« Un été au Havre » : le Festival des 500 ans du Havre invite plus de 60 artistes et mise sur l’innovation numérique

La ville du Havre a 500 ans ! Pour fêter cet événement, du 27 mai au 5 novembre, plus d’une soixante d’artistes sont invités à s’emparer de la ville et à la magnifier. C’est un véritable festival culturel qui a été conçu, offrant une programmation culturelle très dense ponctuée d’expositions et de parcours urbains. Site web, réseaux sociaux, application mobile et financement participatif… le festival mise également sur l’innovation numérique.

16487144_291956937886998_8037752939829412271_o

La ville du Havre, deuxième port de France après celui de Marseille, est une ville de culture et d’architecture. Véritable ouverture pour le commerce, depuis sa fondation par François Ier en 1517, elle est totalement reconstruite dans les années 1950 par l’atelier de l’architecte Auguste Perret, ce qui lui a valu d’être inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2005. C’est pourquoi, fêter les 500 ans de la ville représente une belle occasion pour les acteurs publics, les partenaires privés et les artistes de produire un festival s’étendant sur plus de 5 mois, et de mettre en lumière toutes les qualités du Havre.

« Plasticiens, designers, graphistes, metteurs en scène, romanciers, viendront, sur les traces de Niemeyer et de Monet, réinterpréter cette cité étonnante pour la révéler à l’Europe et peut-être à elle-même. » explique le Directeur artistique Jean Blaise.

Un Groupement d’Intérêt Public (GIP) Le Havre 2017, présidé par Edouard Philippe Maire du Havre et Député de la Seine-Maritime, rassemblant la Ville du Havre, la Région Normandie, la Communauté d’Agglomération Havraise, HAROPA – Port du Havre, la Chambre de Commerce et d’Industrie Seine Estuaire, le Département de Seine-Maritime et l’Université du Havre, s’est constitué pour organiser les célébrations : 11 millions d’euros d’ores et déjà mobilisés par les membres de ce GIP et un objectif prévisionnel de 15 millions d’euros pour l’ensemble de la manifestation

Un festival 2.0

Pour contribuer au meilleur déroulement des festivités, la ville du Havre et ses partenaires proposent un site web très complet, bilingue français et anglais, présentant les artistes, la programmation, les parcours, les partenaires, et bien d’autres particularités du festival. Le site web a été conçu et développé par les sociétés Réciproque et Artevia.

Une présence spécifique sur les réseaux sociaux est également proposée avec un compte Instagram, un compte Twitter, une page Facebook, ainsi qu’une newsletter.

aezrty

Une application mobile

Du 27 mai au 8 octobre, l’application mobile Un Été au Havre, développée pour l’occasion, permet la découverte géolocalisée du Havre. Elle a été spécialement conçue pour accompagner les utilisateurs sur 4 parcours, pensés par Jean Blaise, directeur artistique de la manifestation célébrant les 500 ans de la ville et du port.

Chaque étape des différents parcours propose des contenus multimédias qui dévoilent les secrets des œuvres créées pour l’événement et présente le patrimoine havrais. Coulisses de fabrication, données techniques, informations pratiques, anecdotes… chaque point d’intérêt est l’occasion de mieux connaître la ville.

qszdf

Le mode « Autour de moi » permet de s’informer à tout moment des points remarquables ainsi que des commerces, cafés, restaurants, hébergements et prestataires de services labellisés « Ambassadeurs du Commerce » situés à proximité.

L’application Un Été au Havre a été pensée par ArtMapper, une plateforme d’applications de médiation culturelle dans l’espace public créée par Réciproque et Artevia. ArtMapper a été labellisée service numérique culturel innovant par le Ministère de la Culture et de la Communication en 2014. L’application Un Été au Havre​ est disponible dès le 27 mai gratuitement sur Android et iOS.

Financement participatif

Des campagnes de crowdfunding ont aussi vu le jour pour l’occasion. L’association Fort ! par exemple, basée au Fort de Tourneville du Havre, bâtiment inclus dans les parcours du festival, profite de cette mise en avant pour organiser une collecte en ligne de 8.000 euros afin de redynamiser son enceinte – ancien fort militaire – en un lieu « accueillant, convivial et ouvert à tous par des installations créatives, encourageant ainsi le vivre ensemble et l’innovation« .

zqesgrdtf

Tous mécènes ! Les Havrais, qu’ils soient particuliers, acteurs économiques, commerçants ou représentants du monde associatif et culturel, sont aussi invités à soutenir et participer au succès de la manifestation en devenant les premiers ambassadeurs du projet dans la rubrique « participer / soutenir » du site web. Plusieurs dispositifs existent afin que chacun puisse apporter un soutien à la manifestation. Et plusieurs réseaux / clubs régionaux d’entreprises ont décidé de soutenir le Festival.

D’autres formes de participation des publics sont aussi suscitées. Ainsi, de nombreux temps forts du festival (parades, concerts, soirées, évènements nautiques, etc.) sont ouverts à la participation pour tous ceux qui souhaitent prendre part à l’accompagnement, à la préparation et au déroulement des festivités.

Un parcours artistique à l’échelle de la ville

« Comment restituer une ambiance, retrouver la profondeur d’une cité, à travers des gestes artistiques qui voudraient la faire danser », c’est la question que s’est posée Jean Blaise. C’est pourquoi, de nombreux artistes ont été invité à s’emparer d’un élément clef de la ville afin de le réinventer.

Entre autres, l’artiste néerlandais Karel Martens, s’est emparé des 713 cabanes alignées le long de la plage en les habillant de larges bandes symétriques de couleur gaie, qui tranchent avec la plage de galets. Pour point de départ, l’artiste a choisi le décret de François Ier fondant la ville du Havre ; le code inspiré de ce texte a défini les couleurs et la largeur des bandes de chaque cabane. L’atelier d’insertion AHAPS, les élèves du lycée technique Schumann et du CFA Baie de Seine, ont participé à la décoration des 713 cabanes. Les entrepreneurs du club des TPE-PME 2017 sont quant à eux les mécènes de cette animation graphique.

qzerstdthfjg

L’artiste Félicie d’Estienne a transformé la centrale thermique EDF en objet lunaire. Chiharu Shiota également, après avoir investi le hall du Bon Marché jusque début février, s’est rendu au Havre et a mis en place, dans l’Eglise Saint-Joseph du Havre, une installation de fils de laine rouge montant vers le ciel, intitulée « Accumulation of power ».

Des expositions grandioses

Du 27 mai au 20 août 2017, le Musée d’Art Moderne André-Malraux (MuMa), deuxième musée de France pour son nombre impressionnant de toiles impressionnistes, donne libre cours à l’inspiration des artistes Pierre et Gilles – qui ont récemment exposé au musée d’Ixelles à Bruxelles : les artistes présenteront une installation inédite dans la grande nef du musée à partir des cabanes de plage typiques de la ville, ainsi qu’un « Cabinet de curiosités » dans une grande exposition intitulée « Pierre et Gille. Claire-obscur ».

Une exposition appelée « Villes flottantes«  sera organisée, en référence à l’identité maritime de la ville, par les fonds d’archives French Lines. Plus de 150 ans d’histoire des compagnies maritimes françaises – dont des photographies, documents d’archives et films ont été conservés au Havre – seront exposés. En parallèle, en signe de prestige, le port de la ville accueillera pendant quatre jours les plus grands voiliers du monde – que les visiteurs et les habitants pourront visiter.

qsdfghgf

L’impressionnisme sera à l’honneur au cœur de la ville qui a vu naître ce mouvement majeur de l’Histoire de l’art. Sous le commissariat de la conservatrice générale Annette Haudiquet, le MuMa accueillera une exposition phare autour du célèbre tableau de Claude Monet, Impression(s) soleil levant, peint en 1872 dans le port du Havre, qui fera son grand retour. A partir du 9 septembre 2017, l’exposition mettra en avant la ville et la lumière de l’estuaire de la Seine, source d’inspiration des plus grands chefs d’œuvres impressionnistes avec notamment des peintures d’Eugène Boudin, Raoul Dufy, Gustave Le Gray, William Turner ou Félix Valloton.

monet

Un été au Havre : la ville du Havre comme source d’inspiration

Le week-end d’ouverture du 27 et 28 mai 2017 sonnera le début des festivités avec le collectif Art Point et sa « Magnifik Parade ». C’est une programmation dense et diverse qui lui succédera et s’étendra sur les 5 mois à venir. Le temps d’un été et plus, la ville se parera de ses plus belles couleurs et des concerts seront donnés sur la plage par des artistes comme Electric Bamako, La Femme ou encore Catherine Ringer.

« Un été au Havre », qui célèbre la ville dans un parcours festif et artistique, rappelle que la ville, 500 ans après, demeure une source d’inspiration inépuisable pour tous.

« Le Havre est rempli d’images étranges. Cette ville photogénique séduit les artistes, dès leur arrivée, par sa lumière — c’est devenu un cliché — mais surtout par son ambiance que les œuvres proposées devront révéler. » a déclaré Jean Blaise.

Plus d’informations et l’intégralité du programme ici

Le festival est soutenu par :

ZDSFDGHFH

Sources : Un été au Havre, France 3, Claudine Colin Communication

Mise en ligne le 26/05/17

Images: site web Un été au Havre

La Ville du havre est membre du CLIC France.

À-lire-sur-le-site-du-CLIC1

.Musique, cinéma et livre … les bibliothèques du Havre enrichissent leurs rayonnages numériques

.Campagnes de crowdfunding en cours dans les lieux français de patrimoine historique, artistique et scientifique (23/05/2017)

.En 2016, le festival Normandie Impressionniste s’enrichit de nombreuses touches numériques

.J-M Levesque (Musée de Normandie): « Le numérique est aussi naturel au musée qu’il l’est à l’ensemble des pratiques culturelles dans la société »

.La fondation Mécènes Caen Normandie dévoile les premiers projets soutenus et lance un second appel

Laisser un commentaire