Dans le cadre des commémorations du Centenaire de la bataille de Verdun en 2016, le Mémorial de Verdun lance à son tour un MOOC (une formation en ligne ouverte à tous). Destiné aux élèves, enseignants et passionnés d’histoire, cette initiative a pour objectif de faire le point sur les derniers débats historiographiques et l’état des lieux de la recherche scientifique. Cette initiative accompagnera la réouverture du nouveau Mémorial, dont la scénographie donnera une large place au numérique.

Un lieutenant français dans son poste de commandement sur le champ de bataille, vers 1916. Coll. Mémorial de Verdun

Un lieutenant français dans son poste de commandement sur le champ de bataille, vers 1916. Coll. Mémorial de Verdun

Développé en partenariat avec l’université de Lorraine, et placé sous le haut patronage de François Cochet, professeur des universités, ce premier MOOC du Mémorial porte sur cet événement marquant de la Grande Guerre et s’adresse en particulier aux élèves de troisième et de première qui étudient la bataille de Verdun, mais également aux enseignants, parents d’élève et autres passionnés par cette période de l’Histoire.

L’idée est venue de Jérôme Dumont, professeur d’histoire-géographie au lycée Margueritte, qui explique au journal L’Est Républicain « je voulais créer un lien entre la Mémoire et l’avenir via le numérique ».  Assez vite, l’idée d’un MOOC (massive online open course) fait son chemin. « Il s’agit de cours en ligne, ouverts et gratuits, accessibles à tous ». Pour savoir comment le mettre sur pied, Jérôme Dumont s’est tourné vers le ministère de la Recherche et sa plateforme FUN (France université numérique). Et l’idée les a séduit. « Des cours en ligne sur la bataille de Verdun, pendant le centenaire de la Bataille, il faut y aller ! « .

Très vite, l’université de Lorraine a accepté de participer au projet.

4 thématiques et 4 intervenants experts

Le MOOC du Mémorial se composera de quatre semaines de cours filmés. La première semaine sera consacrée à Verdun avant la Bataille ; les deux semaines centrales au déroulement de la Bataille, les événements et la chronologie ; et enfin la quatrième semaine s’attachera à comprendre la construction de la Mémoire, avec l’Ossuaire, le Mémorial etc.

Quatre intervenants ont d’ores et déjà filmé leurs interventions:

. François Cochet, professeur à l’université de Lorraine, historien spécialiste de la captivité de guerre, des représentations militaires et de l’expérience combattante à l’époque contemporaine, également membre du comité scientifique du Mémorial ;

. Rémy Porte, officier-historien spécialiste de la Première Guerre mondiale ;

. Nicolas Czubak et Franck Meyer, enseignants d’histoire-géographie, auteurs tous deux de nombreux ouvrages sur la Grande Guerre et le secteur de Verdun,

. Nicolas Czubak étant également membre du service éducatif du Mémorial de Verdun.

Thierry Hubscher, directeur du Mémorial, a réalisé le teaser qui sera diffusé prochainement pour lancer officiellement le MOOC et présenter le musée.

Ces vidéos seront complétées par le travail réalisé par l’équipe du service éducatif du Mémorial qui compile images et documents d’archives ou actuels pour illustrer les propos des intervenants.

Les cours seront ouverts à tous et l’inscription sera gratuite mais obligatoire. Deux sessions seront proposée en2016 : mai et octobre/novembre, et le cours en ligne pourrait devenir annuel.

Un certificat sera remis à la fin de chaque session.

Les inscriptions seront ouvertes à partir du mois de février 2016, jusqu’au lancement du MOOC au mois de mai, sur le nouveau site Internet du Mémorial. La session de rattrapage sera par ailleurs proposée au mois d’octobre 2016.

En attendant l’ouverture du nouveau Mémorial

Au cœur des collines de Verdun encore ravagées par les millions d’obus qui ont causé la mort de plus de 300 000 personnes et fait 400 000 blessés en moins d’un an, le Mémorial de Verdun retrace l’histoire de la plus célèbre bataille de la Première Guerre mondiale. Créé en 1967, sous l’égide de l’académicien et ancien combattant Maurice Genevoix, il compte parmi les principaux musées européens de la Grande Guerre.

Comme le décrit le site meuse-grande-guerre.fr: « Le Mémorial faisait figure de passage obligé, mais après plus de quatre décennies d’existence, une modernisation du bâtiment était nécessaire notamment pour « refondre la muséographie afin de créer un lien nouveau avec les jeunes générations ». Il n’y a désormais plus de survivant pour se souvenir de ce qu’a été la bataille de Verdun. Tout en respectant l’esprit de l’œuvre de Maurice Genevoix, il est donc apparu crucial que le Mémorial adapte son message afin d’apporter les éléments d’interprétation de cette bataille franco-allemande aux plus jeunes ». Le Mémorial a donc fermé ses portes en septembre 2013 pour entamer des travaux d’agrandissement et de rénovation massifs.

Le centre d’interprétation de la bataille a été complètement intégré dans le projet du nouveau Mémorial, tout comme le projet de « forêt d’exception » voulu par l’Office national des Forêts en face du Mémorial. Un seul projet fédérateur a remplacé les trois projets auparavant distincts.

C’est donc totalement renouvelé et agrandi que le Mémorial rouvrira en février 2016 pour le Centenaire de la bataille. La nouvelle scénographie, qui mêle pédagogie et émotion, plongera alors les visiteurs au cœur de la Grande Guerre et du champ de bataille franco-allemand.

Memorial-Verdun-Brochet-Lajus-Pueyo

Accent sur le numérique et l’immersion

Le Mémorial de Verdun en profite pour réorganiser ses collections et mettre l’accent sur le multimédia.

Une architecture repensée et augmentée d’un niveau, ainsi qu’une nouvelle muséographie placent le visiteur au côté du combattant au cœur d’une expérience nouvelle, qui sera dévoilée au public en février 2016.

Conservant son aspect extérieur, le Mémorial est largement rénové. Le rez-de-chaussée, la reconstitution du champ de bataille fait place à un chemin ponctué d’objets et d’écrans. A l’étage, on s’éloigne du front pour découvrir l’arrière : l’artillerie, les états-majors, la vie des civils et les hôpitaux… Au troisième niveau, bâti sur les toitures, signature de l’agence d’architecture Brochet-Lajus-Pueyo, une vue à 360° donne sur la forêt, le fort et l’ossuaire de Douaumont. Des espaces pédagogiques, d’accueil et de documentation sont également installés à ce dernier étage, ainsi qu’un espace destiné aux expositions temporaires.

Écrans, bornes interactives, maquette animée, dispositifs multimédia seront désormais omniprésents au sein du Mémorial de Verdun.

« Le numérique est un outil de médiation, une mise en scène d’éléments permettant d’exprimer différemment un événement donné », a expliqué au site web meuse-grande-guerre.fr,  Geneviève Noirot, du cabinet Leconte et Noirot, chargé de la nouvelle muséographie. « Les nouvelles technologies ne se présentent pas comme des tiroirs indépendants : elles s’inscrivent dans un travail cohérent, au service d’un récit immersif dans lequel l’homme est au centre » ajoute Edith Desrousseaux, commissaire d’exposition du Mémorial.

Le site du CLIC France présentrera prochainement plus en détail cet ambitieux projet muséeographique.

Les collections numériques du Mémorial de verdun

Collections numérisées

Internet

www.memorial-verdun.fr

Blog de Jérome Dumont

SOURCES: Mémorial de Verdun, estrepublicain.fr, meuse-grande-guerre.fr

Date de première publication: 07/01/2016

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Avec Rachel et Hannah, le Mémorial de Caen mobilise à nouveau des personnages fictifs sur les réseaux sociaux pour raconter la 2nde Guerre Mondiale

Grâce à des collections sonores, les cheminots racontent leur guerre du rail

Le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux et Orange proposent un dispositif de visite à distance pour les groupes scolaires

L’institut français propose au réseau culturel une exposition numérique et interactive sur la première guerre mondiale

Le Ministère de la culture et l’INRAP produisent un site consacré à la 1ère Guerre Mondiale et à l’archéologie

Le Grand Palais raconte sa Grande Guerre avec le blog de Gabrielle

L’Imperial War Museum de Duxford lance un site de crowdsourcing pour mieux connaitre l’histoire de la seconde guerre mondiale

Au musée des Beaux-Arts de Mons, le public compose des vers numériques avec les objets de la Grande Guerre

La BNF publie une version virtuelle et interactive de son exposition sur la guerre 14-18

Le musée In Flanders Fields et Google lancent un registre numérique des soldats irlandais morts durant la 1ère guerre mondiale