place en Allemagne : elle devrait retourner en Egypte. Ou, tout au moins, le musée devrait donner un accès libre au buste ainsi qu’aux résultats des recherches effectuées dessus. Ce qui n’est pas le cas. D’où le projet intitulé The other Nefertiti.

« Le musée de Berlin monopolise le buste et poursuit ainsi une pratique impériale, au lieu de permettre un accès ouvert à Nefertiti, en particulier pour les Egyptiens », a déclaré Nelles au journal Times.

Pour protester contre cette situation, les artistes Nora Al-Badri et Jan Nikolai Nelles ont clandestinement scanné le buste et mis à disposition les fichiers qui permettent d’en réaliser une copie en impression 3D.

Pour scanner le buste de Néfertiti, les artistes ont utilisé une caméra kinect 360, le capteur de mouvements ultra précis développé par Microsoft pour ses consoles de jeu. Dissimulé sous une écharpe, l’appareil a permis de réaliser des prises de vue sous tous les angles du buste, dont le musée interdit la moindre photographie. Ce scan a eu lieu en octobre 2015, durant 5 à 6 heures. « Le public du musée était tellement concentré sur le buste … que personne n’a remarqué ou réalisé ce que nous faisions là », a déclaré Al-Badri au site news.artnet.com.

La vidéo ci-dessous montre la manière dont ce scan a pû être réalisé:

museumshack from jnn on Vimeo.

Les données communiquées pendant un congrès de hackers

Trois mois plus tard, lors d’un congrès du Chaos Computer Club, le plus grand rassemblement de hackers d’Europe, le duo a divulgué le résultat de leur travail. Le jeu de données 3D a été mis en ligne et rendu téléchargeable gratuitement pour permettre voire favoriser l’impression en 3D une réplique du buste.

Quelques jours après, une centaine de téléchargements étaient déjà dénombrés et les artistes ont reçu des sollicitations de la part d’universités et même d’entreprises souhaitant commercialiser la réplique du buste.

Scan à 360° du buste:

Début mars 2016, les autorités des musées allemands ont réagi publiquement pour la première fois. Birgit Jöbstl, un porte-parole de la Fondation du patrimoine culturel, qui supervise le système de musée national en Allemagne, a mis en doute la qualité et l’authenticité de l’analyse, en affirmant dans un communiqué que « le musée avait remarqué l’intervention artistique sur le buste de Nefertiti, mais ne voit pas la nécessité de réagir. Des mesures juridiques ne sont pas actuellement étudiées d’autant plus que le scan semble être de qualité mineure. Une comparaison détaillée avec les données 3D du musée n’a pas encore été faite.« 

A ce jour, « aucun musée égyptien n’a souhaité montrer la pièce en 3D », a déclaré Al-Badri. En attendant, le duo prévoit de présenter une impression 3D à l’Université américaine du Caire en mai 2016.

Al-Badri a également révélé qu’ils « ont enterré une impression 3D du buste dans le désert, comme un contre-acte poétique à l’excavation ». Ils ne vont pas en révéler l’emplacement.

(c) Jan Nikolai Nelles
(c) Jan Nikolai Nelles

Quel statut pour les répliques 3D d’oeuvres d’art ?

Le scan et la libre impressioçn 3D d’oeuvres d’art rendus de plus en plus facile par la démocratisatioàn des imprimantes commencent à susciter des problèmes juridiques. En janvier 2015, l’Université de Sioux Falls, Dakota du Sud, a obtenu que le fichier d’un scan téléchargeable de leur copie du Moise de Michel-Ange soit retiré de la plateforme d’impression 3D  Thingiverse, alors même que l’oeuvre se trouve dans le domaine public. En juin 2014, le fichier de la modélisation du jeu d’échecs de Marcel Duchamp a été rétiré de la même plateforme à la demande de la succession de l’artiste. (explications très précises de l’affaires sur le site Kildall.com).

« En ce moment , il y a un boom de la numérisation 3D pour reproduire le patrimoine culturel », a déclaré au NY Times Morehshin Allahyari, un artiste d’origine iranienne qui utilise les technologies de numérisation pour recréer des objets détruits par ISIS. « Mais peu de gens savent réellement à qui apartiennent ces images. »

Sans règler ces questions juridiques, certaines institutions muséales ont adopté une approche relativement ouverte à l’égard de la technologie 3D. L’Art Institute de Chicago et le Met encouragent ainsi les visiteurs à scaner les objets de leurs collections. Le British Museum a même organisé un « scanathon » pour lequel on a demandé à des geeks d’utiliser des dispositifs de balayage sur smartphones pour créer une archive numérique de certaines oeuvres. Le même musée propose désormais des fichiers 3D de certaines de ses statues pour un téléchargement gratuit en vue d’une impression. (Lire l’article du CLIC France Le public peut maintenant imprimer chez lui en 3D et gratuitement des oeuvres de la collection du British Museum). Sur la plateforme Sketchfab, la RMN propose également plus de 100 modélisations 3D téléchargeables dans le cadre du projet France Collections.

Le Neues Museum a produit ses propres scan 3D de haute qualité à des fins de conservation, de reproduction et de recherche sans rendre les données accessibles au public. La Fondation du patrimoine culturel prussien a déclaré au NY Times qu’elle « n’a pas encore décidé de sa politique sur la numérisation ». L’ année dernière, la fondation a produit une édition limitée de 100 reproductions 3D du buste de Néfertiti qui ont été vendues au prix de 8.900 euros.

SOURCES: nefertitihack.alloversky.com, news.artnet.com, nytimes.com

Date de première publication: 5/03/2016

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Détruite par Daech, l’arche de Palmyre sera bientôt reconstruite en 3D taille réelle et exposée à Londres et NY

Oeuvres en 3D pour enrichir l’expérience des visiteurs aveugles et malvoyants: un nouveau projet finlandais

Le Musée National de la Science et de la Technologie de Taïwan imprime en 3D une réplique fidèle de Mammouth

L’impression 3D pourrait accélérer la fin du chantier de la Sagrada Familia

3D Systems s’associe à 100 bibliothèques et musées de sciences américains pour développer les usages de l’impression 3D

Le public peut maintenant imprimer chez lui en 3D et gratuitement des oeuvres de la collection du British Museum

Laisser un commentaire