DOSSIER / Tour de France des ouvertures ou réouvertures de musées et lieux de patrimoine, de 2021 à 2023 (2/12/2019)

A Narbonne, Lyon, Bordeaux, Angers, Nancy, Nantes ou Paris, des lieux artistiques et culturels sont en cours de construction, aménagements ou rénovations. Ce dossier du CLIC France propose un panorama des ouvertures ou réouvertures de musées et lieux culturels en France entre 2021 et 2023.

 

. Musée des Tissus de Lyon (début 2021) 

. Le musée Art ludique à Paris, gare Saint Lazare (second semestre 2021) NOUVEAU

. Musée des Collectionneurs, Angers (ouverture prévue en 2022)

. Musée du FC Nantes (ouverture prévue en 2022)

. Musée lorrain, Nancy (réouverture prévue en 2023)

 

  • Musée des Tissus de Lyon (réouverture au début de 2021)

Après plusieurs mois de péripéties, en janvier 2019, la Région Auvergne-Rhône Alpes est devenue propriétaire du musée des tissus de Lyon.

Les travaux de rénovation du musée devraient débuter début 2020, pour une ouverture partielle dans les premiers mois de 2021.

Proche de la fermeture il y a quelques mois, le Musée des Tissus, dans le 2e arrondissement, se verra totalement rénové et modernisé sous la direction de la région.

Vue intérieure actuelle du musée des tissus de Lyon (c) MTMAD_-Pierre Verrier

50 millions d’euros seront investis notamment pour rafraichir les lieux, comme les deux hôtels particuliers. Un investissement important, compensé par un prix d’achat très faible. La CCI a cédé les lieux pour un euro symbolique.

L’appel à concours pour les architectes sera lancé courant 2019, pour une décision prise avant la fin de l’année 2019.

Avant sa fermeture au public, au mois d’octobre 2019, le musée accueillera une exposition de la fondation Yves Saint-Laurent.

« Cette exposition exceptionnelle permettra au musée de dire au revoir à ses visiteurs » annonce le président de la Région. « C’est un projet collectif, je dirais même un projet d’intérêt général. Ce musée va devenir un véritable lieu pédagogique pour les nouvelles générations ». 

Un comité de soutien au projet devrait accueillir les Lyonnais Stéphane Bern et Bernard Pivot.

En 2018, une campagne de financement participatif a été lancée par le Musée des Tissus et le Musée des Arts Décoratifs (MTMAD) sur la plateforme Dartagnans165 184€ ont été collectés, soit plus de 3 fois l’objectif initial de 50 000€. La campagne a été souscrite par 1 544 contributeurs originaires de 24 pays.

(Sources: Région Auvergne-Rhône Alpes, www.lyonmag.com/)

  • Le musée Art ludique revient en s’installant à la gare Saint Lazare (réouverture prévue au second semestre 2021) NOUVEAU

Contraint de fermer ses portes au printemps 2018, le musée Art ludique, anciennement installé à la Cité de la mode et de design (XIIIe), vient de trouver de nouveaux locaux. Il s’installera dans la Gare Saint Lazare, la 2e plus grosse gare d’Europe en termes de trafic, qui voit passer près de 100 millions de voyageurs par an.

Ouvert en 2013, ce musée a été créé par un couple de passionnés : Jean-Jacques et Diane Launier, précurseurs dès 2004 avec l’exposition sur Moebius-Miyazaki, puis en 2009 sur le film « L’Âge de glace », par le biais de leur galerie Artludik. Leur objectif : donner ses lettres de noblesse aux arts contemporains que sont la BD, l’animation et le jeu vidéo.

« C’est un courant artistique majeur qui irrigue toute la société. Art Ludique est le premier musée au monde consacré aux industries créatives. Abolissant les frontières entre jeu vidéo, film d’animation, bande dessinée, manga ou design de cinéma, l’Art Ludique met en valeur les œuvres des créateurs d’univers qui marquent notre imaginaire et influencent la culture de notre siècle. En exposant les œuvres issues des productions qui les passionnent, Art Ludique participe à transmettre à un large public l’attrait du dessin, de la peinture, des sculptures, traditionnels ou numériques », explique Jean-Jacques Launier.

Les premières expositions du musée sur les studios « Pixar » puis sur les super-héros de Marvel, ont rencontré leur succès et permis d’accueillir 400 000 visiteurs la première année. Mais la seconde année, pour de multiples raisons, la fréquentation a baissé de moitié avant une fermeture du lieu au printemps 2018.

En attendant de trouver un autre lieu à Paris, Art Ludique continue de faire voyager ses expositions dans le monde entier, de Londres à Séoul, de Tokyo à Melbourne, en passant par Los Angeles où l’exposition sur la trilogie des « Dragons » vient d’ouvrir.

En parallèle à ces itinérances, « nous nous sommes mis en recherche d’un autre lieu à Paris, un lieu susceptible d’accueillir un large public. Nous avons reçu un très bon accueil partout. Et puis nous avons rencontré les responsables de la SNCF qui nous ont proposé exactement ce que nous cherchions » raconte au Parisien Jean-Jacques Launier.

1 600 m2 derrière la grande horloge de la gare Saint Lazare

Le musée Art Ludique occupera donc un espace de 1 600 m2 au niveau 3 de la gare, derrière la grande horloge.

Avec ces locaux libérés par le déménagement de la direction nationale de la SNCF, le musée bénéficiera d’une entrée directe, donnant sur le parvis, et sera donc indépendant du trafic voyageur.

« C’est vraiment un musée qui, pour la première fois, s’installe dans une gare. Cela correspond à la dynamique et l’envie de la SNCF de faire entrer l’art, notamment par le biais expositions temporaires, dans nos stations. D’autant qu’il s’agit là d’un art tourné, comme nous, vers l’avenir. Nous sommes très fiers de permettre prochainement aux 100 millions de voyageurs aux horizons très divers, qui fréquentent chaque année la gare, de découvrir l’univers des industries créatives qui imprègnent aujourd’hui l’imaginaire de chacun », se réjouit Claude Solard, directeur général de SNCF gares et connexions.

Outre la vaste superficie qu’elle propose, la gare Saint-Lazare a également été choisie pour son histoire. Fondée en 1837 par l’architecte Eugène Flachat, « elle a notamment  été source d’inspiration pour Claude Monet qui lui dédia une série de douze toile », dont “La Gare Saint-Lazare”, exposée au musée d’Orsay.

Une collection permanente et des expos temporaires

A la différence de sa première implantation, le musée accueillera désormais avant tout une collection permanente.

« Il s’agira d’un parcours chronologique sur cet art qui commence dès le XIXe siècle avec Daumier puis se poursuit avec Grimault et Tezuka, jusqu’aux derniers jeux vidéo. Nous avons déjà une partie des pièces. Mais nous avons aussi créé une association qui regroupe de grands studios internationaux et qui ont accepté de nous faire des prêts. La collection sera donc permanente mais évolutive », détaille Jean-Jacques Launier.

Cet espace permanent sera complété par plus de 600 m2 devraient aussi être dédiés aux expositions temporaires. Et le musée évoque déjà des « discussions avec un grand studio d’animation français ».

« Nous allons avoir presque deux fois plus d’espace qu’auparavant. En ayant cette fois une collection permanente, nous allons pouvoir présenter de façon bien plus complète ce courant artistique contemporain » se réjouit le co-fondateur du musée.

Le nouvel lieu offrira également des ateliers pour les jeunes, notamment dans le domaine du jeu vidéo, mais aussi des rencontres avec les artistes, des masters class

(SOURCES: Art Ludique, SNCF, Le Parisien, cnews) 

. Musée des Collectionneurs, Angers (ouverture prévue en 2022)

À Angers, un nouveau quartier sur les rives de la Maine, juste en face du château devrait accueillir accueillir en 2022 un complexe immobilier comprenant un hôtel, des logements, des espaces de coworking et surtout un étonnant « Musée des collectionneurs ».

(Lire article du CLIC France: La Ville d’Angers ambitionne de créer le premier « musée des collectionneurs » dans le monde)

Ce centre d’art, à l’architecture futuriste, sera dévolu aux expositions de collections privées. Un concept unique dans le monde.

Présentation vidéo du musée des collectionneurs:

Présentation du projet par l’architecte:

Ce projet associant développement urbain et art est estimé à 88 millions d’euros.

Une première mondiale, destinée à être dupliquée

Conçu par l’architecte de renommée internationale Steven Holl, ce musée unique au monde sera dédié aux collectionneurs qui pourront exposer au grand public leurs œuvres inestimables accumulées pendant leur vie.

Vue intérieure du Musée des collectionneurs, à Angers.

Ce concept a été inventé par la Compagnie de Phalsbourg et pourrait se déployer à l’international dans le cadre d’un futur réseau mondial de musées des Collectionneurs.

Le quartier du musée des Collectionneurs est l’un des six lauréats du concours « Imagine Angers », dévoilés le 14 mars 2018 par la ville d’Angers. Ces six projets privés devraient permettre de « moderniser la ville sur autant de sites différents ».

Photos: © Steven Holl / Franklin Azzi Architecture – Paul Arene / XO3D pour la Compagnie de Phalsbourg

Ouverture prévue en 2022

Budget prévisionnel: 88 millions d’euros pour l’ensemble du projet

Porteur: Compagnie de Phalsbourg

(SOURCE: La Compagnie de Phalsbourg, Imagine Angers)

. Musée du FC Nantes (ouverture prévue en 2022)

Le Football Club de Nantes, né en 1943, souhaite aujourd’hui mettre en valeur son histoire au travers d’un musée qui sera inauguré au sein du futur stade de La Beaujoire en 2022.

En parallèle à la création de musée et de sa programmation, l’équipe met en place plusieurs actions afin de rendre accessible aux publics les collections du Club.

Dans la continuité de sa mise en ligne en juillet 2018 ( https://www.fcnantes.com/musee/), le site internet du musée a rendu accessible le 23 octobre 2018 les trophées modélisés en 3D, afin que les internautes puissent « manipuler virtuellement » ces objets, témoins matériels du palmarès du Club. Les trophées et cadeaux interclubs ont été modélisés par l’entreprise Cent Millions de Pixels et par MG Design qui a travaillé à partir du logiciel Sketchfab.

Une Coupe de France, le maillot jaune des années 80 et d’autres trophées. Photo: FC Nantes / Arnaud Duret

Le 10 mai 2019, un article de 20 Minutes Nantes estimait que « malgré l’abandon du projet de stade, le projet musée n’est pas du tout remis en cause, selon Philippe Laurent, chef du projet ».

Un comité de pilotage (composé d’anciens journalistes, de membres des archives départementale ou municipale etc.) travaille depuis 2015 sur ce projet.

« On a rassemblé, stocké et inventorié les collections depuis un an et demi ou deux ans. Plus de 2.000 photos, 15.000 coupures de presse, 700 à 800 vidéos sont actuellement répertoriées » annonce Philippe Laurent, qui a visité les musées de nombreux clubs européens (Saint-Etienne, Lyon, Juventus, Milan, Barcelone etc). « Notre objectif est de créer un équipement culturel à part entière, rattaché au club et intégré dans son territoire avec un parcours permanent [scénographie alternant ambiance immersive, participative et spectaculaire]. Mais aussi relater le passé tout en s’inscrivant dans le contemporain [expos temporaires, programmation culturelle etc.]. On veut un musée innovant. On travaille sur un mixte entre Saint-Etienne, qui est un vieux musée, et Lyon, plus moderne. »

Philippe Laurent estime qu’en 2022 ou 2023 au plus tard, ce lieu pourra ouvrir dans un endroit encore à déterminer.

(Source: Football Club de Nantes, 20 minutes Nantes)

. Musée lorrain, Nancy (réouverture prévue en 2023)

Le 2 avril 2018, à l’issue d’un « Dernier week-end avant travaux ! » qui a attiré plus de 15 000 visiteurs, le palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain a fermé ses portes au public pour entamer sa grande métamorphose.

© Agence Dubois & Associés (Ph. Ch. Dubois – F. Mazaud – E. Tardu Architectes Muséographes) / Olivier Defaye – Infographiste

Le projet de rénovation et d’extension du palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain est conduit par la Ville de Nancy, en partenariat avec l’État, la Région Grand Est et le Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle, en concertation avec la Métropole du Grand Nancy, et en lien avec la Société d’Histoire de la Lorraine et du Musée Lorrain.

Les grands axes du projet consistent à :

  • Valoriser l’exceptionnel ensemble patrimonial abritant le musée, dans une démarche respectueuse de l’environnement,
  • Poursuivre l’histoire architecturale du site en le dotant de nouveaux espaces de services, d’étude et de convivialité répondant aux besoins d’un grand musée du XXIe siècle,
  • Proposer cinq nouveaux parcours de visites simples, lisibles et interactifs,
  • Créer un espace muséal ouvert sur le quartier et la ville, accessible de tous côtés.

En 2013, le projet a donné lieu à un concours international d’architecture remporté par l’agence parisienne Dubois & Associés.

Après un premier avis favorable rendu par la Commission Nationale des Monuments Historiques, le 8 septembre 2014, le projet architectural a du faire l’objet d’adaptations visant à intégrer les demandes formulées par le Ministère de la Culture et de la Communication suite à des investigations complémentaires menées sur le mur de séparation du jardin du palais ducal et du jardin du palais du Gouvernement en 2015.

Le maître d’œuvre a ainsi proposé deux adaptations du projet initial, intégrant et valorisant le mur de séparation réalisé par l’ingénieur Balligand au milieu du XVIIIe siècle.

Entre juillet et septembre 2016, une consultation publique a été organisée par la Ville de Nancy, afin que chaque citoyen puisse donner son opinion sur ces deux propositions. C’est la variante A qui a recueilli le plus grand nombre d’avis favorables, valorisant le mur de séparation des deux jardins et conservant le bâtiment de l’ancienne écurie, également du XVIIIe siècle.

En octobre 2016, la Commission nationale des Monuments historiques a examiné la variante A du projet architectural de l’agence Dubois & Associés.

À hauteur de 43,6 millions d’euros, le projet de rénovation muséale, inscrit dans le contrat de plan État-région, est actuellement un des plus importants en province.

Réouverture prévue en 2023

Budget prévisionnel: 43.6 millions d’euros

Porteur: ville de Nancy

(SOURCE: musée Lorrain, La Croix)

Date de première publication: 10/03/2018

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

La Ville d’Angers ambitionne de créer le premier « musée des collectionneurs » dans le monde

.  DOSSIER / Ouvertures ou réouvertures de musées et lieux de patrimoine en France, en 2018 

.  En Chine, à Shenzen, un nouveau musée des sciences révolutionnaire ouvre ses portes

À New-York, un musée dédié à l’espionnage propose une expérience de visite très interactive

Durant l’hiver 2018, The Museum of Selfies de Los Angeles deviendra le premier musée au monde dédié à « l’art » du selfie

Après 6 ans de travaux, la Monnaie de Paris ouvre son nouvel espace 11 Conti, incluant un musée totalement repensé

Ouverture et réouverture de musées et lieux de patrimoine en France, en 2017

Laisser un commentaire