[RETRO 2020] Top 10 des expositions en ligne de 2020, par la Smithsonian Institution

Partager :

Le 31 décembre 2020, le magazine de la Smithsonian Institution a présenté sur son site internet les dix meilleures expositions en ligne de l’année 2020. Avec la pandémie du Covid-19, les musées et lieux culturels à travers le monde ont du fermer leurs portes et proposer des contenus numériques originaux. Voici le TOP 10 de ces offres et contenus numériques innovants, parmi lesquels sept sont issues de musées américains.

Textes de présentation des projets issus de l’article du site Smithsonian magazine du 31/12/2020.

« Ces dernières années, les conservateurs et les éducateurs ont commencé à explorer les nombreuses possibilités offertes par les expositions virtuelles. Des centaines d’institutions ont ainsi rendu des visites 3D de leurs galeries disponibles en ligne via Google Arts & Culture et des plateformes similaires, permettant aux visiteurs du monde entier de «se promener» virtuellement dans le musée Van Gogh d’Amsterdam, la Casa Azul de Frida Kahlo à Mexico, le Musée national de Tokyo et d’autres sites importants. Mais lorsque la pandémie de Covid-19 a forcé les musées à fermer leurs portes pendant la majeure partie de 2020, l’intérêt du public pour les expériences d’art virtuel a explosé comme jamais auparavant. Fermés au public et en difficulté financière, de nombreux musées ont néanmoins réussi à créer des alternatives stimulantes à la visite physique » explique l’auteur de l’article, Nora McGreevy, en introduction.

1 – «Tous les regards sont sur moi : Les premières dames des États-Unis», National Portrait Gallery (Etats-Unis)

« « Every Eye Is Upon Me: First Ladies of the United States » cherche à redresser le déséquilibre qui existe entre les époux et les premières dames en présentant 60 portraits, y compris des photographies, des dessins, des silhouettes, des peintures et des sculptures, des épouses de présidents américains » écrit Alicia Ault.

L’exposition physique étant fermée en raison de la pandémie de Covid-19, les visiteurs peuvent explorer une version virtuelle présentant des images haute résolution des premières dames de Martha Washington à Melania Trump, ainsi que de brèves biographies, des podcasts et des articles de blog. Les portraits sont aussi « variés que les femmes elles-mêmes», qui ont toutes répondu aux défis et aux pressions uniques de leur bureau de différentes manières ».

Lien vers le site du musée : https://www.npg.si.edu/

Lien vers l’exposition en ligne : https://firstladies.si.edu/gallery

2 – «Jacob Lawrence: La lutte américaine», Musée Peabody Essex (Etats-Unis)

L’un des plus grands conteurs visuels de l’histoire des Noirs, Jacob Lawrence a utilisé des formes modernistes et des couleurs vives pour raconter l’expérience américaine à travers les yeux des citoyens les plus marginalisés du paysEn 2020, le Peabody Essex Museum de Salem, Massachusetts, a réuni pour la première fois en 60 ans l’une des séries les plus révolutionnaires de Lawrence – Lutte: de l’histoire du peuple américain (1954–56).

« Avec 30 panneaux de carton dur, chacun mesurant près de 5 mètres, Lawrence retrace l’histoire américaine de la guerre d’indépendance à 1817, couvrant des événements tels que le Boston Tea Party et les campagnes sanglantes et prolongées de la nation contre les Amérindiens. Les visiteurs virtuels peuvent se promener dans l’exposition et zoomer sur les images de chaque panneau. »

Lien vers le site du musée : https://www.pem.org/

Lien vers l’exposition virtuelle : https://www.pem.org/exhibitions/jacob-lawrence-the-american-struggle

3 – «Vida Americana: Les muralistes mexicains refont l’art américain, 1925-1945», Whitney Museum of American Art (Etats-Unis)

« Lorsque la révolution mexicaine a pris fin en 1920 après dix ans de lutte armée, le pays a été profondément changé, une nouvelle révolution culturelle commençait. Au cours des décennies qui ont suivi, des artistes comme les célèbres Tres Grandes ou Big Three, Diego Rivera et David Alfaro Siqueiros – ont créé des œuvres à grande échelle qui embrassaient les cultures autochtones du Mexique et racontaient des récits épiques sur l’histoire du pays.

Comme le soutient l’exposition « Vida Americana » en cours en 2020 au Whitney Museum of American Art, les peintures murales vastes et dynamiques mexicaines ont eu un impact majeur sur les Etats-Unis. En voyageant aux États-Unis (et vice versa), les artistes mexicains ont appris à leurs pairs à se libérer des conventions européennes et à créer un art public célébrant l’histoire et la vie quotidienne américaines ».

Sur le « hub en ligne », les amateurs d’art peuvent explorer de courts documentaires, des guides audio, des essais et d’autres ressources en espagnol et en anglais.

Lien vers le site du musée : https://whitney.org/

Lien vers l’exposition en ligne : https://whitney.org/exhibitions/vida-americana

4 – «Dorothea Lange: mots et images», MoMA (Etats-Unis)

« Reconnue aujourd’hui comme l’une des plus grandes photographes américaine, Dorothea Lange est connue pour ses portraits saisissants de la condition humaine et sa conscience sociale aiguë – des qualités peut-être mieux illustrées par son image de 1936, Migrant Mother, qui est devenue un symbole de la Grande Depression. Mais peu de gens savent que Lange aimait également l’écriture ».

Grâce au site en ligne de cette exposition du MoMA, les internautes peuvent lire des sélections d’écriture de Lange, regarder une série de courtes vidéos sur son travail, écouter des interviews avec la commissaire Sarah Meister et prendre le temps pour étudier des versions en gros plan des emblématique photographies de l’artiste.

Lien vers le site du musée : https://www.moma.org

Lien vers l’exposition en ligne : https://www.moma.org/calendar/exhibitions/5079?

5 – «Ecrire le futur: Basquiat et la génération hip-hop», Museum of Fine Arts Boston (Etats-Unis)

Jean-Michel Basquiat est souvent présenté comme un génie singulier. Le graffeur devenu peintre qui est mort d’une overdose d’héroïne à 27 ans, n’a pas développé sa vision artistique dans le vide : au contraire, il a été profondément influencé par un réseau de pairs et de proches collaborateurs.

« « Writing the Future: Basquiat and the Hip-Hop Generation », qui a ouvert ses portes au Museum of Fine Arts de Boston, en octobre 2020, est la première exposition à considérer l’influence du grand cercle de collaborateurs de Basquiat. Principalement noirs et latinos, ils ont tous façonné la vision artistique du peintre dans les années 1980 à New York. Le musée a complété son exposition avec une exposition en ligne multimédia, qui comprend des essais détaillés, des images d’œuvres du spectacle et des extraits d’entretiens avec l’artisteLes visiteurs sont encouragés à parcourir les œuvres d’art moins connues des pairs de Basquiat, telles que les peintures «futuristes gothiques» de Rammellzee et les peintures murales rebelles de Lady Pink , à la recherche de thèmes et de styles dont Basquiat fait écho dans son propre travail. »

Lien vers le site du musée : https://www.mfa.org/

Lien vers l’exposition en ligne : https://www.mfa.org/exhibition/writing-the-future

6 – « Making the Met, 1870-2020 », Metropolitan Museum of Art (Etats-Unis)

Un groupe d’hommes d’affaires et de dirigeants civiques ont acheté la première œuvre du Metropolitan Museum of Art en 1870. « Depuis, les collections du musée sont devenues l’une des plus grandes richesses du patrimoine culturel au monde.

En 2020, le musée a célébré son 150e anniversaire en accueillant une exposition et une liste d’offres virtuelles : entre autres, une visite audio d’une heure de certains des temps forts de l’exposition, racontée par l’acteur Steve Martin, une version interactive en ligne de l’émission; et une visite virtuelle avec l’aimable autorisation de Google Arts and Culture. 

Les responsables du Met ont également mis à la disposition du public un joyau rare: Behind the Scenes: The Working Side of the Museum, un documentaire muet de 1928 qui dépeint des conservateurs et des concierges au travail dans le bâtiment emblématique de New York. »

Lien vers le site du musée : https://www.metmuseum.org/

Lien vers l’exposition en ligne : https://artsandculture.google.com/exhibit/making-the-met-1870%E2%80%932020/GQLS-pBlvVqAJQ

7 – «Le musée du monde», British Museum (Angleterre)

Exemple novateur des possibilités d’expositions en ligne, le « Museum of the World » du British Museum a fait ses débuts en février 2020. Bien que le musée soit resté fermé aux visiteurs physiques pendant une grande partie de l’année, les internautes ont pu utiliser cette chronologie interactive pour visualiser les liens entre les différents éléments des vastes collections du musée.

« Sur le site Web, que le musée a développé en partenariat avec Google Arts & Culture, les téléspectateurs peuvent tracer des liens à travers le temps et l’espace, passant d’ un rouleau manuel décrivant le comportement courtois des femmes de la dynastie Jin orientale de Chine à la plaque de jade d’un roi maya . Avec une interface élégante et des éléments audio, la chronologie encourage les téléspectateurs à faire un voyage interactif et autodirigé à travers la culture matérielle de l’histoire humaine. »

Lien vers le site du musée : https://www.britishmuseum.org/

Lien vers la visite virtuelle : https://britishmuseum.withgoogle.com/

8 – «The Night Watch», Rijksmuseum Museum (Pays-Bas)

Officiellement intitulé Night Watch, compagnie de milice du district II sous le commandement du capitaine Frans Banninck Cocq, le tableau de 1642 représente un capitaine instruisant des soldats.

« Dans la visite guidée en ligne (qui comprend des options pour les enfants et les adultes), les utilisateurs peuvent zoomer sur différents aspects de la peinture dans un paysage sonore – le bruissement d’un manteau, les sabots d’un cheval, une mélodie étrange, une cloche lointaine – met l’ambiance. Ils peuvent rechercher la signature de Rembrandt, son autoportrait présumé caché dans l’arrière-plan du tableau, la jeune fille avec un poulet accroché à sa ceinture et d’autres éléments mystérieux intégrés dans la scène. Selon un communiqué, l’image combine 528 expositions en un seul composite, ce qui en fait le rendu le plus détaillé du chef-d’œuvre de Rembrandt jamais créé. »

Lien vers le site du musée : https://www.rijksmuseum.nl/nl

Lien vers l’exposition virtuelle : https://beleefdenachtwacht.nl/en

9 – «Van Eyck: une révolution optique», Musée des Beaux-Arts de Gand (Belgique)

Né en 1390 dans ce qui est aujourd’hui la Belgique, Van Eyck a créé des peintures à l’huile spectaculairement détaillées de scènes religieuses. L’exposition « Van Eyck: An Optical Revolution » qui devait se tenir du 1 février 2020 au 30 avril 2020 au musée des Beaux-Arts de Gand représentait la plus grande exposition jamais vue de peintures de Van Eyck.

« En réponse à la fermeture inattendue, le musée, en partenariat avec la société belge de réalité virtuelle Poppr ont créé une visite à 360 degrés de la galerie avec des audioguides d’accompagnement pour adultes et enfants. Les éléments phares du spectacle comprenaient le Portrait d’un homme et des panneaux du spectaculaire Retable de Gand, dont le panneau central représente Jésus comme un agneau sacrificiel sur un autel, vivant mais bléssé. Avant l’exposition, les panneaux n’avaient pas quitté leur domicile de la cathédrale Saint-Bavon depuis 1945, comme l’a rapporté Sophie Haigney pour le New York Times plus tôt cette année. »

Lien vers le site du musée : https://www.mskgent.be/fr

Lien vers l’exposition virtuelle : https://vaneyck2020.be/fr/

10 – « Sages et vaillantes: les femmes et l’écriture à l’âge d’or de l’Espagne », Instituto Cervantes (Espagne)

« L’âge d’or espagnol est peut-être mieux connu pour avoir produit Don Quichotte de Miguel Cervantes, les portraits allongés d’El Greco et les pièces prolifiques de Lope de Vega. Mais comme l’a montré l’ exposition désormais fermée « Wise and Valiant », ces individus et leurs pairs masculins n’étaient pas les seuls génies créatifs à l’œuvre aux XVIe et XVIIe siècles. Bien que les opportunités des femmes à l’époque soient largement limitées aux sphères domestique et religieuse, quelques privilégiées ont profité de la relative liberté intellectuelle offerte par la vie dans un couvent pour écrire. De la religieuse mexicaine Sor Juana Inés de la Cruz à la dramaturge Ana Caro et à la religieuse devenue soldate Catalina de Erauso, des centaines de femmes de tout l’empire espagnol ont publié de la poésie, des journaux intimes, des romans, des œuvres dramatiques et des récits de voyage ».

La version en ligne de l’exposition (disponible en espagnol et en anglais) présente leurs histoires dans un « format bien adapté à ce matériau dense et délicat ». Les utilisateurs peuvent se plonger dans des documents historiques numérisés, parcourir les commentaires du conservateur et regarder un montage vidéo de clips. »

Lien vers le site du musée : https://www.cervantes.es/

Lien vers l’exposition en ligne : https://cvc.cervantes.es/literatura/sabia/indice.htm?en

SOURCE: Smithsonian

Article source: https://www.smithsonianmag.com/history/top-ten-online-exhibitions-2020-180976655/

PHOTOS: Smithsonian, Musées

Date de première publication: 07/01/2020

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

. [RETRO 2020] Top 10 des expositions numériques et des visites virtuelles de 2020, par Designboom

. [RETRO 2020] TOP 10 des articles du CLIC France les plus lus en 2020

. [RETRO 2020] Top 10 des installations artistiques de 2020, par Designboom

. [RETRO 2020] Top 10 des nouveaux musées et lieux culturels ouverts dans le monde en 2020, par Designboom

. Covid-19 / Tour de France des initiatives musées & monuments dans un contexte de re-confinement (28/12/2020)

 

Partager :

Laisser un commentaire