Le Louvre annonce un partenariat avec Nintendo pour son futur guide de visite

Le jeudi 15 décembre, lors d’une conférence de presse, Henri Loyrette, président-directeur du musée du Louvre et Agnès Alphandary, responsable du service multimédia, ont dressé un bilan des activités numériques du Louvre et surtout dévoilé les nouveautés 2012. ils ont notamment révélé un partenariat unique avec Nintendo pour le futur guide multimédia du musée.

En préambule, le président du Louvre a tenu à souligner que ses équipes et lui-même n’avais jamais cru « à la concurrence ente visite réelle et visite virtuelle. Nous avons toujours pensé au contraire que notre site internet, mais aussi les outils d’aide à la visite,- applications, guide multimédia ou dispositifs dans les salles -, étaient au fond des opportunités extrêmement intéressantes pour s’adresser différemment à nos publics, et pour attirer de nouveaux publics, notamment les jeunes, à travers de nouveaux modes de médiation et de compréhension de nos collections. »

1% du budget du musée du Louvre consacré au numérique

« C’est forts de cette conviction que nous nous sommes lancés dans un effort soutenu qui voit aujourd’hui un premier aboutissement avec ce nouveau louvre.fr. : un effort humain puisque ce nouveau site a été porté par le musée lui-même, un effort financier aussi, et plus globalement un effort d’adaptation qui a impliqué l’ensemble du musée » a poursuivi le Président. A une question d’un journaliste concernant le budget global du numérique au Louvre, les représentants du musée ont répondu « 1% du budget global de l’établissement public ». Cette enveloppe qui couvre les dépenses du service multimédia (avec environ 20 collaborateurs) ne comprend pas les contributions des autres départements et services du musée.

Le nouveau louvre.fr

 Plus visuel, plus pratique, plus interactif, le nouveau site web du musée du Louvre a été mis en ligne il y a 15 jours, 16 ans après la mise en ligne d’une première version du site internet en 1995.

Le site louvre.fr fait peau neuve avec une charte graphique et une arborescence repensées. Cette version est un premier pas vers une refonte totale qui s’achèvera au premier semestre 2012.

Le nouveau graphisme fait la part belle à l’image et le nouveau louvre.fr offre une navigation plus claire et plus intuitive. Le site entend répondre aux attentes très différentes de l’ensemble des visiteurs (réels ou virtuels) et propose encore plus d’outils d’aide et de préparation à la visite (informations pratiques, plans, parcours, réservation et achat de billets en ligne…) ainsi que des services enrichis tels que le programme des expositions, un agenda, des modules interactifs sur le Louvre et l’histoire de l’art.

Parmi les nouveautés à retenir :
. un plan interactif en 11 langues
. 20 œuvres en haute définition
. plus de contenus consacrés à l’art et à l’éducation avec notamment des dessins animés courts et des animations interactives
. une rubrique recherche scientifique permettant de comprendre les fouilles, acquisitions et restaurations
. une autre rubrique nouvelle sur les activités et projets du Louvre dans le Monde.

Après la fermeture de la communauté Louvre (développée avec Orange), les fonctions et relations avec les réseaux sociaux ont été mieux intégrées au sein du site avec notamment la fonction partage sur toutes les pages, un espace personnel étoffé et des fonctions commentaires ou recommandation.

Un site ludique et pédagogique

Au cours du premier semestre 2012, de nouveaux modules éducatifs seront progressivement mis en ligne.

Parmi ces nouveaux contenus éducatifs et amusants,
. «Personnages et scènes » qui donnera à chacun la possibilité d’interpréter seul le sujet d’un tableau, d’une sculpture…
. « Clefs d’analyse » permettra aux internautes de décrypter non seulement le sens caché d’une oeuvre d’art, mais aussi les étapes de sa construction, les techniques employées par l’artiste ainsi que ses partis pris.
. « Questions d’enfants » mettra en relation des classes de la maternelle au collège avec des spécialistes du Louvre qui répondront aux questions des élèves sur le musée et ses oeuvres.
. « Les Dossiers du Louvre », plus particulièrement destinés aux enseignants et à leurs élèves à
partir du secondaire, organisent une réflexion sur des problématiques d’histoire des arts à partir des collections du musée avec une approche très visuelle (interviews vidéo et animations)
. « Le Dictionnaire des Arts », permettra d’aborder les grandes notions de l’histoire de l’art, les techniques, les artistes, les personnages qui sont à l’origine du musée.

Le budget global du nouveau site est d’environ 1 million d’euros financées aux 2/3 par le mécénat. Partenaire historique, Accenture est rejoint par 3 nouvelles entreprises Canson, PEBEO et l’Italien ENI. La version japonaise de louvre.fr bénéficie du soutien de DNP, de JCBI et de SISHEIDO.

La conception, l’ergonomie et le design graphique ont été réalisés par Uzik.

L’offre mobile : le Louvre en poche

La mobilité constitue un axe de développement important pour le musée du Louvre. Avec ces supports mobiles (téléphone, console de jeu portable, smartphone, tablette numérique, lecteur mp3…), le Louvre entend « se porter au devant du public et entrer dans le quotidien de chacun. Il souhaite également toucher un public parfois peu familier du musée et séduire les jeunes générations, les visiteurs de demain. »

Lancée à la fin 2010, la première application iPhone/iPod du Louvre a été téléchargée à plus de 3 millions d’exemplaires. Toujours gratuite et bientôt également disponible sur Android, l’application s’enrichit de nouvelles œuvres et de nouvelles fonctionnalités de partage et d’information ! La rubrique « Les + » permet d’acquérir les plus beaux visuels de l’application, de les assigner à vos contacts, de les mettre en fond d’écran ou de les faire défiler en diaporama (0,79€ ).

Signalons que cette nouvelle version iphone/iPod enrichie s’avère extrêmement lourde (813 Mo) et par conséquent longue à télécharger (de 20 à 30 minutes en wifi).

Une première application pour tablettes

 Le Musée du louvre a lancé le 7 décembre sa première application spécialement conçue pour l’iPad et les tablettes tactiles. Elle permet de découvrir le musée du Louvre et ses plus belles oeuvres en très haute définition pour 2,99 €. L’application propose 150 oeuvres commentées par les spécialistes du musée, les plus belles salles du palais en images, des photographies en haute définition, des détails à zoomer.

L’application offre également des fonctionnalités et services :
. Un fil d’actualité pour tenir informé de l’offre du musée (expositions, publications…).
. Des centaines de visuels à mettre en fond d’écran ou à assigner à des contacts.
. La possibilité de sélectionner les oeuvres favorit et de partager les coups de coeur par mail ou sur Facebook.
. la possibilité de transformer la tablette en cadre numérique pour faire défiler les plus belles images de l’application.

Disponible depuis le 7 décembre, en français et en anglais, l’application iPad sera bientôt proposée en japonais et sur Android Market.

Les applications officielles du « Musée du Louvre » sur iPhone et ipad ont été développées par Bulky Pix.

 Un premier pas dans l’e-edition jeunesse

Le Musée du Louvre annonce la diffusion de sa première application électronique jeunesse « Le grand Louvre des petits ». Les éditions du Louvre et les Editions Gallimard Jeunesse s’associent pour faire découvrir le musée du Louvre aux enfants de 3 à 7 ans via une visite interactive et ludique autour de 16 œuvres et plus de 12 activités ludo-éducatives. L’application « Le grand Louvre des petits » sera disponible au 1er trimestre 2012 sur iPad, iPhone et iPod.

Cette première application jeunesse a été développée par Ellefan. Elle pourrait être suivie d’autres expérimentations dans le secteur de l’e-publication et de l’édition électronique. Le Président du Louvre évoquant notamment la « problématique des catalogues raisonnés du musée, qui nécessite des actualisations régulières et pourraient être un bon terrain d’expérimentation ».

Le futur guide multimédia en 3D, avec Nintendo

Lors de cette conférence de presse, le musée du Louvre a révélé le partenariat signé avec Nintendo pour le lancement d’un nouveau guide de visite innovant, basé sur la technologie 3D. Ce nouveau guide de visite propoosé sur une console 3DS sera mis à la disposition du public à partir de mars 2012.

Intégrant de nouvelles fonctionnalités comme les animations interactives, la 3D, vidéo, la visite sur console 3DS « permettra de porter un regard éclairé sur les collections et sur l’histoire du palais du Louvre ». Un programme exclusif, encore en cours de développement, sera chargé sur la console. « On va utiliser toutes les fonctions de ce nouvel outil. Le double écran sera un atout, notamment pour faciliter le repérage dans le musée en affichant des plans en même temps que les œuvres. Naturellement, la 3D sera aussi utilisée à bon escient », indique Agnès Alfandari sans donner plus de détails.

Ce partenariat avec Nintendo est particulièrement innovant et unique dans le secteur de la culture. Le japonais Nintendo apportera son savoir-faire et ses compétences en matière technologique mais également dans le domaine du « serious game ». Le projet bénéficiera ainsi de l’expertise de Shigeru Miyamoto, responsable des équipes de développement et de production au sein de Nintendo, créateur des personnages Donkey Kong, Mario Bros ou encore Zelda.

Selon le musée, « ce nouveau guide multimédia constituera un outil précieux pour faire de la visite au Louvre une expérience dynamique et personnelle enrichissante permettant ainsi d’accorder une attention particulière au public peu familier des musées, qui n’associe pas a priori le patrimoine à l’univers innovant du divertissement interactif. »

Le nouveau guide multimédia a bénéficié du mécénat de NINTENDO (qui mettra à disposition les 5 000 consoles et apportera son expertise pour la production du programme) et de KOREAN AIR.

Une visite interactive sur les smartphones

Le nouveau guide multimédia sur 3DS sera loué 5 euros, soit 1 euro de moins que le prix actuel du guide audio. Il sera aussi proposé aux détenteurs de smartphone, tous OS confondus, sous la forme d’applications à télécharger. Les visiteurs achèteront un module de base comprenant les œuvres incontournables et les informations essentielles pour que leur passage au Louvre se déroule dans les meilleures conditions. Ensuite, ils pourront y ajouter des briques contenus en fonction de leurs visites (le département des peintures, l’Egypte, etc.). Le prix n’est pas encore précisé mais le téléchargement de la totalité des visites devrait coûter plus cher que la version proposée sur la 3DS. « Dans le cas du smartphone, il s’agit d’une acquisition pérenne », précise la responsable du multimédia. Enfin, le Louvre proposera aussi une « visite » audio, au format MP3, que les visiteurs pourront télécharger sur leur baladeur.

La nouvelle médiation in situ

Pour compléter ses guides conférenciers, publications, panneaux de salle, cartels, le musée souhaite imaginer d’autres outils de médiation utilisant les nouvelles technologies. Afin de proposer cette approche plus accessible et intuitive de ses collections, le Louvre annonce son intention de poursuivre et développer Museum Lab, son partenariat avec le groupe japonais DNP.

« Fruit de la collaboration entre Dai Nippon Printing (DNP) et le musée du Louvre, le projet expérimental Museum Lab a vu le jour en 2006 avec comme objectif d’explorer de nouveaux modes de compréhension des oeuvres d’art, alors que le Louvre recherchait des pistes novatrices de médiation à proposer aux visiteurs, à Paris comme à Lens. »

Le premier cycle de six expositions organisé dans l’espace Museum lab de Gotanda (Tokyo), a attiré quelque 46 000 visiteurs de 2006 à 2009 et les « propositions inédites de découverte de l’art s’appuyant sur les nouvelles technologies ont reçu un accueil enthousiaste ». En octobre 2010 a démarré un deuxième cycle qui marque une nouvelle étape pour Museum Lab : une sélection des contenus développés lors de chaque nouvelle présentation à Tokyo est progressivement réinstallée dans les salles du musée du Louvre à Paris, pour faire partager ce plaisir de regarder l’art autrement au plus grand nombre.

Ces approches inédites de découverte de l’art à l’aide de diverses technologies numériques (RFID, réalité augmentée …) sont déjà déployées dans les salles 93 et 95 du Musée (aile Richelieu, 1er étage). Deux dispositifs multimédias invitent à vivre une expérience muséographique différente : « Le service à la française » et « Technique de fabrication de la porcelaine tendre ». Le premier propose au visiteur de participer à un repas à la table du roi pour comprendre la complexité d’un repas « à la française », la diversité des plats et des mets, leur usage et l’ordre très codifié dans lequel ils sont présentés aux invités. Le second permet de découvrir, grâce à des images animées, les techniques de fabrication traditionnelles mises au point depuis la création de la manufacture de Vincennes-Sèvres en 1746 et les matériaux utilisés pour produire la porcelaine en pâte tendre.

En 2012, le département des Antiquités égyptiennes accueillera deux dispositifs numériques in situ (« Décrypter la stèle de Sakherty » et « Découvrir les conventions de l’art égyptien à travers les collections du Louvre ») permettant de comprendre l’art égyptien au travers de clefs de lecture (signification des couleurs, attitude de profil des personnages, lecture des hiéroglyphes…) mobilisables pour l’ensemble des collections du département.

Pour les projets Museum lab, Le Louvre élabore le contenu scientifique, les hypothèses de médiation et la conception multimédia en collaboration avec DNP. Les dispositifs multimédias sont réalisés par les équipes de DNP en relation avec celles du Louvre, grâce à l’utilisation des compétences et outils techniques conçus, réalisés et appartenant à DNP.

Le multimédia et le nouveau département des Arts de l’Islam

Les grands travaux et les nouveaux espaces muséographiques sont l’occasion d’introduire la médiation multimédia de façon un peu plus systématique dans les collections. A la fin de l’été 2012, dans les nouveaux espaces de la cour Visconti qui accueilleront les collections des Arts de l’Islam, la médiation sera ainsi soutenue par une trentaine de dispositifs multimédia (conçus en interne au Louvre et réalisés dans le cadre de marchés publics par des prestataires de services), qui accompagneront les visiteurs dans leur découverte des espaces et des oeuvres.

Seront notamment proposés aux visiteurs des animations pour comprendre le travail des artisans potiers ou verriers, des cartes interactives pour suivre les mouvements de population dans l’espace de la civilisation islamique, des interviews de spécialistes, des dispositifs audio pour entendre la musicalité des langues de l’Islam ou encore un « Cabinet des clefs ».

Signalons également que le musée du Louvre souhaite partager son expertise et ses expériences numériques. Certains des outils développés avec DNP sont ainsi installée à Sèvres, au Musée de la Céramique. D’autres innovations pourraient être « exportées » à Abu Dhabi ou à Toronto, dans le cadre du partenariat avec Agakhan.

Comme l’explique le Président du Louvre, « les usages ont changé et nous offrent une opportunité immense d’étendre le territoire du musée, de construire une relation dans la durée avec nos visiteurs et cela bien au-delà de la visite physique au musée. C’est dans cette optique que nous avons fait le choix de développer des outils au service de nos publics, de tous nos publics : les touristes qui ne viendront pour beaucoup qu’une seule fois au musée, le visiteur francilien qui vient voir une exposition, l’enseignant qui prépare une visite ou un cours, l’étudiant qui fait un exposé ou le simple curieux qui consulte internet. »

Le champ des possibles est vaste. Par l’innovation, l’expérimentation et le partage, le Louvre et les autres lieux culturels pourront saisir cette opportunité.

Mais comme le résume Henri Loyrette, « il faut prendre en compte des logiques nouvelles : celle du temps très court et très immédiat du numérique ; celle de la « culture de l’écran » qui modifie profondément les modes de diffusion et de réception de l’offre culturelle et impose l’image, plutôt que l’écrit, comme médium prioritaire ; celle de l’interactivité, et de la possibilité donnée à tous de s’exprimer, de produire du contenu et du savoir, qui questionne le statut d’autorité des institutions de transmission que sont l’école ou le musée. »

Et le Président du Louvre de conclure, « nous savons que notre politique multimédia devra sans cesse évoluer et se remettre en question».

Auteur : PY lochon

A LIRE DANS LA PRESSE:

. La DS s’invite au Louvre – Le Figaro.fr

. Le Louvre veut faire de la découverte du musée un jeu d’enfantLe point.fr

. Le Louvre lancé dans le numérique20minutes.fr