L’Université Lyon 1 lance une campagne de financement participatif pour numériser l’Herbier du Prince Bonaparte

Jusqu’au 18 mai 2018, une campagne de financement participatif est ouverte aux internautes pour la numérisation de la collection de l’Herbier du Prince Roland Bonaparte. Offerte à la ville de Lyon par la Princesse de Grèce Marie Bonaparte, cette collection est conservée au sein de l’Herbier de l’Université Lyon 1, qui s’est donné pour objectif de la préserver en la numérisant.

La collection de plantes séchées constituée par le Prince Roland Bonaparte, petit-neveu de Napoléon Ier et géographe reconnu par l’Académie des Sciences, fait la fierté de l’Herbier de l’Université de Lyon 1.

Riche de plus de trois millions de spécimens, cette collection est née de la volonté du Prince de constituer le plus grand herbier privé au monde.

Plus d’un siècle plus tard, l’Université de Lyon 1 fait appel à la générosité du public pour permettre la préservation de cette collection emblématique pour l’histoire de la Botanique.

Le plus grand herbier privé au monde

A la fin du XIXème, le Prince Roland Bonaparte, grand explorateur et géographe, se met en tête de constituer le plus grand herbier privé au monde. Occupant plusieurs pièces de son hôtel particulier avenue d’Iena, la collection est telle que le Museum National d’Histoire Naturelle ne peut l’accueillir à la mort du prince, excepté les fougères. La Princesse Marie Bonarparte en fait donc don à la ville de Lyon en 1925.

Aujourd’hui, la collection est conservée au sein de l’Herbier de l’Université de Lyon 1. Avec plus de 4,4 millions de plantes séchées récoltées par d’éminents spécialistes au fil des siècles, l’Herbier de Lyon est l‘un des plus grands du monde. Dans un état de conservation exceptionnel, il renferme des plantes d’une grande diversité témoignant des avancées sur les recherches en Botanique.

La préservation d’un patrimoine fragile

Le programme e-ReColNat, sous l’égide du Muséum national de l’Histoire naturelle, œuvre à la numérisation des collections naturalistes, mises ensuite à disposition des internautes.

Grâce à ce programme, le laboratoire de l’Université de Lyon 1 dispose, depuis 2017, d’un banc de numérisation industriel qui permet de numériser 3 000 planches d’herbier par jour.

Dans cette logique de préservation et de mise à disposition du patrimoine botanique, une campagne de financement participatif, lancée via la plateforme FundbyU, donne aux internautes la possibilité de contribuer à la numérisation de la collection de l’Herbier du Prince Bonaparte.

Cette collection contient 7 200 boites de 95 planches d’herbier chacune, chaque planche portant de 1 à 100 spécimens, soit  un total de 3 millions de plantes qui doivent être numérisées. L’aide des internautes est donc précieuse. Les contre-parties vont du remerciement personnalisé sur la Facebook (10 euros et plus) à la possibilité d’emporter un patchwork de morceaux de l’Herbier Bonaparte grâce à des fragments authentiques de classeur (1 000 euros et plus). La somme investie est déductible fiscalement.

Le 1er mai 2018, 17 jours avant sa fin, la campagne avait déjà franchi ses 2 premiers seuils et récolté 18 278 euros sur un objectif final de 22 800 euros.

Sources: Fund by U, Université de Lyon 1

Date de première publication: 03/05/2018

L’herbier du Muséum national d’histoire naturelle, le plus grand du monde, est désormais disponible en ligne

Un webdoc accompagne la réouverture de l’herbier national du MNHN

 

Le museum d’histoire naturelle de Londres accélère la numérisation des 80 millions d’objets de sa collection

.Les dinosaures et les insectes de la collection du Musée d’Histoire Naturelle de Chicago prennent la parole

Expo interactive, application mobile, herbier numérique … des végétaux très digitaux !

Les dinosaures et les insectes de la collection du Musée d’Histoire Naturelle de Chicago prennent la parole

Laisser un commentaire