[DOSSIER] Fréquentation physiques et numériques des musées et monuments français en 2020 (18/01/2021)

Partager :

Comme chaque année, le CLIC France rassemble les données visiteurs réels et virtuels des musées et monuments français durant l’année qui vient de s’achever. Dans le contexte de confinement, les chiffres 2020 donnent évidemment le tournis. Les institutions ayant déjà communiqué leur visitorat en 2020 ont accueilli un peu plus de 17.12 millions de personnes, contre 48.56 millions en 2019, soit une chute de 31.4 millions de visiteurs, ou -64.74%.

Données 2020 communiquées par les institutions et entreprises suivantes: Centre Pompidou, Cité du Vin, CMN, Domaine de Versaillles, Grand Palais, Louvre Lens, MNHN, Mucem, Musée Armée, Musée du Louvre, Musée Orsay et Orangerie, Pompidou Metz, Universcience, Zoo de Beauval.

Récapitulatif annuel 2020 (visiteurs) et évolution 2019/2020

CMN 3.51 M, -64.79%

Musée du Louvre Paris  2.7 M, – 72%

Château de Versailles 2 M, – 75.6%

MNHN 1.3 M, – 58%

Zoo de Beauval 1.2 M, – 25%

Centre Pompidou 912 803, – 72%

Musée d’Orsay et de l’Orangerie 867 300, – 77%

Universcience 793 007, – 72%

Mucem 527 000, -56%

Grand Palais 437 786, – 59.3%

Musée Armée 351 000, – 72%

Louvre-Lens:  212 353, – 60%

Château de Fontainebleau 163 000, – 66%

Cité du Vin 154 000, – 63%

Pompidou Metz 114 187, – 62%

TOTAL 17.12 M (2020), 48.56 M (2019) -31.44 M / – 64.74%

(Données rendues publiques par les institutions, actualisé au 15/01/2021)

Rappel Bilan 2019

Les chiffres publiés par les institutions publiques et privées ont fait apparaître une légère progression de la fréquentation globale nationale en 2019, +1.1% pour atteindre 48.99 millions de visiteurs sur 64 lieux (+ 550 000 visiteurs en un an). L’évolution était de 0.3% pour les seuls lieux de Paris Ile de France, soit 106 000 visiteurs en plus par rapport à 2018. (DOSSIER / La fréquentation des musées et lieux de patrimoine en France, en 2019 (05/02/2020))

  • 3 510 322 visites dans Les monuments nationaux en 2020, – 65% 

Le Centre des monuments nationaux a accueilli 3 510 322 visites dans la centaine de monuments de son réseau au cours de l’année 2020.

« La fermeture pendant plus de 5 mois et la conjoncture touristique inédite (faible présence de touristes internationaux de proximité, absence de touristes extra européens, prédominance des visiteurs français, absence de groupes et jauges réduites) ont eu un impact inévitable sur la fréquentation des monuments nationaux ».

Le bilan de cette année est cependant contrasté selon les monuments et souligne « la solidité et de la pertinence d’un réseau comme celui du Centre des monuments nationaux, régi par un système de péréquation ».

« Les monuments franciliens gardent la part la plus importante de la fréquentation du réseau malgré une diminution de cette part. Cependant les monuments en régions ont mieux résisté a la baisse de fréquentation générale grâce a la moindre importance des visiteurs internationaux parmi leurs publics, et au succès qu’ils ont rencontre cette année auprès des visiteurs nationaux. Le système de réseau sur tout le territoire a également permis au CMN de bénéficier de l’envie des Français de redécouvrir leur patrimoine ».

Evolution contrastée

Ainsi, 24 monuments ont connu une fréquentation rapportee au nombre de jours d’ouverture plus importante en 2020 qu’en 2019.

Il en est ainsi notamment de l’abbaye du Bec-Hellouin avec 4 776 visites {85% par rapport a 2019), du château de Gramont avec 2 814 visites (79%), de l’abbaye de la Sauve-Majeure avec 12 946 visites {76%), du château de Carrouges avec 12 387 visites (73%), du site gallo-romain de Sanxay avec 3 103 visites (72%). Les chiffres de la fréquentation estivale 2020 témoignent également de cette tendance a la hausse par rapport a l’été de l’année 2019: l’abbaye de la Sauve-Majeure a ainsi reçu 20% de visites  supplémentaires  {8 950), le château  de Couey 14%  (7 050), le fort Saint-Andre a Villeneuve-lez-Avignon qui présentait l’exposition « La résilience des lieux» 11% (12 620) et le château d’Oiron qui présentait deux expositions de Julie C. Fortier et Nicolas Daubanes 6% (7130).

La disparité entre les monuments franciliens et les monuments en régions se remarque egalement pour les monuments les plus frequentes du reseau.

Ceux-ci ont connu d’importantes baisses, en particulier a Paris. Avec 460 000 visites en 2020 (33%), l’abbaye du Mont-Saint-Michel est le monument le plus fréquente du réseau en 2020, suivi de l’Arc de Triomphe avec 428 642 visites {26%). La Sainte-Chapelle a quant à elle reçu 269 434 visites (19%), se plaçant en 3e position. Le chateau comtal et les remparts de Carcassonne avec 266 751 visites (43%) ont ete plus fréquentés que le Pantheon qui a reçu 223 217 visites (25%), et le chateau d’Azay-le-Rideau (149 069 visites/ 48%) a ete plus visite que la Conciergerie (137 066 visites/ 27%). Le domaine national d’Angers et les tours et remparts d’Aigues­ Mortes ont aussi reçu plus de 100 000 visites (126 481 visites/ 51% et 110 917 visites / 58%).

Lien vers le CP

(CMN, 11/01/2021)

  • Musée du Louvre Paris: 2,7 millions de visiteurs en 2020, en baisse de 72%

Le musée du Louvre a accueilli 2,7 millions* de visiteurs en 2020, année marquée par « le formidable succès de l’exposition « Léonard de Vinci » (1,1 million de visiteurs) et par les conséquences de la pandémie de la Covid 19″. Le musée aura été fermé 6 mois : du 14 mars au 6 juillet et depuis le 29 octobre. En 2020, sa fréquentation a été en baisse de 72% par rapport à celle de 2019.

Portée par l’exposition « Léonard de Vinci », la fréquentation des deux premiers mois de l’année était en hausse de 17% par rapport à la même période de 2019.
• 492 610 personnes ont visité l’exposition événement en janvier et en février 2020
• dont 60 000 lors de 3 nuits gratuites exceptionnelles

Durant la période estivale et les vacances de la Toussaint, privé d’une grande partie de ses visiteurs étrangers qui représentent habituellement 75% des entrées, le musée a pu compter sur la fidélité du public français :
• plus de 972 000 visiteurs du 6 juillet au 29 octobre 2020
• dont 84% de Français
• répartition des visiteurs étrangers : 4% Allemagne, 2% Pays-Bas, 2% Espagne, 2% Royaume-Uni et 1% Italie.

Enfin, 50% des visiteurs sont entrés gratuitement au musée en 2020, notamment lors des 3 Nocturnes du samedi et des 3 nuits qui ont clos l’exposition « Léonard de Vinci ». Rappelons également que les visiteurs de moins de 26 ans résidant dans l’Espace Economique Européen sont exonérés du droit d’entrée.

174 groupes ont été accueillis pendant l’été 2020 dont 76 % issus du champ social. 26 bus ont permis à 768 bénéficiaires de rejoindre le musée avec le soutien de la Région Île-de-France dans le cadre du programme #MonÉtéMaRégion.

Numérique

Une offre numérique riche : visites virtuelles, conférences diffusées en direct, podcasts inédits, etc.
9,3 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux (+1,02 M abonnés par rapport à 2019)
21 millions de visites sur louvre.fr en 2020.

Plusieurs chantiers numériques sont également en cours : refonte du site louvre.fr, mise en ligne des collections, etc.

Projets 2021

Pour 2021, le musée du Louvre prépare l’ouverture avant l’été de nouvelles salles rénovées au coeur du Palais : une nouvelle introduction à la visite des Antiquités égyptiennes; l’installation dans les anciens appartements du Roi des collections d’antiquités étrusques et italiques; un nouvel accrochage des chefs-d’oeuvre des débuts de la peinture italienne dans un Salon carré restauré. Dès cet hiver, la Grande Allée des Tuileries sera plantée de 92 ormes majestueux. Le Studio, nouvel espace dédié à l’éducation artistique et culturelle, ouvrira ses portes en septembre 2021.

Situation Financière 

Plus de 90 millions d’euros de perte de recettes et 46 millions d’euros d’aide de l’Etat.

Le Louvre a poursuivi sa stratégie d’innovation et de diversification de levée de fonds :
. « Une nuit au Louvre : Léonard de Vinci », la visite filmée de l’exposition, diffusée en association avec Pathé Live dans les cinéma du monde entier
. Poursuite de la valorisation de la marque « Louvre » : lancement de la voiture DS 7 Crossback Louvre en édition limitée, nouvelle boîte de macarons Ladurée Fleurs et Papillons
. Vente aux enchères « Bid for The Louvre, Enchérissez pour le Louvre » : 2 365 000 euros
. « Tous Mécènes ! des Tuileries » : 900 000 € déjà réunis
. Concert « United at home Paris » de David Guetta à but non lucratif, festif et solidaire, qui incite un public international, jeune et connecté à donner au musée du Louvre, à l’UNICEF ou aux Restos du coeur, vu 16 millions de fois dans le monde entier.

Musée national Eugène-Delacroix:  près de 21 000 visiteurs, dont une majorité venant pour la première fois. Il a été fermé du 14 mars au 21 juin puis à partir du 29 octobre 2020.

Louvre-Lens:  212 353 entrées en 2020, soit 40% du total des entrées en 2019, malgré une fermeture du 14 mars au 2 juin, puis du 30 octobre au 31 décembre:
• 31% de visiteurs employés et ouvriers entre juin et octobre
• 65 000 visiteurs pour l’exposition « Soleils noirs » entre le 3 juin et le 30 octobre.

Chiffres clés

• 2,7 millions de visiteurs en 2020 (-72% par rapport à 2019)
• 161 jours d’ouverture au lieu de 311
• 70 % de visiteurs français en moyenne sur l’année
• 1 visiteur sur 2 a bénéficié de la gratuité
• Plus de 90 M€ de perte de recettes

Lien vers le CP

(Musée du Louvre, 08/01/2021)

https://www.france24.com/en/culture/20210108-louvre-museum-visitors-dropped-more-than-70-in-virus-wracked-2020 (08/01/2021)

  • Muséum National d’Histoire Naturelle: 1,3 M de visiteurs en 2020, en baisse de 58 %

Le Muséum national d’Histoire naturelle MNHN a accueilli sur l’ensemble de ses sites à Paris et en région 1 395 484 visiteurs (hors fréquentation des allées du Jardin des Plantes). Ces sites représentent habituellement plus de trois millions de visiteurs par an et apportent à l’établissement près de 30 M€ de ressources commerciales (billetterie, boutiques, location d’espaces, etc.), soit 30% de son budget. Ces ressources liées au public ont donc nettement baissé en raison de la crise sanitaire : environ 7 M€ de perte lors du premier confinement, 5 M€ lors du second et à nouveau 5 M€ entre ces deux périodes. « Anticipant sur une situation qui ne reviendra probablement pas à la normale en 2021, le Muséum table sur une perte supplémentaire de 7 à 10 M€ correspondant à une fréquentation, là encore, en deçà des 3,5 millions de visiteurs annuels »

Chiffres clés 2020

Nombre total de visiteurs : 1 395 484

Visiteurs au Jardin des Plantes (événements et expositions payantes) : 879 203

    • dont Grande Galerie de l’Evolution (permanente et « Pierres précieuses ») : 326 978
    • Ménagerie : 221 034
    • Galerie de Paléontologie : 146 640
    • Grandes serres : 77 877

Parc Zoologique de Paris : 280 306

Musée de l’Homme : 92 150

Sites en région : 110 261

Numérique

Face à cette situation inédite, le Muséum et l’ensemble de ses personnels ont donc mis en œuvre de nombreuses alternatives afin de continuer d’échanger avec son public : visites virtuelles, conférences, découvertes des coulisses, notamment grâce à l’opération #museumchezvous. Le lancement du podcast « Pour que nature vive » qui a réuni près de 170 000 auditeurs, « la mobilisation des citoyens autour des programmes de sciences participatives ou encore les éclairages constants des scientifiques sur les liens entre pandémie et biodiversité ont aussi permis de garder un lien précieux avec le public ».

Lien vers le CP

(MNHN, CP, 14/01/2021)

  • Zoo de Beauval 1.2 M, – 25% 

« Un chiffre extraordinaire compte-tenu des 20 semaines de fermeture pour cause de Covid-19 » selon les propres mots du Zoo.

Le Dôme Équatorial, la grande nouveauté 2020, a ouvert le 8 février, après un chantier titanesque de 2,5 ans. L’émerveillement des visiteurs aura été de courte durée car l’épidémie de Covid-19 a obligé le ZooParc de Beauval et ses hôtels à fermer leurs portes pour 11 semaines, dès le 15 mars, un mois après l’ouverture. La réouverture à partir du 2 juin a été une « magnifique réussite » : grâce à des mesures sanitaires strictes, les visiteurs ont pu profiter du « 4ème plus beau zoo du monde », en plein air, pour se dépayser et voyager près de chez eux !

La fréquentation s’est bien lissée, tous les jours, dès le mois de juin. Résultat : + 16% de visiteurs sur juin-juillet-août. Septembre, octobre et les vacances de la Toussaint ont été aussi satisfaisants. Le ZooParc et ses hôtels réouvriront samedi 30 janvier 2021, si la pandémie le permet.

(Zoo de Beauval, 08/01/2021)

  • Centre Pompidou:  912 803, – 72%

« Au terme d’une année critique ayant fragilisé l’ensemble des acteurs du monde culturel », le Centre Pompidou comptabilise une fréquentation cumulée de 912 803 visites du 1er janvier au 31 décembre 2020.

Cette baisse de fréquentation de 72 % par rapport à l’année précédente est évidemment due à la gravité de la pandémie qui a conduit le Centre Pompidou à fermer du 13 mars au 1er juillet et du 29 octobre au 31 décembre. En 2020, le Centre Pompidou n’aura ainsi été ouvert que 167 jours contre 309 en 2019 et ce avec des jauges réduites de 30 à 50% selon les espaces.

Les expositions temporaires inaugurées cette année ont accueilli un total de 479 556 visites au 31 décembre 2020, avec ces quelques temps-forts :
– « Christo & Jeanne-Claude, Paris ! » (122 982 visites du 1er juillet au 29 octobre 2020, soit 96 jours d’exploitation)
– « Jeremy Shaw, Phase Shifting Index » (24 792 visites du 26 février au 27 juillet 2020, soit 39 jours d’exploitation)
– « Prix Marcel Duchamp 2020, les nommés » (9 415 visites depuis le 7 octobre 2020, soit 20 jours d’exploitation, avec une prolongation jusqu’au 5 avril 2021)
– « Martin Barré » (7 466 visites depuis le 14 octobre 2020, soit 14 jours d’exploitation, avec une prolongation jusqu’au 5 avril 2021)
– « Matisse, comme un roman » (23 926 visites depuis le 21 octobre 2020, soit 8 jours d’exploitation, avec une clôture prévue le 22 février 2021).

Inaugurées respectivement les 11 septembre et 13 novembre 2019, les rétrospectives « Bacon, en toutes lettres » (clôturée le 20 janvier 2020) et « Christian Boltanski. Faire son temps » (fermée le 13 mars 2020 à l’annonce du premier confinement, 3 jours avant sa clôture initiale) avaient enregistré respectivement 408 768 et 288 372 visites.

L’atelier Brancusi, la Galerie de Photographies et le Musée national d’art moderne, qui accueillait notamment en ses espaces et aux côtés des œuvres de la collection les expositions « Global(e) Résistance », « Yuan Jai » et « Christian Jaccard », ont rassemblé 433 247 visites. L’accrochage thématique « Galeries du 20e siècle » et l’exposition « Ni cygne, ni lune. Œuvres tchèques 1950-2014 de la collection Claude et Henri de Saint-Pierre » restent à découvrir dès la réouverture.

Situation financière

À ce jour, les pertes financières cumulées du Centre Pompidou à Paris s’élèvent à plus de 20 millions d’euros. Ces pertes ont été en partie absorbées par des non dépenses à hauteur d’environ 11 millions d’euros dues au décalage des projets et par une compensation de l’État à hauteur de 9 millions d’euros.

Numérique 

Concernant le numérique, le Centre Pompidou a enregistré des records d’audience sur toutes ses plateformes. À titre d’exemple, les vidéos du Centre Pompidou cumulent en 2020 plus de 3 millions de vues dont 200 000 vues uniquement pour la visite de l’exposition « Matisse, comme un roman » et 68 000 vues pour « Christian Boltanski. Faire son temps », avec une visibilité multipliée par 2,5 sur Youtube.

Les projets innovants spécifiquement développés dans le contexte de la fermeture ont connu un fort engouement avec plus de 36 000 visiteurs pour l’exposition en réalité virtuelle consacrée aux trois Bleus de Joan Miró, 33 000 téléchargements du jeu vidéo Prisme7, et un total de plus de 100 000 inscrits aux cours en ligne gratuits sur l’art moderne et contemporains (MOOC).

Dans l’ensemble, la progression est forte sur tous les réseaux sociaux qui ont accru leurs communautés : au total 2,98 millions d’abonnés pour Facebook, Twitter, Instagram et YouTube qui a connu la plus forte croissance (+500%). L’engagement de ces communautés a également bénéficié d’une croissance sans précédent engendrant plus de 1,5 millions d’interactions pour l’année 2020.

International

Le Centre Pompidou-Metz a accueilli un total de 114 187 visiteurs sur l’année 2020, avec une réouverture possible dès le 12 juin à l’issue du premier confinement.
À l’international, le Centre Pompidou Málaga, privé de fréquentation touristique, a accueilli 54 000 visites pour 236 jours d’ouverture ; KANAL-Centre Pompidou à Bruxelles comptabilise 28 759 visites pour 54 jours d’exploitation. Enfin, à Shanghai, le Centre Pompidou x West Bund Museum Project aura quant à lui accueilli près de 400 000 visiteurs sur l’année, malgré deux mois de fermeture (février-mars 2020) et des jauges également réduites.

(Centre Pompidou, CP, 07/01/2021)

  • Universcience: 793 007, – 72%

Avec 793 007 entrées en 2020, dont 681 549 visiteurs payants, la fréquentation d’Universcience est en recul de 72 %. Durant l’année 2020, la Cité des Sciences et de l’industrie a pu ouvrir 171 jours, le Palais de la découverte 173. « Dans ce contexte inédit, Universcience a adapté sa stratégie, notamment numérique à travers le programme #LaScienceEstLà, pour maintenir le lien avec ses publics ».

« Universcience s’est adapté pour accueillir au mieux ses publics et poursuivre ses missions : in situ, avec la mise en œuvre d’un protocole de visite adapté ou encore la création d’expositions, de médiations et d’événements « covid-compatibles » ainsi que le déploiement d’activités estivales à l’extérieur… mais aussi virtuellement, avec la mise en place d’offres, de contenus et d’activités en ligne labellisés #LaScienceEstLà et intégrés au dispositif #Culturecheznous du ministère de la Culture ».

Numérique 

Produite pendant le premier confinement par les équipes du Palais de la découverte, la série des Petites découvertes avec ses 94 épisodes totalise ainsi par exemple plus de 154 720 vues. L’exposition en ligne Coronavirus – questions d’enfants a été consultée par 48 407 visiteurs en 9 mois. Festivals thématiques, conférences et séminaires, soirées musicales événementielles, lancement grand public et visites numériques interactives d’exposition…

Universcience a adapté l’ensemble de sa programmation, avec des formats en présentiel, en ligne, ou les deux à la fois selon le contexte sanitaire, pour rester au plus près de ses publics et en conquérir de nouveaux. « Un pari réussi qui s’appuie sur les nouveaux usages, permet de renouveler la fréquentation et de prolonger la durée de vie des événements ». La Fête de la science a ainsi réuni 9 401 visiteurs sur place et 2 192 spectateurs uniques sur les réseaux. De même, le festival La Cité des sens, l’odorat a réuni plus de 2 000 internautes en un week-end, avec un quart des participants de ses ateliers à distance.

Le lancement de l’exposition Jean a été vu 4 442 fois dans les 72 heures suivant le direct organisé pendant le second confinement. À noter enfin, la diffusion en ligne et en direct depuis la Cité des sciences et de l’industrie de la conférence de presse de lancement de la Saison Africa2020 et l’organisation par Universcience, toujours en ligne, de la résidence des jeunes talents scientifiques africains (50 jeunes scientifiques issus de 27 pays africains différents) et d’un hackathon rassemblant 12 Fab Labs africains autour des enjeux du développement durable.

Chute des groupes et scolaires

Le public en groupe, traditionnellement très présent dans les espaces, a également connu un recul particulièrement sensible. À la Cité, sa fréquentation a chuté d’environ 80 % par rapport à 2019 et de 90 % pour les groupes hors Paris et Île-de-France. Au Palais de la découverte, le recul est de 77 % au global.

Pour ces publics temporairement éloignés par le contexte sanitaire, l’établissement a également mis en place et diffusé de nombreux contenus en ligne, à destination du public enseignant notamment. Des programmes scolaires ont également été expérimentés dans des classes virtuelles d’élèves de CM1 et de CM2 durant le premier confinement et un appel à candidatures est en cours pour pérenniser ces médiations en ligne.

À la Cité des sciences et de l’industrie

Avec des jauges sensiblement réduites, la Cité des sciences et de l’industrie a enregistré 643 828 entrées (-73 % par rapport à 2019) pour une fréquentation quotidienne moyenne de 2 184 entrées en 2020, contre 7 459 en 2019. La très grande majorité de ses offres a cependant atteint des taux de fréquentation dépassant 70 % de leur jauge.

Les expositions ont enregistré 282 665 entrées, les deux Cités des enfants 212 421, et les espaces ressources en accès libre – bibliothèque, Carrefour numérique², conférences… – 110 928 visiteurs. Durant la période d’ouverture entre les deux confinements, la part des publics franciliens s’est accrue (60 % du public contre 45 % en 2019). Les visiteurs des autres régions françaises sont en recul (37 % du public contre 42 % en 2019) et les visiteurs étrangers en forte baisse (3 % du public contre 12 % en 2019).

La politique de diversification des publics menée en direction des jeunes adultes porte ses fruits, la part des 15-29 ans passant de 17 % en 2019 à 22 % en 2020 dans les expositions. Si la pratique en famille reste la composante fondamentale (84 % des visiteurs en 2020 contre 87 % en 2019), les visites
entre amis des 15-29 ans progressent de 5 % en 2019 à 8 % en 2020.

Focus sur les expositions
Espions : 145 086 visiteurs depuis le 15 octobre 2019 ; prolongée jusqu’à l’été 2021
Contraires : 24 654 visiteurs depuis le 18 février 2020
XXHL, gigas tours et mégas ponts : 22 446 visiteurs entre le 1er septembre 2020 et le 30 octobre 2020
Bio-Inspirée, une autre approche : 20 673 visiteurs entre le 18 septembre 2020 et le 30 octobre 2020

Au Palais de la découverte

Le Palais de la découverte a comptabilisé 149 179 entrées en 2020 (-72,71 % par rapport à 2019), pour sa dernière saison dans ses murs avant travaux. Sa fréquentation quotidienne moyenne est ainsi passée de 1 694 entrées en 2019 à 430 en 2020.

Son offre en ligne s’est en revanche sensiblement étoffée dans la période, avec la production de programmes inédits, comme Les petites découvertes, Dessine-moi les sciences ou Déconfine ton cerveau.

Le Palais de la découverte est désormais engagé dans sa première restauration d’ampleur. Fermé au public depuis le 30 octobre 2020, il rouvrira ses portes en 2025, rénové et renouvelé dans sa proposition. Il donne-rendez-vous à ses publics dès aujourd’hui sur internet et à partir du printemps prochain aux Étincelles du Palais de la découverte, sa structure éphémère située dans le 15e arrondissement de Paris.

Focus sur les expositions
De l’Amour : 144 046 visiteurs, entre le 8 octobre 2019 et le 27 septembre 2020.
Magnétique : 57 428 visiteurs entre le 5 novembre 2019 et le 30 octobre 2020.

Sur internet et les réseaux sociaux, #LaScienceEstLà

Durant la fermeture de ses sites physiques, Universcience est allé à la rencontre de ses publics en créant le dispositif en ligne #LaScienceEstLà. Les sites internet cite-sciences.fr et palais-decouverte.fr ont ainsi proposé des offres, des activités et des contenus inédits, thématisés et renouvelés, notamment une exposition numérique consacrée aux connaissances scientifiques sur la Covid-19. Autant de ressources utilisées notamment par les enseignants et les familles lors des confinements.

En 2020, le site internet cite-sciences.fr a ainsi comptabilisé 6 968 947 visites, et palais-decouverte.fr, 903 645 visites. Canaux de diffusion et de promotion des nouvelles offres et événements en ligne ou hybrides, les réseaux sociaux d’Universcience ont enregistré de fortes progressions en 2020 : + 20 % d’abonnés pour l’Instagram Cité, + 690 % d’abonnés pour la chaine Youtube du Palais sous l’effet des nouvelles offres en ligne, par exemple. Troisième lieu numérique d’Universcience, leblob.fr a fêté sa première année d’existence et contribué à la diffusion de #LaScienceEstLà, notamment avec la co-production d’un hors-série de la web série Data science vs fake sur le Coronavirus. En 2020, ce nouveau média scientifique en ligne a  comptabilisé 915 695 visites soit une augmentation 18,07 % par rapport à 2019. Il a également sensiblement développé sa présence sur les réseaux sociaux, avec une progression de 42 % sur Facebook, 21 % sur Twitter et 19 % sur YouTube.

Universcience hors les murs

En dépit de la situation sanitaire contrainte, Universcience a poursuivi son déploiement hors les murs en 2020. Conçue par les équipes d’Universcience et inspirée de la Cité des enfants de la Cité des sciences et de l’industrie, Smallicieux, la Cité des enfants de Lillenium a ainsi ouvert ses portes en septembre 2020 à Lille. L’établissement s’est également vu confier plusieurs nouvelles missions d’ingénierie culturelle, dont la conduite des études préparatoire à la création du Musée international du Cinéma et du Festival de Cannes (en tant que mandataire de groupement) ou l’étude pour le renouvellement de l’offre du musée de l’Institut Pasteur. Enfin, de nombreuses expositions ont été présentées hors les murs, en France
et à l’étranger.

Lien vers le CP

(Universcience, 07/01/2021)

  • Mucem Marseille: 527 000, -56%

En 2020, le Mucem a pu accueillir en 168 jours d’ouverture, 527 000 visiteurs dans son site (- 56 % par rapport à 2019), 185 000 dans les expositions (- 57 %).

Dans le contexte difficile de la Covid, les expositions qui se sont terminées au 1er trimestre 2020 ont obtenu de bons scores de fréquentation : « Giono » (29 octobre 2019 – 17 février 2020) : 70 240 visiteurs (732 par jour), « Kharmohra » (21 novembre 2019 – 1er mars 2020) : 33 725 visiteurs (388 par jour).

La plupart des expositions suivantes n’ont pu être ouvertes que partiellement, mais leur fréquentation témoigne d’un fort engouement : « Voyage voyages » (21 janvier – 12 mars 2020) : 47 779 visiteurs (1039 par jour) ; « Vêtements modèles » (29 juin – 31 octobre 2020) : 57 327 visiteurs (546 par jour) ; « L’Orient sonore » (22 juillet – 31 octobre 2020) : 54 168 visiteurs (630 par jour). L’exposition « Mon nom est personne  » (Alexandre Périgot) « a particulièrement attisé la curiosité des publics », avec 41 862 visiteurs du 29 juin au 17 août 2020 (soit 974 par jour).

Plus de 10 000 élèves ont pu être accueillis au musée dans ses périodes d’ouverture, et le lien avec les publics a aussi été maintenu pendant les deux périodes de fermeture, notamment dans le cadre de l’Eté culturel et apprenant et, par des activités hors les murs dans les écoles et centres sociaux (2 500 enfants ont participé aux ateliers).

#LeMucemchezvous : 900 000 internautes sur le site internet

Durant cette année si exceptionnelle, le Mucem a adapté l’éditorialisation de son offre culturelle pour donner rendez-vous à son public en ligne (durant 144 jours cumulés de fermeture)- sous le hashtag #LeMucemchezvous- autour de thématiques variées : objets des collections, visites virtuelles d’expositions, contenus ludiques autour des collections, contenus famille, replays de conférences, éditions en accès libre, conférences et spectacles en ligne, vernissages d’expositions live, coulisses du musée…

Une collecte participative inédite sur les objets du confinement « Vivre au temps du confinement » a été lancée par le département des collections, positionnant le Mucem sur un sujet ultra contemporain et créant un nouveau lien de proximité avec les donateurs.

Les contenus en ligne ont su maintenir la relation avec un public fidèle, avec des pics de fréquentation autour de la collecte participative et de la diffusion en accès libre du documentaire co-produit avec Arte «  L’homme a mangé la Terre  ».

Une programmation culturelle en live : 300 000 spectateurs connectés

La programmation Live sur les réseaux sociaux a connu un véritable succès. Les « directs » des vernissages d’exposition ont réuni en moyenne 37 000 spectateurs chaque soir et la programmation culturelle a rencontré son public avec sa série de débats « Les Lundis d’après » et son programme de jeunesse « Raoul Lala, opération Mucem » qui ont attiré respectivement 86 584 et 75 537 spectateurs. La chaîne Youtube du Mucem a ainsi enregistré une progression record de + 122 %. Les visites virtuelles et expositions en ligne ont conduit 170 000 visiteurs en immersion. Tout au long de l’année, les expositions fermées au public prématurément ont pu être (re)découvertes en ligne avec des contenus augmentés. L’application L’Orient sonore créée pour l’exposition éponyme enregistre 15 000 utilisateurs. Les visites virtuelles des expositions produites en 2019 « Georges Henri Rivière. Voir c’est comprendre » et « Jean Dubuffet. Un barbare en Europe  » ont enregistré une fréquentation record de + 383 % visites en 2020.

(Mucem, presse, destimed.fr)

  • Grand Palais 437 786, – 59.3%

Le Grand Palais a accueilli 437 786 visiteurs pour les expositions produites par la Rmn – Grand Palais, contre 1 075 187 visiteurs en 2019. La fermeture des musées une partie importante de l’année ainsi que la jauge réduite mise en place lors des périodes d’ouverture a eu un impact très important sur la fréquentation des expositions produites par la Rmn – Grand Palais au Musée du Luxembourg et au Grand Palais.

A noter cependant le succès de l’exposition Pompéi, exceptionnellement ouverte pendant l’été au Grand Palais. L’exposition Noir & Blanc, initialement prévue en mars 2020, n’a à ce jour toujours pas pu ouvrir.

« La Rmn – Grand Palais a multiplié les initiatives afin de permettre au public de garder un lien fort avec la création et les artistes, lien particulièrement nécessaire en cette période de crise, de fermeture prolongée des lieux culturels et de distanciation sociale ».

De riches contenus ont été mis en ligne (Pompéi chez vous, Man Ray et moi) dans des délais très rapides et avec succès : 1,3 million de visites pour Pompéi chez vous. Une programmation spécifique a été mise en place avec réactivité, pour proposer au public des oeuvres en résonnance avec la période, en France et sur l’ensemble des territoires.

Des événements autour de l’art contemporain

Ainsi Au Jour le Jour de Franck Scurti proposé dans la Nef pendant l’été, a été la réponse, en acte, d’un artiste face à une situation de crise. En installant l’atelier de Franck Scurti dans la Nef et en exposant sa pratique durant deux mois, le Grand Palais a souhaité remettre la parole de l’artiste au premier plan.

De la même manière, les Rencontres Fortuites organisées pendant l’été avec le soutien du ministère de la Culture sous le commissariat de Pierre Giner, ont vu 42 artistes aller à la rencontre du public dans toute la France, dans ces lieux uniques que sont les bibliothèques, y attirant un public souvent peu habitué.

Enfin Wanted! coproduit avec la galerie Perrotin a invité les participants à trouver 20 oeuvres de 20 artistes de la galerie Perrotin dissimulées dans la Nef vide du Grand Palais, occasion de donner à un large public l’accès au plaisir de l’art et de sa recherche.

L’espace public autour du Grand Palais a également été investi avec la mise en place de deux oeuvres : Johari Brass-Band de Sammy Baloji, traitant de la réappropriation par l’Afrique de sa propre histoire, et L’attente de Diana Velasquez, « réflexion autour de la précarité dans laquelle nous nous trouvons tous, mais qui atteint d’abord les plus faibles, mise en lumière par la pandémie ».

Fréquentation des expositions

Fréquentation en 2020 des expositions débutées en 2019 : 223 245 visiteurs : Toulouse-Lautrec. Résolument moderne : 108 917, entre le 1er janvier au 27 janvier 2020 (420 167 au total)
Greco : 114 328, entre le 1er janvier au 10 février 2020 (296 970 au total).

Fréquentation au second semestre : 214 541 visiteurs.

Pompéi : 203 047. L’exposition, initialement prévue du 25 mars au 8 juin 2020, a été ouverte du 1er juillet au 29 octobre 2020. Elle a attiré un public familial (30 % de visites en famille, soit 11 points de plus par rapport à la moyenne des expositions du Grand Palais) avec de nombreux enfants (17% de visiteurs étaient accompagnés d’enfants ou d’adolescents de moins de 18 ans).

Au jour le jour – Franck Scurti, ouvert 5 week-ends entre le 18 juillet et le 23 août 2020 : 7 415. Wanted !, 24 – 25 octobre 2020 : 4 079

Le Musée du Luxembourg a accueilli 82 945 visiteurs en 2020 (soit 987 visiteurs en moyenne par jour d’ouverture).

L’Age d’or de la peinture anglaise qui s’est achevée le 16 février : 54 602 visiteurs en 2020 (180 696 au total)
Man Ray et la mode : 28 343 visiteurs du 23 septembre au 29 octobre (exposition initialement prévue du 9 avril au 26 juillet 2020). A titre comparatif, le musée a accueilli 357 186 visiteurs en 2019 avec 247 jours d’ouverture contre 84 jours en 2020.

Lien vers le CP

(RMN-GP, 05/01/2021)

  • musée de l’Armée: 351 018, – 72%

Célébrant le 350e anniversaire de la fondation de l’Hôtel des Invalides par Louis XIV, l’année 2020 avait très bien commencé avec une fréquentation en hausse de 14% par rapport à février 2019. Mais les deux périodes de confinement ont eu un impact irréversible sur sa fréquentation annuelle. Avec un total de 168 jours de fermeture, le musée de l’Armée a accueilli 351 018 visiteurs, soit 72% de moins que l’année précédente.

« 2020 aura été une année particulière pour le monde de la culture et des musées. Pour pallier sa fermeture et l’absence de visiteurs aux Invalides, le musée de l’Armée a dû redoubler d’inventivité et de détermination afin de remplir sa mission et de partager avec le plus grand nombre l’histoire de France et la connaissance de ses riches collections, en retenant de cette expérience inédite une leçon principale : les musées jouent un rôle essentiel au coeur de la cité et répondent à un besoin essentiel de culture et de sociabilité ».

« Le musée, un lieu de vie »

Malgré les conditions drastiques d’accueil et la baisse inéluctable de touristes étrangers (le Musée reçoit habituellement plus de 70% de visiteurs internationaux), les visiteurs ont été au rendez-vous durant toute la période de réouverture, entre fin juin et fin octobre. Les activités proposées durant l’été (visites flash, jeu de l’été et visites en famille…) ont été plébiscitées par les franciliens, notamment les familles et les jeunes adultes. Le spectacle La Nuit aux Invalides, l’un des seuls événements parisiens en plein air, a accueilli presque autant de spectateurs que l’année précédente malgré une jauge plus réduite (51 165 spectateurs contre 57 727 en 2019).  

En septembre, les Invalides ont été le lieu culturel parisien le plus visité lors des Journées européennes du patrimoine, les 19 et 20 septembre 2020, avec près de 26 000 visiteurs. Initialement prévue du 1er avril au 26 juillet 2020, l’exposition Comme en 40… a pu ouvrir ses portes le 17 septembre et accueillir 12 298 visiteurs durant ses 43 jours d’ouverture. Enfin, la venue au musée de l’Armée a été une sortie privilégiée par les familles durant les vacances de la Toussaint, puisque les animations pour le jeune public, dont l’offre a été étoffée, ont reçu une fréquentation en hausse de 8% par rapport à 2019.

« L’établissement a ainsi pu observer un véritable besoin des publics de se déplacer au musée, d’aller à la rencontre des collections, de partager des animations en groupes et de vivre des spectacles au coeur du monument. Cet engouement témoigne du rôle crucial que jouent les musées, en tant que lieu de vie et de découverte favorisant le plaisir et l’échange ».

Une forte activité numérique

Comme beaucoup d’institutions culturelles, le Musée a particulièrement développé ses contenus numériques et accru son activité sur les réseaux sociaux. Plusieurs expositions ont été mises en ligne avec des contenus augmentés (Mousquetaires !, Guerres secrètes, Napoléon stratège, Les Canons de l’élégance, visites guidées en vidéo pour Comme en 40…), une nouvelle rubrique a été créée afin de faire découvrir aux internautes les destins des héroïnes et héros de notre histoire (Marie de Roumanie, Louis Gillet, Anne Morgan, Charles Courtet…), des concerts à huis clos captés dans la cathédrale Saint-Louis ont pu être diffusés sur Radio Classique, grâce au soutien du CIC.

Le format du live a été expérimenté. Le musée de l’Armée a ainsi participé à la Nuit des musées virtuelle le 14 novembre 2020, organisée par le ministère de la Culture et de la Communication, en partenariat avec le YouTubeur Thibault Gagnage (Histoire Appliquée), obtenant plus de 23 500 vues sur YouTube depuis sa publication. Sur son nouveau compte TikTok, le live organisé le 18 décembre en collaboration avec les influenceurs Rivenzi et Histoire Appliquée, dans le cadre du challenge #CultureTikTok, a permis à 50 000 spectateurs de découvrir les collections d’armes et armures anciennes, des deux guerres mondiales, ainsi que le tombeau de Napoléon sous le Dôme des Invalides.

Le nombre d’abonnés des différents comptes en 2020 a ainsi largement augmenté : +35% sur Facebook, +38% sur Twitter (contre 19% entre 2018 et 2019) et +90% sur Instagram. Né le 2 décembre 2020, le jeune compte TikTok comptabilise déjà plus de 3 500 abonnés.

Lien vers le CP

(Musée de l’Armée, 07/01/2021)

  • Louvre Lens : 212 353 entrées en 2020, – 60%

Le Louvre-Lens dénombre 212 353 entrées en 2020, soit 40% du total des entrées en 2019, malgré une fermeture du 14 mars au 2 juin, puis du 30 octobre au 31 décembre 2020:
• 31% de visiteurs employés et ouvriers entre juin et octobre
• 65 000 visiteurs pour l’exposition « Soleils noirs » entre le 3 juin et le 30 octobre.

(Musée du Louvre, 08/01/2021)

https://www.lavoixdunord.fr/918785/article/2021-01-10/le-louvre-lens-ferme-173-jours-en-2020-su-garder-le-contact-avec-le-public 10/01/2021

  • Château de Fontainebleau 163 000, – 66%

Le château de Fontainebleau a enregistré, en 2020, une chute de sa fréquentation de 66% par rapport à 2019 (163 000 visites au lieu de près de 540 000).

L’année 2020 a marqué un coup de frein brutal consécutif à près de six mois de fermeture et à la quasi absence du visitorat étranger.

Le château a dû composer avec les contraintes imposées par la crise sanitaire, adaptant ainsi sa programmation, entre ouverture et reconfinement. Sur l’ensemble de l’année 2020, les touristes français ont été très majoritaires à 88 % contre 12 % pour les étrangers.

(Château de Fontainebleau, presse, 13/01/2021)

  • Cité du Vin 154 000, – 63%

Le 12 janvier 2021, la Cité du Vin de Bordeaux a profité de l’annonce des chiffres de visitorat 2020 pour présenter ses nouveautés 2021.

« Après une année 2020 marquée par la crise sanitaire et ses conséquences (baisse de 63 % de la fréquentation, quasi-absence du visitorat international à partir de mars, mais hausse du nombre de français – touristes, excursionnistes et Bordelais – sur les mois d’été), la Cité du Vin se concentre sur l’avenir et prévoit de multiples améliorations pour ses visiteurs ».

A l’approche de son 5ème anniversaire, la Cité du Vin prévoit de nombreuses nouveautés et évolutions en 2021. Du Parcours permanent à la programmation culturelle en passant par les outils numériques, « l’année à venir sera jalonnée d’évolutions apportées aux espaces et aux contenus, donnant de nouvelles raisons de (re)venir à la Cité du Vin ». Objectif : « rester en phase avec les attentes des visiteurs et améliorer encore l’expérience ».

Photo :  Cité du Vin / Tony Daoulas / XTU architects

Coup de frais sur le Parcours permanent

À commencer par le Parcours permanent, cœur de l’offre de la Cité du Vin, 3 000 m² qui explorent les richesses culturelles du monde du vin, dont l’ambiance sonore a été revue, profitant de la période de fermeture.

Autre nouveauté : le compagnon de visite remis en début de parcours, qui permet de déclencher les contenus audios et vidéos en 8 langues au choix, évoluera vers plus de personnalisation.

Dès l’été 2021, c’est une application mobile que les visiteurs pourront utiliser sur leur propre smartphone qui les accompagnera au gré des 19 modules. Elle contiendra de nouvelles fonctionnalités, comme la recherche d’un thème au sein de l’espace de visite, mais aussi la possibilité de créer son propre parcours guidé, conçu selon les préférences de chacun et la durée souhaitée de visite.

La signalétique au sein du Parcours permanent sera elle aussi repensée pour améliorer l’information et l’orientation entre les différents espaces. Autre point remarquable : un renouvellement des contenus de certains espaces est également prévu pour débuter en 2021 et se poursuivre ensuite : cette année, les modules « Bacchus et venus » ainsi que « Vin divin » seront revisités avec de nouvelles thématiques.

La Fondation CCV, qui gère la Cité, annonce également:

. le réaménagement de la boutique, située au rez-de-chaussée de la Cité du Vin, sera entièrement reconfigurée par l’agence Dragon Rouge. Les anciens mobiliers seront réutilisés par d’autres structures locales, ou recyclés par des associations. Rendez-vous début mars 2021 pour découvrir un nouveau concept architectural : au fil du vin ! Un projet de boutique en ligne est également à l’étude.

. le développement de l’offre en ligne. En 2021, le site internet de la Cité du Vin fait également peau neuve ! Prévue pour le printemps, conçue avec Good Kids Agency et développée à par le studio bordelais Lost Mechanics, cette nouvelle vitrine en ligne fera la part belle aux vidéos, pour une meilleure immersion à distance et une navigation plus fluide. La médiathèque en ligne que le site héberge évoluera en véritable « Cité du Vin en ligne », plateforme de contenus autour du vin proposant : replay des événements qui ont lieu dans l’auditorium, contenus inédits, podcasts créés par la Cité du Vin, mais également des documentaires, émissions et podcasts produits par d’autres acteurs et qui viendront compléter les créations de la Cité du Vin…Une catégorisation des contenus et une recherche par thématique permettront à la fois d’accéder plus facilement aux contenus souhaités, mais aussi de laisser libre cours à la découverte.

L’offre d’évènements en ligne sera également intensifiée grâce à la diffusion en direct de tous les événements ayant lieu dans l’auditorium, avec la possibilité de poser des questions en direct puis d’accéder ensuite à la demande aux enregistrements. « Ces nouveautés permettront à chacun de participer, quelle que soit sa localisation géographique, et d’étendre ainsi le rayonnement de la programmation culturelle de la Fondation pour la culture et les civilisations du vin au-delà du lieu physique de la Cité du Vin située à Bordeaux ».

. un enrichissement de l’offre culturelle avec toujours plus de dégustations et d’ateliers. Du côté de la programmation culturelle, l’offre d’ateliers évolue. Les ateliers « afterwork », très appréciés des Bordelais, seront plus nombreux. De nouvelles thématiques seront à découvrir comme les ateliers monocépages, ou encore un atelier mets locaux & vins du monde, qui se renouvellera chaque mois. En journée, les ateliers jusqu’alors en français ou en anglais uniquement deviendront multilingues, grâce à une application développée par les équipes de la Fondation. Quant aux rencontres et conférences organisées dans l’auditorium, elles seront plus fréquemment suivies d’une dégustation de vin, offrant une nouvelle occasion de découvrir les partenariats viticoles noués par la Fondation aux quatre coins du monde.

. Un nouveau jardin terrasse. Les Bordelais découvriront un nouveau lieu pour boire un verre en soirée dans un écrin de verdure : les jardins et terrasse de la Cité du Vin. Des soirées musicales avec scénographie et aménagements originaux y seront proposées aux beaux jours.

Une grande exposition sur la mythologie : de l’antiquité au street art !

Une nouvelle exposition temporaire sera inaugurée au printemps : du 9 avril au 29 août 2021, la mythologie sera à l’honneur dans l’exposition Boire avec les dieux. Celle-ci sera le lieu d’une rencontre originale entre trois artistes urbains contemporains et des œuvres antiques, dont des prêts exceptionnels du Musée du Louvre, du Musée Archéologique d’Athènes et de la Fondation Gandur pour l’Art.

En 2021, la Cité du Vin prépare l’obtention du label NF environnement pour les sites de visite, renforçant la démarche initiée par l’Office du Tourisme et des Congrès de Bordeaux Métropole avec la mise en œuvre de la norme ISO 20121. Cet engagement fort vise à réduire son impact environnemental, les consommations en eau, énergie, et production de déchets, mais aussi à renforcer la politique d’achats responsables et à sensibiliser les visiteurs à l’environnement.

Au-delà de 2021

Au-delà des nombreuses nouveautés prévues pour 2021, la Fondation a défini sa stratégie d’évolution sur les 5 prochaines années, qui a été présentée au Conseil d’Administration de la Fondation du 21 décembre 2020. Ce plan inclut notamment d’importantes évolutions au sein du Parcours permanent, ainsi que la conception d’une nouvelle forme d’exposition temporaire avec la création d’un parcours immersif de dégustation, pour 2023.

(Fondation CCV, 12/01/2021)

  • Centre Pompidou-Metz: 114 187, – 62%

Le Centre Pompidou-Metz a accueilli un total de 114 187 visiteurs au cours de ses 6 mois d’ouverture contre 304 000 en 2019, franchissant le cap des 4 millions de visiteurs depuis son ouverture en 2010.

Trois expositions d’envergure ont été présentées : Des mondes construits. Un choix de sculptures du Centre Pompidou, Folklore, Le ciel comme atelier. Yves Klein et ses contemporains ; ainsi que des installations d’exception in situ, Frémissements. Susanna Fritscher, Indistinti Confini-Noce. Giuseppe Penone, I hear voices. Nadia Lauro et des résidences jeune public qui ont rythmé l’ensemble de la programmation.

Numérique

Pendant les périodes de fermeture, le Centre Pompidou-Metz a fait le choix de donner chaque jour la parole aux artistes sur ses réseaux sociaux, toutes les générations et tous les univers de la création confondus : Etel Adnan, Tatiana Trouvé, Jérémy Demester, Mircea Cantor, Annette Messager, Piero Golia, Navid Nuur, Olivier Bardin, Stéphanie Saadé & CharbelJoseph H. Boutros, Marc Leschelier, Fabrice Hyber, Shimabuku, Liam Everett, Ida Tursic & Wilfried Mille, Elmgreen & Dragset, Rosa Barba, Jorge Pardo, Davide Bertocchi, Jean de Gastines, Thomas Bloch… Ils ont ainsi partagé leurs activités d’atelier, leurs réflexions et leurs mots à travers des poèmes, des photographies, et des images en mouvement, mêlés à ceux de l’équipe du Centre.

En mai 2020, à l’occasion de l’anniversaire des 10 ans du Centre Pompidou-Metz, Rodolphe Burger s’est produit en direct sur les réseaux sociaux, réunissant pour la première fois dans ce format plus de 20 000 personnes pour un moment de grande générosité, aussi bien pour le musée que pour le public.

À ces projets numériques, a succédé un programme de master class de danse avec l’Étoile Benjamin Pech, d’écriture créative contemporaine avec le philosophe Gilles Collard, de kung-fu Shaolin par les moines guerriers du Temple de Fawang dans le Henan en Chine.

L’année 2020 a aussi permis de présenter de nouveaux projets liés à l’architecture et au numérique, de proposer une réflexion sur la transmission et de mener des actions auprès des publics plus éloignés.

Projets 2021

Désormais ancré durablement dans le Jardin Sud du Centre, le Paper Tube Structure (espace au sein duquel le Centre Pompidou-Metz a été conçu) a été installé en présence de Shigeru Ban, amorçant une nouvelle réflexion autour des futurs développements architecturaux du Centre Pompidou-Metz. Ce lieu est à nouveau un atelier qui invite le public à participer activement à son fonctionnement. Le premier projet sera inauguré par Yoko Ono, qui place la participation et la collaboration des visiteurs au cœur de sa pratique artistique.

Chiara Parisi, Directrice du Centre Pompidou-Metz depuis décembre 2019, souhaite que le Centre Pompidou-Metz reste « au cœur de la ville, de la métropole et de la région Grand Est par des projets de qualité internationale en résonance avec les questions qui nous sont inhérentes, aujourd’hui et
demain ».

(Centre Pompidou-Metz, 12/01/2021)

SOURCE: Musées

PHOTOS: Musées

PHOTO carousel : musée du Louvre (Wikimedia Commons)

Date de première publication: 18/01/2021

. https://www.art-critique.com/2021/01/covid-19-grands-musees-parisiens-tourmente/ (12/01/2021)

https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/gestion-finance/0610241561133-patrimoine-comment-les-acteurs-culturels-prives-survivent-a-la-crise-341482.php (11/01/2021)

. https://www.lesechos.fr/industrie-services/services-conseils/du-louvre-a-la-cite-des-sciences-lannee-pas-comme-les-autres-des-musees-publics-1279588 (09/01/2021)

https://www.francetvinfo.fr/culture/arts-expos/louvre/au-musee-du-louvre-une-frequentation-en-baisse-de-72-en-2020-par-rapport-a-2019_4249569.html (08/01/2021)

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

DOSSIER / La fréquentation des musées et lieux de patrimoine en France, en 2019

La fréquentation des musées et lieux de patrimoine dans le Monde, en 2019 

. La fréquentation des musées et lieux de patrimoine en France, en 2018 (18/02/2019)

REVUE DU WEB / SPECIAL BILAN 2020

[RETRO 2020] Top 10 des expositions en ligne de 2020, par la Smithsonian Institution

[RETRO 2020] Top 10 des expositions numériques et des visites virtuelles de 2020, par Designboom

[RETRO 2020] TOP 10 des articles du CLIC France les plus lus en 2020

[RETRO 2020] Top 10 des installations artistiques de 2020, par Designboom

DOSSIER / Tour du monde des ouvertures et réouvertures de musées et lieux de patrimoine en 2020 

[RETRO 2020] Top 10 des nouveaux musées et lieux culturels ouverts dans le monde en 2020, par Designboom

DOSSIER / Tour de France des ouvertures ou réouvertures de musées et lieux de patrimoine en 2020 

DOSSIER / Tour de France 2020 des nouveaux dispositifs innovants muséaux et patrimoniaux permanents

Partager :

Laisser un commentaire