DOSSIER / Tour de France des ouvertures ou réouvertures de musées et lieux de patrimoine (2022 – 2027) (11/03/2021)

Partager :

A Poissy, Lyon, Bordeaux, Angers, Nancy, Nantes ou Paris, des lieux artistiques et culturels sont en cours de construction, réaménagement ou rénovation. Ce dossier du CLIC France propose un panorama non exhaustif des ouvertures ou réouvertures de musées et lieux culturels en France, entre 2022 et 2027.

NOUVEAU: Musée-mémorial du terrorisme 

Photo carousel: © « Paris encore debout » par Combo et Jack le Black – Elle.fr

. Réouverture du quadrilatère Richelieu / BNF, Paris (fin du chantier en 2022)

. Musée du FC Nantes (ouverture prévue en 2022)

. Musée des Tissus de Lyon (2022)  

. Musée lorrain, Nancy (réouverture prévue en 2023)

. Musée des Collectionneurs, Angers (ouverture prévue en 2022, reportée en 2023)

Château de Fontainebleau, les écuries du Roi reconverties en campus international des arts (en 2025)

. Musée Le Corbusier, à Poissy, à l’horizon 2027

. Musée-mémorial du terrorisme dans le Grand Paris, en 2027

 

. Rénovation du quadrilatère Richelieu / BNF, Paris (fin du chantier en 2021, réouverture en 2022)

La rénovation du quadrilatère Richelieu, qui abrite aujourd’hui les collections spécialisées de la BnF (Arts du spectacle, Cartes et plans, Estampes et photographie, Manuscrits, Monnaies, médailles et antiques), se déroulera jusqu’en 2021. 

Le ministère de la Culture et de la Communication (MCC), maître d’ouvrage, assure 80 % du financement de l’opération. Le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MENESR) est associé à hauteur de 20 %, au profit des bibliothèques partenaires qui cohabiteront avec la BnF.

Ce chantier de grande ampleur a débuté en 2009 sur le site Richelieu.

Plus qu’une simple rénovation, il vise à :

  • réhabiliter le bâtiment et les équipements,
  • rénover et étendre les services offerts aux publics,

La BnF continuera d’offrir un ensemble de salles de lecture spécialisées, où les chercheurs pourront consulter les documents originaux (manuscrits, estampes, cartes et plans, partitions, monnaies, objets).

Salle Labrouste
© Jean-Christophe Ballot/BnF

Pour donner un accès toujours plus grand à ses fonds uniques et précieux, la BnF poursuivra sa politique de numérisation des documents spécialisés, dont plus de 1 500 000 sont d’ores et déjà consultables sur la bibliothèque numérique Gallica.

Espace phare du nouveau quadrilatère, la salle Ovale sera une salle ouverte à tous et librement accessible. Lecteurs comme visiteurs pourront notamment profiter de dispositifs numériques innovants présentant la richesse et la diversité des collections conservées à Richelieu.

  • Conforter le site comme pôle d’excellence scientifique et culturelle,
  • ouvrir plus largement Richelieu

Situé en plein cœur du 2e arrondissement, Richelieu deviendra à la réouverture complète du site le 26e passage parisien, et le premier construit depuis presque 100 ans. Deux nouvelles entrées, au 58 rue de Richelieu et au 5 rue Vivienne, ouvriront largement le site sur le quartier.

A la réouverture complète du site, les visiteurs pourront admirer les architectures variées du lieu, tester des dispositifs numériques dernier cri, prendre un café dans le jardin Vivienne, profiter des expositions temporaires en galerie Mansart…

De haut en bas : salle Ovale, galerie Mazarine
© David-Paul Carr, Philippe Couette/BnF

En 2021, Richelieu offrira au public un espace muséal entièrement repensé, présentant les trésors conservés dans les collections de la BnF. Cette sélection, renouvelée régulièrement, rassemblera œuvres célèbres (Manuscrits des Misérables, carnets de dessins de Degas), pièces rares (Grand Camée de France, trône de Dagobert) et documents emblématiques des collections (globe de Behaim…). Le nouveau musée occupera certains des plus beaux lieux du site : galerie Mazarine, salle des Colonnes, salle de Luynes.

Les grandes étapes : 2006-2021

. 2017-2021: Travaux de rénovation de la moitié du bâtiment située le long de la rue Vivienne. Tous les départements restent ouverts au public.

. 13-15 janvier 2017: Inauguration officielle de la zone rénovée

. 15 décembre 2016: Ouverture de la zone rénovée au 58 rue de Richelieu.(départements des Manuscrits, Arts du spectacle, Monnaies, médailles et antiques)

. 1er octobre-14 décembre 2016: Fermeture de toutes les salles de lecture du site Richelieu (salle Ovale, départements des Arts du spectacle, des Estampes et de la photographie, des Manuscrits, des Monnaies, médailles et antiques), du service de l’accueil et de l’accréditation

. Mai 2016: Ouverture de l’espace de consultation du département des Cartes et plans site François-Mitterrand, dans la salle de lecture R.

. Mars 2016: Fermeture de la salle de lecture du département des Cartes et plans.

. Juin 2011-mai 2016: Première phase de travaux dans la moitié du bâtiment située le long de la rue de Richelieu.

. Septembre 2010-avril 2011: Travaux préparatoires à la rénovation.

. 6 avril 2010: Fermeture de la moitié du quadrilatère situé le long de la rue de Richelieu.

. 2007-2010: Études architecturales.

. Juin 2007: Désignation de l’architecte chargé de la rénovation : Bruno Gaudin.

. Novembre 2006: Signature de la convention de mandat qui désigne l’EMOC (Établissement de Maîtrise d’Ouvrage des travaux Culturels) comme pilote du projet de rénovation au nom du ministère de la Culture et de la Communication (80% du financement) et du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (20% du financement).

Une première partie du site Richelieu est de nouveau ouverte aux lecteurs et aux visiteurs depuis le 15 décembre 2016.

Architecture : BnF/INHA/ENC – B.Gaudin, V. Brégal Architectes, Paris, 2016
Photographie : © Jean-Christophe Ballot/BnF/Oppic/Inha/Enc

Salles de lecture rénovées, lieu d’exposition : les différents espaces ouverts dès cette date constituent un parcours de découverte composé de:

La cour d’honneur

. La Galerie de verre

. Le vestibule Labrouste, la salle Labrouste et le magasin central

. Les nouvelles salles du département des Arts du spectacle

. La salle de lecture du département des Manuscrits.

Ce parcours sera complet à l’issue des travaux prévus jusqu’en 2020-21.

La réouverture complète du site de Richelieu est maintenant programmée en 2022.

(SOURCE: BNF)

. Musée du FC Nantes (ouverture prévue en 2022)

Le Football Club de Nantes, né en 1943, souhaite aujourd’hui mettre en valeur son histoire au travers d’un musée qui devrait être inauguré au sein du futur stade de La Beaujoire en 2022.

En parallèle à la création de musée et de sa programmation, l’équipe met en place plusieurs actions afin de rendre accessible aux publics les collections du Club.

Dans la continuité de sa mise en ligne en juillet 2018 ( https://www.fcnantes.com/musee/), le site internet du musée a rendu accessible le 23 octobre 2018 les trophées modélisés en 3D, afin que les internautes puissent « manipuler virtuellement » ces objets, témoins matériels du palmarès du Club. Les trophées et cadeaux interclubs ont été modélisés par l’entreprise Cent Millions de Pixels et par MG Design qui a travaillé à partir du logiciel Sketchfab.

Une Coupe de France, le maillot jaune des années 80 et d’autres trophées. Photo: FC Nantes / Arnaud Duret

Le 10 mai 2019, un article de 20 Minutes Nantes estimait que « malgré l’abandon du projet de stade, le projet musée n’est pas du tout remis en cause, selon Philippe Laurent, chef du projet ».

Un comité de pilotage (composé d’anciens journalistes, de membres des archives départementale ou municipale etc.) travaille depuis 2015 sur ce projet.

« On a rassemblé, stocké et inventorié les collections depuis un an et demi ou deux ans. Plus de 2.000 photos, 15.000 coupures de presse, 700 à 800 vidéos sont actuellement répertoriées » annonce Philippe Laurent, qui a visité les musées de nombreux clubs européens (Saint-Etienne, Lyon, Juventus, Milan, Barcelone etc). « Notre objectif est de créer un équipement culturel à part entière, rattaché au club et intégré dans son territoire avec un parcours permanent [scénographie alternant ambiance immersive, participative et spectaculaire]. Mais aussi relater le passé tout en s’inscrivant dans le contemporain [expos temporaires, programmation culturelle etc.]. On veut un musée innovant. On travaille sur un mixte entre Saint-Etienne, qui est un vieux musée, et Lyon, plus moderne. »

Philippe Laurent estime qu’en 2022 ou 2023 au plus tard, ce lieu pourra ouvrir dans un endroit encore à déterminer.

(Source: Football Club de Nantes, 20 minutes Nantes)

  • Musée des Tissus de Lyon (réouverture au début de 2021, repoussée à 2022 ou 2023)

Après plusieurs mois de péripéties, en janvier 2019, la Région Auvergne-Rhône Alpes est devenue propriétaire du musée des tissus de Lyon.

Les travaux de rénovation du musée devaient débuter début 2020, pour une ouverture partielle dans les premiers mois de 2021. Une date de réouverture repoussée à au moins 2022, voire 2023, en raison de la pandémie.

Proche de la disparition il y a quelques mois, le Musée des Tissus, dans le 2e arrondissement, se verra totalement rénové et modernisé sous la direction de la région.

Vue intérieure actuelle du musée des tissus de Lyon (c) MTMAD_-Pierre Verrier

50 millions d’euros seront investis notamment pour rafraichir les lieux, constitués de deux hôtels particuliers. Un investissement important, compensé par un prix d’achat très faible. La CCI a cédé les lieux pour un euro symbolique.

Aujourd’hui, le musée des Tissus possède l’une des plus riches collections textiles du monde, retraçant quelque 4 000 ans d’histoire de l’étoffe et de la soierie. Il rassemble plus de 2,5 millions de textiles allant du xxve siècle av. J.-C. jusqu’à 2006, de l’Égypte pharaonique à nos jours. Les collections du musée, qui se sont considérablement enrichies par donations, legs et acquisitions, se divisent en deux pôles principaux : l’Orient et l’Occident.

En 2017, le musée a accueilli près de 53 000 visiteurs gratuits et payants.

Le plan de la Région pour le Musée des Tissus de Lyon |

Une situation délicate

Depuis au moins 2014, confrontés à des difficultés budgétaires, le musée des Tissus et le musée des Arts décoratifs ont cherché les ressources nécessaires au maintien de leur fonctionnementAu printemps 2016, la CCI de Lyon, propriétaire des lieux occupés par le musée a demandé des aides financières aux institutions publiques. En , le ministère de la Culture a proposé de confier la gestion du musée à une association à partir du . Le mardi , Laurent Wauquiez a annoncé que la région était prête à apporter la moitié du budget d’investissement, soit 10 millions d’euros, puis un million par an pour le fonctionnement. Le sauvetage du musée est annoncé en , avec la cession des deux hôtels particuliers à la région pour un euro symbolique. Les 30 millions d’euros nécessaires à la modernisation du musée sont complétés par l’État (5 millions) et l’Union inter-entreprises textile Lyon et région (1 million). La région espère trouver le reste auprès de fonds privés et grâce au financement participatif. En 2018, une campagne de financement participatif a été lancée par le Musée des Tissus et le Musée des Arts Décoratifs (MTMAD) sur la plateforme Dartagnans. 165 184€ ont été collectés, soit plus de 3 fois l’objectif initial de 50 000€. La campagne a été souscrite par 1 544 contributeurs originaires de 24 pays.

Un comité de soutien au projet accueille notamment les personnalités d’origine Lyonnaise Stéphane Bern et Bernard Pivot.

4 projets retenus 

En janvier 2020, la Région a retenu quatre groupements d’architecture pour rénover le Musée des Tissus de Lyon. Le lauréat devrait finalement être choisi par le jury en juillet 2020.

Pas moins de 103 candidats ont répondu au concours d’architecture lancé par la Région pour la rénovation et l’agrandissement des deux hôtels particuliers de la rue de la Charité, au centre de Lyon, qui abritent les collections du Musée des Tissus acquis en octobre 2018 auprès de la CCI de Lyon Métropole-Roanne-Saint Etienne.

« Des grands noms d’Europe, d’Amérique du Sud, des Etats-Unis et d’Asie se sont intéressés à ce projet de renaissance d’un établissement symbolique de l’histoire lyonnaise du textile et de son lien particulier avec les anciennes Routes de la Soie » s’est félicitée la région.

Les quatre groupements retenus sont les suivants :

. Rudy Ricciotti (Bandol) avec Nathalie d’Artigues Architecture (Nîmes), Tazasproject (artiste ; Toulouse) et dUCKS scéno (scénographe et muséographe ; Villeurbanne).

. Snohetta (agence américano-norvégienne, un bureau à Paris) avec Z Architecte (Lyon), Arnou Architectes (Paris et Lyon), Stéphanie Butier (artiste), Studio Adeline Rispal (Paris ; scénographie) et Stéphanie Likes (Montigny-le-Bretonneux ; muséographe).

. Winghard Arkitekkontor AB (Suède) avec AIA Architectes (Lyon), RL Associés (Lyon ; architecte du patrimoine), Franck Chalendard (artiste), Agence Klapisch Claisse (Paris ; scénographie) et Le Troisième Pôle (Paris ; muséographie).

. Christ and Gantenbein (Suisse) avec Eric Lapierre Expérience (Paris), Pierre-Yves Caillaut ACMH (Paris ; architecte du patrimoine), Christophe Hefti (artiste) et Juri Steiner & Partenaire (Suisse).

Les études et travaux pourraient être lancés début 2021. L’investissement global prévu par la Région s’élève à 50 millions d’euros, hors chantiers des collections.

Une exposition populaire

L’exposition Yves Saint Laurent, ouverte en novembre 2019 et prolongée jusqu’en mars 2020, a obtenu un grand succès populaire avec plus de 50.0000 visiteurs.

« L’exposition exceptionnelle Saint Laurent permet au musée de dire au revoir à ses visiteurs » annonce le président de la Région. « C’est un projet collectif, je dirais même un projet d’intérêt général. Ce musée va devenir un véritable lieu pédagogique pour les nouvelles générations ». 

Dans ce contexte, Laurent Wauquiez, le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes, prévoyait un doublement du nombre de visiteurs en 2020, à près de 80.000 personnes pour le Musée désormais propriété régionale. Un objectif rendu difficile à atteindre par la crise du covid-19.

Pourpoint © © Lyon, musée des Tissus – Sylvain Pretto / Collection Lee Price

En août 2020, la région a annoncé que le musée des Tissus à Lyon allait organiser une exposition retraçant l’œuvre de la créatrice britannique Vivienne Westwood. L’exposition s’appuie sur la collection de Lee Price, ex-collaborateur de la créatrice et plongera le spectateur dans l’immense créativité de la styliste, qui s’est imposée comme une icône de la mode depuis près de cinquante ans. Vivienne Westwood- Art, mode et subversion. La collection de Lee Price du 10 septembre 2020 jusqu’au 17 janvier 2021

Site web du musée

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_des_Tissus

https://maze.fr/2020/08/loeuvre-de-vivienne-westwood-mise-en-lumiere-par-le-musee-des-tissus-a-lyon/ (16/08/2020)

http://www.lyonpoleimmo.com/2020/01/30/58073/musee-des-tissus-4-cabinets-darchitecture-selectionnes-pour-la-renovation/  (30/01/2020)

https://www.pressnut.com/2019/11/22/le-musee-des-tissus-a-lyon-accueille-une-exposition-yves-saint-laurent/ (22/11/2019)

https://www.le-tout-lyon.fr/yves-saint-laurent-pour-la-grande-reouverture-du-musee-des-tissus-de-lyon-11705.html  (18/11/2019)

https://www.leprogres.fr/rhone-69-edition-lyon-metropole/2019/01/14/musee-des-tissus-la-region-devient-officiellement-proprietaire (14/01/2019)

(Sources: Région Auvergne-Rhône Alpes, www.lyonmag.com/)

. Musée lorrain, Nancy (réouverture prévue en 2023)

Le 2 avril 2018, à l’issue d’un « Dernier week-end avant travaux ! » qui a attiré plus de 15 000 visiteurs, le palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain a fermé ses portes au public pour entamer sa grande métamorphose.

© Agence Dubois & Associés (Ph. Ch. Dubois – F. Mazaud – E. Tardu Architectes Muséographes) / Olivier Defaye – Infographiste

Le projet de rénovation et d’extension du palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain est conduit par la Ville de Nancy, en partenariat avec l’État, la Région Grand Est et le Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle, en concertation avec la Métropole du Grand Nancy, et en lien avec la Société d’Histoire de la Lorraine et du Musée Lorrain.

Les grands axes du projet consistent à :

  • Valoriser l’exceptionnel ensemble patrimonial abritant le musée, dans une démarche respectueuse de l’environnement,
  • Poursuivre l’histoire architecturale du site en le dotant de nouveaux espaces de services, d’étude et de convivialité répondant aux besoins d’un grand musée du XXIe siècle,
  • Proposer cinq nouveaux parcours de visites simples, lisibles et interactifs,
  • Créer un espace muséal ouvert sur le quartier et la ville, accessible de tous côtés.

En 2013, le projet a donné lieu à un concours international d’architecture remporté par l’agence parisienne Dubois & Associés.

Après un premier avis favorable rendu par la Commission Nationale des Monuments Historiques, le 8 septembre 2014, le projet architectural a du faire l’objet d’adaptations visant à intégrer les demandes formulées par le Ministère de la Culture et de la Communication suite à des investigations complémentaires menées sur le mur de séparation du jardin du palais ducal et du jardin du palais du Gouvernement en 2015.

Le maître d’œuvre a ainsi proposé deux adaptations du projet initial, intégrant et valorisant le mur de séparation réalisé par l’ingénieur Balligand au milieu du XVIIIe siècle.

Entre juillet et septembre 2016, une consultation publique a été organisée par la Ville de Nancy, afin que chaque citoyen puisse donner son opinion sur ces deux propositions. C’est la variante A qui a recueilli le plus grand nombre d’avis favorables, valorisant le mur de séparation des deux jardins et conservant le bâtiment de l’ancienne écurie, également du XVIIIe siècle.

En octobre 2016, la Commission nationale des Monuments historiques a examiné la variante A du projet architectural de l’agence Dubois & Associés.

À hauteur de 43,6 millions d’euros, le projet de rénovation muséale, inscrit dans le contrat de plan État-région, est actuellement un des plus importants en province.

Réouverture prévue en 2023

Budget prévisionnel: 43.6 millions d’euros

Porteur: ville de Nancy

(SOURCE: musée Lorrain, La Croix)

. Musée des Collectionneurs, Angers (ouverture prévue en 2022, reportée à 2023)

À Angers, un nouveau quartier sur les rives de la Maine, juste en face du château devrait accueillir accueillir en 2023 un complexe immobilier comprenant un hôtel, des logements, des espaces de coworking et surtout un étonnant « Musée des collectionneurs ».

(Lire article du CLIC France: La Ville d’Angers ambitionne de créer le premier « musée des collectionneurs » dans le monde)

Ce centre d’art, à l’architecture futuriste, sera dévolu aux expositions de collections privées. Un concept unique dans le monde.

Présentation vidéo du musée des collectionneurs:

Présentation du projet par l’architecte:

Ce projet associant développement urbain et art est estimé à 88 millions d’euros.

Une première mondiale, destinée à être dupliquée

Conçu par l’architecte de renommée internationale Steven Holl, ce musée unique au monde sera dédié aux collectionneurs qui pourront exposer au grand public leurs œuvres inestimables accumulées pendant leur vie.

Vue intérieure du Musée des collectionneurs, à Angers.

Ce concept a été inventé par la Compagnie de Phalsbourg et pourrait se déployer à l’international dans le cadre d’un futur réseau mondial de musées des Collectionneurs.

Le quartier du musée des Collectionneurs est l’un des six lauréats du concours « Imagine Angers », dévoilés le 14 mars 2018 par la ville d’Angers. Ces six projets privés devraient permettre de « moderniser la ville sur autant de sites différents ».

Photos: © Steven Holl / Franklin Azzi Architecture – Paul Arene / XO3D pour la Compagnie de Phalsbourg

Ouverture prévue en 2022

Budget prévisionnel: 88 millions d’euros pour l’ensemble du projet

Porteur: Compagnie de Phalsbourg

Site web du projet

https://www.compagniedephalsbourg.com/portfolio_page/le-musee-des-collectionneurs/

https://www.angers.villactu.fr/la-tour-tip-premiere-realisation-dimagine-angers-a-voir-le-jour/ (09/10/2020)

(SOURCE: La Compagnie de Phalsbourg, Imagine Angers)

  • Château de Fontainebleau, les écuries du Roi reconverties en campus international des arts (en 2025)

« Le groupement International Arts Campus a été désigné comme lauréat de l’appel à projets pour « la réhabilitation du quartier des Héronnières », où se situent notamment les anciennes écuries de Louis XV du château de Fontainebleau (Seine-et-Marne) inoccupées depuis 2001 », a annoncé le ministère de la Culture le 09/11/2020.

« Novateur, respectueux du patrimoine et de son environnement, et économiquement viable, le projet porté par ce groupement consiste à faire des Héronnières le cœur d’un campus international d’excellence dédié aux arts, au design et au management culturel », précise le ministère de la Culture. « Interdisciplinaire et interculturel, le campus constituera un pôle d’enseignement et d’apprentissage, de co-création et d’innovation unique en son genre. Il accueillera chaque année quelque 10 000 étudiants sur des cycles différenciés, provenant d’universités étrangères installées sur tous les continents, dont 3 000 simultanément. Il proposera également des académies d’excellence et hébergera une résidence d’artistes et de start-ups culturelles ».

L’Établissement public du château de Fontainebleau, propriétaire des lieux, doit maintenant  « entrer en négociation exclusive avec International Arts Campus avec pour objectif de mettre au point avant la fin du premier semestre 2021 la convention lui confiant le soin de gérer les Héronnières pendant 70 ans ». L’ouverture du site est prévue en 2025, « si le calendrier des travaux le permet ».

(Source: MCC)

  • Poissy : un musée Le Corbusier à l’horizon 2027

Alors que la Villa Savoye est classée au patrimoine mondial depuis 2016, un lieu consacré à son architecte pourrait-être créé.

 Un musée Le Corbusier va être construit à Poissy à proximité de la Villa Savoye, conçue par le célèbre architecte.

Ce musée Le Corbusier serait construit à Poissy, à proximité de la Villa Savoye, conçue par le célèbre architecte.

Le futur musée prendra place dans un bâtiment neuf, en face et à quelques pas de l’emblématique Villa Savoye de Le Corbusier à Poissy. Un concours international d’architecture permettra de sélectionner le maître d’oeuvre.

En décembre 2016, une convention a été créée pour la création du musée Le Corbusier entre Karl Olive, maire de Poissy, Antoine Picon, président de la fondation Le Corbusier, Philippe Bélaval, président du Centre des monuments nationaux, et Philippe Tautou, président de la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise.

Un musée du 21e siècle

Le Corbusier aura son musée à Poissy en 2027 © CD78

Trois ans après la signature de la convention, le projet avance. À ce stade de la réflexion et sur une superficie d’environ 7 500m2, le musée devrait comprendre :

  • une exposition permanente,
  • des espaces de conservation, de médiation et d’expositions temporaires,
  • un auditorium,
  • la médiathèque du quartier Beauregard,
  • un centre de ressources spécialisé sur l’architecture pour les étudiants et les chercheurs,
  • “les petits architectes” : un espace-atelier d’éducation artistique d’initiation à l’architecture dédié aux enfants,
  • une cafétéria,
  • un restaurant haut de gamme,
  • une boutique et une librairie.

Une étude de programmation est prévue en 2020. Celle-ci sera suivie des acquisitions foncières nécessaires, de la création de l’entité juridique en charge de la maitrise d’ouvrage, d’un concours d’architecture international puis des études de conception (2021-2023).

Les travaux devraient se dérouler de 2024 jusqu’en 2027. L’ouverture du musée au public est prévue au début de l’année 2027.

Un équipement culturel « exemplaire »

Le futur musée devrait constituer un équipement culturel exemplaire dans sa démarche de conception et sa muséographie pour faire dialoguer l’œuvre de Le Corbusier, architecte, urbaniste, peintre, sculpteur, théoricien avec les évolutions actuelles de l’architecture et ses relations avec le design, l’art et la culture contemporaine.

Il embrassera tous les moyens de la médiation, de la recherche et de la création autour de l’œuvre de Le Corbusier pour en favoriser la connaissance, aider à sa compréhension, susciter les débats qu’elle induit et éclairer les projets qui s’en inspirent.

Le musée Le Corbusier constituera un vecteur d’éducation artistique et d’innovation tant pédagogique que technique, en faisant appel à des processus immersifs. Le public jeune sera particulièrement visé, dans un territoire dont la mixité sociale oblige plus qu’ailleurs, à faire que le principe de la culture pour tous devienne une réalité.

(Source: Le Parisien, lesechos.fr, www.yvelines-infos.fr/)

  • Un musée-mémorial du terrorisme dans le Grand Paris, en 2027

Le musée-mémorial des sociétés face au terrorisme devrait ouvrir ses portes en 2027. Le site d’une surface d’environ 4 000 m² serait implanté dans Paris ou dans le Grand Paris.

. Un musée-mémorial sur les attaques terroristes depuis 1974

Contrairement aux musées-mémoriaux existant à l’étranger, le musée-mémorial du terrorisme  en gestation en France ne portera pas sur un seul attentat mais sur tous ceux commis depuis l’attaque du Drugstore Publicis en 1974.

Il y sera question d’attentats anarchistes, nationalistes, tiers-mondistes, et aussi jihadistes. L’historien Henry Rousso qui pilote le projet souhaite répondre à des questions telles que « Comment la société française et d’autres sociétés ont réagi, se sont transformées à cause du terrorisme ? Comment ont-elles fait face ? ». Henry Rousso souhaite que « ce lieu lié à la mort soit un lieu de vie ».

. Un lieu de mémoire

Une place importante sera accordée aux victimes. Leurs noms seront probablement inscrits. Les secouristes seront aussi mis en avant.

Le lieu compte également collecter des objets auprès des victimes et des témoins de ces sinistres événements, pour rendre le lieu « plus humain et incarné ».

L’idée : faire de ce musée à la fois un lieu de reconnaissance où l’on rend hommage et un lieu de connaissance avec le souci de la transmission notamment à destination des scolaires.

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/nous-voulons-en-faire-un-lieu-de-vie-le-musee-memorial-du-terrorisme-se-faconne_4328709.html

(Sources : presse)

SOURCES: musées, presse

PHOTOS: musées, wikimedia commons

Date de première publication: 10/03/2018

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

La Ville d’Angers ambitionne de créer le premier « musée des collectionneurs » dans le monde

.  DOSSIER / Ouvertures ou réouvertures de musées et lieux de patrimoine en France, en 2018 

Après 6 ans de travaux, la Monnaie de Paris ouvre son nouvel espace 11 Conti, incluant un musée totalement repensé

Ouverture et réouverture de musées et lieux de patrimoine en France, en 2017

Partager :

Laisser un commentaire