Sylvain Souklaye, journaliste, écrivain et artiste français basé à Copenhague, vient de créer et commercialiser sur l’AppStore la première exposition virtuelle qui se visite uniquement sur un iPad. « Le Deserteur » est né le 29 octobre 2015 et combine photographies, courts métrages, musique et littérature.

synesthesia-exp-le-deserteur-screen1-640x427-c

Baptisée en Français « le déserteur », l’application est ainsi nommé parce qu’elle ne sera disponible à l’achat que pour 365 jours au prix de 9.99 euros sur App Store. Après une année, ce « billet d’entrée pour une expérience unique, immersive et sensorielle » désertera iTunes et disparaîtra. L’iPad accueille ainsi « une œuvre d’art éphémère » et devient lui-même « objet d’art ». Sa mission est de procurer une expérience semblable à la visite d’une exposition d’art et de littérature, mais sur un iPad.

L’expérience numérique offerte par le déserteur, explique le fondateur Sylvain Souklaye, est « un voyage, pas une destination conçu pour les personnes ayant un grand intérêt dans l’art et la culture, mais peu de temps. L’application vous permet d’éviter de longues files d’attente tout en tentant de répondre à toutes les questions importantes de la vie, de l’amour et la culture ».

Composée de deux chambres mystérieusement intitulées «corps anonymes» et «Labyrinthes», cette exposition virtuelle abrite 24 œuvres d’art qui traitent notamment du « rôle des corps anonymes dans l’acte cathartique de désertion menant à la quête sans fin et protéiforme de l’identité au milieu du labyrinthe de la vie ».

Chacune des chambres contient 12 pièces d’art, et chacun d’elle propose un court métrage, un morceau de la littérature, et une photographie. En outre, « une installation sonore originale conçue par l’artiste new-yorkais Cocoon Effet propose l’interprétation musicale des œuvres d’art » tout au long de l’exposition.

synesthesia-exp-le-deserteur-screen2-640x427-c

28 artistes différents à travers le monde sont représentés dans Le Déserteur, y compris l’artiste et cinéaste basé à Copenhague NADERI, le photographe Edouard Mortec, l’écrivain Marion Clément, et le musicien Benjamin Paulin.

Comme l’explique Sylvain Souklaye sur son blog, « après des années de collaboration avec des journalistes et des penseurs, je souhaitais examiner plus en profondeur le lien entre émotion et réflexion en développant un objet d’art basé sur la notion de désir. le déserteur était né, il allait devenir cet écosystème au sein duquel art et désir ne font qu’un. Ma recherche de désir et les origines du déserteur remontent en fait au moment où j’ai vu pour la première fois Ghost In The Shell de Mamoru Oshii. Alors que le film posait la question en 1995 « Est-ce qu’une machine peut avoir une âme ? »,  le déserteur lui fait écho vingt ans plus tard « Est-ce qu’un iPad peut devenir une œuvre d’art avec des émotions ? ». Le déserteur est la première exposition native sur iPad. L’ère actuelle n’est pas tant celle des chiffres, des followers ou de l’argent, mais bien celle du temps. C’est pour cela que j’ai conçu le déserteur. J’ai voulu offrir aux passionnés d’art et de littérature mais pressés par le temps, une expérience immersive inédite permettant de découvrir des artistes et auteurs confortablement assis dans leur canapé, le casque vissé sur la tête. Alors, pensez vous qu’un iPad puisse devenir une œuvre d’art avec dotée d’émotions ? ».

Trailer vidéo:

le déserteur (Official Trailer) from Synesthesia EXP on Vimeo.

Une initiative originale et audacieuse, à un prix un peu élevé (9.99 euros) mais qui mérite d’être soutenue et suivie.

fauxL’application Le Deserteur a été conçue et produite par la société synesthésie EXP.

La musique a été composée par Cocoon Effet.

Site web de Synesthesia EXP

twitter.com/SynesthesiaEXP

facebook.com/SynesthesiaEXP

Synesthesia EXP sur Vimeo

Télécharger l’application sur l’App Store

SOURCE: synesthésie EXP

Date de première publication: 06/11/2015

Clic-separateur(A LIRE SUR LE SITE DU CLIC) (3)

Le Guggenheim de New York lance sa première exposition numérique qui est également une installation hors les murs

Le Musée d’art contemporain d’Australie (Sydney) diffuse en ligne sa première commande d’oeuvre d’art numérique

Avec la 3D et la motion capture, un artiste numérique redonne vie à une statue d’Adam présentée au Met