Avec « La Fab », agnès b. ouvre un lieu culturel atypique, associant art et environnement

Le dimanche 2 février 2020, agnès b. a ouvert au public les portes de son nouveau lieu culturel « La Fab », dans le 13ème arrondissement de Paris. Cet espace atypique présentera sous un même toit les actions protéiformes de la styliste en matière de création artistique, mais également de solidarité et d’environnement.

Après une rencontre avec Jérôme Coumet, en 2017, Maire du 13e, agnès b. a choisi d’installer la Fabun lieu pour tous, « dans cet arrondissement qui réinvente la ville ».

Dans ce bâtiment neuf, composé de logements sociaux, dessiné par l’architecte Augustin Rosenstiehl, de l’agence SOA architectes, agnès b. organisera sur 1 400 m2, des expositions thématiques dédiées notamment à sa collection de plus de 5 000 œuvres.

Styliste, mécène et collectionneuse, agnès b. soutient la création artistique sous toutes ses formes, mais également la solidarité et l’environnement depuis de nombreuses années. 

« La Fab. » a pour ambition de refléter et rassembler toutes ces actions sous un seul et même toit.

agnès b. collectionneuse

Depuis plus de 40 ans, au gré d’affinités, de rencontres avec des cultures et des réseaux très divers, en fonction d’ « histoires naturelles », agnès b constitue progressivement sa collection d’art contemporain regroupant des photographies, dessins, peintures, sculptures, installations, son, vidéo et films … 

Cette collection compte aujourd’hui près de 5 000 pièces.

« Ces œuvres représentent des moments de la vie, des émotions partagées, une connivence. Comment est-il possible de retrouver dans une œuvre ce qui nous touche et le reconnaître comme nous appartenant ? Ce trésor, toutes ces œuvres, je n’ai pas voulu m’en emparer, mais plutôt les recueillir et m’en nourrir en les aimant. » agnès b.

© EPPDCSI Arnaud Robin
© EPPDCSI Arnaud Robin – © C/O Berlin

La collection d’agnès constitue un corpus multiforme en constante évolution, comprenant photographies, dessins, peintures, sculptures, installations, son, vidéo et films.

Comme l’explique le site web: « Rare et atypique, la collection est indissociable d’une dynamique de production et de diffusion artistique, participant d’un engagement qui va au-delà de la position de simple collectionneuse privée. En effet, agnès b. est aussi mécène et producteur, en permanente interaction avec la scène artistique internationale, autant dans le domaine des arts visuels – à partir de la galerie du jour notamment – que du cinéma, de la musique, du spectacle vivant ou de l’édition avec entre autres le point d’ironie. »

Copyright La Fab.

Récemment, la collection a été exposée par le Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut (LAM) en 2015, le Musée national de l’histoire de l’immigration en 2016, la Collection Lambert en Avignon en 2017, et l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles en 2019.

La galerie du Jour 

En 1984, agnès b. et Jean-René de Fleurieu inaugurent « la galerie du jour », à deux pas de la première boutique agnès b. située rue du jour et ouverte en 1976, ainsi que du « trou des Halles ». Au même endroit est créé « la librairie Christian Bourgois », où tous les livres sont posés à plat sur une même table, la fameuse table déssinée par les « Jambons français », les anciens résidents, et qui sera installée au cœur de la librairie à La Fab.

« J’ai voulu faire une galerie pour donner à voir ce que j’aime. On dit une galerie mais on pourrait dire un endroit pour montrer l’envers et l’à côté des choses, montrer de la peinture, de la sculpture, des photographies et, chaque fois, en même temps, essayer d’inventer de nouvelles façons de faire circuler les images, de les rendre à la portée de tous : esquisses, pochoirs, sérigraphies, gravures, etc. On y trouvera aussi les expositions faites par la galerie. L’endroit est encore brut, encore un peu boucherie. J’espère qu’il deviendra un lieu vivant où l’on voudra revenir, et s’arrêter. » agnès b.

En 1997, la galerie s’installe rue Quincampoix.

 

Le point d’ironie

En 1997 aussi, au cours d’un dîner chez Lipp, agnès b., l’artiste Christian Boltanski et le commissaire d’exposition Hans Ulrich Obrist, lancent le point d’ironie dans l’idée de dispersion chère à Boltanski. Ce «périodique hybride» offre la possibilité à un artiste de s’approprier pleinement ce médium pour en faire un objet d’art singulier. Le premier point d’ironie sort pour le festival de Cannes. Véritable manifeste pour le cinéma indépendant, il est conçu par Jonas Mekas, disparu cette année.

Gratuit, distribué partout dans le Monde et produit par agnès personnellement, le point d’ironie compte aujourd’hui plus de 60 numéros. 

Le fonds de dotation agnès b

En 2009, agnès b. a choisi de créer un fonds de dotation à la suite de la loi 2008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l’économie, dans le but de structurer les actions de mécénat, partenariat et philanthropie qu’elle soutient à titre personnel, depuis près de 30 ans.

Il s’agit de l’un des premiers fonds de dotation créés en France.

Le fonds de dotation agnès b. est destiné à structurer les actions de mécénat, partenariat et philanthropie menées par la marque agnès b. et par agnès à titre personnel, depuis près de 40 ans.

Le fonds initie et soutient des actions de communication et de médiation en faveur de la solidarité, qu’il s’agisse d’expositions, de publications, ou d’autres formats. Pour cela, il travaille en collaboration avec un réseau d’acteurs divers et varié : artistes, photographes, ONG, institutions publiques, …

Le fonds collabore avec plus d’une vingtaine d’association et ONGs qui oeuvrent partout dans le monde et dans tous les domaines : alphabétisation, protection de l’enfance, accueil des réfugiés, accès à l’eau et à la santé, lutte contre le sida, soutien aux femmes isolées …

Chaque année, le fonds soutient des projets d’artistes à tous les moments de la création : aide à l’écriture, production, post-production… Ce soutien s’adresse essentiellement aux projets les plus fragiles. Le fonds offre aussi la possibilité de diffuser leurs créations auprès du public et des professionnels.

Le fonds est aussi chargé de préserver et présenter au public la collection d’art d’agnès b..

Le fonds de dotation agnès b. défend également la cause environnementale au travers de la Fondation Tara Océan,  qui œuvre de façon remarquable à la préservation des océans.

Cette action de veille écologique, de recherche scientifique, de sensibilisation auprès du grand public est également devenue une résidence artistique, à l’occasion des missions Méditerranée 2014 et Pacifique en 2016, deux initiatives pleinement soutenues par le fonds de dotation agnès b.

Fidèle à sa volonté de défricher de nouveaux lieux, après une première rencontre avec Jérôme Coumet, le Maire du 13ème arrondissement, en 2017, agnès b. a décidé d’installer son nouveau lieu, La Fab., et le siège de son fonds de dotation, place Jean-Michel Basquiat, dans un quartier en plein essor culturel et architectural.

La galerie du jour nomade

En 2018, la galerie et la librairie du jour deviennent ainsi nomades et déploient une programmation « hors les murs », le temps d’investir La Fab.

Dans ce contexte, deux expositions autour des artistes Carolyn Carlson et Elizabeth Daynes sont notamment organisées au siège de la maison agnès b., de même que l’exposition « Modernités des passions », un regard des étudiants de l’ENSP sur la photographie dans la collection d’agnès b., présentée dans le cadre des Rencontres d’Arles 2019.

Naissance de La Fab

Inaugurée le 31 janvier 2020, La Fab a été ouverte au public le dimanche 2 février 2020.

La Fab est installée dans un bâtiment neuf de 1 400 m2, dessiné par l’architecte Augustin Rosenstiehl (agence SOA architectes). Au delà des espaces d’exposition et bureaux, ce bâtiment accueille des logements sociaux.

Copyright La Fab.


Dès son ouverture, La Fab. présentera une exposition de la collection sur un thème, dont agnès b. assurera le commissariat, avec son équipe historique de la galerie du jour.

« Je veux aborder la hardiesse sous toutes ses formes, j’ai l’impression de faire une dissertation visuelle » en mêlant des oeuvres d’artistes très ou peu connus, a confié Agnès b., de son vrai nom Agnès Troublé, à l’AFP.

. La Fab. abritera la nouvelle « galerie du jour » qui deviendra en ce lieu « comme une maison où tout serait à vendre : peintures, sculptures, photographies, quelques meubles… »

. La nouvelle « librairie du jour », « une librairie où les éditeurs seront invités à contribuer à la sélection et la mise en espace des ouvrages présentés », y sera aussi accueillie.

. Le magazine « point d’ironie » y sera distribué.. Enfin, La Fab. mettra à l’honneur les actions sociales et solidaires soutenues par le fonds de dotation agnès b. et les actions environnementales d’agnès b. menées au travers de la Fondation Tara Océan.

Reportage d’ARTE:

La nouvelle galerie 

Aux côtés de la collection agnès b., La Fab. accueillera également la galerie historique fondée par agnès b. rue du jour (Paris) en 1984 : la galerie du jour.Pensée par agnès b., la galerie du jour fonctionnera de manière souple et fluide en proposant un accrochage éclectique qui évoluera au fil du temps, au gré des rencontres, de l’actualité culturelle du moment et des projets de mécénat et partenariats noués par La Fab.

« Inspirée de la manière dont agnès b., collectionneuse et galeriste, vit et interagit avec ses oeuvres au quotidien dans sa propre maison, l’espace de la galerie accueillera sans distinction de style ni hiérarchie académique des oeuvres contemporaines et anciennes, des oeuvres originales, des multiples ou des éditions, mais aussi des pièces de jeunes designers contemporains et du mobilier vintage chiné ça et là. Une peinture d’Harmony Korine pourra côtoyer un buste antique et un dessin de l’école de David une photographie de Nan Goldin. » site web la Fab. 

Copyright La Fab

La galerie du jour proposera aussi une large gamme de prix adaptée « à toutes les bourses ». Chaque pièce vendue sera presque immédiatement remplacée par une nouvelle, renouvelant ainsi perpétuellement la scénographie et l’accrochage de l’exposition.Hybride et adaptable, la galerie du jour sera aussi un vecteur de soutien à la jeune création et de décloisonnement des disciplines et des publics, « s’opposant ainsi aux diktats et au formatage imposés par le marché de l’art et à la spéculation financière qui en découle ».

Le samedi 29 septembre 2018, la place Jean-Michel Basquiat, où se situe la Fab a été inaugurée, en présence de la famille de l’artiste.

La Fab
1 place Jean-Michel Basquiat
75013 Paris

Ouvert du mardi au samedi 11h-19h

Tarifs : 7 € et 4 €

SOURCE: site web agnes b et La Fab

PHOTOS: La Fab

Date de première publication: 03/02/2020

. « À Paris, Agnès b. ouvre « La Fab. », son nouveau lieu dédié à l’art contemporain » (Challenges, 02/02/2020)

. « Arts : La Fab, nouvelle « hardiesse » d’Agnès B. » (Le Monde, 31/01/2020)

. « La Fab d’Agnès b., nouvelle fondation d’art contemporain à Paris » (L’Express, 01/02/2020)

. « Une « fabrique culturelle et solidaire » : Agnès b. inaugure « La Fab. », sa fondation d’art contemporain » (francetvinfo.fr, 02/02/2020)

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

DOSSIER / Tour de France des ouvertures ou réouvertures de musées et lieux de patrimoine en 2020 

Après 3 années de travaux, le nouveau Musée Ingres Bourdelle de Montauban a ouvert ses portes le 14 décembre 2019

Nouvelle scénographie et nouveaux outils de médiation, le Musée de la Poste de Paris a rouvert le 23 novembre 2019

Le 5e Lieu de Strasbourg valorise son patrimoine, son architecture, sa collection de dessins et sa vie culturelle

Le nouveau musée de la Libération de Paris ouvre en offrant une expérience de réalité mixte, une application mobile et plusieurs autres outils numériques

Laisser un commentaire